Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Mar 7 Avr 2015 - 20:05

The best years of my life gone by,
Here I am alone and blue.

Sa gorge était sèche, contrairement à ses yeux dont pouvaient encore couler quelques larmes, alors qu'il roulait un peu trop vite dans les ruelles de Londres. Le jeune homme n'était définitivement pas du genre à pleurer mais cette fois, c'était la fois de trop. Le chien semblait triste sur la banquette arrière, comme si lui aussi avait été trahi. Trahison. Ce mot résonne dans la tête de l'auror et il ne saurait dire s'il ressentait de la colère ou de la déception, à moins que ce soit un peu des deux. Basile ne faisait pas confiance à beaucoup de personnes, mais il fallait croire qu'il s'était trompé au sujet de Jessie.

Après cette révélation, il avait quitté son appartement avec Hercule et avait roulé sans savoir où il allait pendant des heures, histoire de se calmer un peu et surtout pour se repasser des milliers de fois la scène qui venait de se dérouler. Il revoyait son meilleur ami allongé dans la baignoire, les entailles sur les avant-bras, les larmes de son ami, puis ces mots qui avaient plus d'effet que toutes les balles du monde, qui étaient plus douloureux que tous les sorts impardonnables et enfin qui avaient provoqué une blessure bien plus profonde que n'importe quel coup de couteau. Basile ne voulait plus jamais entendre parler de l'ancien Poufsouffle, celui qu'il voyait comme son frère, celui pour qui il aurait donné sa vie, celui en qu'il avait le plus confiance et pourtant celui qui venait de le décevoir comme jamais personne ne le décevrait.

La voiture s'arrêta assez rapidement sur le bord de la route. Son conducteur dans un excès de colère frappa de ses mains le volant. Basile était à bout. Toute sa vie, il avait voulu protéger les autres et finalement, il avait presque tout raté. Il repensait à la mort de sa mère, au regard en larmes de son frère, à l'arrestation de Joy et à toutes les choses pour lesquelles il avait échoué. Tu fais un piètre auror et en plus tu as nulle part où aller. L'écossais avait quitté son appartement par dégoût et il ne préférait pas y retourner, de peur d'affronter une nouvelle fois ce traître, mais au fond de lui, il savait qu'il ne pouvait rester seul et qu'il devait en parler à quelqu'un. Sans surprise, le nom de Joy lui apparut comme le meilleur choix.

C'était la dernière personne qui comptait réellement à ses yeux, avec son père et son frère, à qu'il pouvait se confier sans honte. Il avait besoin d'elle, encore plus que d'habitude, juste besoin de sa présence. Alors, le moteur de la voiture reprit son chant traditionnel et l'écossais ne tarda pas à arriver devant l'appartement delà brune. Le chien connaissait parfaitement le chemin jusqu'à la porte et il fut rapidement suivi de son maître. L'auror se tenait derrière la porte et souffla un grand coup, histoire de faire bonne figure avant de frapper à cette dernière.

En moins de temps qu'il en faut pour dire Quidditch, sa brune favorite ouvrit la porte avec un air légèrement surpris. Basile pensait qu'elle était simplement surprise de le voir derrière cette porte dans une heure si tardive. Seulement, s'il pouvait voir sa tête, il comprendrait la surprise de la jeune femme. Leur amitié était très solide et pourtant, la jeune femme avait rarement, pour ne pas dire jamais, vu l'écossais dans un tel état. L'auror regardait son amie et se sentait presque coupable de venir à l'imprévu chez elle, alors qu'elle avait sûrement assez de soucis comme ça.

- Je ... Je ...

Les mots n'étaient pas suffisant pour exprimer ce qu'il ressentait et il n'avait même pas la force de finir sa phrase. D'un geste extrêmement chaleureux, il attrapa la jeune fille et la serra contre lui. Basile en avait besoin, comme elle en avait eu besoin en sortant de prison. Finalement, sans le vouloir, ils rejouaient la même scène que trois ans auparavant, mais à l'envers. Joy était comme sa sœur et s'il devait lui arriver quelque chose -encore une fois- il ne s'en remettrait tout simplement pas. Une minute passa avant qu'il ne la lâche presque gêné.

