Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: We're in the city of wonder, ain't goin' play nice. Am I scaring you tonight ? Ain't used to what you like.

ϟ ÂGE : 40
ϟ FONCTION : Ancien espion pour la cellule SEPOM et les mangemorts. Assassin à son propre compte. (Mangemort non-connu des autorités, en fuite)(Moitié vélane)
ϟ AVATAR : Luke Evans


ϟ LIENS : Power and decadence are blood in my veins. I will be a ruin before soon

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Lun 23 Fév 2015 - 19:25

Monstrum est

insatiabiles
superbam carnem



Sherkan soupire et frotte ses yeux fatigués - depuis environ une semaine, les jours sont passés ; lenteur des grains de sable s'égrenant, et rapidité floue d'une avance rapide. Colorée, très colorée de vie - Lichuan et Daphné, symboles d'une solitude dépassée à présent. Et le mangemort ne sait pas si il doit les tuer ou se tuer lui, face aux divers accidents qui ont eu lieu.« Mori ? » souffle t-il doucement, et le serpent apparaît de sous une pile de bouquins. Il veut quitter son bureau - enfermé depuis le matin même, il n'a même pas songé à s'alimenter. Il sent la faiblesse le gagner, mais une défaillance non pas à cause de la faim, mais d'autre chose, plus vicieux. Plus sournois - à la manière du reptile rouge et serpentant, ses veines le trahissent, son sang se moque de lui. Il est pathétique, alors il attend encore un peu, observant calmement la porte de son bureau fermée magiquement. Ses doigts posés les uns sur les autres, les mains écartées, il soupire encore - souffle de vie qui s'échappe de ses lèvres, orgueilleux et fier, comme si la mort elle-même attirait cette bouffée légère et vitale. « Va vérifier si ils sont encore là. »

Ils.
Ses deux invités.

Il songe encore à ce jour funeste - à ce jour où il est entré calmement chez Basile, et où il a dû user de tous ses charmes pour permettre à Lichuan de s'enfuir. Il se souvient de son agacement devant la missive irrespectueuse et puérile - ingrate - de l'asiatique, et comment il avait dû perdre son temps à le chercher là où il était facile de deviner qu'il serait. Prévisible Lichuan, aucune subtilité.

Ses doigts le démangent, brûlant comme son sang. Puis il sort - deux minutes, quinze, une heure, qui sait ? Moriarty n'est pas revenu, mais il veut bouger - il veut sentir la vie insuffler quelque chose, même une douleur, dans son corps pitoyablement beau, dans son corps pathétique dissimulant ses ruines. Il fait aller ses doigts sur la rampe d'escalier - le piano l'appelle, réflexe quasi surhumain. Souvenir, résurgence d'une mélodie - celle qu'il aime par-dessus tout, le Lac des Cygnes. Le serpent apparaît, et remonte le long de la jambe du mangemort pour venir siffler dans son cou, presque tendrement. Dommage que je ne sois pas Fourchelang, mon cher Mori. Mais la maison semble vide - calme, peut-être est-ce dû à ce silence qu'il les suppose partis. Peut-être dans cet appartement à côté de la maison qu'il a loué pour Daphné - comment aurait-il pu passer à côté d'une chance d'être enfin seul avec Aloysius ? De pouvoir recoller les morceaux de bois brisés, de rafistoler les fils et de rembourrer les meurtrissures ? Il entre dans la salle aux grandes baies vitrées, et caresse le piano, mais son désir est passé.
Ne le sont-ils pas tous, Sherkan ?

Il va dans la cuisine - tout est impeccable chez lui. Normalement. Depuis que Lichuan vit ici - et c'est d'une façon relative qu'il songe au mot vivre, puisque le mangemort trahi semble renâcler à la simple idée d'avoir quelque chose à faire avec Sherkan - la beauté de la bâtisse aussi intransigeante que celle de son propriétaire s'est quelque peu fanée. Après avoir fait du thé, il retourne dans le grand salon. Il ramasse un livre, va le remettre sur une étagère. Mais il tourne en rond, Sherkan - il pourrait même tourner en carré.
Où sont-ils ?

Il soupire encore - la douleur est là, lancinante, dans chaque respiration. Il s'enferme de plus en plus souvent dans son bureau magique, mais ce n'est pas pour son travail comme espion, non. C'est plus égoïste, plus vital. D'une raison toute létale - d'acier et de sang, de poison et de temps. Il cherche une source de vie - une fontaine de jouvence, un marionnettiste plus doué que lui, qui insufflerait aux déchéances de son corps une durée plus longue, une vie plus forte. Un soupçon de vitalité, un bout de destinée, comme des bouts de verre brisés dans sa lente agonie.

Un bruit lui fait lever la tête. Ses yeux se plissent, alors que Moriarty s'échappe de sa chemise pour venir se lover sur ses genoux, comme un animal domestique - reptile à l'image de son maître, venimeux et dangereux sous ses aspects brillants de rubis. Le mangemort porte la tasse à ses lèvres, tentant de chasser son agacement - ce n'est pas comme si il s'était fait du souci, ce n'était pas comme si il était jaloux du temps que ces deux-là passaient ensemble, ce n'était pas comme si ils donnaient de la vie à sa maison où autrefois le calme régnait. Il boit et se brûle langue - et la douleur vive emplit sa tête, au point qu'il parvient à se maîtriser, à avoir l'air calme, neutre.
Sherkanien.

« La politesse incombe de se présenter quand on entre chez quelqu'un, non ? » et sa voix chantante, douce, musicale et tranchante comme une griffe résonne dans le pseudo-silence de la bâtisse. Daphné et Lichuan sont rentrés - et il en serait presque heureux, le fou.


_________________


« i was in the wrong time with the wrong person. »
I'm gonna make you bend and break, It sends you to me without wait. And I want these words to make things right, But it's the wrongs that make the words come to life, "Who does he think he is?" If that's the worst you got, Better you have lost your heart.
(c) Myuu.BANG!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Mar 24 Fév 2015 - 0:04

Build

Break
Repair

Il avait fui capricieusement, comme un enfant, et entraîné Daphné avec lui ; il n'avait même pas daigné laissé le moindre mot, le moindre signe qui pourrait rassurer Sherkan. « Il s'en moque, de toute façon, avait crânement affirmé Lichuan en ouvrant la porte d'entrée d'un geste brusque. Il passe ses journées enfermé dans son maudit bureau et moi, je m'ennuie. Je croyais pourtant que la vie d'homme traqué serait un peu plus excitante. » Alors ses lèvres s'étaient étirées en un sourire malicieux et il avait abattu sa dernière carte avec une fausse nonchalance, inconscient du danger, amoureux de ces frissons qui parcourraient son échine alors qu'il savourait l'idée de prendre des risques. De désobéir aux ordres implicites Sherkan. « L'Allée des Embrumes ? Un apothicaire louche ? Une plante carnivore rare ? Ça ne t'inspire rien ? » À Lichuan, ces quelques mots, d'une banalité presque affligeante, évoquaient le charme ensorcelant d'une escapade improvisée à travers les ruelles sombres et humides de ce quartier qui regorgeaient pourtant de richesses insoupçonnées. Daphné ne saurait certainement pas résister à cet appel ; et si elle y résistait, il irait seul de toute manière.

« Nous n'aurons qu'à poser la plante sur le piano du salon, jeter au pot un maléfice de Glu Perpétuelle et prendre Sherkan en photo alors qu'il tente de jouer tout en échappant à ces petites dents vicieuses, avait-il ricané en s'évanouissant dans la jungle londonienne, solidement escorté par la jeune fille. » Gâcher l'existence de Sherkan, son nouveau but dans la vie. Lorsque Lichuan n'était pas occupé à piller sa bibliothèque ou à saccager sa cuisine, il s'asseyait sur son bureau, les jambes croisées, et attendait patiemment jusqu'à ce que l'autre homme daigne provoquer la confrontation et que les cris résonnent dans toute la maison —il avait même un jour trouvé le moyen de faire visiter la bâtisse à un couple de parfaits inconnus qu'il avait abordé dans une rue voisine, affirmant avec élégance qu'elle était « à vendre, parfaite si vous souhaitez avoir des enfants, ne faites pas attention à l'Épouvantard qui traîne dans ce petit coin sombre, là, le propriétaire est un vieil excentrique ».
Ce qu'il n'avouait pas, c'était qu'il avait commencé à étudier avec ferveur la partition du Lac des Cygnes au piano et qu'il s'acharnait à répéter encore et encore les mêmes notes dès que Sherkan avait le dos tourné ; ce qu'il n'osait surtout pas avouer, c'était qu'il appréciait presque cette sorte de routine habituelle qui se mettait en place, doucement, lentement, comme un piège mortellement affûté —il y avait la présence étrangement familière de Daphné, les plantes qui encombraient les couloirs et les étagères, comme un signe évident du fait que leurs vies se teintaient des couleurs d'un quotidien monotone et pourtant plaisant.

