Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

ϟ ÂGE : 29
ϟ FONCTION : Journaliste politique à la Gazette du Sorcier
ϟ AVATAR : Arthur Darvill


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Everybody wants to be a cat { Automne Mer 11 Fév 2015 - 21:55

I'll be your mirror
Reflect what you are, in case you don't know

Il retire la tarte encore brûlante du four, la pose sur la gazinière avant de la regarder d'un air satisfait. Elle a l'air excellente, les pommes sont dorées, la pâte faite maison a l'air parfaite. Et l'odeur lui donne faim. Il est fier de lui en un sens, comme à chaque fois qu'il réussit un plat, soit à peu près tous les jours. Il cuisine bien, alors forcément il profite de tous ces cours que lui a donnés sa grand-mère il y a longtemps dans leurs petites cuisines de la maison familiale à Aylsham. C'est à ce moment qu'il se rend compte qu'il va devoir attendre, qu'elle est prévue pour plus tard et qu'avant, il va être obligé de manger le repas – cela dit, excellent – que ramène sa meilleure amie. Il adore ce genre de soirée posée qu'ils font chez l'un ou chez l'autre où le but est uniquement de se retrouver face à un bon repas pour parler de la journée. Oui, de la journée. Parce que même si on aurait pu penser que la vie active ou le fait qu'il soit parti trois ans à l'étranger aurait pu éloigner les deux amis, c'est mal connaître Automne qui a la fâcheuse tendance à intervenir dans sa vie sans lui demander son autorisation. En l'appelant tous les soirs par exemple, ce qu'elle ne s'est jamais privé de faire, encore aujourd'hui.

Il prépare le reste du repas, une salade de fruits – parce qu'on se le dise, il n'y a jamais assez de fruits. Heureusement, c'est Automne qui s'occupe du reste, comme souvent. Sa meilleure amie a un talent certain pour la cuisine, et c'est peut-être une des raisons qui les poussent à être si proches, ça et le fait qu'ils travaillent au même endroit, qu'ils ont les mêmes goûts et que personne d'autre n'accepterait de l'accompagner dans des expositions ou des brocantes pendant leurs jours de congé. Il ne faut pas s'étonner qu'avec Peeter, elle fasse partie des gens qu'il fréquente le plus actuellement.

Il entend la clef dans la serrure et Mordred qui se précipite vers la porte. Mais il ne s'inquiète pas Hippolyte. Il sait que c'est juste Automne qui arrive enfin. Il ne pourrait pas dire à partir de quand elle a les clefs de son appartement. Peut-être toujours d'ailleurs. Quand il est revenu d'Amérique, il a d'abord échoué chez elle avant qu'elle l'aide à se trouver un logement. Et c'est à ce moment-là qu'il a dû lui donner les clefs. Elle passe quand elle veut de toute façon, à la plus grande fois du canidé qui arrive dans la cuisine en courant, précédant son invitée. Il lui sourit en terminant la salade de fruits qu'il s'empresse de mettre au frigo, et donnes quelques bouts de pommes à Mordred qui lui fait les yeux doux.

    —Ah Automne, j'ai terminé le dessert. Alors, je sais qu'on avait dit tarte mais je suis tombé sur un petit magasin bio dans Londres, ils avaient des fruits magnifiques. Vraiment, je te donnerais l'adresse. Il enlève son tablier rose – un cadeau de la française, évidemment – avant de l'accrocher derrière la porte. J'ai aussi acheté des courgettes et des aubergines, comme ça je nous ferais une ratatouille demain soir. Il y aura Peeter aussi.

Il regrette déjà cette dernière phrase. Parce qu'il la connaît Automne, il sait à quel point elle peut être agaçante quand il s'agit de sa relation – clairement amicale – avec l'autre Gryffondor. Mais forcément, elle ne le voit pas comme ça Automne, ce que le journaliste ne peut qu'interpréter d'une seule manière : elle a vraiment besoin de se trouver un copain elle aussi. Et ça, ça ne manquera pas. Il compte bien en parler à Peeter s'il le faut, histoire de ne pas être seul dans ce plan qui se doit d'être mené à bien. Parce qu'on peut dire ce qu'on veut sur l'anglais, il est capable de tous pour sa meilleure amie, et si pour son bien, il doit faire passer un casting à des mecs qu'il ne connaît pas mine de rien, en faisant semblant de discuter, il le fera. Mais bon, si Peeter peut lui présenter le mec qui conviendrait parfaitement à la française, ça serait encore mieux.

    — Alors, qu'est-ce que tu veux boire ? Il regarde l'horloge accroché au mur de la cuisine et met de l'eau à bouillir. Il est encore tôt. Si tu veux, j'ai un thé russe excellent que ma mère m'a envoyé. D'ailleurs, elle te passe le bonjour. Parce que forcément, ses parents adorent Automne. Surtout sa mère qui, n'ayant jamais quitté son Angleterre natale, voue à la française une sorte d'admiration. Elle vient du pays de la meilleure pâtisserie au monde comme elle dit. Bon, t'as qu'à te servir de toute façon. C'est pas comme si tu passais ta vie ici.