- Je suis désolé, je ne savais pas où aller.

Hercule se tenait derrière son maître avec un regard qui semblait aussi perdu que celui de ce dernier. Parfois, même les meilleurs piliers s'effondrent.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: She stood in front of the mirror a long time, and finally decided she either looked like a sap or else she looked very beautiful. One or the other.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancienne élève de Poufsouffle, Auror reconvertie en videuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Tatiana Maslany


ϟ LIENS : There are those who know and those who don't know. And for every ten thousand who don't know there's only one who knows. That's the miracle of all time— the fact that these millions know so much but don't know this.

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Dim 12 Avr 2015 - 11:17

Say yeah

Let's be alone together
We could stay young forever

Ce soir, Joy avait miraculeusement su arracher à sa supérieure l’autorisation sèche de prendre un congé aussi exceptionnel que nécessaire. C’est simple, elle n’était pas sûre de vouloir ou même simplement de pouvoir surveiller les innombrables allées-et-venues des fêtards ahuris alors que son propre instinct la poussait à les rejoindre afin de tout oublier, de tout noyer dans l’alcool et la musique. Kendra l’avait trahie. Ses excuses maladroites résonnaient encore sous son crâne tandis qu’elle demeurait stupidement avachie au fond de son canapé, sincèrement incapable de faire quoi que ce soit d’autre que d’écouter d’une oreille distraite un enchaînement sans fil de vieilles musiques moldues, ses préférées. Fatiguée, assommée, elle songea à aller se coucher lorsqu’un coup frappé à sa porte la retint soudain. Hésitant à l’ignorer pour retrouver la chaleur salutaire de son lit, elle se décida néanmoins à aller découvrir l’identité de son visiteur nocturne, jugeant qu’une visite si tardive devait possédait un minimum d’importance.

Basile. C’était le visage de son meilleur ami que le léger entrebâillement de la porte dévoila. Presque aussitôt, elle l’ouvrit en grand, prête à l’apostropher d’un ton taquin, la simple présence de l’Auror suffisant à lui insuffler une joie sereine. La morosité que lui avait inspirée sa courte entrevue avec son ex s’envola aussi lourdement qu’elle s’était abattue sur ses épaules quelques temps plus tôt. Son sourire ne tarda cependant pas à s’évanouir et la surprise s’imprima sur ses traits tandis qu’elle réalisait l’état dans lequel se trouvait son ami. Un état presque aussi inhabituel qu’inquiétant qui acheva de faire disparaître sa récente rupture de son esprit alors que toutes ses pensées se focalisaient sur le visage dévasté de Basile.
La situation possédait un aspect ironique qui aurait pu faire sourire amèrement Joy : quelques années auparavant, c’était elle qui avait débarqué à la porte de Basile et ce dernier l’avait accueilli sans poser de questions. À présent, il lui semblerait que ce soit lui qui ait besoin d’un endroit où aller et Joy sut dès la seconde suivante qu’elle était déterminée à lui offrir cet endroit, s’il en avait besoin.

Surprise, elle crut se noyer dans l’étreinte inopinée de son ami mais ne tarda pas à se reprendre et le serra maladroitement contre elle, tentant de lui transmettre un peu de courage. Ils restèrent ainsi pendant une minute environ, une minute qui sembla durer une éternité. Ses excuses lui arrachèrent un rire amer alors qu’elle s’effaçait pour le laisser entrer. « Allez, entre. » Sa voix résonnait avec une douceur instinctive, héritée d’années à prendre soin de sa petite sœur et de son petit frère. Comme pour souligner le fait qu’il ne la dérangeait pas, elle prit même la peine de tapoter avec un semblant d’affection. Basile avait toujours aimé se moquer de l’extrême prudence avec laquelle elle traitait Hercule, comme si elle craignait qu’il lui saute à la gorge.

