Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Love is all | Basile [Clos] Sam 21 Fév 2015 - 22:25

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

Il était vingt-heure dix, elle allait finir en retard. Elle savait qu’elle n’aurait pas du, mais elle avait un peu mal au ventre pour une raison complètement absurde. Pantelante devant son dressing entièrement ouvert, elle hésitait en silence. Une robe d’un jaune banane très douteux fut alors brusquement dégainée sous son nez. C’était celle de trop : Victory Willard éclata de désespoir et, plantée au milieu de sa chambre en peignoir, elle grommela une pluie de jurons avant d’envoyer valser la tenue au nez de l’asiatique qui lui faisait face, goguenard, affalé sur son lit. « Merci de ton aide, franchement. Tu sais quoi ? Je vais me débrouiller toute seule. »

Lichuan était décidément un piètre co-pilote pour ses rendez-vous. Faut pas s‘étonner si je suis encore célibataire, songea cyniquement la brune alors qu’elle ignorait les bavardages dans son dos du concerné. Etait-il diablement possessif ou tenait-il plus que tout à ce qu’ils se goinfrent de glace en regardant la télé moldue ? La brune l’ignorait et pensa qu’elle trouverait réponse au comportement peu altruiste de son camarade plus tard. Après tout, après qu’il lui ait suggéré le plus sérieusement du monde qu’elle porte une combinaison de plongée, Vic’ aurait bien du comprendre qu’il n’allait absolument pas l’aider à trouver la tenue parfaite pour son rendez-vous complètement platonique et informel avec Basile Flaversham. Elle allait sortir avec Flaversham le soir de la Saint-Valentin. Un rire nerveux lui resta en travers de la gorge. Bon bien sûr c’était Basile. Son pote de toujours, qui n’avait pas changé d’un iota, qui ne pensait très certainement à rien d’autre qu’une soirée purement amicale avec Victory Willard, la petite brute impertinente. Mais ça faisait tellement longtemps qu’elle n’était pas sortie avec un homme - et pas comme ça à une date aussi peu anodine - qu’elle avait réussi à se mettre en tête des idées idiotes, et voilà maintenant qu’elle agissait comme une gamine flipée d’avoir l’air d’une guigne habillée trop décontractée ou trop guindée.

Agacée de toute cette perte de temps pour n’importe quoi, Victory décida qu’il valait mieux arrêter de réfléchir trop. Elle attrapa la première tenue qu’elle avait sous le nez – une jupe noire et un haut bordeaux -, l’enfila, sauta dans ses bottes et passa sous le nez de Lichuan pour dévaler l’escalier et saisir manteau et sac. A la porte de sa maison, la jeune femme crut utile de beugler un « Et j’emmène Graham ! Pas de casse, je rentrerai dans la nuit. » à l’adresse de son colocataire improvisé, qui n’allait pas s’en plaindre. Avoir la maison pour lui tout seul sans le chien était une sécurité tant pour lui que pour Victory.

Le chien qui accompagnait donc sa maîtresse courut avec entrain jusqu’à la Bentley garée dans l’allée, Victory le rejoignant de près. Il s’était déjà installé sur le siège passager que la brune avait à peine bouclé sa ceinture. Avec un sourire, elle démarra l’engin moldu. Conduire la détendrait un peu et chasserait ce stress inutile qu’elle ressentait. La route fut agréable – Graham en profita même pour s’amuser à passer la tête hors du carreau baissé pour saluer les passants d’un aboiement – et plus rapide que prévu, et quand Victory sortit de la voiture pour prendre la direction de l’immeuble, une bouteille de champagne dans la main droite, Graham trottinant à ses côtés.

Elle passa le porche, grimpa quelques volées d’escaliers et souffla un bon coup pour évacuer … elle-ne-savait-quoi. Trois coups à la porte après, on lui ouvrait et elle apparaissait dans l’encadrement avec un large sourire spontané, comme si de rien n’était. « Coucouuu ! J’espère que je suis pas à la bourre. J’ai ramené … » Graham l’interrompit, jappant joyeusement en signe de salutation avant d’entrer au pas de course dans l’appartement pour renifler frénétiquement tout ce qui se trouvait à portée de truffe. « … Lui, et une bonne bouteille. Il faudra au moins bien ça pour que tu me supportes ! » plaisanta l’anglaise en lui tendant la bouteille avant d’être invitée à entrer dans le refuge – ou la garçonnière ? – de l’Auror.


_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Dim 22 Fév 2015 - 22:45

J'aime les filles

De chez castels

Le soleil commençait à se coucher sur Londres, tandis que l'auror rentrait de sa journée de travail qui avait été comme toujours bien remplie. Avant de rentrer dans son appartement il était passé chez un petit caviste, histoire d'offrir autre chose qu'une bière à son invitée. Une invitée de dernière minute et un peu fortuite étant donné la date. En effet, inviter Victory Willard le jour de Saint Valentin relevait presque d'une blague, même de la part de Flarversham. Cela dit, Basile n'était pas très à cheval sur les traditions et pour lui, il vallait mieux passer la soirée à deux que seul. Puis ce n'était que Victory, sa brune d'amie un peu bras cassé et qui entre nous ne volait pas bien plus haut que lui.

L'écossais posa sa veste sur le rebord du canapé, tandis que l'imposant animal qui lui servait de chien fonça sur sa gamelle. Il lui restait encore pas mal de temps libre avant que la jeune fille débarque et il décida malgré tout de faire un peu de rangement dans son appartement. L'auror ne passait que très peu de temps dans sa tanière et passait en général en coup de vent, ce qui n'aidait pas réellement au niveau du rangement. En quelques minutes le repère du super héros ne ressemblait plus à un dressing géant et le comptoir avait été débarrassé de ses dossiers. Ce soir il passera la soirée loin du boulot, ce qui lui fera beaucoup de bien avec les derniers événements.

Après ce rangement de fortune, l'écossais prit une bonne douche rafraîchissante et reposante, puis enfila un pull en laine bordeaux qui lui allait parfaitement. Bien sûr, il aurait pu faire l'effort d'enfiler une chemise, mais il avait vraiment horreur de ce genre de vêtements qui l'oppressaient terriblement. Puis comme à tous ses rendez-vous avec la gente féminine, même si c'était Victory, il passa par la case brossage de dents.

Mauvais timing. La sonnerie retenti au même moment et comme si tout était parfaitement normal, il alla ouvrir la porte à l'ancienne Poufsouffle. Tout sourire et adorablement vêtue, elle se tenait là, une bouteille à la main. Son horrible serpillière lui servant de chien déboula dans le salon à toute vitesse. Brosse à dent en bouche.

- Chalut ! Rentre, fais comme chez toi, j'arrive.

Rapidement, il retourna dans la salle de bain laissant la jeune fille dans le salon et termina son brossage de dents. Puis, il retourna sourire aux lèvres dans le salon pour débarrasser la jeune femme de sa bouteille, pour la mettre avec les autres.

- Il faudra plus qu'une bouteille pour ça. Tu vas bien sinon ?

Basile ouvrit le grand frigo rouge qui se trouvait dans la cuisine de style américaine et en sorti deux bières en tendant naturellement l'une d'entre elles à la jeune femme.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Mar 24 Fév 2015 - 22:48

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

La vision d’un Basile à la bouche pleine de mousse la fit encore plus sourire. Le niveau de son stressomètre venait de dégringoler et la rentière en fut presque soulagée : finalement, elle s’était angoissée toute seule pour rien. Ce rendez-vous, c’était une retrouvaille entre potes, simple, sans fausses idées derrière. « Oui, oui ça va … Et toi ? » s’enquit-elle honnêtement, mettant les deux pieds dans le plat – ou plutôt l’appartement.