La vie de fuyard ne lui allait décidément pas ; il oublierait presque que c'était entre les mains de Sherkan qu'il avait perdu sa santé mentale et qu'il était censé manipuler Daphné pour ses propres profits.

La journée s'était bien passée, et même miraculeusement bien. Ils n'avaient pas dû fuir en apercevant un homme au regard un peu trop suspect —n'importe qui pouvait être un Auror sous couverture, après tout— et si Lichuan veillait à se tenir loin de Daphné, c'était uniquement parce que la plante qu'elle tenait précieusement dans ses bras l'effrayait légèrement ; elle avait un petit air menaçant qui rappela bêtement à Lichuan le sourire forcé qu'arborait Sherkan lorsqu'il avait découvert le nœud rose autour des écailles luisantes de Moriarty.

La porte fut fermée avec un claquement sonore et Lichuan laissa échapper un rire enfantin alors qu'il se débarrassait de sa veste. Il se sentait stupidement content. Content de sa fugue d'adolescent, content de ces moments de grâce volés à ce monde étrange, en équilibre instable. Il s'apprêtait à envoyer valser ses chaussures dans le couloir, sans aucun égard pour le parquet lustré, lorsqu'une voix froide, bien connue, l'interrompit dans son élan : « La politesse incombe de se présenter quand on entre chez quelqu'un, non ? »

L'asiatique se retourna vivement, faisant face à leur hôte. Assis avec dignité, sa tasse en main, son serpent lové sur ses genoux, aussi flegmatique et nonchalant que d'habitude. Quelques secondes de silence passèrent et c'est finalement avec un rire moqueur dans la voix que Lichuan déclara, d'un ton bourgeois bien trop exagéré pour être sincère : « Excusez-moâ, Môssieur, j'ignorais tout celaaa, faut-il également s'incliner et vous cirer les pompes ? » Comme pour souligner ses propos d'une nouvelle insolence, il exécuta une parodie grotesque de révérence. Lorsqu'il releva la tête, ses yeux étaient brillants.

Nous sommes rentrés, voulaient-ils dire inconsciemment.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Mer 25 Fév 2015 - 0:33

Revenge is an act of passion,

Vengeance of justice.
Injuries are revenged.

Rafflesia mortifero. Rien que le nom avait fait pétiller une étincelle dans son regard, avait réveillé en elle quelque chose après plusieurs jours d’inertie dangereuse. Le nez presque collé à la vitre de l’une des serres les plus malfamées et les plus onéreuses de l’Allée des Embrumes, Daphné contemplait la beauté morbide de la Fleur-Cadavre par excellence étendre ses longs pétales sanglants.

Ces dernières quatre-vingt seize heures avaient été insupportables. Son quotidien tranquille avait été bouleversé ; et dire qu’il y a seulement si peu de temps elle traînait encore librement là où bon lui semblait. Cette après-midi elle devait agir comme une fugitive. Se cacher, vérifier que personne ne les suivait, se méfier du moindre regard un peu trop insistant. La jeune femme haïssait cette sensation d’être contrôlée, surveillée. Et tout ça c’était de la faute d’une lettre de dénonciation. Une stupide, anonyme, destructrice lettre. Un bout de parchemin, quelques gouttes d’encre, et Daphné avait perdu tout ce à quoi elle tenait le plus : sa seconde famille, son pilier central, et sa liberté.

Sa liberté. Même si elle avait toujours été partiellement entravée, même si elle était retenue par les chaînes de l’autorité parentale, la rouquine avait toujours considéré que le champ des possibles était infini pour elle. Elle tendait le bras et aurait pu attraper ce qu’elle désirait sans problème. Aucun problème financier, une identité protégée, et une confiance absolue en ceux qu’elle avait choisis. L’erreur avait été là : croire qu’on pouvait imaginer son camp uni sous une même bannière. En réalité tous les Mangemorts ne l’étaient pas par conviction pure et formelle. Certains étaient lâches, d’autres ne faisaient que profitaient. Ils étaient devenus partisans du Lord Noir pour d’autres raisons que la politique ou que la nécessité primaire d’épurer le monde sorcier. Les victimes de cette infâme ironie du sort se nommaient Lichuan Whitelaw et Daphné Greengrass : dénoncés tous deux en cascade, ils n’avaient pas eu de choix. Ils avaient du disparaître.

On avait voulu leur nuire et voilà qu’ils se retrouvaient à devoir vivre en secret, reclus dans la propriété de Sherkan Rougemont. La chance infime qui leur restait avait au moins le mérite d’être placée chez l’un des Mangemorts les plus respectables et les plus estimables de leur clan. Néanmoins, la vie avec un tel personnage s’avérait plus étouffante que Daphné ne l’aurait pensé. Pouvant prétendre à une confortable demeure personnelle attenante à celle où l’asiatique et leur hôte siégeaient, même le calme ambiant trop pesant ne parvenait pas à la calmer. Elle bouillonnait, elle enrageait. Trois jours durant, elle avait tourné comme une lionne en cage, folle de colère, folle d’un avide besoin de vengeance à assouvir.

La fureur avait fini par s’endormir. Elle rouvrirait les yeux au moment venu. Lichuan était venu la cueillir. Il avait sans doute pressenti que tout comme lui, se clôturer dans un espace aussi luxueux pouvait-il être ne lui seyait pas. Sortir, ressentir l’adrénaline. Prendre l’air, tout oublier pendant une heure jusqu’à la prudence imposée par le Mangemort qui était responsable d’eux. Elle avait accepté, bien sûr. Il aurait fallu être idiot pour refuser.

La rouquine avait passé un temps agréable accompagné de son mentor. Elle n’aurait su le décrire plus précisément mais cette sortie avait été différente de celles qu’ils avaient pu avoir auparavant. Un mal pour un bien, en quelque sorte. Au moins avait-elle la consolation de pouvoir s’offrir un magnifique exemplaire de Rafflésie hybride. L’exemplaire moldu, plus communément réputé pour son odeur putride et son impressionnante floraison, avait un jumeau sorcier bien plus offensif et intéressant : l’énorme végétal aux couleurs écarlates et vives, aussi passif était-il, était un redoutable tueur. Par chance, un sorcier un tant soi peu renseigné à ce sujet n’avait rien à craindre. En revanche, un moldu s’en serait bien moins sorti.

La plante avait donc été achetée sans l’ombre d’une hésitation. Ils avaient encore erré quelques temps avant de se décider à rentrer dans leur geôle dorée … Mais l’accueil n’était pas celui qu’ils avaient prévu.

Sherkan les guettait, tapi tel le tigre qu’il inspirait aux yeux de Daphné. Ses paroles ronronnantes laissaient deviner le tranchant de ses crocs. Il n’était pas content ; curieusement, ses mots sonnaient comme un reproche à l’inquiétude qu’ils avaient généré en lui. La sang-pure baissa le regard légèrement vers ses pieds en entendant la réponse de Lichuan ; ce n’était rien d’anormal mais ce coup d’œil en apparence anodin ressemblait à s’y méprendre à un petit sourire caché – l’ombre de ses joues se creusant très subtilement en était un très bel indice -.

Elle finit par prendre la parole, s’avançant avec précaution, le pot de fleur toujours en main. « Désolée. On avait envie de prendre un peu l’air. » Ca n’excusait rien, mais elle n’était pas de ceux qui cherchaient des prétextes. Ils avaient besoin de voir ce qui se passait au-dehors pour ne pas finir cinglés. Elle s’avança encore un peu et brandit précautionneusement la jolie Rafflésie, d’une taille correcte. « On a ramené ça. C’est pour vous. Rafflesia mortifero. » Daphné n’arrivait pas à s’imaginer tutoyer Sherkan. Ca n’était guère concevable – un relief persistant de son éducation.

_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: We're in the city of wonder, ain't goin' play nice. Am I scaring you tonight ? Ain't used to what you like.