D’un geste nerveux, elle referma la porte derrière eux. « Tu veux un café ? Un thé ? » Devant la mine déconfite de son meilleur ami, elle ajouta : « Ou peut-être quelque chose de plus fort ? De l’alcool ? » Glissant une mèche de cheveux bouclé derrière son oreille alors qu’elle se dirigeait vers la cuisine, invitant implicitement Basile à la suivre, elle murmura : « Tu n’es pas obligé de me dire ce qui se passe, tu sais. Mais je suis contente que tu sois là au lieu d’errer je ne sais où. »
Elle était même plus qu'heureuse de pouvoir commencer à rembourser sa dette, celle qu’elle avait contractée le jour où, lors de sa sortie de prison, elle avait choisi de se reposer sur Basile au lieu de faire face seule aux conséquences de ses actes.


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Mar 14 Avr 2015 - 17:07

The best years of my life gone by,
Here I am alone and blue.

De base, Basile n'était pas le genre de personne à faire des câlins à tout le monde, mais cette fois il avait besoin de sentir un peu de chaleur, un peu de soutien. Cela l'ennuyait beaucoup d'inquiéter sa meilleure amie, mais après avoir dressé trois fois la liste des personnes chez qui il pouvait aller, le seul nom ayant fait l'unanimité était celui de la brune. Après l'avoir presque étouffée sous l'emprise de ses gros bras, elle l'invitait tout de même à entrer, comme il l'avait quelques années auparavant et lui proposa même de de boire quelque chose.

S'il n'était pas si bouleversé, il aurait directement remarqué en rentrant le regard triste de son amie, mais maintenant l'auror était presque persuadé que c'était sa petite visite surprise qui la mettait dans un tel état et s'en sentait profondément désolé. Pendant un instant, il rêva de faire demi-tour et continuer sa route en solitaire comme il l'avait toujours fait.

- Un truc un peu plus fort si tu as, merci.

En temps normal, Basile ne buvait jamais de thé et préférait amplement le goût des alcools forts, particulièrement celui de son pays. Boire pour oublier. Un concept que l'auror ne connaissait que trop bien, même s'il savait parfaitement que cela n'était qu'éphémère et en rien une bonne idée. La cuisine de Joy n'était pas particulièrement grande, mais avait le mérite d'être plutôt fonctionnelle. Les yeux de Basile étaient encore rouges et enflés, et même s'il n'était pas loin de verser une petite larme, il tentait tant bien que mal de faire bonne figure, ou plutôt de ne pas ressembler à un gros bébé.

La jeune femme n'avait pas l'intention de lui tirer les vers du nez et Basile ne savait pas vraiment s'il avait envie de lui en parler. Pour dire vrai, il avait définitivement besoin de le dire à quelqu'un, mais il avait peur d'inquiéter inutilement son amie. Pourtant, il ne voyait pas de personne mieux placée pour en discuter, sachant quelle n'était pas particulièrement proche de Jessie. Alors, après quelques minutes de silence, l'auror décida de trouver du réconfort auprès de la seule fille qu'il considérait réellement comme sa sœur, en se confiant à elle, comme il le ferait sûrement à personne.

- Tu te souviens de l'enquête des gobelins dont je t'avais parlé ? Et bien maintenant, je sais qui est le coupable.

L'auror ne se sentait pas seulement trahi, mais aussi tellement idiot d'avoir raté une chose pareille. Pour dire vrai il n'était pas vraiment sûr de savoir ce qui lui déplaisait le plus, d'apprendre que son meilleur ami était un assassin où alors que depuis tout ce temps il traînait avec un mangemort. L'écossais s'appuya sur la table de la cuisine regardant le carrelage d'un regard presque vide. Il revoyait sa salle de bain, il revoyait son ami et surtout ressentait la même douleur au plus profond de lui-même que celle qu'il avait ressentie à la mort de sa mère. Parce que pour lui c'était ça, Jessie était mort, du moins son Jessie l'était. Celui qu'il aimait, celui qu'il voyait comme un frère et enfin celui avec qu'il avait traversé tant d'aventures. Son meilleur ami.