Après avoir ôté son manteau, Victory étouffa un petit rire en remarquant non pas que Basile était habillé de manière plutôt classique et sobre, mais qu’ils avaient assorti involontairement leurs couleurs de tenues. On aurait pu faire plus kitsch pour la Saint-Valentin, et c’était tellement ridicule qu’elle ne put s’empêcher de le faire remarquer, de l’espièglerie dans la voix. « Dis donc, on serait presque raccord sur les fringues. C’est un signe ! » A peine une minute après le commencement de la soirée, la brune avait ouvert le bal des chamailleries. Une chance pour l’Auror qui pouvait se rassurer, Victory se sentait parfaitement à l’aise chez son ancien camarade.

Pendant ce temps-là, Graham trottinait dans le salon et s’était mis à identifier tout le mobilier de la maison. Une odeur régnait pourtant pour sa truffe acérée de caniche fou : et il comprit bien vite qui était le maître des lieux, en la personne d’Hercule. Le chien-loup venait de faire son apparition et à côté du toutou de la jeune Willard, il avait une allure légèrement plus dissuasive et impressionnante. Le plus petit des deux canidés sembla bougonner un peu dans sa mâchoire quand Victory s’approcha de son futur camarade de jeu pour le caresser brièvement, mais cela ne surprit pas la concernée : Graham était un chien à l’image de sa maîtresse, c’est-à-dire à peine possessif. La business woman quitta du regard les deux chiens pour observer les lieux dans leur globalité avec attention. « J’ai l’impression d’être déjà venue ici, c’est marrant. » commenta la jeune femme, songeuse, avant de s’approcher des étagères où elle avait remarqué un détail intéressant. Curieuse comme elle était, elle avait reconnu sans difficultés l’égérie moldue des super-héros Batman, déclinée en un tas de petites figurines soigneusement exposées à côté d’une honorable rangée de comics. « Très mignonne cette passion pour Batman. » Non, elle ne se moquait pas. Bien sûr que non. C’aurait été vraiment mal connaître Victory, elle qui était toujours si honnête et premier degré ; quoiqu’à bien y réfléchir, il était en réalité mille fois plus probable que justement, elle était en train de le charrier très gentiment.

Et puis il en aurait fait de même en voyant sa collection de talons aiguilles italiens !

Vic’ accepta la boisson d’un hochement de tête, remerciant son ami avant que sa mémoire ne la rattrape dans un éclair fugitif de lucidité. Elle poussa une petite exclamation, similaire à un rire, et se tourna vers Basile. « Oh merde ça me revient. Jessie. Jessie m’a déjà invitée ici ! Tu le crois ça ? » Elle but une gorgée de bière fraîche et secoua la tête, à la fois amusée et désabusée par l’audace qu’avait l’ex-Poufsouffle à s’incruster chez autrui sans aucun complexe pour faire comme chez lui. Ca lui ressemblait bien. « Je savais pas que vous étiez en plus-ou-moins-colocation. » rajouta l’anglaise avec malice.


_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Mer 25 Fév 2015 - 23:10

J'aime les filles

De chez castels

La bière était divinement rafraîchissante, mais ne se mariait pas du tout avec le dentifrice, un mélange que l'auror s'aviserait de ne pas refaire à l'avenir. Non parce qu'il n'y avait pas plus grand blasphème aux yeux de l'auror, qu'une bière n'ayant pas le goût de la bière. Le genre de principe de vie qui faisait de Basile, l'homme qu'il était. Cela dit, si la brune était venue, c'était qu'elle ne devait pas détester cela.

Victory semblait aller bien, de toute manière qui répondait non à ce genre de questions ? Personne, à moins d'être du genre caliméro du dimanche, un comportement que l'écossais n'appréciait guère. Puis ils n'étaient pas là pour parler de choses ennuyeuses, mais pour passer une sympathique soirée.

- J'ai toujours su que tu voulais me ressembler.

C'était le genre de détails que le presque trentenaire n'aurait sûrement jamais remarqué ou plutôt qu'il avait déjà oublié quel pull il avait choisi quelques minutes plutôt, comme quoi ça ne servait rien de se poser trop de questions. Basile ne s'habillait pas mal, mais il n'était pas non plus du genre à passer des heures devant son armoire à se demander quelle tenue il pouvait bien porter pour aller prendre le petit déjeuner. D'ailleurs les seuls moments où il faisait réellement attention, c'était pour ses missions sous couvertures, parce qu'il était malgré tout très méticuleux dans son métier, sauf peut-être dans ses rapports, entre nous, toujours aussi mauvais.

Hercule avait fini de manger ses croquettes et était retourné dans le salon, accueillir le ridiculement petit chien qui venait de faire son entrée dans l'appartement. Autant l'énorme chien loup allait parfaitement avec son maître, mais ce n'était pas vraiment le cas de cet immonde petit roquet.

- Tu te promènes toujours avec ta serpillière.

Les hostilités étaient lancées, après tout c'était une véritable routine entre eux, histoire de garder la forme. La jeune fille semblait troublée par les lieux et d'après elle, elle était déjà venue ici, mais l'auror était plus que sûr de ne jamais l'avoir invité. De toute manière, il n'invitait presque jamais personne, pour la simple et bonne raison qu'il n'était que très rarement chez lui.

- J'ai failli mettre le t-shirt, pour être dans le thème.

Le pire dans cette histoire, c'était qu'il avait effectivement un haut Batman quelque part dans son appartement, mais fort heureusement pour la jeune femme, il n'avait absolument pas pensé à le porter pour cette soirée. En fait, il évitait passablement de le porter, pour ne pas ressembler à un gosse puceau de vingt ans.

Soudain la jeune femme affirma que Jessie, leur meilleur pote l'avait ni plus, ni moins invité chez lui. Bon. On ne va pas dire que l'écossais était réellement surpris par cette déclaration, puisqu'il savait parfaitement que le jeune homme avait la fâcheuse tendance à confondre son appartement avec celui-ci, mais il trouvait tout de même cela culotté d'inviter des gens dans son dos. Non parce qu'en terme d'intimité ce n'était pas vraiment réussi.

- Très bien, je vois que mon appartement n'a aucun secret pour toi. Et désolé de te décevoir, mais Jessie ne vit pas ici. Enfin, peut-être plus que prévu finalement.

Ils connaissaient tous les deux leur ami, pour savoir qu'il avait l'habitude de transplaner chez un peu tout le monde sans prévenir. Parfois c'était terriblement agaçant, surtout quand au réveil vous trouviez un Jessie dans le même lit que vous, mais après tout c'était comme ça qu'ils l'aimaient.

- Je ne sais pas toi, mais je meurs de faim ! On a le choix entre japonnais et chinois, puis comme je suis un véritable gentleman, je te laisse choisir.

Un clin d’œil histoire de faire un peu plus vendeur et il descendit la fin de sa bière tant qu'elle était encore fraîche. La soirée s'annonçait parfaitement bien et il ne regrettait pas un seul instant d'avoir invité Willard pour la Saint Valentin.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Sam 28 Fév 2015 - 17:06

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

Il était certain qu’à côté d’Hercule, Graham était bien moins terrifiant. On aurait dit l’animal de compagnie, sans manteau et sans toilettage, d’une grand-mère bourgeoise. Et ce n’était pas quelqu’un comme Basile qui s’empêcherait de faire une petite remarque ironique à ce sujet. « Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? » Probablement rien, la brunette avait vite décidé de baisser les bras et d’arrêter de se justifier quant à la présence constante du petit caniche dans sa vie. Victory s’était si rapidement et si facilement attachée à cette petite boule de poils agitée et bruyante qu’elle ne pouvait plus tout à fait se cacher et prétendre que « non non, elle n’aimait définitivement pas ce toutou collant ».

