Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne
MessageSujet : I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne Sam 21 Fév 2015 - 19:21

Wherever you go

no matter what the weather
always bring your own sunshine

    « Je suis affreusement désolé. »
La phrase avait été prononcé d'un ton plus que joyeux ; le léger sourire qui ornait ce visage espiègle achevait de trahir son profond amusement. Justin Finch-Fletchley n'était pas désolé, au contraire, il aurait pu le faire exprès que cela n'aurait absolument rien changé bien que, pour une fois, cela ne soit étonnamment pas le cas. Alors qu'il contemplait les horizons d'un œil émerveillé, il eut même l'audace d'éclater de rire. Ils se trouvaient au milieu de nulle part, littéralement ; leurs pas plus ou moins assurés les avaient menés au sommet d'une colline verdoyante et c'est là, perché en haut d'un rocher dont la forme lui évoquait la face crispée d'un troll, que le jeune homme tentait vainement de se repérer grâce aux rares éléments du paysage qui n'étaient pas des arbres rabougris ou bien encore des empilements de pierre grise. À la limite de son champ de vision, il réussit néanmoins à apercevoir des tâches de couleur vive, qu'il ne tarda pas à identifier comme étant les toits de quelques maisons isolées. Un village, songea Justin, presque déçu. Cela ne suffit toutefois pas à chasser l'esprit d'aventure qui commençait à l'envahir et, lorsqu'il se retourna vers la pauvre âme malchanceuse qui avait eu le malheur de l'accompagner, il arborait le sourire d'un gamin enchanté qui vient de découvrir ses cadeaux de Noël en avance.

« Ça va, Marianne ? demanda-t-il d'une voix qui aurait pu le faire passer pour un monstre désintéressé alors qu'il était en réalité sincèrement préoccupé par l'état de la jeune fille —il connaissait, après tout, les effets secondaires d'un transplanage raté et si lui-même ne ressentait rien d'autre qu'une légère nausée liée à leur bref voyage, cela ne voulait pas dire que son amie se trouvait dans un état de confort, d'enthousiasme, comparable. Tu veux qu'on s'arrête un moment ? »

Pour être tout à fait honnête, la journée n'était pas censée se dérouler ainsi, malgré la belle assurance et le ravissement croissant de Justin ; ils avaient prévu de profiter des vacances scolaires pour se retrouver, passer un peu de temps ensemble. Ce genre de choses qui lui paraissaient autrefois terriblement normales avaient fini par revêtir des allures d'exception maintenant qu'il avait quitté Poudlard, laissant Marianne derrière lui. La vérité, c'est qu'il avait presque eu l'impression de l'abandonner. Il lui avait écrit, bien sûr, mais d'une main régie par des mouvements automatiques tandis qu'il laissait ses pensées vagabonder. Il y avait eu cette colocation décidée à l'improviste, ses deux boulots entre lesquels il devait alterner comme un jongleur avec des torches enflammées, Gaya...
Il préférait ne pas y songer davantage. Il fallait savourer l'instant présent, c'est ça ?

Alors il avait invité Marianne. Comme ça, sur un coup de tête. Parce que son amie lui manquait et que les vacances scolaires venaient de commencer. Parce qu'il en avait envie, tout simplement. Parce que c'était Justin et qu'il préférait parfois oublier de réfléchir afin de profiter pleinement de la vie —et c'était à cause d'une parole distraite, d'un sourire un peu trop lumineux, de la joie des retrouvailles, qu'importe la raison au fond, qu'il avait perdu sa concentration et royalement foiré son transplanage. Au moins, ni lui ni Marianne n'avaient perdu de bras en route. Au contraire, le panorama qui les entourait valait presque toutes les balades à Londres que Justin avait prévu pour la journée. Pourquoi se plaindre, au final ?

D'un bond souple, il revint aux côtés de Marianne. Presque instinctivement, il passa son bras autour de ses épaules, souriant, heureux. « J'ai vu un village. On peut le rejoindre en marchant. Ça nous fera une petite randonnée, et puis, tu pourras en profiter pour me raconter comme ça se passe à Poudlard, pendant mon absence. (Il raffermit doucement son emprise, comme pour lui dire qu'il voulait tout savoir.) Ça fait longtemps, après tout, pas vrai ? »

Il se sentait étrangement bien, Justin, en compagnie de Marianne, perdus dans une nature inconnue, oubliant tous ses problèmes pour simplement profiter de la présence de la jeune fille. Il aurait voulu que le temps s'arrête et qu'ils ne cessent jamais de marcher.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: I forget to pray for the angels and then the angels forget to pray for us. Now so long, Marianne, it's time that we began ...