- En rentrant chez moi, j'ai trouvé Jessie en sang dans ma baignoire ... Il a essayé de se suicider... Et ...

Sa gorge se noua et les larmes commençaient à monter, si bien qu'il releva la tête en poussant une énorme inspiration. Il allait tout lui dire, tout ce qu'il refusait encore de croire et tout ce qu'il espérait de faux. La vie aurait été tellement plus simple si le tueur avait été Lichuan et encore plus s'il n'était jamais entré dans ce wagon. Basile ne regrettait pas vraiment son amitié avec Jessie, mais la perdre était si dur à supporter.

- Joy, il m'a tout avoué. C'était lui depuis le début. Jessie est un mangemort, encore plus mangemort que Lichuan. J'ai l'air tellement stupide maintenant.

De sa main, il frotta son oeil. Oui, Basile Flaversham pleurait et ce même s'il refusait de se l'avouer. Même Hercule poussa un léger pleur face à la tristesse de son maître.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: She stood in front of the mirror a long time, and finally decided she either looked like a sap or else she looked very beautiful. One or the other.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancienne élève de Poufsouffle, Auror reconvertie en videuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Tatiana Maslany


ϟ LIENS : There are those who know and those who don't know. And for every ten thousand who don't know there's only one who knows. That's the miracle of all time— the fact that these millions know so much but don't know this.

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Ven 1 Mai 2015 - 17:47

Say yeah

Let's be alone together
We could stay young forever

Un truc un peu plus fort, si elle en avait, c'était plus que certain. Elle ne prit même pas la peine de sortir deux verres alors qu'elle brandissait une bouteille d'alcool d'un geste exagérément triomphal. D'une main habile, elle la déboucha et la tendit vers son meilleur ami. L'invitation était explicite et, sans attendre de réponses, elle se hissa sur le comptoir de la cuisine, observant les yeux rouges de Basile comme on cherche à trouver des réponses à travers un brouillard de questions informulées. Malgré le fait qu'elle lui ait assuré d'un ton tranquille qu'il n'était pas obligé de tout lui dire, elle était cependant heureuse qu'il accepte de se confier à elle, de lui livrer une ébauche de compréhension. « Si je me souviens ? répéta-t-elle en réalisant que les dernières semaines de sa vie avaient été consacrées à écouter les récits de Basile à propos de l'avancée de cette enquête en particulier, du moindre progrès qu'il lui arrivait de faire et de la manière dont il arrêterait Lichuan Whitelaw le jour où il aurait réuni assez de preuves pour le coffrer définitivement. Même Nikolaï a été forcé d'avouer que tu t'étais bien débrouillé sur cette affaire. » Ce fait était suffisamment exceptionnel pour être relevé.

Elle ne tenta pas de le pousser alors que ses yeux étaient ancrés au sol de la cuisine, perdus dans des pensées qu'elle n'était pas sûre de vouloir connaître. Tandis qu'elle cherchait à deviner ce qui avait bien pu causer chez lui un tel abattement, elle réalisa que cela ne pouvait qu'être grave et elle lui reprit doucement la bouteille, avalant une généreuse gorgée d'alcool directement au goulot, comme pour se donner le courage d'accepter une vérité qui ne tarderait pas à tomber, ravageant leurs quotidiens aussi sûrement qu'une tempête. En rentrant chez moi, j'ai trouvé Jessie en sang dans ma baignoire ... Il a essayé de se suicider... Et ...
Et l'expression de Joy, alors que son imagination, cette petite créature sournoise, lui évoquait l'image d'une forme ensanglantée, ratatinée au fond d'une baignoire immaculée, oscilla entre l'horreur et le choc. Pendant une fugitive seconde, elle fut tentée de tout nier en bloc, de refuser cette réalité qu'on lui imposait. Jessie a tenté de se suicider. Son premier réflexe fut de demander à Basile pourquoi il n'était pas à ses côtés, dans une chambre aseptisée de Sainte-Mangouste, avant que ce dernier n'ajoute d'un ton qui lui donna envie de tout détruire : « Jessie est un mangemort. »
Plus mangemort que Whitelaw.
Tellement stupide.
Tellement—