Elle échoua sur le canapé du salon, continuant de déguster sa bière. Imaginer l’Auror en tee-shirt siglé Batman la laissa rêveuse. « Une prochaine fois. T’as pas la cape qui va avec ? » Elle aurait rêver voir Basile se promener en costume complet de super-héros. L’ensemble devait lui aller comme un gant. L’envie d’aller vérifier s’il possédait un déguisement pareil lui prit, mais elle rangea cette idée amusante dans un coin de sa tête, pour plus tard – par exemple, quand ils auraient trop bu et que Basile serait moins méfiant. Histoire d’en rajouter une couche, elle se permit une petite remarque sur la décoration globale, le plus sérieusement du monde. « T’aurais pu mettre quelques Bat-bougies, histoire de rendre tout ça romantique. » Une ambiance un tant soi peu romantique pour deux individus comme eux : clairement, ce n’était pas du tout leur tasse de thé.

Elle repensa à Jessie, pas vraiment surprise par son toupet, et nota que la prochaine fois qu’elle le verrait, elle lui demanderait à quel moment il avait prévu de lui indiquer qu’il vivait plus ou moins chez l’Auror – simple curiosité. Basile réveilla alors soudainement son estomac grâce à sa bonne idée, et la jeune fille se réjouit à la vue future d’un plat de sushis et de makis arrosés de sauce soja – sucrée, surtout pas salée, elle en avait une sainte horreur. « Super ! Ca sera un japonais alors. J’ose espérer que tu sais manger avec des baguettes. » Parce que si ce n’était pas le cas, Merlin savait que ce dîner en amis allait tourner en bataille de nourriture assurée.

Hercule s’approcha d’elle et la jeune femme lui caressa distraitement le haut du crâne, observant le chien-loup avec un sourire distrait. Curieusement, elle se sentait à l’aise, toute son angoisse s’était dissipée en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « chauve-souris » et elle était, en son for intérieur, réjouie de le retrouver et de pouvoir reparler du bon vieux temps. Cette perspective la fit sourire. Elle était de si bonne humeur qu’elle rajouta, un sourire amusé aux lèvres. « Bon t’as du annuler combien de rencards pour m’inviter ? Que je sache le nombre de folles furieuses que je vais avoir sur le dos. »

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Dim 1 Mar 2015 - 17:10

J'aime les filles

De chez castels

L'absence de réaction de la jeune fille fit comprendre au jeune que peu importe ce qu'il dirait, elle serait d'accord. Mais que ça n'enlevait en rien l'amour qu'elle portait à cette serpillière qui courrait déjà partout. Un sentiment que bien évidemment il comprenait, la preuve avec Jessie. Non parce qu'il était un des rares, avec la jeune fille à réellement apprécier et supporter l'ancien poufsouffle hyperactif, au point d'en avoir fait son meilleur ami.

En entendant la blague de la jeune fille au sujet d'un éventuel déguisement, il lâcha un petit rire. Malheureusement il n'en avait pas, mais si un jour elle organisait une soirée déguisée, elle pouvait être sûre de le voir débarquer en chevalier masqué. De plus, les filles aimaient les supers-héros.

- Faudrait que je trouve un Catwoman du coup.

Si ce n'était pas à Victory qu'il parlait, cette réplique digne d'un adolescent aurait sûrement jeté un énorme froid, surtout un soir de Saint Valentin. Cependant, il n'était de toute évidence pas le seul à faire ce genre de blagues, puisque la jeune fille venait ni plus, ni moins de lui reprocher de ne pas avoir posé une ambiance assez romantique. D'ailleurs une soirée romantique entre ces deux-là relèverait plus d'une blague qu'autre chose.

- Je suis ceinture noire de baguette.

Ce fut la brune qui décida le repas du soir ce que l'auror ne put qu'approuver, bien qu'en réalité, il était extrêmement nul avec des baguettes. Il attrapa le téléphone qui traînait sur le comptoir de la cuisine avant de rejoindre la jeune fille avec la bouteille qu'elle avait amené, des verres plus adaptés et des petits amuses gueules pour patienter. Après avoir passé la commande, il servit les deux verres, histoire de trinquer.

- A la vingtaine de rendez-vous que j'ai refusé pour toi.

C'était un mensonge, il avait refusé que deux rendez-vous de la part de filles pas du tout intéressantes, comme la plupart des filles qui le charmaient. En même temps à son âge, les meilleures étaient casés. Il trinqua avec la jeune fille en attendant qu'un japonais frappe à sa porte. Un moment qu'il attendait non sans hâte, étant donné la faim qui commençait presque à le tirailler, ce que les chips et les olives allaient difficilement faire passer.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Ven 13 Mar 2015 - 23:37

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

Tranquillement, l’idée d’un costume de Catwoman avait eu le temps de faire son chemin dans l’esprit de Victory et la perspective d’une soirée déguisée l’enchantait déjà au point qu’elle aurait pu se mettre à la planifier sur le champ. Mais là, ce n’était pas vraiment le moment ni l’endroit : elle était chez Basile et ils s’apprêtaient à passer une soirée amicalement platonique de Saint-Valentin : des sushis, de l’alcool et un bon camarade de jeu. Bref, tout ce dont elle avait besoin en ce moment.

Elle gloussa et but une gorgée de bière pour refréner son amusement en pensant au nombre réel de jeunes femmes qui avaient pu demander à Basile un rendez-vous et leurs états après avoir essuyé un refus. Pour avoir connu un rayon représentatif des conquêtes et cibles de l’Auror à une époque pas si éloignée que ça, Victory se souvenait d’un trait commun à toutes ces filles ; un esprit revanchard associé à une certaine niaiserie. « Rien que ça ! Je me sens presque mal pour elles. » Ou pas. Si Basile avait besoin d’une petite amie, il aurait mieux valu qu’elle n’ait ni le charisme ni l’intelligence d’une moule marinière – au risque de se faire méchamment vanner par deux de ses plus proches compagnons … -. « Je peux réclamer une protection rapprochée ? Ce serait ta faute si je me retrouve menacée de mort par tes groupies. » argumenta la brune en vidant sa bière de tout ce qu’il restait. A l'entendre dire, on aurait presque pu croire qu'elle ne savait pas se défendre toute seule.

Appeler le livreur et passer commande fut une chose aisée et quelques minutes plus tard ils se retrouvaient donc à ouvrir la bouteille de champagne qu’elle avait ramené afin de ne pas mourir de soif en attendant leurs repas. Les petits fours n’étaient franchement pas mauvais, mais l’anglaise songea non sans nostalgie qu’en d’autres temps, ils avaient fait des soirées avec moitié moins de nourriture et trois fois plus de boissons – ce qui s’était la plupart du temps résulté en de catastrophiques et tordants souvenirs pour tous. La jeune femme sirota un peu de la coupe servie par Basile avant de commenter d’un ton on ne peut plus sérieux. « Je meurs de faim, il a intérêt de venir ce livreur … » En plus si tu ne manges rien, d’ici une demi-heure, Vic’, à force de boire, tu vas finir par rouler sous la table du salon, ce qui ne serait pas forcément une brillante idée. Ce n’était pas forcément le moment de se prendre une cuite.

Bizarrement il sembla que le ciel ou une force supérieure et immatérielle avait entendu ses paroles car une poignée de secondes plus tard, la sonnette de l’appartement retentit et Victory de battre des mains, plus enjouée qu’une gamine à la veille de Noël. « Chouette ! »

L’Auror revint les bras chargés d’un grand sac de papier kraft qui dévoila rapidement son généreux contenu – de quoi apaiser les estomacs réveillés – et Victory regarda le maître des lieux préparer la tablée sans bouder son plaisir. Elle aurait presque du prendre des photos, tiens, ça aurait peut-être fait rire Jessie. Sans plus de cérémonie et puisque les makis leur faisaient vraiment trop de l’œil, les deux compères s’installèrent et l’anglaise déclara un « Bon appétiiiit. » enthousiaste avant de brandir ses baguettes, d’attraper un sushi … et d’entendre un gros splosh du côté de son voisin de table – qui avait eu apparemment un petit souci avec ses couverts, tiens tiens ! -. « Oh merde, » jura la jeune femme en riant. « Ceinture noire de baguettes, vraiment ? » Comment ça, elle remuait le couteau dans la plaie alors qu’elle n’était pas plus douée que lui ? Pas du tout son genre.