ϟ ÂGE : 40
ϟ FONCTION : Ancien espion pour la cellule SEPOM et les mangemorts. Assassin à son propre compte. (Mangemort non-connu des autorités, en fuite)(Moitié vélane)
ϟ AVATAR : Luke Evans


ϟ LIENS : Power and decadence are blood in my veins. I will be a ruin before soon

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Mer 25 Fév 2015 - 14:09

Monstrum est

insatiabiles
superbam carnem



De bronze et de lys, la lumière auréolait ses traits d'un calme olympien. Pourtant, le regard acéré que Sherkan porta sur les deux silhouettes familières étaient tout sauf tranquilles. Ses onyx aux mousses obscures luisaient d'une lueur amusée, joueuse. Et c'est sans surprise qu'il vit Lichuan se prêter à ce divertissement tordu. La révérence fit naître l'ombre d'un rictus sur ses lèvres - harpie moqueuse au bec effilé, te voilà jetée dans la pantomime à mes côtés. Les paroles, quant à elle, firent tonner son coeur poussiéreux contre ses côtés - le ton, faussement bourgeois, était plutôt comique. La réaction de Daphné, ce sourire caché, les yeux baissés, le ramena à la réalité. Il détourna comme à contrecoeur son regard de Lichuan - je sais que tu es là, comme tu l'es toujours, finalement. Tu as beau partir, tu reviens à chaque fois, comme une bête bien domestiquée, mon cher petit pantin. Et tu me reviendras. Encore et encore, autant de fois qu'il te prendra le goût de fuir. Mes ses pensées elles-même avaient perdu de leur tranchant.

Sherkan se leva précautionneusement, et Moriarty se glissa sous le fauteuil, s'y camouflant. Le mangemort haussa les sourcils devant la jeune femme rousse - il ne répondit rien devant sa sincérité. Ils avaient besoin de prendre l'air. Le tigre savait que cette maison - et l'appartement - avaient des allures de prison aux murs clos ; hélas, il ne désirait que leur sécurité. Même si Lichuan pensait sûrement le contraire - le problème de Lichuan était qu'il pensait toujours le contraire de Sherkan, criant haut et fort ses avis dissidents, le traitant de monstre et de menteur. Mais c'était amusant, oui. Fort amusant - le serpentard avait toujours été une pique de curiosité, un intérêt luisant comme un phare. Mais Sherkan aurait préféré crever que de le lui avouer, sans réellement se rendre compte de combien ses mots et ses gestes transpiraient l'attention qu'il avait pour lui. La plante qu'avait Daphné dans les bras était une horreur de couleurs, presque agressive au regard du chaland. Il ne dit rien, mais en entendant le nom, il tiqua quelque peu - non, elle ne sait pas, elle ne sait pas. Ceci pouvait-il être une coïncidence aussi idiote ? Il se retint de lancer un regard agacé à Lichuan et tendit la main vers l'espèce de plante. « Rafflésia Mortifero » répéta t-il d'une voix douce, avant de grimacer - l'arbuste ignoble venait de lui mordre le doigt de ses dents végétales. Le mangemort fronça le nez et haussa les sourcils, faussement surpris, vaguement agacé. Dédaigneux, presque. Presque. Il détestait déjà cette plante, affreuse et inutile, qui semblait lui jeter au visage son nom aux lettres putrides. Rafflesia Mortifero, et la mort avec elle, et gueule carnassière, et ses couleurs grossières. Je suis sûr que toute cette idée grotesque vient de toi, Lichuan.

« Je ne connais pas ce spécimen. Vous comptez le mettre avec les autres, pour parfaire votre petite jungle ?» Le ton était neutre, un rien moqueur - parce que certaines de ses pièces, et aussi son corridor, s'étaient transformés en une jungle miniature, pleine de plantes aux couleurs et aux moeurs étranges. Il avait même cessé de tenter d'entrer dans une de ses salles de bains. Il y avait une espèce avec des lianes qui avait déjà tenté de l'attraper, et il était certain d'avoir vu l'un de ces bras verts et végétal attraper un oiseau à la fenêtre et le tirer dans des profondeurs. Il aurait juré avoir entendu le bruit d'un rot. Il retira son doigt de la gueule poisseuse et le secoua pour en retirer le sébum collant. Quelques traces rouges, et une légère douleur. Superbe, un cadeau carnivore, quelle bonne idée. « Peu importe. Daphné, j'ai réfléchi à une chose - qui te concerne aussi Lichuan. » Il avait prononcé le temps avec une hésitation, et allongé la douceur du prénom dans sa bouche comme on savourerait le goût d'un vin exquis. Il recula d'un pas, pour avoir les deux jeunes gens en ligne de vue. Il ignora la gesticulation de la plante en pot, horreur de graminée. « Je peux vous apprendre deux ou trois choses - la suite va se révéler sûrement difficile. Pour vous comme pour moi. Je serais tout autant rassuré si vous saviez vous occuper de vous-même. » Sous-entendu - ne soyez pas des boulets. Ne m'obligez pas à vous pouponner. C'était pourtant ironique, quand on songeait que c'était lui qui avait proposé de les héberger, et surtout quand on pensait que, si il voulait leur apprendre à se battre, à tuer proprement, à torturer, si il voulait prodiguer tout son savoir, ce n'était pas pour cette cause idiote. C'était parce qu'il appréciait les deux jeunes gens, et qu'il voulait qu'ils aient une chance face aux futurs désagréments qui promettaient d'arriver, dans une temporalité relativement proche. Le regard qu'il avait posé sur Daphné - ignorant superbement Lichuan, dans une indifférence si évidente qu'elle en devenait brûlante - était cependant doux. Il se voulait protecteur et mentor, pour cette jeune femme. Elle était polie, réfléchie, et pleine d'un potentiel qu'il lui était curieux de découvrir.

« Je sens votre volonté de vengeance, Miss Greengrass. Que voulez-vous en faire ? La laisser s'estomper seule, l'affamer d'un calme mortel ? Ou l'entretenir à coup de griffes, raviver la flamme, jusqu'à pouvoir atteindre les buts fixés ? » Il parle bien, Sherkan, d'une voix veloutée. Comme il a autrefois parlé à son pantin, à son fou, à Lichuan. Mais cette fois, c'est différent - il ne fait pas ça pour s'amuser. Nul mensonge n'anime ses traits d'une beauté inhumaine. Il n'a mis aucun pouvoir, ni dans son timbre ni dans son visage. Et c'est ce qui est cruel - sa sincérité, aux arrêtes acérées. Acceptez, Miss Greengrass, et je vous donnerai le moyen de toucher les étoiles. Il ne veut pas voir le regard de Lichuan - il ne veut pas voir s'il est déçu, écoeuré. Jaloux. Comme j'aimerais que tu sois jaloux, ma belle harpie dépenaillée aux ailes brisées. Comme je désirerais te voir te glisser sous ma protection. Mais j'ai un marché à proposer à Miss Daphné, et tu n'en seras pas. Tu n'en sauras rien. Pauvre pantin, te voilà encore le dupe, mon doux, mon bel oiseau.


_________________


« i was in the wrong time with the wrong person. »
I'm gonna make you bend and break, It sends you to me without wait. And I want these words to make things right, But it's the wrongs that make the words come to life, "Who does he think he is?" If that's the worst you got, Better you have lost your heart.
(c) Myuu.BANG!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Jeu 26 Fév 2015 - 12:51

Build

Break
Repair

Prendre l'air… L'excuse, savant mélange d'honnêteté désarmante et de fausse nonchalance, arracha un ricanement moqueur à Lichuan. Se sentant parfaitement à l'aise dans cette maison qui n'était pas la sienne —pire que ça même, le fait qu'elle appartienne à Sherkan avait le don de lui insuffler les stratagèmes les plus ingénieux afin d'atténuer cette aura antique, solennelle et terriblement ennuyeuse— il acheva de retirer ses chaussures et défit le col de sa chemise. Presque déçu de voir Moriarty disparaître sous le fauteuil alors qu'il avait prévu pour lui un nouvel essayage de rubans dont un était à strass, il se contenta de contempler, vaguement amusé, leur hôte s'approcher de la plante avec mille précautions, grimaçant légèrement devant cet étalage de couleurs et de formes grotesques. Décidément fort peu charitable, Lichuan laissa échapper un éclat de rire franc lorsque le doigt de Sherkan fut happé par les petites dents vicieux de la Rafflésia Mortifero. « La petite jungle, c'est l'oeuvre de Daphné, rétorqua Lichuan d'une voix amusée, bien que tout le monde dans la pièce savait qu'il n'avait strictement rien fait pour la décourager, au contraire. Mais je commence à la trouver beaucoup plus efficace que tes piètres sortilèges. Peut-être qu'on devrait songer à remplacer les boucliers du manoir par un mur de plantes carnivores ? » L'idée lui paraissait presque séduisante. Protégé, confortablement installé derrière de tels remparts, Lichuan n'hésiterait guère longtemps, pas plus d'une seconde en réalité, avant d'inviter Basile Flaversham au cœur de leur humble demeure juste pour le plaisir de le voir se débattre avec les innombrables végétaux géants gentiment bichonnés par la jeune fille aux cheveux aussi flamboyants que son caractère.