L'avantage d'être allé en prison, c'est qu'on admettait plus facilement l'inimaginable. Sans émettre le moindre jugement —tu l'as laissé seul chez toi, tu as pensé à nettoyer le sang, tu as appelé Nikolaï, tu...— elle descendit de son perchoir improvisé et prit Basile dans ses bras. Elle fut forcée de se hisser sur la pointe des pieds pour être sûre de conférer assez de force à son étreinte mais elle y parvint tout de même et demeura ainsi, sans dire un mot. Incertaine. « Je suis désolée, Basile, murmura-t-elle en se détachant lentement de lui, laissant juste une main sur son épaule, la serrant brièvement comme pour lui dire : Je suis là. » Elle n'ignorait pas à quel point Basile tenait à son meilleur ami.
Tenait. Il était si étrange de conjuguer cette phrase au passé !

« Ça va bien se passer, lui assura-t-elle sans même savoir comment elle pouvait en être aussi sûre. Tu vas rester ici ce soir. Et les autres soirs, si tu veux. » Elle s'occuperait de nettoyer son appartement. Plus tard. Quand les choses se seront calmées. « Tu ne pouvais pas savoir. Ce que Jessie a fait, c'est— Impardonnable. » Sa voix trébucha un peu sur le dernier mot. Et si ce qu'elle-même avait fait était également impardonnable ? Comment réagirait Basile ? Elle secoua la tête, furieuse de se laisser submerger par de telles pensées alors que son meilleur ami avait clairement besoin d'elle.

« Mais il y a forcément une explication. Je veux dire, c'est Jessie. » Dans sa tête, il n'était déjà plus qu'un Mangemort parmi tant d'autres. Mais il demeurait le meilleur ami de Basile et, pour cette raison, elle était prête à lui trouver des excuses. Au fond, elle savait à quoi s'attendre.

« Veux-tu qu'on prévienne les autorités ? demanda-t-elle prudemment, avec un ton qui signifiait qu'elle respecterait le choix de Basile, tel qu'il soit. »


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Mar 19 Mai 2015 - 17:04

The best years of my life gone by,
Here I am alone and blue.

Basile ne ronchonna pas sur la boisson et avala plusieurs gorgées directement au goulot. L'auror buvait trop pour son propre bien, mais ce n'était pas le moment d'arrêter. Le choc fut rapidement partagé par la jeune femme. Cette dernière ne connaissait pas beaucoup Jessie, mais elle savait parfaitement à quel point lui et Basile avait pu être proche dans un passé pas si lointain. La nouvelle faisait l'effet d'une bombe nucléaire dans la petite cuisine de la brune et un silence lourd de sens se fit entendre. Puis comme pour le soutenir, son amie l'enlaça de la manière la plus amicale que l'on pouvait. Cette présence, il en avait besoin, plus qui ne le pensait. Basile avait besoin de s'accrocher à quelque chose et plus précisément à quelqu'un.

Savoir qu'elle était là, savoir qu'il n'était pas seul, savoir qu'il y avait encore quelque chose pour continuer d'avancer. Puis voir Joy, s'était réalisé qu'il pouvait encore compter sur certaines personnes, à commencer par elle, Victory et bien sûr sa famille. La jeune femme finit par s'éloigner en lui assurant que tout allait bien se passer. Elle n'en savait rien, mais c'était les mots que l'écossais avait besoin d'entendre. Entendre que le pire était passé, que de beaux jours les attendaient, mais il savait aussi que ce n'était que des mots et que rien ne peut-être écrit à l'avance. L'auror sans rien dire, accepta volontiers l'invitation de son amie à rester quelques jours chez elle, comme elle l'avait fait à l'époque où elle en avait besoin. Parce que leur amitié c'était avant tout être là pour l'autre, de véritable partenaire. Ils n'avaient certes pas fait le Vietnam ensemble, mais c'était sûrement aussi fort.