C'est presque faux d'ailleurs vu qu'il passe presque autant de temps chez elle qu'elle en passe chez lui. C'est l'avantage de vivre dans le même quartier après tout et de ne pas avoir énormément d'obligation. Sauf que maintenant, vu que son amie a décidé de vivre avec Wendy, les choses vont peut-être changer. Ils vont peut-être devoir augmenter le nombre de soirées passées chez elle. Mais c'est pas grave, il amènera Mordred. Son adorable chien ne va quand même pas rester seul, le pauvre amour.


_________________

I'm free to be whatever I
whatever I choose
And I'll sing the blues if I want

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Ancienne Gryffondor - Photographe à la gazette du sorcier
ϟ AVATAR : Marine Vacth


ϟ LIENS : fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Dim 15 Fév 2015 - 16:04

Te raconter surtout
les carambars d'antan et les cocos bohères.

Les roues légèrement abîmées du vélo vert dévalaient les rues pavées de ce quartier si vivant de Londres. Son long manteau volait au vent, tandis qu'elle tournait dans une petite allée. Cette route, Automne la connaissait par cœur, aussi bien que si c'était chez elle. Elle gara le vélo dans la petite cour du petit immeuble typiquement anglais et attrapa un paquet qui se trouvait dans le petit panier à l'avant de son carrosse de fortune. La française aimait beaucoup faire du vélo, se promener dans le vieux Londres, mais surtout elle adorait se rendre ici, chez son meilleur ami Hippolyte.

Elle grimpa les marches deux pas deux avant d'arriver devant la porte de l'appartement, sans frapper elle entra et retira son manteau. Le petit chien la salua comme toujours avec beaucoup d'affection, faut dire qu'il la voyait tellement souvent qu'il était même possible qu'il la prenne pour son deuxième maître. Sans surprise, son cher ami se tenait dans sa cuisine et préparait ce qui ressemblait à une merveilleuse et délicieuse salade de fruits. L'amour qu'ils portaient pour la bonne nourriture était sûrement exagéré, mais il faut croire qu'ils n'étaient pas amis pour rien.

- Tu vas bien ? Y avait vraiment un monde fou dehors. Oh mais oui, tu es tout mignon !

Automne se releva, laissant le chien retourner à ses occupations canines qui entre nous n'étaient pas très passionnantes. Elle déposa le paquet sur la table et se dirigea vers la fenêtre pour allumer une cigarette. La jeune femme fumait bien trop pour son âge, mais elle savait bien que son ami ne lui reprocherait pas un seul instant cette addiction, surtout au vu du nombre qu'il pouvait fumer en une seule journée. Libérant une épaisse fumée opaque, elle écoutait l'anglais parler.

- Tu es tellement sexy dans ton tablier, tu devrais le mettre demain soir, sans rien dessous.

Un vague sourire moqueur se dessina sur son visage, embêter le journaliste au sujet du troisième mousquetaire était une des activités favorites de la jolie jeune femme. Surtout que ce tablier, c'était son cadeau, celui qu'elle lui avait fait il y a déjà très longtemps pour lui rappeler à quel point il était un excellent cuisinier. D'ailleurs s'il n'était pas devenu journaliste, elle lui aurait sûrement conseillé d'ouvrir un restaurant.

- Pour le repas j'ai préparé des bricks aux Saint-Jacques et aux poireaux, avec une sauce au cidre. J'espère que tu aimeras.

La française était aussi douée que son ami pour la cuisine, mais particulièrement en gastronomie bretonne. Elle aimait vraiment préparer de bons petits plats venant de son pays natal, une sorte de retour aux sources. La jeune femme se tenait toujours proche de la fenêtre, profitant de la chaleur de soleil sur son visage pâle.

- Un thé ? Avec plaisir. Je t'en fais un ? Tu passeras le bonjour à tes parents.

Quittant sa fenêtre, la jeune fille attrapa deux tasses dans un des placards, puis s'occupa de faire bouillir l'eau. Elle connaissait la disposition de chaque cuillère et de chaque condiment qui pouvait se trouver dans cette cuisine, comme si c'était la sienne. Comme le disait si bien le encore jeune Hippolyte, elle passait presque toute sa vie ici et si ce n'était pas le cas et bien ils étaient tous les deux dans l'appartement du quartier voisin, le sien. Ils pourraient très bien faire une colocation, mais pour une raison inconnue il trouvait que ce mode de fonctionnement était bien mieux. Surtout que s'ils vivaient dans le même appartement, elle ne pourrait point passer des heures à lui téléphoner.

- Voilà un thé pour Monsieur Sexy. Alors, tu fais quoi ce week-end ?