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Jeu 19 Mar 2015 - 20:16

J'aime les filles

De chez castels

La brune ne se sentait absolument pas désolée et elle avait bien raison. Parfois Basile se faisait vieux et se lassait des coups d'un soir sans importance avec des filles aussi stupides que belles. Alors évidemment qu'il était content de passer la soirée avec une très bonne amie. En l'écoutant faire de l'humour sur ses groupies imaginaires, l'auror regrettait presque de ne pas avoir pris la peine de passer la voir de temps en temps, ce qui à l'avenir s'aviserait de ne pas refaire. Parce qu'il l'aimait Victory, elle et ses blagues dignes de "rire et chansons" et cela malgré tout ce qu'il pourrait dire.

- Désolé, mais je suis un auror moi, pas un chien de garde.

Souriant, il attrapa des cacahuètes qu'il s'empressa d'avaler, tout en buvant calmement son verre. Avant, il aurait sûrement bu son verre et mangé tout ce qui pouvait se trouver sur la table en moins de temps qu'il en fallait pour dire Quidditch, mais même les pires finissent par se calmer. Enfin presque, si on oubliait le nombre de bouteilles qui se trouvaient dans la cuisine, pour aujourd'hui ou pour un autre jour. De toute manière, le plus important était d'avoir des réserves. Si la fin du monde devait arriver, il était au moins sûr de pouvoir fêter ça.

La faim ne tiraillait pas seulement la brune et le livreur n'avait effectivement pas intérêt à trop traîner. Soudain une question survint dans la tête de basile, le livreur serait-il japonais ? L'écossais savait déjà qu'il serait très déçu de voir un mexicain apporter les sushis avec un sourire de premier de la crèche. C'était comme si un irlandais vendait des bouteilles de scotch. Sa petite question du jour n'allait pas tarder à recevoir une réponse, puisque la sonnette retentit dans l'appartement. Sans même se donner la peine de reposer son verre, le jeune homme ne tarda pas à traverser la salle principale pour ouvrir la porte au livreur. Un livreur avec de faux airs de Patrick Swayz, autrement dit très loin du japonais dont il rêvait, même Hercule semblait déçu. Heureusement pour l'invitée, l'ancien Gryffondor avait bien trop faim pour débattre et encore moins pour refuser la commande et en même pas quelques secondes, il déposa le paquet sur la table basse du salon.

- J'en reviens pas, Patrick Swayz qui livre des sushis. Sérieusement, ils auraient pu engager des japonais !

Si l'auror était un peu déçu, cela ne l'empêcha absolument pas de préparer la tablée. Chose qu'il ne faisait pour ainsi dire, jamais. Heureusement pour la jeune femme, Flaversham n'était pas un pacha et savait relativement bien recevoir. Et après seulement quelques secondes, les deux amis pouvaient enfin commencer leur repas. Enfin ils essayaient, puisque que leurs sushis et leurs baguettes semblaient avoir monté un cruel complot, qui pour l'auror se termina en un plongeon dans la sauce soja. Rassurez-vous, le pull s'en était sorti. Sans surprise, la brune ne put s'empêcher de faire une blague et il ne pouvait pas lui en vouloir, puisqu'il en aurait fait autant.

- Je n'ai pas précisé de quelle baguette je parlais.

Les blagues lourdes étaient sûrement la spécialité de l'auror et ce depuis son plus jeune âge. Le mieux placé pour en parler serait sûrement son frère. En même temps, ce genre de blagues n'étaient pas très compliquées à faire et amusaient en général la galerie. Talent qu'il avait acquis durant l'âge d'or de l'intelligence, l'adolescence. D'un geste un peu plus franc, il décida de finalement piquer directement dans les sushis plutôt que les faire tenir entre les deux baguettes, ce qui était radicalement plus simple.

- J'ai hâte de te voir manger ton riz avec, ça risque d'être très drôle.

Pour sa part, il prendrait sûrement l'option fourchette. On ne peut pas être doué en tout. L'ambiance dans l'appartement de Basile était finalement très douce et très reposante, malgré les tornades qui pouvaient s'y trouver.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Dim 29 Mar 2015 - 19:46

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

L’idée de lui rétorquer qu’il n’était en effet pas un chien de garde mais son chien à elle lui effleura l’esprit et l’amusa très fortement en son for intérieur, mais Victory reporta cela à plus tard. Elle aurait à n’en pas douter une bonne demi-centaine d’occasions en or ce soir de se moquer ouvertement de ce cher Basile, alors une perche en plus ou en moins de saisie, ce n’était pas dramatique.

Le presque trentenaire revint les bras chargés, mais pas aussi réjoui qu’il aurait du théoriquement l’être à la perspective de manger. En cause ? La ressemblance troublante avec un acteur moldu du jeune homme qui venait de leur apporter de quoi se sustenter. C’était typiquement lui,songea la brune, d’espérer un peu bêtement que tous les livreurs de nourriture japonaise de Londres soient exclusivement … japonais. La milliardaire se mordit la lèvre pour ne pas rire et fit mine de partager sa déception pour la forme, ne souhaitant en réalité pas être privée de sushis pour le motif d’insolence à Auror.

Il ne manqua pas de montrer à quel point il savait asperger toute la tablée de sauce et de renverser ses makis partout, et rebondit avec panache sur sa remarque. La jeune femme roula exagérément des yeux, poussant un soupir faussement consterné par tant de bassesse spirituelle – alors qu’au fond, soyons honnêtes, ça l’amusait. « Flaversham, le roi de la subtilité et de la finesse … Comme avais-je pu oublier. » Elle le dévisagea d’un œil moqueur. « Je parlais pas de ta nouille sautée, mais des instruments de torture avec lesquels t’essaies d’attraper ta bouffe ! » Qui avait osé dire que Victory Willard était une jeune fille bien élevée et courtoise qui ne disait jamais de grossièretés ou de propos graveleux ? Personne, et encore moins Basile, dont la mémoire de leurs années adolescentes devait regorger d’instants glorieux où la Willard avait agi en vrai petit garçon manqué – que ça soit parce qu’elle s’était battue, entre autres, avec un type qui avait volé la dernière part de tarte à la citrouille ou parce qu’elle participait aux concours de cuite qu’ils organisaient avec Jessie. Et en grandissant, les choses n’avaient pas spécialement évolué : Victory portait simplement un peu plus de jupes et de talons qu’auparavant.

Un sourire malicieux trahit à peine son envie grandissante de se moquer de lui quand Basile se mit à assassiner littéralement ses sushis en les piquant pour les manger. Quant au plat de riz qu’elle n’avait pas encore osé attaquer par peur de faire un désastre … « Ha-ha-haaa, je me débrouille très bien figu- » Il avait simplement suffi qu’elle en parle pour que le hasard se joue d’elle : alors que Victory venait d’attraper une bouchée conséquente de riz et pouvait être plutôt fière de ce fait d’arme gastronomique, une pluie de grains de riz venait de retomber dans son bol, la condamnant à ne déguster que le vide. La brune voulut arguer quelque chose, un prétexte ou une excuse bidon, puis finit par se contenter d’un « Aucun commentaire ! » plutôt autoritaire avant de se venger sur la sauce soja – qu’elle versa copieusement sur son plat.