Le doigt de Sherkan était poisseux de sang et de sébum probablement venimeux. Bien fait. Vengeance dérisoire. Néanmoins, voir Sherkan souffrir, même sous l'effet de la plus insignifiante des douleurs, était toujours plaisant. Lichuan s'apprêtait à disparaître dans l'un des multiples corridors constituant ce labyrinthe étonnant que Sherkan s'obstinait à appeler sa bâtisse lorsque leur hôte prit soudain la parole : « Peu importe. Daphné, j'ai réfléchi à une chose - qui te concerne aussi Lichuan. » Ce fut le ton avec lequel Sherkan prononça son prénom qui le retint —ça, allié au fait que cela concernait aussi Daphné, était comme une chaîne qui se refermait autour de poignets tendus en une parodie d'invitation. Lichuan, dévoré par la curiosité, parvint à la cacher en exagérant sa mimique ennuyée. « Si c'est à propos de la salle de bains du premier... commença-t-il, à la fois agacé et vaguement ravi à l'idée d'avoir réussi à contrarier Sherkan, mais la suite de la tirade de ce dernier eut le don d'éveiller une parcelle de son maigre intérêt, bien qu'il fit tout pour le dissimuler efficacement. » Le voilà qui désirait leur apprendre deux ou trois choses, afin d'être rassuré ! Quelle triste ironie !

Mais qu'est-ce que tu ne m'a pas appris, dis-moi, Sherkan ? songea distraitement Lichuan alors qu'il l'écoutait noyer Daphné dans un flot de paroles tentatrices qui eurent au moins le mérite de lui inspirer des sentiments contradictoires —il ne cherchait pas à lui mentir, comme il avait menti à Aloysius, il se montrait presque sincère avec elle, comme il avait faire croire qu'il l'était en sa compagnie, autrefois. Surtout, il ne déployait pas son charme de Vélane. Ces mots résonnaient comme une insulte, et le fait que Sherkan ne daigne lui offrir que son dos, son indifférence, alors qu'il parlait à la jeune fille acheva de l’écœurer profondément. Lichuan n'attendit pas qu'on lui donne la permission de parler avant de prendre la parole. Il arborait avec arrogance un sourire aussi acéré qu'une lame de couteau et c'est d'une voix joueuse, tranchante, qu'il s'adressa directement à Daphné : « Le sous-entendu est clair, non, je crois ? Mais ce que notre charmant hôte ne t'avouera jamais, ma jolie, c'est le prix exorbitant de son prétendu enseignement. Un prix barbare, inhumain, que tu ne pourras jamais rembourser tout à fait, même en une vie entière. » Je le sais bien, moi. « Il sera toujours auprès de toi, même dans les moments les plus intimes, il épiera le moindre de tes pas, guetteras l'apparition de tes faiblesses, aussi rares soient-elles. Alors il frappera. Et devine quoi ? Il ne ratera pas sa cible, non, jamais. Tu seras pour toujours prisonnière de tes serments passés, aussi vains qu'idiots. » Il n'ignorait pas à quel point Daphné tenait à sa liberté.

Sa tirade était autant un avertissement qu'un reproche. Même si Lichuan avait la prétention de croire qu'il a su s'arracher aux griffes de Sherkan, qu'il pouvait supporter sa présence comme on respire un poison familier. On connaît ses effets, on les subit, mais on trouve également le moyen de vivre avec, ignorant courageusement les symptômes et les ennuis que cela entraîne dans un quotidien déjà bien chamboulé.

« Magdalène, s'exclama soudain Lichuan. La fleur carnivore. Je propose qu'on l'appelle Magdalène. C'est un prénom fort sympathique, vous ne trouvez pas ? » Bien entendu, cela n'avait rien à voir avec le fait qu'il avait découvert que la mère de Sherkan se nommait ainsi. Il avait toujours aimé affubler les plantes de petits surnoms idiots, après tout, et voir Daphné protester en arguant que c'était inutile était sacrément amusant.
Bien entendu.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Dim 1 Mar 2015 - 15:23

Revenge is an act of passion,

Vengeance of justice.
Injuries are revenged.

Les doigts de Sherkan entrèrent en contact avec la plante et celle-ci réagit de la seule manière qu’elle connaissait : elle mordit. Le Mangemort avait de la chance, il aurait pu se retrouver avec une piqûre de venin paralysant, mais Salazar merci il n’avait pas été assez fou ni inconscient pour toucher les étamines de la fleur – seule partie secrétant la dite toxine -. Elle avait raconté tout cela à Lichuan sur le chemin du retour, mais nul doute qu’à ses mimiques d’automate et à son air complètement inintéressé, il n’avait pas écouté un traître mot de ses recommandations. Quand il se retrouverait un soir avec le bras gauche paralysé, Daphné pourrait lui prodiguer l’onguent de secours qu’elle avait acheté avec le végétal en le sermonnant. Pour cette fois, donc, la serveuse se contenta « Faites attention. Les morsures ne sont pas létales mais il vaut mieux éviter de trop la titiller. Elle finit par perdre patience et devenir mauvaise. » Un peu comme moi, aurait-elle pu préciser pour blaguer.

Visiblement le cadeau ne satisfaisait pas Sherkan. Il observait la chose comme il aurait dévisagé son pire ennemi, mais la rousse ne se laissa pas abattre, bien au contraire. « Lichuan trouvait qu’elle avait sa place sur le piano. L’exposition y est propice, en tout cas. » Etait-elle simplement nonchalante ou sérieuse ? Difficile à évaluer. La rouquine couva d’un regard étonnamment bienveillant la plante et se contenta de la garder dans ses mains en attendant qu’elle puisse aller la placer là où il fallait. « Je fais pousser des plantes, mais bien sûr je peux aussi collectionner des cadavres de moldus à la place. » suggéra tranquillement Daphné. Qui aurait pu croire qu’une enfant pareille pouvait tuer et proférer d’aussi vilaines intentions ? Peu de monde, vraiment, mais son mentor lui en avait l’habitude.

Les mots de Rougemont à son adresse la surprirent. Elle n’était pas idiote, mais elle écouta chaque syllabe avec bien plus d’attention qu’elle n’aurait du. « Vraiment ? » Elle haussa un sourcil, sincèrement étonnée de découvrir que Sherkan lui proposait volontairement de lui inculquer quelque chose d’utile. Elle était loin de le visualiser en figure paternaliste pourtant, lui offrir l’instrument de sa vengeance la séduisait. « Tout ce que je veux c’est que celui qui nous a mis dans cette situation paie sa traîtrise. Peu importe le moyen. » La réponse était simple, claire, concise. Sans fioritures. « Quant au prix à payer, je te remercie de tes conseils, mais je crois que ça me regarde. » Se rebellait-elle contre celui qu’elle avait pourtant choisi ? Aucunement. Mais bien qu’elle n’aimait guère qu’on l’emprisonne ou qu’on lui dérobe sa liberté, elle appréciait encore moins être dirigée directement ou non.

Et puis l’asiatique intervint à la façon d’un enfant qui n’aimait guère être mis de côté, peu importait que la discussion tournât autour de jardinage, de Mangemorts ou de couleur de robe. Daphné avait vite remarqué cette partie de son caractère qui aimait le faste et l’attention qu’on lui portait. Quand les choses ne tournaient pas forcément autour de lui, il faisait bien vite en sorte que cela change. Elle ne pouvait pas dire qu’elle trouvait cela totalement ridicule, elle-même appréciant être écoutée et prise en compte. Mais de la part de Lichuan qui avait bientôt presque trente ans, ces caprices pouvaient avoir un côté légèrement puéril qu’au fond, elle lui excusait. « … C’est ridicule, Lichuan, on ne donne pas de nom à une plante. Ce n’est pas un chien ou un hibou. » soupira la jeune femme de guerre lasse, écartant presque de quelques centimètres la dite Magdalène de la vue de l’asiatique. Daphné reprit finalement, songeuse. « Qu’est-ce que vous comptez nous apprendre au juste ? »

_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: We're in the city of wonder, ain't goin' play nice. Am I scaring you tonight ? Ain't used to what you like.