— Merci.

Un simple mot qui exprimait la sincère reconnaissance qu'il éprouvait. Pour rien au monde il voudrait être ailleurs. Impardonnable. Le mot était encore bien faible face à ce que pouvait penser Basile. Et même si Joy, pour la forme lui accordait le bénéfice du doute, ce n'était aucunement le cas de l'auror, pour qui Jessie Joyce était comme mort. Le garçon qu'il avait connu avait cessé d'exister au moment même où il était devenu un mangemort. Rien ne pourrait expliquer un tel acte de trahison, mais encore moins les meurtres qu'il avait commis. L'ancien Poufsouffle pourrait hurler qu'il n'avait pas le choix, mais il ne fera pas changer d'avis l'auror.

— On a toujours le choix, je ne le pardonnerai jamais.

La colère se ressentait dans la voix du presque trentenaire, ses poings se serraient, avant d'enlacer la bouteille qui trônait sur le comptoir. Le liquide brûlait juste comme il faut et passait l'envie à Basile de tout détruire, chose qu'il n'oserait bien sûr pas faire chez le petit cocoon de Joy. Prévenir les autorités pourrait apparaître comme une bonne idée pour tout le monde, sauf pour Basile qui représentait lui-même l'ordre. Prévenir qui ? Un autre mangemort qui se cacherait dans les murs du ministère ? Son chef, qui semble toujours préoccupé ? Pourquoi faire ? Mettre Jessie à Azkan ? Aucun intérêt, il connaît toutes les issues, puis une voix en lui, lui dit qu'il est tout simplement incapable de balancer cet ami d'antan en prison.

— Non c'est bon, je veux juste l'oublier, tout oublier… Je suis désolé je ne voulais pas dire ça.

Dire à une amnésique qu'il souhaitait oublier, n'était pas très malin et cela même pour Flaversham qui avait l'habitude de sauter les deux pieds dans le plat. Il ne voulait pas être vexant, surtout pas avec Joy, il avait parlé sans réfléchir et s'en excusait. Néanmoins, il savait que la brune ne lui en tiendrait sûrement pas rigueur. L'auror sécha ses larmes, décidant qu'il était temps de se reprendre une bonne fois pour toute. Un homme ne pleur pas voyons.

— Tu vas bien Joy ?

Voulant passer à autre chose, l'auror s'arrêta un peu plus sur la jeune femme qui ne semblait définitivement ne pas être dans son assiette. Peut-être qu'il n'était pas le seul à avoir passé une journée pourrie et peut-être qu'ils pouvaient se soutenir mutuellement.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: She stood in front of the mirror a long time, and finally decided she either looked like a sap or else she looked very beautiful. One or the other.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancienne élève de Poufsouffle, Auror reconvertie en videuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Tatiana Maslany


ϟ LIENS : There are those who know and those who don't know. And for every ten thousand who don't know there's only one who knows. That's the miracle of all time— the fact that these millions know so much but don't know this.

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Sam 27 Juin 2015 - 19:33

Say yeah

Let's be alone together
We could stay young forever

Merci.
Comme brûlée par l'intensité de son regard, Joy se détourna.

Elle aurait aimé comprendre la profondeur de la blessure infligée à Basile par les révélations de son ami mais plus que tout au monde, elle aurait voulu connaître les mots capables de l'apaiser, de la guérir. Simplement se contenter d'être là lui paraissait superficiel. Elle laissa échapper un soupir résigné en réalisant qu'il lui faudrait sans doute bannir le nom de Jessie de son vocabulaire, pire que ça même, de sa vie. Ce n'était pas un changement négligeable et si ce n'était pas pour Basile, elle n'aurait jamais pu envisager une telle idée sans être considérablement irritée. Comme pour se figurer à quel point le goût de la trahison pouvait être amère, elle essaya d'imaginer sa réaction si, par le plus grand des hasards, elle apprenait que Basile était également un Mangemort.