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : étudiante en septième année à Poufsouffle
ϟ AVATAR : Arden Cho



I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne
MessageSujet : Re: I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne Sam 28 Mar 2015 - 17:55



Marianne révisait consciencieusement ses notes de potion (parce qu’il était indiscutable qu’il lui suffirait bien plus qu’une bonne dose de Felix Felicis pour réussir comme elle le souhaitait cet examen de fin d’année) lorsqu’un hibou toqua du bec sur sa fenêtre. Trop concentrée sur ses parchemins posés en tas sur le parquet, ce n’est qu’au bout du troisième bruit qu’elle leva la tête. « Oh. Excuse-moi Freddie. », murmura-t-elle à l’oiseau en lâchant subitement le parchemin qui tomba platement sur une dizaine d’autres qui trainaient sur le sol. La pluie venait de s’arrêter et la demoiselle s’excusait devant un hibou qui ne devait rien comprendre au langage humain mais elle y tenait. Elle l’avait laissé dehors alors qu’il avait déjà tendance à tomber facilement malade. Attentionnée envers les plus jeunes, attentionnées envers les créatures, c’est tout naturellement que la jeune fille se souciait plus de la santé de Freddie que de la lettre qu’elle posa délicatement sur son livre de potion. Ce n’est qu’après avoir posé l’oiseau sur une serviette bien chaude (parce qu’elle ne voulait pas que le hibou familial attrape un microbe par sa faute) et lui avoir donné quelques morceaux de pain à manger qu’elle revint sur ses pas.

C’était ce qu’il s’était passé lorsqu’elle avait reçu cette lettre, se souvint-elle en apercevant Justin cette après-midi là. Elle avait pensé à l’oiseau pour l’oublier complètement en lisant le contenu de l’enveloppe. Quelques protestations de l’animal plus tard, Marianne l’avait libéré de sa prison douillette pour l’emmener sous la terrasse couverte sans pour autant lâcher la lettre des mains. Elle qui se souciait tant de ceux qui avaient quitté l’enceinte sécuritaire de Poudlard recevait de leur nouvelles. Plus encore, ce n’était pas n’importe qui, qui lui avait écrit. Elle lui avait répondu de la façon la plus simple et la plus Marianne possible. Elle était bien entendue ravie qu’il ait pensé à elle pour cette petite virée. Un sourire aux lèvres, elle était ensuite retournée vers ses cours deux fois plus déterminée à comprendre une bonne fois pour tout le fonctionnement de cette potion bizarre et odorante.

Et la voilà qui s’était retrouvée en cette après-midi en compagnie de Justin, le Pousouffle qui avait quitté Poudlard quelques mois plus tôt, celui pour lequel, peut-être, elle se faisait le plus de soucis. Elle ne savait pas vraiment ce qu’avait eu Justin en tête avant de l’emmener ici avec ce transplanage sans nul doute raté. Et, en fait, lui vint la réflexion tout simple qu’elle n’arrivait même pas (en essayant un peu) à lui en vouloir même si elle pouvait bien voir son air pas du tout désolé même s’il prétendait le contraire. Cette destination fortuite représentait mille et unes aventures possibles pour un jeune homme bien trop curieux pour sa propre sécurité.

« Dis Justin ? Tu comptais nous emmener où avant qu’on atterrisse dans cet endroit merveilleux ? » Okay, le doute pouvait très bien s’entendre dans le ton de sa voix mais qui sait les bonnes surprises que pouvaient leur donner un endroit qu’ils ne connaissaient, à l’évidence, pas. L’envie de lui donner un coup de coude à son rire lui vint subitement tout comme elle fut tout bonnement juste capable de lui donner une (petite en plus) tape sur la tête. Si l’endroit pouvait leur réserver de jolies surprises, il pouvait tout aussi bien s’avérer un peu dangereux et la demoiselle ne savait pas trop sur quel pied danser dans ce genre de situation. Elle était ravie d’être en compagnie du jeune homme, que personne n’ose douter un seul instant sur ce fait, mais sa nature méfiante et protectrice avait tendance à prendre le dessus. « Mieux que depuis cinq minutes. », lui répondit-elle rapidement tout comme elle s’était rapidement détachée du bras du jeune homme à la seconde où elle avait compris qu’elle pourrait tenir debout sans tomber. Heureusement pour elle, elle avait opté pour une tenue simple et, plus que tout, elle avait pris des Converses (qui devaient à ce stade être pleine de boues puisqu’elle était malheureusement mal tombée, la veine !). Où avaient-ils donc bien pu tomber ? Elle espérait que rien de grave ne leur arrive, qu’ils tombent sur des gens gentils et adorables, qui lui donneraient l’envie de retenter l’expérience en sachant qu’il n’y avait peut-être, pas toujours des dangers à l’horizon même si les temps étaient sombres.