ϟ ÂGE : 40
ϟ FONCTION : Ancien espion pour la cellule SEPOM et les mangemorts. Assassin à son propre compte. (Mangemort non-connu des autorités, en fuite)(Moitié vélane)
ϟ AVATAR : Luke Evans


ϟ LIENS : Power and decadence are blood in my veins. I will be a ruin before soon

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Dim 1 Mar 2015 - 22:02

Monstrum est

insatiabiles
superbam carnem



L'insolence de Lichuan ne l'atteignait plus, à moins que cela ne soit un autre masque, une autre façade. Qui aurait pu le dire ? A ce niveau de déni, sûrement pas lui. Mais au moins les deux mangemorts écoutèrent sa proposition, avec plus d'attention qu'il ne l'aurait cru - surtout de la part de l'asiatique. Même sans le regarder, même sans poser ses prunelles de cendres sur son beau visage, Sherkan devina son profond malaise. Oui, mon cher Aloysius, oui - j'offre une parcelle de vérité à la rouquine devant nous. Je lui offre ce que tu aurais aimé que je te tende, n'est-ce pas ? Tu t'imagines mille horreurs, et peut-être as-tu raison - qu'attendre de plus d'un monstre ? Mais cette fois, cette fois-ci, harpie brisée, tu ne m'échapperas pas. Il avait préféré ignorer la plante et la remarque sur le piano - il avait eut un mouvement d'épaules, signifiant : quoi que je dise, vous n'en ferez qu'à votre tête, n'est-ce pas ? Si la créature de feuilles et de dents venimeuses l'ennuyait, il trouverait un moyen de la faire disparaître. C'est si facile pour toi, Sherkan - faire disparaître ce qui te gênes ne t'as jamais posé de problèmes, chimère aux crocs pointus, à la poitrine creuse. Mais dans le fond, peut-être n'osera t-il pas. Oh, pas qu'il ait peur d'une quelconque réprimande de la part des deux jeunes mais, dans le fond, il ne voulait pas d'une dispute inutile. Que l'idée de mettre cette plante aux morts sur le piano ne l'étonnait pas, mais il ne voulait pas donner satisfaction à ce tortionnaire des bacs à sable - il ne montrerait pas son agacement, camouflé habilement sous ses sourires tout aussi habiles.

Daphné s'était révélé une femme forte - étonnamment forte. Une mangemorte en puissance, et c'était sa force de caractère autant qu'une loyauté étrange qui avait décidé Sherkan à lui offrir un abri des aurors, à la prévenir qu'elle était tombée, comme Lichuan. Sa répartie le fit sourire - un sourire sincère, amusé. Oui, qu'elle soit capable de tuer de vulgaires moldus ne l'étonnait pas, mais ce ne serait guère utile. Autant qu'elle s'amuse avec ses plantes - il n'en avait cure, tant qu'il ne se retrouvait pas étranglé par une liane dans son sommeil.

Sherkan aurait dû se douter que sa proposition se solderait pas des rebuffades de la part de Lichuan. Il retint une grimace agacée. Il ne prit même pas la peine de regarder la harpie. Il avait le regard plongé dans les yeux de Daphné. Il hocha doucement la tête à son vraiment, et la suite fit exulter une partie de lui, une partie enfantine, qui se réjouit de la voir se dégager des préjugés -fondés- de Lichuan. « Le prix ne sera qu'efforts et volonté. Et une petite exigence, rien de très lourd, donc je vous parlerai lorsque nous serons seuls. » Il était évident qu'il excluait Lichuan de cette clause du contrat. Néanmoins, pour ne pas faire naître le dégoût impérieux chez l'asiatique, Sherkan tourna enfin son visage vers lui - comme si il lui offrait enfin la récompense tant attendue, un regard. Indifférent, lourd, de ses prunelles d'un gris assombri. Ne prends pas ton cas pour une généralité, Aloysius. Si je t'ai enchaîné à ma propre chute, Daphné sera différente. Cela tu ne le comprends pas ? Que j'ai pu choisir de te faire tomber, et d'assurer les pas d'une autre ? Sherkan avait grandi, depuis ces années folles où il avait recruté Lichuan. Et si il ne s'était jamais changé en bon samaritain, bien au contraire, il avait appris à être plus subtil encore. Daphné ne servirait à rien, manipulée comme Lichuan l'avait été. Mais elle pouvait être sacrément utile, car sa loyauté à la cause Mangemorte n'était pas à certifier. Il aurait été idiot de dire que Sherkan lui faisait confiance, mais cela s'en approchait, dangereusement, étrangement. Il appréciait même la jeune femme - et la façon dont elle avait cloué le bec de harpie de Lichuan ne faisait que renforcer le tigre dans sa décision. Elle était parfaite.

Et puis, le nom tombe, de la voix si enthousiaste de Lichuan.
Magdalène.
Magda-lène.


Et le temps s'arrête, dans un battement de coeur.
Magdalène.

Le sang sur les doigts.
Les échardes sous les ongles.
Les cris, le noir, la perfection si lointaine.
L'écarlate qui teinte ses mains, et son regard vitreux.
Sa beauté diaphane, se fanant comme sa vie qui s'enfuit.
Sa mère.


Une seconde, une seule, et tout bascule en Sherkan. Comment sait-il ? Comment ?! Il n'a aucune idée de ce qui se cache là-dessous. D'un geste réflexe, sa main droite fond dans sa poche et vient caresser du bout des doigts le collier ayant appartenu à sa génitrice. Il inspire - le seul trouble lisible sur sa physionomie, c'est son regard. Ces iris devenus de nuit, plissés, deux fentes sur son ombre vide comme le néant. Lichuan le paiera - le sait-il cela ? Pour avoir osé souillé de sa langue ce nom tombé dans la fange, pour avoir eu l'indécence de faire remonter de terribles souvenirs que Sherkan avait pourtant enfoui si profondément ... Il inspire. Il ne faut pas oublier de vivre, cher tigre. Il inspire encore, et remercie tous les dieux pour l'intervention rapide de Daphné. Il cille enfin, et détourne son regard de pure haine de Lichuan. Avorton pathétique. Tu n'as aucune idée ... Aucune idée, se répète t-il comme une mélopée funèbre. Il fait aller le bout des doigts de sa main gauche dans le vide, comme pour faire aller ses phalanges ; il se souvient parfaitement de la douleur de gratter, dans le noir, dans un placard fermé. Il se rappelle la déchéance, la chute, brutale et lente agonie. Il se le rappelle - et il fait de multiples efforts pour revenir à une réalité qui semble lui échapper.
Sorcellerie que ce nom.
Magdalène.


« Je connais votre goût de la liberté, Miss Greengrass. Je ne vous demanderais jamais de vous enchaîner à moi - ce serait inutile. Je ne doute pas que Mr Lone, ce traître à notre communauté, a déjà connu de difficiles moments » une demi-seconde, un millième de dixième de seconde ; l'esquisse d'un battement. Oui, il sait que Lichuan et Jessie ont fait du mal à Zahari Lone. Et il exulte à l'idée qu'un jour, peut-être, il mettra une Daphné instruite de sa part sur le chemin du gamin. Il sourit, comme une invite, comme un tentateur à la vengeance et il reprend d'une voix douce, mortelle« mais votre désir de châtiment est juste. Je ferai ce qui est en mon pouvoir pour vous apprendre - et Lone regrettera. » Il ne bouge pas, immobile. Son doigt le lance, vaguement, comme une pulsation en écho aux paroles qui suivent encore. Ne pas regarder Lichuan - il a failli tout gâcher, ce fou. Si elle avait cru à ses paroles, si elle avait bu sa demi-vérité ... « Ce que je peux vous enseigner, c'est à faire mal, à torturer sans laisser de traces - ou en laissant des marques. L'anatomie, animale et humaine ; les centres vitaux. D'une torsion, d'un contact, et cela entraîne paralysie, sommeil. Le corps humain est une superbe carte à visiter. Je m'offre de vous en faire examiner chaque monument qui vous permettra de tirer de la douleur d'autrui. Mais il n'y a pas que cela - la dissimulation, l'art du mensonge poussé à l'extrême. L'art de la séduction, de porter les masques. Je suis prêt à vous offrir ce que vous voulez - votre vengeance est la vôtre, et je suis paré à faire de vous l'instrument qui incisera jusqu'au coeur de Lone, si tel est votre désir.» De grands discours, mais encore une fois, d'une honnêteté désarmante.

Et ce que je demande, Miss Greengrass, ce n'est ni votre liberté, ni vos petits secrets. Ce n'est ni votre corps ni vos paroles. Ce que je veux, Miss Greengrass, c'est la sécurité de ce fou. Ce que je veux, c'est que vous protégiez Lichuan. Le moment où tout explosera, où ma propre mascarade ne sera plus sous contrôle, ce moment viendra bientôt, et alors ... Et alors, Lichuan jouera avec le danger. Laissant Lichuan derrière lui.
Pas par amour. Par possession. L'amour n'est que cendres. Mais son désir de possession est intense. Et la harpie, il la possédera, entière ou jamais. Il la possédera - à jamais.

« Lichuan, si tu ne désires pas te joindre à nous, je ne t'y oblige guère. Mais ce que je propose à Miss Greengrass, je te le propose à toi aussi. » Ce pourrait sembler une farce de mauvais goût. Mais sa sincérité va jusqu'au vol de la harpie. Sa proposition bat des ailes, près du bec acéré aux paroles meurtrières - meurtris, ces mots qui résonnent en lui. Qu'on ne l'accuse pas de l'avoir mis à l'écart - même si c'est ce qu'il fait, dans le fond. Lichuan ne saura rien du contrat qu'il compte passer avec Daphné. Rien - contre sa vengeance, c'est bien peu de choses.
Le silence. Et la possession.
Le mutisme. Et la passion.