Le restant du repas se déroula dans cette exacte ambiance joyeuse et détendue. Les deux anciens camarades de classe discutèrent de tout et n’importe quoi sans jamais oublier au détour d’une remarque de bâcher l’autre, comme avant. Ces retours en arrière faisaient du bien à Victory. Ils avaient l’avantage d’effacer la morosité ou tout simplement la gêne qui aurait pu logiquement s’installer entre eux. Ca faisait deux ans qu’ils ne s’étaient pas vus ni même envoyés un hibou, ils auraient été en droit tous deux de se demander pourquoi, et malgré cela les choses étaient exactement comme ils les avaient laissés entre eux. Avec un léger arrière-goût d’inachevé, que Victory ne parvenait pas à comprendre – et qu’elle n’était pas sûre de vouloir saisir d’ailleurs.

« C’était délicieux … Si on oublie le fait que je me suis plantée de sauce soja. » plaisanta finalement la business woman pour conclure la dernière bouchée de poisson cru qu’elle engloutissait avant de soupirer, rassasiée. « C’est dommage, y a pas de dessert. » fit-elle mine de se plaindre – avant de noter presque instantanément le sous-entendu possible dans sa phrase. Mais l’esprit à peine tordu du Flaversham moyen n’allait pas s’amuser à interpréter de travers ses propos, n’est-ce pas ? « Et y a plus de champagne non plus ! Cette soirée devient catastrophique, Basilounet. » gloussa Victory, pensant pouvoir facilement faire diversion.

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Jeu 9 Avr 2015 - 14:18

J'aime les filles

De chez castels

Le jeune presque trentenaire riait face à sa blague de mauvais goût qui ne la gênait en aucun cas. Faut dire que la jeune Willard n'était pas réputée pour sa subtilité ou son langage soutenu, et il y avait très honnêtement peu de chances pour qu'elle soit offusquée par ce genre d'humour. Néanmoins, elle releva la blague comme si cela lui avait manqué, comme si Basile lui avait manqué. Le jeune homme n'avait aucunement la vantardise de penser qu'il avait pu manquer à son invitée, mais elle, malgré tous ses défauts, lui avait manqué. Le temps les avait séparés comme il s'amusait à séparer les gens, pourtant il fallait croire qu'ils étaient destinés à rester ensemble, puisque même après deux ans d'absence ils rigolaient comme avant autour d'un bon repas.

Victory avait toujours eu des tendances un peu garçon manqué qui finalement plaisaient beaucoup à Basile. Avec elle, il pouvait être lui-même et ne se sentait aucunement jugé. De plus, avec Joy, c'était peut être la seule fille qu'il trouvait réellement intéressante et marrante. Et il avait autant de dossier sur elle qu'elle en avait sur lui, ce qui représentait pour lui une relation équitable et saine.

L'auror charcutait littéralement ses sushis et se fichait bien d'avoir l'air d'un débile en galère, surtout que la jeune fille ramait autant que lui. La bouché de riz dont elle allait se vanter retomba dans son bol, la laissant ainsi seule avec le vide. Basile allait bien évidemment se moquer d'elle, mais aucun mot ne valait ce petit sourire en coin légèrement moqueur qui lui lâcha.

- Je n'ai rien dit.

L'écossais se contenta de finir son repas plus que copieux, dans une ambiance très agréable. Pour rien au monde il aurait voulu passer la soirée avec quelqu'un d'autre. Les filles étaient toujours horriblement pompeuses, surtout le soir de la Saint Valentin, alors que là, il pouvait partager un bon petit repas et une bonne bière à dire à parler de tout et de rien. Le repas toucha à sa fin, quand la brune bouda le manque de dessert, ce qui entre nous pouvait s'interpréter de manière totalement différente. Et bien sûr, Basile n'allait pas manquer une perche aussi facile.

- Excuse, j'avais oublié que tu étais une gourmande.

Basile se leva vers la cuisine, tandis que la jeune fille criait au manque de carburant. Dans un des placards du bas il attrapa une bouteille de scotch, en fier écossais qu'il était, ainsi qu'une bouteille de vin que son père lui avait offert après son voyage en Italie. Avant de quitter la cuisine, il jeta un coup d’œil dans le frigo, histoire de voir s'il n'y avait pas un truc à se mettre sous la dent. Objectivement, il savait pertinemment que les chances étaient faibles, mais parfois Jessie laissait des plats que Automne lui cuisinait dans le frigo et par chance ce jour-là, dans le frigo presque vide de l'auror se trouvait une jolie petite tarte aux pommes. Chargé de ses trouvailles, il regagna le salon aux côtés de la brune.

- Tu as de la chance les tartes d'Automne sont trop bonnes, comme elle. Tu veux boire quoi, pour commencer ?

Son cœur balançait pour le scotch, mais si la jeune fille voulait du vin, il prendrait du vin. Parce que Basile était au fond, très au fond, un gentleman même s'il venait de parler d'Automne devant Victory.



_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Ven 10 Avr 2015 - 18:14

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

Ouais, elle était gourmande, n’en déplaisent à ceux qui préféraient les filles filiformes et attentives à leur ligne. De toute manière, Vic’ se dépensait suffisamment pour pouvoir se permettre de manger ce qu’elle aimait, et c’aurait été un crime de faire une croix sur un tel régal que le monde de desserts. Alors là, grande surprise en voyant débarquer une tarte aux pommes parfaitement exécutée – est-ce que Basile lui avait caché depuis le départ une passion talentueuse pour la pâtisserie ? Victory allait bien vite le savoir puisqu’elle allait le lui demander, mais avant même qu’elle n’ait le temps d’ouvrir la bouche, l’Auror se chargea pour elle d’expliciter ce mystère … Et peut-être qu’à la réflexion, il n’aurait pas du se donner cette peine. Douche froide, ou plutôt faible réticence dans la voix. « Ah c’est … Automne qui l’a faite ? » Automne, ou Pilcher, ou Miss Prout-prout comme l’avait souvent et non-affectueusement appelée Victory. Cette fille, c’était le Mal incarné. Enfin, c’était surtout le genre de nanas qui vous faisait tout à coup sentir comme un sac poubelle un peu trop rempli – qu’elle le veuille ou non, c’était l’effet escompté chez Willard, et ce n’était guère agréable. Automne n’avait rien à voir avec elle, et puis Basile et Jessie avaient parfois un peu trop tendance à ne jurer que par la journaliste. Soit, si Basile était encore assez débile pour servir une tarte faite par une fille qu’il trouvait très bonne sous le nez de Victory, c’était son problème. Elle n’allait pas lui faire ostensiblement la gueule pour ça ! Ils étaient amis, et elle l’avait toujours plus ou moins copieusement charrié sur toutes les attirances qu’il avait eues. « Je savais pas que tu la voyais encore tiens. » lança t-elle le plus ironiquement du monde. Elle ne faisait que le taquiner, n’est-ce pas ? Il n’y avait aucune arrière-pensée, évidemment, sous ce petit ton faussement inquisiteur et surtout prêt à la moindre vanne sans pitié.

Lorsque son ami eut ensuite la sympathique attention de lui tendre une part, la brune la refusa, l’air de ne pas y toucher, et surtout d’une manière étonnamment polie et formelle. Définitivement, c’était le genre de réactions typique d’un enfant capricieux de six ans. Mais ça, Victory, elle n’en avait complètement rien à faire. Et puis le petit ton sucré qu’elle employait laissait bien entendre qu’elle n’avait même pas envie qu’il lui fasse remarquer que c’était elle qui avait commencé. « Ah, je te remercie mais j’ai plus faim en fait, et j’aime pas trop les pommes. » Non, vraiment ? Depuis quand ? Ok, elle était énervée. Enfin non, pas énervée, mais plutôt un millier de fois trop fière pour accepter de manger le dessert d’une petite bobo. Et ça n’avait rien à voir avec de la jalousie. La preuve, Automne pouvait être tout ce qu’elle voulait, en matière de mecs, elle avait des goûts on ne peut plus foireux – preuve en était son histoire avec Lichuan.