En observant l'homme dévasté devant elle, elle réalisa aussitôt l'incongruité d'une telle situation. Basile était bien trop intègre, bien trop honnête pour revêtir les couleurs du Seigneur des Ténèbres. Mais au-delà de ça, de ces vaines préoccupations d'ordre moral, Joy ne pouvait pas s'empêcher de penser —ou d'espérer, tant la limite était mince— que Basile ne lui ferait jamais ça.
Il était un homme de bien, un être pétri de justice et de bonnes intentions. C'était sans doute aussi la raison pour laquelle la trahison de Jessie l'avait autant affecté. Elle entrait directement en contradiction avec ses convictions.

Elle grimaça lorsque son meilleur ami prononça le mot jamais d'un ton catégorique. La ferveur de leur amitié lui avait toujours semblé bien trop puissante pour être balayé ainsi, aussi négligemment. Mais elle n'osa pas faire la moindre remarque et se contenta d'hocher la tête, compatissante. « Je comprends, fut tout ce qu'elle ajouta. » Elle ne jugeait pas judicieux d'insister. Ses yeux échouèrent sur les doigts serrés de Basile autour de la bouteille et son premier réflexe fut de la substituer à son emprise. Basile avait cette affreuse tendance, il l'avait toujours eu, de se réfugier dans la boisson quand des problèmes pesaient sur son dos, le forçant à courber l'échine. « Ne t'inquiète pas, ça va aller, répéta-t-elle inutilement. »
Elle se sentait impuissante...

« Non c'est bon, je veux juste l'oublier, tout oublier… Je suis désolé je ne voulais pas dire ça, balbutia Basile, faisant relever la tête à Joy. » Ses lèvres esquissèrent l'ébauche d'un faible sourire. « Idiot, je ne t'en veux pas, se contenta-t-elle de répliquer. » Comment aurait-elle pu lui en vouloir actuellement, alors que ses yeux menaçaient de déborder de larmes et qu'une place importante était laissée vacante dans son cœur ? De plus, elle comprenait ce réflexe idiot qui poussait les gens à refouler les mauvais souvenirs. Elle ne pouvait pas sincèrement leur demander de comprendre à quel point c'était traumatisant sans qu'ils aient jamais expérimenté le vide de l'absence et la douleur de la perte. Sa mémoire était devenue son ennemie personnelle mais ce n'était pas le cas de tout le monde.

Quand Basile lui demanda si elle allait bien, Joy demeura silencieuse un court instant, sidérée non pas par la banalité insolite de la question mais par le fait que son meilleur ami était encore assez bienveillant pour la lui poser. Elle hésita un moment à mentir par omission, à prétendre que tout brillait dans sa vie afin de ne pas l'inquiéter davantage. Puis, devant les larmes difficilement contenues de l'Auror, elle renonça : « Pas vraiment. J'ai rompu avec Kendra. J'ai trouvé les brouillons d'un article sur moi chez elle. » Trois phrases pour résumer une situation dont la complexité ne cessait de l'étonner, puisque cette vision manichéenne du monde ne lui permettait pas de trouver des excuses supplémentaires à l'asiatique. Joy secoua la tête.
Elle ne voulait pas trouver d'excuses à Kendra.

Elle fixa la bouteille, étrangement immobile, avant de soupirer, jugeant qu'ils étaient tous deux d'incommensurables idiots. Puis, oubliant tous ses principes et ses précautions, elle but une généreuse gorgée du précieux alcool avant de la tendre à Basile, jugeant qu'une bonne cuite ne leur ferait sans doute pas de mal. Ils avaient aussi peut-être tous les deux besoin d'une joie providentielle que seule la boisson paraissait capable de leur apporter actuellement.