_________________


« i was in the wrong time with the wrong person. »
I'm gonna make you bend and break, It sends you to me without wait. And I want these words to make things right, But it's the wrongs that make the words come to life, "Who does he think he is?" If that's the worst you got, Better you have lost your heart.
(c) Myuu.BANG!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Lun 9 Mar 2015 - 22:25

Build

Break
Repair

Si ça la regardait, alors... Joliment mouché, Lichuan se contenta de lever les yeux au plafond, semblant admettre sa défaite avec la grâce des bons joueurs —intérieurement, il ne pouvait pas s'empêcher de fulminer. Très bien, qu'elle agisse selon ses désirs, il avait pourtant veillé à la prévenir. Mais la lueur intéressée dans les yeux de Sherkan n'était pas de celles qui promettaient des années de manipulation et de souffrance ; à Lichuan, elle n'inspirait qu'un vague, mauvais pressentiment. « Comme tu voudras, fit Lichuan d'une voix étrangement neutre, bien trop pour être honnête. » Il ne prit pas la peine d'ajouter un avertissement ou un quelconque trait d'esprit. Il jugeait la jeune fille assez intelligente pour prendre ses propres décisions, après tout, il avait vu de ses propres yeux de quoi elle était capable.

Elle saurait sûrement échapper aux crocs implacables de Sherkan ; et si elle ne pouvait pas, cela voulait dire qu'elle ne possédait certainement pas autant de valeur qu'il avait daigné lui en accorder.

À ses faibles protestations concernant le nom de la plante, il haussa simplement les épaules, une ombre de sourire sur les lèvres. Magdalène. Au-delà de la consonance terriblement brusque de ce nom à l'apparence incroyablement banale, il apportait à Lichuan le goût plus que savoureux de la victoire. Il n'allait pas laisser le caractère houleux de Daphné lui gâcher cette piètre avancée, ce maigre trophée qu'il avait su arracher au silence obstiné de Sherkan. Magdalène.
Le parfum du triomphe.

Mais, déjà, le sujet fâcheux revenait sur le tapis, comme un invité indélicat qui refuse d'être mis à la porte. Faisant mine d'être immensément ennuyé, Lichuan se laissa lamentablement écrouler sur le canapé le plus proche. « Oh pitié, souffla-t-il. » Mais il resta tout de même attentif au discours de Sherkan qui réveillait en lui des échos douloureusement familiers.

Et je suis paré à faire de vous l'instrument qui incisera jusqu'au cœur de Lone, s'exclama soudain Sherkan et les yeux de Lichuan brillèrent.
Un instrument ; c'était donc ça. Rien d'autre, rien de plus, bien que l'idée de détruire Lone de manière presque chirurgicale lui inspirait d'agréables pensées, et réussit même le mince exploit de lui arracher un sourire vaguement sincère.
Qu'il crève, hurlait chaque parcelle de son âme.

« Qu'il crève, Lone, répéta-t-il distraitement à voix haute, sans s'adresser à personne en particulier. » D'un geste vif, il se redressa, ses mains soutenant son menton alors que son regard allait et venait entre les deux silhouettes familières qui se faisaient face juste devant lui, à quelques pas. L'assurance de la mort de Zahari valait presque l'enseignement cruellement retors de Sherkan. « Même si ça ne change rien. » Non, ça ne changeait rien, en effet ; mais cela leur apporterait au moins un soupçon de joie dans cette vie confinée et monotone.

Il n'écouta pas la réponse de Daphné ; à ce niveau-là, elle était plus que prévisible. À la proposition implicite de Sherkan, il se contenta de dire simplement : « Tu oublies que, tout ça, je le connais déjà. » La faute à qui, Sherkan. La faute à qui... « Mais j'accepterais volontiers de vous observer, ajouta-t-il avec une fausse nonchalance. »

Il ne bougea cependant pas de sa place d'observation privilégiée —il devait avoir un truc avec les canapés— mais leur adressa un sourire aussi éclatant qu'indéchiffrable, mimant à la perfection l'indifférence alors qu'une certaine contrariété bouillait en lui, comme toujours lorsqu'il se tenait auprès de Sherkan ou que les choses ne se passaient pas comme prévues —et Daphné avait un don pour détourner les choses de leur droit chemin.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Dim 15 Mar 2015 - 15:58

Revenge is an act of passion,

Vengeance of justice.
Injuries are revenged.

L’avait-elle vexé ? Possible. Elle s’en moquait, au fond. Lichuan ne parvenait après tout jamais bien longtemps à lui tenir rigueur de sa franche détermination ; il reviendrait bien vite vers elle pour une raison ou pour une autre dont lui seul avait le secret. Et s’il voulait jouer les enfants capricieux, ce n’était certainement pas avec la rouquine que ce stratagème vieux comme le monde fonctionnerait. Non, de toute manière son attention toute entière avait été captée par les paroles de Sherkan. Aussi la jeune serveuse se détourna t-elle du Langue-de-Plomb pour écouter, toute ouïe, le lyrisme de la proposition du trentenaire.

Il lui promettait monts et merveilles ; il lui jurait lui inculquer l’art et les subtiles finesses de doser la douleur dans ses victimes, de guider la mort jusque là où elle l’entendait, de faire souffrir autrui comme elle le désirait. Ce serment de pouvoir était grisant, absolument grisant, et on ne pouvait pas nier que le Mangemort avait bien compris quels appâts pouvaient motiver à ce point la rousse pour accepter et suivre docilement son supérieur. Elle qui avait soif de vengeance, elle qui avait été mise hors jeu sur l’échiquier par une main invisible ne le supportait pas. Elle n’acceptait pas d’avoir été trahie, pas plus qu’elle ne voulait imaginer la colère, la déception sourde que les autres Mangemorts devaient ressentir lorsque son nom serait rapidement associé à celui d’un parjure qu’elle n’avait pas commis.

Et elle devait se terrer, Daphné, elle devait se cacher comme un rat craignant le monde extérieur. Réduite à la simple détention dans une cage dorée. Dieu qu’elle haïssait cette sensation, dieu qu’elle voulait faire payer pour ce confinement. L’injustice ne lui avait jamais paru si criante. Cela n’avait pas de prix à ses yeux ; et celui que Sherkan lui proposait si mystérieusement ne la rebutait pas. Tout a plus l’intriguait-il – que pouvait-il attendre d’elle, lui, l’homme aux mille facettes, si habile dans ce qu’il faisait de mieux, le mal ?. Presque autant que pour apprendre et pour se rapprocher toujours un peu plus de cet idéal d’indépendance et de pouvoir qu’elle cultivait, elle souhaitait aussi mieux cerner l’homme qu’était Sherkan Rougemont. Il semblait laisser entrevoir des ombres que Daphné se sentait l’envie de connaître.

Lichuan partageait son aversion pour leur situation actuelle, cela se confirma lorsqu’elle l’entendit pester sur Lone. Un doux sourire qui n’avait rien de gentil éclaira son visage pâle et elle sut que lui non plus ne serait pas assez fou pour ne pas profiter de la moindre occasion pour assouvir sa colère. Au moins étaient-ils unis par la revanche.

Alors il accepta. Nonchalamment, d’un air désintéressé, comme si tout ceci n’était qu’une redite pour lui, une révision d’un cours déjà connu par cœur. Sa confiance le perdrait peut-être, la jeune Greengrass ne savait pas quoi en penser : c’était cette même aisance troublante qui l’avait attirée comme un aimant à lui. Elle ne put pourtant réprimer un certain haussement de sourcil en l’entendant se justifier sur sa présence à leurs entraînements. « Nous observer, ou nous surveiller ? » Son regard s’était posé sur Lichuan, à la limite de l’instigation. Oh, elle avait instillé ce qu’il fallait d’innocence et d’amusement pour rendre sa plaisanterie légère et badine au regard extérieur, mais en réalité l’asiatique ne pourrait pas complètement chasser la poussière de doute ; celle qui lui chuchotait que Daphné n’était pas la moitié d’une adolescente sotte et qu’elle avait sûrement déjà rapidement saisi le lien étrange et malsain qui liait ses deux mentors.