L’anglaise se rabattit sans plus tarder sur les deux bouteilles qui lui faisaient de l’œil – et qui elles, au moins, n’avaient pas été ramenées par une quelconque greluche. La rentière fit taire la petite voix qui continuait à chouiner en elle et donna un petit coup de menton dans la direction de la bouteille de whisky. « Scotch, c’est parfait. » Loin des considérations patriotiques et géographiques de certains de ses amis, Victory ne jugeait la boisson que par sa qualité et pas sa provenance – et puis il fallait bien reconnaître que les écossais produisaient un breuvage fameux.

Et l’impression se confirma lorsque le brun la servit et qu’elle put déguster une gorgée. Ca, c’était meilleur que de la tarte, indubitablement. Tranquillement, dans un silence qui lui convenait, Victory profita du calme à peine teinté par les bruits de fourchette de Flaversham pour observer, amusée, les deux chiens qui avaient tout l’air de les surveiller eux aussi. Installés à côté d’une guitare qui traînait dans le salon, ils semblaient attentifs à tout et … le regard de la brune se raccrocha à l’instrument de musique, vaguement surprise. « T’en joues vraiment ou c’est pour le style ? »

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Sam 11 Avr 2015 - 0:28

J'aime les filles

De chez castels

Sans attendre la réponse de son amie, il dévora d'une bonne bouchée la succulente tarte aux pommes qu'il venait de sortir du frigo. Honnêtement, il se fichait de savoir que ces tartes ne lui étaient aucunement destinées, parce qu'elles avaient le don d'illuminer sa journée. Trouver ces bons petits plats dans son frigo après une dure journée de boulot c'était un peu comme si quelqu'un pensait à lui, en cuisinant rien que pour lui et même si ce n'était pas du tout le cas, il s'en contentait parfaitement. Tandis qu'il mangeait sans se poser trop de questions, il remarqua l'air dédaignant qui se dessina sur le visage de la jeune fille. Basile avait oublié cette mini-rivalité qu'il y avait entre les jeunes filles, où plutôt la jalousie que pouvait éprouver Victory à l'égard de la sincèrement très jolie Automne. Pour dire vrai, l'auror ne savait même plus de quand datait cette jalousie et encore moins pourquoi, mais à aucun moment il n'avait réellement envisagé que cela soit pour lui, même s'il s'amusait à charrier la jeune brune avec.

- Encore jalouse d'Automne ? Sérieusement ? Tu sais quoi, si tu en veux pas, tant pis. Tu ne sais pas ce que tu rates.

Comme la jeune fille refusait d'accepter la part qu'il lui tendait, il se contenta de la manger. Parce que lui, aimait les pommes et se fichait bien de savoir qui l'avait faite pour qui. Objectivement, c'était presque glorifiant pour le jeune trentenaire de voir son invité vexée par la simple évocation d'un prénom, surtout que depuis le temps, elle devrait avoir compris que l'auror n'avait pas la moindre chance avec l'ancienne gryffondor. Pour dire vrai, il aurait plus de chance de pecho Joy, que la française et ce n'est pas peu dire. Histoire de la charrier encore plus, l'écossais dégusta réellement la part de tarte en mimant sur son visage l'orgasme culinaire.

Heureusement, pour le bon déroulement de la fin de soirée, la jeune femme accepta tout de même un verre de scotch. Bon choix. Sans tarder, l'auror lui servit un verre d'un scotch assez vieux qui était certainement délicieux, comme tout ce qui vient d'Ecosse. Basile était un écossais, un vrai de vrai, fier de ses origines et qui ne manquait pas de le faire savoir, surtout quand il rencontrait un stupide Irlandais. La plupart du temps, les gens trouvaient ce chauvinisme absolument stupide et sans intérêt, mais l'auror se fichait bien d'avoir l'air ridicule, parce qu'au fond de lui, il savait que ses racines étaient un atout. Déjà, il était persuadé que son accent plutôt marqué faisait tomber toutes les filles, mais la plupart des gens vous diront que ce sont plutôt ses jolis yeux verts ou son physique avantageux.

Tandis que le léger moment de froid causé par Automne, enfin Basile, mais ce n'est qu'un détail, s'estompait peu à peu, la jeune fille relança les hostilités. Cette fois, c'était la guitare posée dans un coin de la pièce qui attirait les foudres de la jeune fille. Sur un ton presque de défi, elle lui demanda s'il savait en jouer ou si c'était juste pour faire genre. Honnêtement, il ne se souvenait pas vraiment de pourquoi il avait acheté une guitare, sûrement un autre de ses achats un peu impulsifs, dignes d'un gosse de huit ans. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, il savait en jouer. Ce n'était certes pas le meilleur guitariste du monde, ni même de la ville, mais il savait jouer et même chanter, un peu.

- Bien sûr que je sais jouer ! Si tu voulais me voir jouer, tu pouvais simplement me demander.

Basile n'était pas quelqu'un de très pudique et honnêtement jouer et chanter devant Victory ne le gênait aucunement. Elle avait sûrement vu bien plus honteux à son sujet et en plus Flaversham avec une guitare ça avait son charme. Il attrapa la guitare qu'il raccorda à l'arrache, faut dire qu'il ne jouait pas très régulièrement, faute de temps et ne connaissait pas beaucoup de chansons. Finalement, après quelques minutes de préparations, il offrit un petit sourire à sa spectatrice et commença. C'était une chanson qu'il avait entendu en allant chercher son père à l'université, une chanson moldue qui sortait un peu de son registre, mais qu'il aimait bien. Basile chanta. Il aimait vraiment ça, c'était un peu son petit moment à lui et il était content de le partager avec Victory. Tout le monde n'avait pas cette chance. A la fin de la chanson, il posa la guitare et regarda la jeune femme, avant d'exploser de rire, finalement un peu gêné.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Sam 11 Avr 2015 - 17:53

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

La tarte aux pommes avait eu son petit succès, et ce n’était pas Flaversham qui allait faire comme si de rien n’était. Elle le reconnaissait bien là, toujours à mettre les deux pieds dans le plat sans hésitation quand bien même il pouvait faire preuve d’un manque d’élégance assez flagrant sur ce coup. Tout ça aurait été très valable si c’était ton petit ami, commenta son subconscient. Mais ça n’avait rien à voir. Victory avait toujours réagi comme ça, qu’ils aient vingt-huit ou quinze ans. Ce n’était que du jeu, rien d’autre. « Jalouse ? Je vois pas de quoi tu parles. C’est pas du tout ça. Bref. » Elle n’avait pas du tout envie d’en discuter. Quand il s’agissait d’Automne, Basile se comportait un peu trop facilement comme le crétin qui sommeillait en chaque homme, et Victory ne voulait en aucun cas se chamailler même facticement avec lui à cause d’un tel sujet.

Détourner la discussion sur la guitare était donc une bonne stratégie, d’ailleurs Basile s’empressa de lui proposer à sa façon une petite chanson. Curieuse et intéressée, la jeune femme le suivit du regard, un petit sourire aux lèvres. Elle avait hâte d’entendre ça. « Voyons voir ce que ça donne. A la moindre fausse note, je t’arrose ! » menaça la jeune femme en agitant doucement son verre de whisky en guise d’arme.

Le silence s’installa solennellement alors que Basile achevait d’ajuster sa guitare. Les premières notes glissèrent sur les cordes et happèrent presque aussi vite la jeune femme qui pour une fois, s’était tue. Si elle avait tendance à être bavarde et bruyante, Victory était malgré tout capable de respecter ce genre d’instants où même quelques accords grattés pouvaient la transporter ; pour la simple et bonne raison que c’était précisément ce qui était en train de se produire. Peu à peu, la jeune femme avait fini par se tourner complètement vers son ami, réceptive jusqu’au bout des ongles, le contemplant sans tout à fait le reconnaître ; c’était bien la première fois qu’en effet, elle voyait ce visage de Basile Flaversham. Concentré, appliqué, absorbé ; différent. C’était presque comme si elle n’était plus là, ou tout simplement qu’il se trouvait ailleurs, débarrassé de l’espièglerie derrière laquelle il se cachait souvent. Des notes qu’il exécutait aux vibrations de sa voix, il parvint à lui arracher un frisson – que l’anglaise préféra assimiler à la fatigue ou à l’excès de whisky plutôt qu’à l’émotion. Réactions qu’elle préférait mettre de côté, par peur de découvrir que la mélodie qui l’enveloppait était en train de lui faire bien plus d’effet qu’une simple ballade.