Elle secoua la tête à sa question. Elle ne voulait pas gâcher son enthousiasme et le forcer à faire une pause. Du reste, elle ne mentait pas. Elle allait mieux. En réalité, elle voulait juste faire sa prudente. Rester inactif dans un lieu qu’ils ne connaissaient pas ne devait pas l’être. Qui sait peut-être étaient-ils tombés tout près d’un nid de vipères et elle parlait tout aussi bien de la ville que des serpents. N’avait-elle pas pensé qu’ils pouvaient tout aussi bien tomber sur des gens sympathiques et adorables quelques instants plus tôt ? Elle remit nerveusement ses cheveux derrière les oreilles. Geste inutile puisqu’ils retombèrent dès qu’elle lança des regards autour d’eux pour essayer de visualiser leur situation.

Ils étaient à la campagne. L’air y était différent qu’à Londres cependant cela n’empêchait pas Marianne d’être inquiète sans pour autant le montrer à Justin qui était aux anges et, sans le cacher, c’était ce qui avait toujours compté dans la vie de la jeune fille. Savoir Justin heureux lui avait toujours suffit alors, une promenade en pleine campagne, pourquoi pas. De plus, son sourire avait quelque chose de contagieux, chose qu’elle n’avait jamais sut réaliser : lui refuser un sourire qu’il lui envoyait en pleine figure. Un jour, tout ceci, allait finir par être compliqué mais ce jour ne serait pas celui-ci. Elle l’avait décidé et c’est un peu plus rassurée qu’elle parla d’une voix calme. Non loin de la gêner, ce bras autour de son épaule lui redonnait confiance. Il n’y avait pas de raison pour qu’ils leur arrivent une tuile.

« Puis la campagne tu sais, sans tout ces … choses de la ville pour te déconcentrer, c’est comme si tu découvrais un nouveau monde. », s’amusa-t-elle facilement. Elle était encore à Poudlard, un trou perdu en plein milieu de l’Ecosse. Un coin perdu qu’elle aimait bien, qui était bien différent sans certaines têtes aux alentours. « Très longtemps. », approuva-t-elle en commençant la marche sans chercher à repousser le jeune homme. C’était comme s’ils étaient de retour au château, sans le château. « Poudlard … c’est Poudlard ? Le château immuable comme Peter Pan qui refuse de grandir. Il n’y a que les élèves qui changent et encore … c’est souvent les mêmes histoires qui s’y passent. Années après années. J’veux bien voir le jour où il y aura une fête organisée par le corps professoral sans qu’un couac ne s’y produise. », bouda t-elle légèrement. Elle était peut-être un peu trop sérieuse, à cheval sur les règlements. N’était-elle donc pas préfète-en-chef ? Si. Justement. « Mais racontes-moi plutôt ce qu’il s’est passé pour toi depuis tout ce temps ? Enfin. La vie active c’est quelque chose tout de même ! Tout va bien pour toi ? » Car Marianne était avant tout quelqu’un qui n’avait de cesse de s’inquiéter pour ceux qu’elle avait perdu de vue ne serait-ce que pendant quelques mois. Certaines choses ne changeraient pas malgré le cadre splendide qui s’offrait à eux. La Poufsouffle s’inquiétait. Toujours.

Spoiler:
 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Ancien élève de Poufsouffle, il espère atteindre le sommet de la pyramide sociale en devenant un homme d'affaires important.
ϟ AVATAR : Tyler Posey
Happy Banana Day

ϟ LIENS : So come with me, where dreams are born, and time is never planned. Just think of happy things, and your heart will fly on wings, forever, in Never Never Land!