« En espérant que demain soit meilleur, mon pote, lança-t-elle d'un ton exagérément guilleret, et que tous ces bâtards de Mangemort et copines cachottières aillent au diable. On a assez donné, pas vrai ? Faut bien qu'on pense un peu à nous... » Joy laissa échapper un rire sans joie.
Quelle horrible soirée, décidément...


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy Lun 29 Juin 2015 - 18:39

The best years of my life gone by,
Here I am alone and blue.

Son amie se montrait très compréhensive, même s'il disait un peu n'importe quoi sous l'effet de la colère, de la haine et surtout de la tristesse. Joy ne pouvait savoir à quel point elle était importante dans ce moment et à quel point elle l'aidait par sa simple présence, par sa simple voix et par sa simple chaleur. Les amis et la famille avait toujours été les choses les plus importes du monde à ses yeux, au-delà de sa voiture ou même de la justice, mais il ne supportait pas l'idée d'avoir un inconnu comme meilleur ami. « Je ne m'inquiète pas, je ne m'inquiète plus pour lui. » C'est ainsi que Jessie Joyce, le meilleur ami de Basile Flaversham était mort, en une simple et phrase. Enfin, c'était ce que prétendra l'auror, pour éviter ce sujet épineux et surtout pour ne pas faire trop de peines à ses amis. Demain, il reprendra sa vie normale, reprendra le travail, reprendra son sourire de premier de la crèche et tentera tant bien que mal à faire rire ses amis comme il l'a toujours fait.

La brune ne lui en voulait pas de parler sans réfléchir et c'était la seule chose qui était importante pour le moment. Perdre un ami c'était dur, deux relèverait de l'insurmontable. Parfois, Basile se demandait ce qu'il se passerait quand le passé de Joy rattrapera son présent et s'il sera prêt à l'affronter. Chaque jour, il se disait que peu importe ce que la Joy d'avant aurait pu faire, celle d'aujourd'hui en serait parfaitement incapable. Seulement, l'écossais avait beau avoir passé tous les films possibles et imaginables, il était incapable de savoir comment il réagira pour de vrai. De toute manière, avec des “si” on referait le monde et il était temps pour Basile d'aller de l'avant. Affronter la vie et faire ce pourquoi il pensait exister.

Demander à son amie comment elle allait, lui semblait parfaitement logique et pourtant il pouvait lire un léger étonnement dans le regard de la brune. Comme il l'avait deviné, la vie de cette dernière n'avait rien de rose et même s'il avait tendance à être protecteur avec elle, il était triste de savoir que son histoire d'amour n'avait pas tenue le coup. « Elle ne sait pas ce qu'elle rate. » L'auror aurait certainement pu trouver une phrase moins bateau, mais il n'était pas vraiment d'humeur poète. Si la jeune fille semblait triste, elle ne tarda pas à trouver un remède que l'ancien Gryffondor ne put qu'approuver. Une bonne vieille cuite, le meilleur médicament contre les fléaux de ce monde.

Il attrapa son amie en passant son bras par-dessus son épaule, agrippa la bouteille et déposa une bise amicale sur le front de cette dernière, tandis qu'ils se dirigèrent dans le salon. « Tu as bien raison, on mérite au moins ça ! Après tout, on est des super héros. » Basile ne se sentait en rien héroïque, mais ça ne servait à rien de se morfondre dans sa peine, il était temps de se prendre une bonne cuite et tourner la page. Assis dans le canapé, ils termineront la soirée tous les deux et l'auror savait qu'il avait énormément de chance d'avoir une amie si précieuse.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Hey fellas, have you heard the news ? - Joy
MessageSujet : Re: Hey fellas, have you heard the news ? - Joy

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Hey, have you heard the news that you're dead? » Mission, ft Sevastian Dolohov & Elie Brights.
» Breaking news Dany Tousen fe STROKE
» [22/04/11] Une news qui sert à rien
» Bad News Brown
» AMBER HEARD ? hell is empty, all the devils are here

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Londres-