Mais impossible de mentir totalement après le drôle de coup au cœur qu’elle avait ressenti. Quand la chanson s’acheva, Victory eut la sensation de s’éveiller d’un long rêve brumeux et cotonneux. Basile, lui, paraissait gêné et il tenta de désamorcer cette sérénité inattendue par un rire nerveux. Elle applaudit avec un temps de retard, légèrement éberluée par la prestation de son ancien acolyte. « Hé, c’était super ! » De quoi faire gonfler les chevilles de Basile si elle ne se reprenait pas très vite. Avec une moue plus critique et bien moins sincère, la rentière fit semblant de jauger le musicien avec circonspection. « Enfin je veux dire, pas mal pour un débutant. » Il était en tout cas bien inutile de préciser qu’elle blaguait : l’Auror avait suffisamment le sens de l’observation pour avoir remarqué que ses impressions premières étaient les bonnes – elle avait réellement apprécié chaque seconde de cette petite improvisation musicale. Pour une fois qu'elle le complimentait sans trop ironiser, Basile pouvait marquer ce soir d'une croix blanche. « Je te chanterais bien un truc aussi mais … Disons que pour le bien de nos oreilles à tous, on va éviter. » Chanter comme elle le faisait sous la douche n’était pas forcément quelque chose qu’elle avait envie de mettre en avant après le petit talent caché que lui avait dévoilé l’ex-Gryffondor.

Victory reposa son verre, étouffant comme elle pouvait toute la palette de trouble qui se développait en elle tout à coup. Franchement, ce n’était vraiment pas malin d’avoir mélangé bière, champagne et scotch. Elle en était presque à se poser la question de savoir si c’était le début d’ivresse ou autre chose qui la mettait dans cet état de fait. « Bon, je crois que ce truc là est trop fort pour moi. » capitula t-elle comme pour justifier son attitude.

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: When I woke up this morning, I got myself a beer.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Auror ; Ancien Gryffondor
ϟ AVATAR : Jensen Ackles


ϟ LIENS : www — fiche
www — liens
www — lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Sam 11 Avr 2015 - 19:21

J'aime les filles

De chez castels

La petite chanson guitare-voix avait fait son petit effet et ce même si l'écossais ne s'en rendait pas vraiment compte. Il accueillit le commentaire positif de la jeune femme avec un petit sourire, non content de lui. L'auror n'était pas vraiment du genre vantard, mais il savait prendre les compliments là où ils se trouvaient. La chanson avait même réussi à faire oublier à la jeune femme sa petite crise de jalousie qu'elle refusait d'avouer sous le regard du jeune trentenaire. Malgré ce que l'on pourrait penser, Basile ne se servait jamais de la guitare pour charmer ses proies. Pour dire vrai, il en avait rarement besoin. Disons que c'était plus réservé à son cercle proche. Parce que oui, Victory faisait partie de ces gens là, ces gens qui resteront éternellement importants, même à l'autre bout de la planète. Sans eux, ilsne serait pas l'homme qu'il était.

Après avoir délicatement posé la guitare près du canapé, jugeant qu'il ne fallait pas abuser des bonnes choses, il attrapa son verre et le descendit aussi rapidement que les précédents. Basile buvait trop et surtout ces derniers temps. Son boulot n'était déjà pas très propice à un rythme de vie sain, mais son dernier dossier, celui du tueur de gobelin ne l'aidait absolument pas. Si un médecin apprenait la quantité d'alcool que Basile pouvait boire par jour, il lui conseillerait certainement de se calmer un peu, s'il voulait avoir une belle et longue vie. Heureusement pour lui, il ne fumait pas. Le problème quand on vit seul, c'est qu'on a personne pour nous donner des limites. Parce que quand il est avec Joy ou même avec Jessie, l'auror n'était pas aussi porté sur la boisson et n'en ressentait aucunement l'envie. Cependant, s'il continuait à cette vitesse, il pourrait aisément passer du côté obscur de la force et en devenir dépendant. Mais ce jour n'était pas encore prêt d'arriver.

- Épargne nous ça ! Déjà que tu causes tout le temps.

Cette petite blague n'était absolument pas un reproche et si c'était le cas, assurez-vous qu'il ne l'aurait pas invité chez lui. Loin de juger les gens, il était persuadé que la jeune fille avait plein d'autres talents, comme celui de faire des blagues vaseuses à n'importe quelle heure. Bon, ce n'était peut-être pas le talent le plus vendeur du siècle, mais pour Basile ça comptait déjà beaucoup. L'auror ne s'attachait pas aux gens parce qu'ils étaient talentueux ou membres de l'élite sociale, mais parce qu'il se sentait bien avec eux, qu'il pouvait leur faire confiance et être lui-même. Alors, peu importait que Victory soit la prochaine Janis Joplin ou même la prochaine Richard Keith, il l'aimait telle qu'elle était.

Si l'écossais était bien loin d'atteindre ses limites de boissons, il semblait que cela ne soit pas tout à fait le cas pour la jeune femme qui semblait légèrement perdue. Si bien qu'elle capitula presque en accusant le scotch d'être un peu trop fort. Basile rigola et lui resservit un verre. Le but n'étant absolument pas de la rendre ivre, mais simplement de montrer que si elle voulait, elle pouvait finir pompette et que ce n'était pas lui qui se moquerait.

- Ça va ! Tu t'en fiches, tu peux rester dormir ici !

Ce genre d'invitation pourrait paraître totalement pas anodine si elle ne venait justement pas de Basile. Il avait proposé à la jeune fille de rester, par simple bon sens et courtoisie. Oui, Flaversham connaissait la courtoisie. Mine de rien, le temps était passé vite et la nuit était déjà bien avancée. Heureusement pour lui, il n'avait pas vraiment d'horaires imposées et pouvait choisir de faire la grasse matinée. L'auror décida d'enlever son magnifique pull bordeaux, afin de rester en simple t-shirt, bien plus confortable.

- Comme je suis un véritable gentleman, je te laisse choisir le film, pendant que je vais faire du pop-corn, vu que madame n'aime pas les pommes.

L'écossais montra la pile de DVD qui traînait dans le coin, il y avait un peu de tout, parce que ce n'était un secret pour personne, Flaversham aimait les achats inutiles. Puis il se leva et se dirigea dans la cuisine pour faire du pop-corn et revint avec un énorme saladier, se posant ensuite confortablement dans le canapé auprès de la jeune femme et dira un plaid.

- J'espère que tu n'as pas pris un truc trop nul.

Pour dire vrai, Basile n'avait pas la moindre idée des goûts cinématographiques de la jeune femme et étrangement il s'en fichait un peu. De toute manière il était trop tard pour jouer les chieurs et choisir un autre film. Sa main s'enfonça dans le saladier et attrapa une bonne poignée de pop-corn, à croire que rien ne pouvait combler cet estomac sur pattes.


_________________
Carry on my wayward son
There'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest. Don't you cry no more. Once I rose above the noise and confusion. Just to get a glimpse beyond this illusion. I was soaring ever higher, but I flew too high.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Soul not for sale

ϟ ÂGE : 31
ϟ FONCTION : Ex-Poufsouffle ; rentière ; gérante de l'image publique et organisatrice d'événements privés pour les entreprises Willard.
ϟ AVATAR : Daisy Lowe


ϟ LIENS : One, two, three FOUR !