Le silence qui avait suivi leur échange s’alourdit d’un sérieux détonnant avant que finalement, la sang-pure hoche doucement la tête en direction de Monsieur Rougemont, l’ombre d’un étrange sourire sur les lèvres. « C’est d’accord. » Elle avait implicitement signé par ses mots un contrat dont elle ignorait encore bien des choses, mais il aurait été idiot de penser que Daphné avait peur. Même si elle ne savait pas où elle mettait totalement les pieds, elle avait suffisamment de cartes en main pour saisir cette aubaine : celle d’être instruite par le Tigre. « Si vous le permettez, je vais la » Elle soupesa la plante. « poser là … A la lumière, c’est ce qu’elles préfèrent. » Bien évidemment. C’était le seul être vivant de la maisonnée qui cherchait à ce point à s’abreuver de la clarté, qui en avait besoin de manière vitale et essentielle. Eux ? Ils étaient déjà tous atteints, rongés à plus ou moins fort degré par une folie absurde et gangréneuse. Elle reprit le pot, traversant la pièce à vivre sans se soucier du reste pour installer la dite Magdalene dans un rayon du jour. « Il faudra aussi éviter les coups de froid et l’humidité abondante. Je m’occuperai de la nourrir. » Car bien sûr, une telle plante ne devait pas simplement se contenter d’un arrosage et de terreau …

_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: We're in the city of wonder, ain't goin' play nice. Am I scaring you tonight ? Ain't used to what you like.

ϟ ÂGE : 40
ϟ FONCTION : Ancien espion pour la cellule SEPOM et les mangemorts. Assassin à son propre compte. (Mangemort non-connu des autorités, en fuite)(Moitié vélane)
ϟ AVATAR : Luke Evans


ϟ LIENS : Power and decadence are blood in my veins. I will be a ruin before soon

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Lun 6 Avr 2015 - 13:54

Monstrum est

insatiabiles
superbam carnem



Il y a un bonheur très enfantin dans le contentement à voir Lichuan repoussé par Daphné. Une joie gamine, perverse et malsaine, à la voir intéressée par sa proposition sincère et dédaigner Lichuan, et ses avertissements pourtant fondés. Le crocodile songea soudain que, au vu des réactions de la demoiselle, elle était encore plus intelligente qu'il ne l'avait cru. Elle savait reconnaître une opportunité, et il sentit une fierté ridicule creuser son ventre. Oui, son potentiel était là, noyau dur ne demandant qu'un peu d'aide. Autrefois, c'était Lichuan qui l'avait eu. Il l'avait sûrement toujours, bien qu'il eut déjà reçu l'appui d'un mentor. Ce que regrettait Sherkan, c'était qu'il lui ait échappé temporairement. Mais il reviendrait - la preuve n'était-elle pas là, en chair et en os, en colère et en rage, attentive à ses propos, à ses gestes, vivant sous son toit comme une résonance à ses propos ? Entre monstres, nous nous comprenons, Lichuan. Tu ne pourras jamais trouver tout cela chez quiconque. Lichuan et lui étaient liés. Ils se repoussaient et s'attiraient, invariablement, indéniablement. Et ce, malgré les blessures mortelles qu'ils s'infligeaient. Sherkan retint un soupir, et remua ses doigts, frotta la pulpe de ceux de la main droite, dans un geste réflexe dont il n'avait nulle conscience. Des résurgences sombres, aux éclats de rire cruels, dans la pénombre d'un placard. Magdalène.

Lichuan avait bien appris ses leçons. Toucher le coeur, viser les points faibles. Mais c'était à Daphné que s'offrait le crocodile. Sans arrière-pensée, pour une fois (ou juste une, toute petite, une infime demande.) Il ne désirait pas détruire Daphné, et c'était peut-être ça qui rendait l'autre si gamin - il ne comprenait pas pourquoi elle. Pourquoi il avait éteint ses désirs de mort et ses pulsions de cruauté, pour la rousse. Sherkan lui-même ne comprenait pas. Ou plutôt, si, mais il avait peur d'y voir trop d'humanité, dans ce désir d'aider la demoiselle dans sa vengeance. Il craignait d'y voir l'oeuvre d'un homme qui veut laisser son savoir avant de mourir. Non, non, la mort n'était pas là, pas pour lui ; elle était son amie, compagne de ses années, qui l'aidait dans ses oeuvres. Jamais je ne mourrai, Lichuan. Jamais, jamais, jamais. Si Daphné ne savait pas encore, jamais elle ne saurait. Lichuan ne lui avait pas dit. Lichuan ne lui dirait pas - Sherkan songeait avec erreur que ce serait un secret chéri par l'asiatique. Un secret connu d'eux seuls, ou presque. Quelque chose qu'ils garderaient, en eux, comme Sherkan gardait sa maladie, et comme Lichuan gardait sa hargne. Ses secrets. Son déni.

Les propos de Lichuan le font rire. Un rire qui n'a rien à faire là. Un rire éteint, qui s'arrête presque aussitôt qu'il est né. Oui, Lone mourra - Sherkan se le promet autant qu'il le promet aux deux mangemorts plus jeunes. Et il a le désir de le faire souffrir autant que faire se peut. Personne ne détruira Lichua hormis moi, Lone. Personne. Je suis le seul à avoir droit à sa souffrance, laissez-moi m'en délecter. Quant à le laisser assister à leurs petits entraînements ... Daphné répond à sa place. Avec une insolence qui fit frissonner le crocodile. Son sourire s'accentua encore - les mots étaient piquants. Divins. Ceux qui suivent, ce « C’est d’accord. » fait hocher distinctement la tête à Sherkan. Il accepte cette acceptation. Il ne répond rien - il n'y a rien à dire, après tout. Il s'est détourné de Lichuan, feint de ne pas s'intéresser à lui avec brio.

La plante revient dans la conversation, et le crocodile retient un soupir de frustration. Son doigt se souvient de la morsure, une pique aigüe de douleur monte dans sa chair. Encore une fois, il frotte ses doigts, sent sous sa pulpe d'infimes cicatrices. Le sang sur le bois, l'odeur de ses larmes et de sa sueur, ses cris, sa gorge déchirée. La plante soudain posée sur le magnifique piano représente tout cela. Mais il laisse Daphné à ce petit plaisir. Il est faible, une seconde, une minute. Pour elle, pour lui. Pour eux. Parce que, à partir de maintenant, il existe un eux qui laisse Lichuan en dehors. Et ça, c'est une minuscule victoire sur cet empereur de ses sens, sur ce qu'il lui faisait ressentir. Un pas vers le monstre, un coup de pied chez l'homme à terre.

« Comme vous voulez » approuve t-il, préférant aller vers Daphné que contre elle. Cela lui fera peut-être gagner des points en plus. Sinon, tant pis. « L'entraînement peut commencer dès demain matin. Aux aurores. La pointe du jour sera pour les entraînements physiques ; l'après-midi pour les jeux de l'esprit et la théorie. » Il frotte ses mains, puis sa joue, du plat de la main droite. Il tourne son regard impérieux vers Lichuan, dans son canapé. Il n'y a rien d'étrange à le voir là - il fait partie des meubles, presque ; peut-être en est-il devenu un ? Sherkan le souhaite. On peut se débarrasser d'un meuble - le brûler, le fracasser, le détruire. On ne s'attache pas aux meubles. On les laisse prendre la poussière dans un coin. Lichuan n'est rien - il le pense, il le songe, il y croit. Presque.

« Je vous laisse la maison pour aujourd'hui. J'ai à faire. » Et il disparaît dans les étages supérieurs. Ils ne le verront plus. Il aime sa solitude. Il veut savourer sa petite réussite, son simple succès. Et surtout, il veut préparer tout ce qu'il faut pour le lendemain.

Car, aux premiers rayons du soleil, Daphné appartiendra, non à lui, mais à ses cours. Ils devront s'apprivoiser, pour à la fois partager leurs sciences et accepter leur lien nouveau. Mais, surtout, surtout, Sherkan se prépare aux remarques de Lichuan, à ses regards inquisiteurs, à sa hargne ridicule. Il élabore ses plans, son inhumanité, cultive ses non-sentiments. Comme il refuse de montrer ses faiblesses, comme il nie à ses deux hôtes son après-midi de fatigue, sa peau grise et terne, sa toux, son sang malade.
Sa mort.
Si proche.



_________________


« i was in the wrong time with the wrong person. »
I'm gonna make you bend and break, It sends you to me without wait. And I want these words to make things right, But it's the wrongs that make the words come to life, "Who does he think he is?" If that's the worst you got, Better you have lost your heart.
(c) Myuu.BANG!

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Science has not yet taught us if madness is or is not the sublimity of the intelligence.

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ancien élève de Serpentard, ancien Langue-de-Plomb, Mangemort en fuite
ϟ AVATAR : Godfrey Gao
Freak Out Team

ϟ LIENS : From childhood's hour I have not been. As others were, I have not seen. As others saw, I could not awaken. My heart to joy at the same tone. And all I loved, I loved alone.