I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne
MessageSujet : Re: I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne Ven 1 Mai 2015 - 15:05

Wherever you go

no matter what the weather
always bring your own sunshine

Nerveuse, Marianne semblait l'être alors que le jeune homme tentait maladroitement de conserver une façade assurée. Mais l'air sérieux qu'il était parvenu à adopter face au doute qui imprégnait les paroles de son amie fut rapidement déformé par un sourire penaud. Elle avait dit endroit merveilleux comme s'il s'agissait d'une évidence et ces bêtes mots, plus que tout autre chose, était la preuve qui lui manquait, celle qui affirmait que Marianne n'était pas fâchée. Alors il oublia ses inquiétudes et décida subitement de profiter de l'opportunité qui s'offrait à eux. Puisqu'il était maintenant certain que la jeune fille irait bien, puisqu'elle lui avait affirmé d'un ton aussi rapide que convaincu, il n'y avait plus le moindre obstacle, non, plus rien entre eux et les joies de la campagne anglaise.

Parfaitement inconscient des pensées de Marianne, simplement heureux qu'elle ne cherche pas à se soustraire à son étreinte amical, ils commencèrent à avancer à travers la plaine bosselée. « Mais c'est un nouveau monde ! s'exclama-t-il alors qu'il désignait d'un geste stupidement triomphal le paysage qui les entourait. Enfin, ça y ressemble. » Amusée, la jeune fille l'était clairement tandis qu'elle parlait, lui parlait de Poudlard et de la vie en général, cette somme de petits détails insignifiants dont il savourait la rareté et la préciosité. Il aimait la manière spontanée et affectueuse avec laquelle elle alliait son rôle de Préfète-en-chef ainsi que l'attendrissement évident qu'elle ressentait envers ce lieu chargé d'Histoire et de magie. « Le temps passe trop vite à l'intérieur du château, fit semblant de se plaindre Justin alors que son habituel sourire moqueur ornait ses lèvres. Un jour, tu te réveilles et tu réalises que, même si tout reste pareil à Poudlard, toi tu vas devoir changer. » Changer ou grandir ? Qui pouvait savoir ? « Les fêtes à Poudlard, c'est ce qui me manque le plus ! s'exclama-t-il soudain, oubliant qu'il s'adressait à un modèle de sagesse et de droiture. Je me souviens de la fois où Seamus, complètement bourré, a commencé à courir nu dans les couloirs avec un nœud autour de la— » Réalisant ce qu'il s'apprêtait à dire, Justin se tut brusquement et rougit à une vitesse effarante. « Aucune importance. On était un peu cons à l'époque, se dépêcha-t-il d'ajouter en oubliant de préciser que l'époque datait de quelques mois seulement. »

Profitant honteusement du fait que Marianne lui demande de ses nouvelles, le jeune homme changea de sujet : « Je vais bien, rassure-toi. En fait, les choses ne pourraient pas aller mieux. » Il lui dédia un sourire sincère. « Bon. Bien sûr, il y a Sybella— mais, à part ça, je ne vais pas me plaindre. » S'il commençait à se plaindre de Sybella, de ses chichis et de ses manières, il n'aurait pas terminé avant qu'ils atteignent le village et il jugea que le sourire de Marianne valait mieux que le récit de ses éternels déboires avec la future journaliste (ratée). « J'adore mon boulot. Jongler avec les dossiers, les affaires, élaborer des stratégies, tromper les concurrentes, je ne pensais pas que ça pourrait me plaire mais si, finalement. » Légèrement inquiet, il attendit l'avis de Marianne, presque étonné que celui-ci puisse lui importer autant.

La vie pouvait être terriblement ironique: lui qui était né au cœur d'une famille d'ouvriers peu qualifiés avait désormais l'audace de viser les hautes sphères du pouvoir. Lui à qui on avait appris qu'on ne pouvait pas faire confiance à des gens d'origine étrangère se surprenait à ébouriffer les cheveux d'une adorable jeune fille dont les ascendances chinoises étaient clairement visibles sur son visage, la dotant d'un charme particulier qui—
—qui l'émouvait étrangement alors qu'il se détachait d'elle subitement, enfonçant ses mains dans ses poches tout en scrutant le ciel, à la recherche d'un signe qui ne venait pas.

« Et toi ? lui demanda-t-il, tentant de camoufler sa gêne derrière un ton joyeux. Tu as des projets après Poudlard ? » Il passa une main distraite dans ses cheveux déjà bien ébouriffés, menaçant de trébucher à chaque pas, peu habitué à autre chose que les pavés luisants de Poudlard ou le goudron stérile de sa ville natale.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne
MessageSujet : Re: I have promises to keep, and miles to go before I sleep | Marianne

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 8 miles (film avec eminem en vedette)
» Charlène L. Miles
» Joey Miles [ E.C ]
» Entrainement de Miles Quaritch
» Rodrigue Miles [Terminé Normalement]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Partout ailleurs-