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Sam 11 Avr 2015 - 22:22

I think I can fly

When I’m with you
I see a billion dollars in your eyes

L’anglaise pouffa de rire en l’entendant râler après qu’il l’ait resservie sans lui demander son avis. Bon, ce n’était pas ce soir que Victory allait vivre d’eau fraîche et de carottes râpées … A peine forcée, et surtout parce qu’il fallait vraiment peu insister pour la remotiver, la brune attrapa son verre et but une rasade supplémentaire avec un drôle de sourire plaqué sur les lèvres.

Rester dormir, hein ? Parce que Basile allait lui céder son lit double et prendre le canapé en guise de matelas ? La jeune femme avait des doutes quant à cette option mais elle choisit e ne pas directement le défier sur ce terrain, au risque d’y perdre son éventuel abri pour la nuit dans le cas où elle ne pouvait pas reprendre sa voiture pour rentrer. Ou au pire, il y avait le transplanage. Ah, la magie … Parfois si utile et pourtant si facilement oubliée.

Après un si bon repas et une belle pause musicale, un film : une perspective qui enthousiasma la business woman. Un coup d’œil bref à sa montre lui indiqua qu’elle allait fortement regretter ce choix demain matin quand il faudrait se lever pour assister à la réunion du conseil d’administration. Elle aurait tout le temps de se reprocher ça quand elle comaterait à moitié dans la réunion – ou bien qu’elle ferait semblant d’écouter en se gavant de café trop dosé. Elle eut tout juste le temps d’entendre Basile qui lui donnait l’accès et le choix du film qu’il s’en allait préparer de quoi tenir face aux petites faims, la taquinant sur son nouveau désamour envers les pommes. « Oh, trop gentil ! » répondit-elle simplement en minaudant exagérément avant de parcourir la collection de cassettes dont disposait l’Auror.

Il y avait de quoi faire : une bonne quantité de films d’actions, des dessins animés pas si surprenants que ça pour quelqu’un comme lui, quelques découvertes culturellement étonnantes – et Merlin merci rien de douteux -. Mais rien qui lui tapa autant l’œil que … ce sur quoi elle venait de tomber. Un large sourire s’étala sur son visage alors qu’elle riait déjà sous cape. Et lorsqu’il se renseigna sur son choix, Victory ne le fit pas attendre longtemps. « Non. J’ai choisi le meilleur film que tu avais … DIRTY DANCING ! » Et, partagée entre l’hilarité et la satisfaction d’avoir fait la trouvaille la plus brillante de la soirée, Victory brandit fièrement la cassette VHS moldue entre ses mains comme un précieux trésor digne des fouilles archéologiques les plus illustres. Ignorant ses ronchonnements éventuels et sans attendre qu’il accepte sa proposition, la jeune femme glissa d’autorité la cassette dans l’appareil de lecture et appuya sur e gros bouton avant de se jeter avec grâce et élégance – ou pas – dans le canapé qui faisait face à la télévision. « Je savais que t’allais être le plus heureux des hommes. » se moqua t-elle gentiment tout en lui laissant de la place pour s’asseoir à côté et profiter du merveilleux chef-d’œuvre cinématographique qu’ils s’apprêtaient à regarder.

Après quelques passages de publicités, la musique du film retentit, accentuant l’impatience de la jeune femme. « Allez, chut, le film commence. » Et tandis que Basile se vengeait sur le pop-corn, Victory s’enfonçait confortablement dans l’assise moelleuse, suivant avec intérêt le démarrage du film.

Les choses commençaient bien. Elle avait déjà vu le film auparavant, connaissait à peu près les répliques de base et se souvenait surtout des chorégraphies aussi incroyables que kitsch. Pourtant la rentière ne se lassait jamais de regarder ce film. Malheureusement, et en dépit de la force avec laquelle Victory était embarquée dans l’intrigue, elle avait commencé à faiblir et étouffait déjà le deuxième bâillement en cinq minutes. Sa tête dodelinait tout doucement, et avant même qu’elle n’ouvre la bouche pour signaler à Basile qu’elle était un peu fatiguée, ses yeux s’étaient fermés d’eux-même, une main invisible et imaginaire ayant aidé ses paupières à se clore. Sa respiration achevait de se ralentir et sa joue finit par atterrir lentement sur l’épaule de Basile. En clair, Victory avait été kidnappée par Morphée sans rien voir arriver.

_________________

If I look back I am lost
“We are only human, and the gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.”
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Jessie paint your pictures about how it's gonna be, by now I should know better your dreams are never free.

ϟ ÂGE : 30
ϟ FONCTION : Mangemort pas doué — employé au département de la coopération magique internationnale — ancien Poufsouffle — fan incontestable de LOTR
ϟ AVATAR : Kellin Quinn


ϟ LIENS :
fiche
liens
boîte aux lettres

Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos] Dim 12 Avr 2015 - 4:03

I ship it
best valentine day ever

Il a fait un milliard de choses dans sa soirée. Au départ, il avait prévu des choses stupides comme aller embêter tous ses amis célibataires pour leur redonner le sourire dans cette journée de pseudo-déprime pour ceux qui sont seuls. Lui s'en fiche, il a Basile. Mais sa soirée ne s'est pas déroulé comme prévu et il a fini sa soirée avec un inconnu rencontré dans un bar dans un club libertin. Activité qui pourrait paraître choquante mais c'est de Jessie qu'il s'agit, et il est définitivement bizarre au quotidien.Ce jour-là n'a pas de raison de l'être plus que les autres. Mais là, il décide de rentrer et finit par transplanner au seul endroit où il se rend réellement chez lui. Ironique de la part d'une personne qui passe son temps libre un peu partout. Il arrive sans un bruit dans le salon de Basile. Il ne comprend pas ce qui se passe. La première chose qu'il reconnaît est la musique de Dirty Dancing dans la pièce et la première question qui lui arrive à l'esprit est pourquoi son meilleur ami regarde une daube pareille et pas un film de super-héros comme à son habitude.

Et c'est là qu'il les voit. Basile et Victory endormis l'un sur l'autre, comme un petit couple bien heureux. Il aurait aimé sauter de joie face à ce spectacle magnifique. Il n'est pas totalement stupide Jessie. Il a remarqué depuis presque aussi longtemps que Joy – même si celle-ci est bien plus douée que lui dans ce domaine – qu'il y a un truc pas net entre l'auror et la milliardaire. Bien sûr, il ne s'inquiète pas. Il se doute qu'il aura toujours sa place dans ce nouveau couple qui se forme parce que Basile l'aime après tout. Son ami et lui ne sortent peut-être pas officiellement ensemble mais un jour ils coucheront ensemble. Alors il se dit qu'il va repartir, tout heureux. Mais avant ça, il décide de prendre son appareil photo qu'il a laissé sur une étagère de Basile – heureusement qu'ils sont dans son appartement après tout – pour en prendre plusieurs. Il change plusieurs fois d'angle de vue, question d'éclairages et tout ce qui va avec. La photographie c'est de l'art après tout. Il attrape ensuite un stylo, une feuille histoire de laisser un petit mot d'amour à son couple préféré.

« Vous êtes adorables. Je voulais pas vous déranger alors je suis parti dormir chez Victory. J'espère que vous avez passé une bonne soirée, vous me raconterez tout ça demain ! Je passerais avec le petit déj alors attendez-moi ! (Faites pas trop de bêtises au réveil si vous voyez ce que je veux dire.)
Je vous aime Merry et Sylvebarbe. ♥
Pippin. »

Une fois chez son ami, il part immédiatement à la recherche de papier pour écrire. Il est grand temps d'envoyer une lettre à Joy. Il ne doute pas un instant que son amie rêve de voir les magnifiques photos qu'il a prises de leur couple préféré.


_________________

And I love to live so pleasantly
Live this life of luxury
Lazing on a sunny afternoon
in the summertime
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Love is all | Basile [Clos]
MessageSujet : Re: Love is all | Basile [Clos]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ?
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Mini RP terminés-