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Dim 12 Avr 2015 - 16:28

Build

Break
Repair

Lichuan sut à l'instant même où Daphné lui dédia son regard le plus inquisiteur qu'il détestait ce « eux » dont ils l'avaient adroitement exclu presque autant qu'il savourait la pensée de ne plus être au cœur de ces petits jeux cruels. Avec une douceur féroce, venimeuse, qui avait le mérite de signaler à la jeune fille que ses sous-entendus terriblement banals n'étaient pas tombés dans l'oreille d'un sourd, il lui répondit : « Ta méfiance me vexe, Daphné. Vous deux, et sa bouche se tordit en un sourire moqueur alors qu'il achevait lentement sa phrase comme pour en savourer les moindre inflexions, êtes les personnes les plus dignes de confiance que je connaisse. » Ses paroles étaient mielleuses mais ses intentions semblaient avoir été trempées dans de l'acide tant elles pouvaient se révéler destructrices. Il aurait été stupide, pire que ça même, stupidement suicidaire d'ignorer à quel point Lichuan Whitelaw pouvait se montrer versatile. « Les Mangemorts sont une famille. Nous nous protégeons les uns les autres. » Les uns des autres ne serait-il pas une formulation plus juste ? Avec une mimique odieusement hypocrite, il accepta la capitulation de Daphné comme une chose inévitable, écrite d'avance. Bien joué, Sherkan, semblaient clamer ses yeux chargés d'éclairs. Tu viens d'ajouter une nouvelle marionnette à ta si précieuse collection ! Quel éclat, quel grandeur !
Quelle tristesse...

Elle ne pourra pas dire qu'elle n'aura pas été prévenue.

Le fait qu'il ne cherche pas à protester lorsque Daphné s'occupa de placer la plante, Magdalène, à l'endroit le plus approprié lui arracha un sourire tout sauf amical. T’affaiblirais-tu donc, Sherkan, face à la seule volonté d'une adolescente ? Tu vieillis.
En réalité, on pourrait même affirmer sans trop craindre de se tromper que tu es en train de mourir.
Narquois, Lichuan applaudit bruyamment alors que Sherkan énonçait ses consignes d'un ton qui finissait toujours par évoquer à l'asiatique les innombrables amertumes d'un passé désormais révolu. C'est terminé, songea-t-il distraitement. Il cédait son tour à Daphné. Elle ne risquait pas d'être déçue.

« Comme c'est admirable, murmura-t-il sans se soucier d'être entendu. Tu vas la façonner à ton image. C'est un acte plein d'abnégation ce que tu t'apprêtes à faire, transmettre tes savoirs à la génération suivante. Tu ferais un excellent professeur, si seulement tu ne manquais pas à ce point d'éthique. » D'un bond, en même temps que Sherkan annonçait sa retraite, il se leva et ébouriffa presque chaleureusement Daphné alors qu'il commençait à envisager la possibilité de sortir à nouveau. Il étouffait entre les quatre et quelques murs de cette antique bâtisse qui, dès le lendemain matin, ne tarderait pas à résonner de la voix patiente de Sherkan déclamant ses absurdes instructions accompagnée des réponses dociles de sa jeune élève. Il étouffait en leur compagnie, enfermé dans un rôle qui le maintenait prisonnier. Aîné. Ancien amant. Il n'était pas sûr de tout ça à présent, alors que leurs maigres repères s'effondraient. Il aurait cru pouvoir compter sur Daphné pour s'allier contre leur hôte forcé mais il semblerait qu'il soit désormais seul dans sa lutte désespérée. « J'ose au moins espérer que tu te donneras à fond pour elle, Sherkan ! s'écria-t-il tandis qu'il ne distinguait plus que le dos de l'autre homme. Les œuvres posthumes sont toujours celles dont on se souvient le plus longtemps, il ne faudrait pas la gâcher. »

Il aurait fallu être idiot pour ne pas deviner qu'il parlait de Daphné et de son futur apprentissage. Ravi de cette dernière pique, il se tourna vers la jeune fille et se contenta de lui faire un clin d’œil espiègle en guise de seule explication. « Je suis persuadé qu'il t'expliquera. Il n'a aucune raison de vouloir te cacher des choses, après tout, déclara-t-il, sûr à présent que la rouquine allait vouloir satisfaire sa curiosité par tous les moyens. » Adroitement, il ouvrit la porte et s'engouffra à l'extérieur, vérifiant que sa baguette était bien dans sa poche, au cas où il ferait une mauvaise rencontre.
Il se corrigea aussitôt.
N'importe quelle mauvaise rencontre serait meilleure que les deux présences au moins autant rongées par la folie que lui qui l'attendait à la maison.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute Ven 29 Mai 2015 - 11:40

Revenge is an act of passion,

Vengeance of justice.
Injuries are revenged.

Le voir monter au créneau pour quérir les bonnes grâces d’un homme qu’il faisait semblant d’honnir. Lichuan Whitelaw était décidément aussi drôle que changeant : quand il s’apprêtait à pousser avec mauvaise foi sa cadette dans les bras du danger, il se reprenait au dernier moment, faisant mine de se soucier d’elle. L’attention aurait pu être touchante si elle n’était pas partiellement souillée par des arrières-pensées. Daphné en avait assez vu et entendu entre les deux protagonistes avec lesquels elle vivait depuis peu pour soupçonner qu’il y avait autant d’histoires inachevées que d’amertume. Un parfum de soufre qu’elle appréciait bien moins que celui des fleurs. Les fleurs, elles lui manquaient fâcheusement ici … Tout lui manquait, en fait. Son appartement, sa quiétude, sa solitude, son simulacre d’indépendance. Ici elle était retenue, forcée de jouer les mêmes comédies que Lichuan pour ne pas détonner. Obligée de se contenir pour ne pas paraître totalement folle.

La jeune fille eut un rire à faire froid dans le dos avant d’acquiescer déraisonnablement poliment aux propos de Whitelaw. « Je ne peux que te rejoindre là-dessus, Lichuan. Les Mangemorts se protègent les uns des autres. » Erreur volontaire ou maladresse grammaticale ingénue, nul ne le saurait. La rouquine esquissa un sourire trop doux pour être tout à fait rassurant et écouta les prérogatives de Sherkan avec au moins plus d’intérêt qu’elle n’en aurait eu pour les pleurnicheries infantiles de l’asiatique. Car elle n’était pas aussi sotte que ce dernier pouvait l’espérer : si elle ne parlait pas autant que lui, c’était parce qu’elle ne voyait pas l’intelligence de le faire. Ecouter était un meilleur choix tactique, à long terme. Se perdre dans un débat stérile sur « à quel disciple revenait de droit l’amour de Rougemont » l’ennuyait d’avance. Elle ne voulait pas de son affection mais de ses conseils, de son savoir, de sa force et de sa ruse. Whitelaw pouvait bien récupérer tout le reste sans que ça ne la dérange : ça n’était que des miettes à jeter aux moineaux. « Parfait. » souffla la jeune femme alors que le Vélane les quittait temporairement pour d’autres affaires sans doute moins badines que les leurs.

Seuls à deux, la rouquine se retourna vers Lichuan, le considérant d’un regard qui mélangeait amusement et condescendance à peine voilée. Parfois elle se posait la question de savoir lequel d’entre eux était le plus raisonné et mature. Quand l’un avait eu trente années pour s’assagir et en avait brûlé au moins la moitié dans des jeux dangereux et puérils, l’autre n’en avait eu besoin que d’une vingtaine à peine pour comprendre que le monde des adultes n’était pas une simple cour de récréation.

Daphné soupira profondément, croisa les bras et secoua doucement la tête avant de détourner son regard vers Magdalène qui déjà, avait commencé à dérouler paresseusement ses feuilles pour s’épanouir et mieux prendre la place qui lui incombait. « Arrête un peu, veux-tu ; la jalousie accentue tes rides. » Soit il s’en soucierait et jetterait un regard discret mais traître vers un reflet pour s’assurer que ce n’était pas vrai ; soit il rirait et penserait qu’elle pouvait être moins antipathique qu’elle ne le lui était devenue. Elle poursuivit, en apparence indifférente à sa réaction. « Ta sollicitude me touche profondément. Il m’expliquera ce qu’il a besoin de m’expliquer, ne t’inquiète pas. Je te le répèterai même si tu veux, histoire que tu ne te sentes pas trop exclu. » La pique, douloureuse et mesquine, avait été déposée délicatement mais sans l’once d’un regret. Sa manière de faire, comme toujours. Dans la finesse et le moment le plus inattendu.

Elle n’accorda à son confrère qu’une minute de silence supplémentaire avant de définitivement se détourner de lui pour se rapprocher de Magda, à la lumière du jour, et observer son port végétal. Les plantes méritaient, après tout, une attention toute particulière de chaque instant dont certains humains n’avaient décemment pas besoin.


Spoiler:
 

_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
MessageSujet : Re: Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pulchra Monstrum ◮ LichiChou et DaphnéeChoute
» Daphnée Astrann [Danseuse]
» Attention les yeux : Daphné [ Stratège]
» ? You are not alone, together we stand ? Daphné & Edwin
» Daphné [à corriger]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Londres-