Dans d'autres circonstances cette conversation pourrait paraître presque gênante, mais le deux amis se connaissaient tellement bien que rien ne pouvait devenir gênant. En fait, Automne pouvait parler de tout avec Hippolyte et son sujet favori était au plus grand malheur de ce dernier, lui-même.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 29
ϟ FONCTION : Journaliste politique à la Gazette du Sorcier
ϟ AVATAR : Arthur Darvill


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Lun 16 Mar 2015 - 20:44

I'll be your mirror
Reflect what you are, in case you don't know

Sa meilleure amie est la personne la plus épuisante au monde. C'est ce qu'il se dit un peu trop souvent en sachant pertinemment qu'il a tort. Malgré son envie de croire qu'il n'aurait pas pu trouver quelqu'un d'aussi taquin, il se résout lui-même à dire que c'est faux. Il fait partie de cette catégorie de personnes à s'imaginer que le pire ne va pas tarder à arriver, rentrant par la grande porte sans frapper et faisant de la vie de chaque individu un véritable enfer. Automne est une des personnes les plus gentilles qu'il connaisse et il l'aime pour ça. Ils se ressemblent plus qu'ils ne l'avoueront jamais. Ça lui ferait trop mal d'approuver les dires de leurs amis qui trouvent ça presque malsain que leurs cuisines aient exactement la même configuration. C'est loin d'être leur faute et il expliquera sûrement jusqu'à sa mort à Peeter que le sel doit se trouver deuxième placard à gauche pour des raisons pratiques. De la pure logique, un rangement sain et correct qui devrait être universel. Ils l'appelleront le rangement Pilcher-Nemours, hommage aux deux journalistes dé génies l'ayant théorisé. Heureusement pour l'univers, ils sont là et ils savent faire des tartes.

Il la regarde à moitié étonné – plus pour la forme qu'autre chose – quand il entend sa remarque par rapport à Peeter. Il ne comprendra jamais pourquoi ou comment la française s'est mise en tête de le caser avec son meilleur ami. Le libraire fait partie des personnes qu'il aime le plus dans sa vie, il laisserait sans la moindre hésitation sa vie entre ses mains s'il le devait. Une confiance absolue, une amitié parfaite si on oublie le petit passage de froid qui a suivi la révélation sur sa sexualité. Peeter est tout pour lui, mais envisager une relation autre que celle qu'ils ont actuellement serait bizarre. C'est comme avec Automne, il est incapable d'imaginer plus. Ce serait bizarre. Mais forcément, vu que sa préférence pour les garçons n'a jamais été un secret pour sa meilleure amie, elle a décidé que Peeter et lui finiraient ensemble et ça depuis bien trop longtemps. Alors il a le droit aux remarques déplacées à longueur de journées, aux blagues, aux allusions à peine dissimulées.

    — Sérieusement Automne, je doute que Peeter ait envie de me voir nu. Surtout après la dernière fois, il m'en a vraiment voulu tu sais ? Oui, elle sait. Il l'a appelé dès qu'il est rentré pour lui apprendre la nouvelle, pour lui dire que Peeter sait et qu'il lui avait fait la remarque tant redoutée. Pourquoi maintenant ? Pourquoi accepter de lui avouer après tant d'années alors qu'il n'avait rien à craindre de la réaction de son meilleur ami. Donc je t'interdis de faire la moindre remarque demain. Peine perdue. Personne n'est capable d'ordonner à Automne de ne pas l'embêter avec sa vie sentimentale. Il préfère donc reporter son attention au plat que la française a apporté. Ça a l'air parfait, comme d'habitude. Je sens qu'on va se régaler.

Il allume une cigarette, répétant les mêmes gestes de la française. Sa meilleure amie, son miroir. Il la regarde en souriant préparer une tasse de thé. L'odeur se mêle à celle du tabac. À quoi bon manger bio, faire attention à sa santé si c'est pour fumer comme un pompier à chaque minute de la journée. Les deux journalistes s'en fichent, ont arrêté de faire attention à ce genre de remarque depuis bien longtemps maintenant. Maîtres de leurs décisions, ils sortent tous les deux à chaque pause malgré les températures glaciales pour avoir leur dose de tabac. Ils ont l'air idiot parfois, à se les cailler serrés dans leurs manteaux et leurs écharpes mais ils s'en fichent. Ils en ont besoin, de cette cigarette. Il se déplace vers le lecteur vinyle pour lancer Brel. Dans son étagère, le rock psychédélique est mélangé aux chanteurs français qu'ils étaient incapables de comprendre à une époque. Aujourd'hui, ça va mieux. Automne lui a expliqué, et il accepte souvent de mettre ces musiques qui rappellent à sa meilleure amie son pays natal pour lui faire plaisir. Il n'est pas dérangeant Hippolyte.

    — Ce week-end ? Il réfléchit quelques secondes avant d'attraper son agenda et de se poser sur un des hauts tabourets de sa cuisine, cigarette dans une main, tasse de thé dans l'autre. Alors, je l'ai marqué. J'ai vu qu'il y avait une brocante pas loin dimanche matin donc je propose qu'on aille y faire un tour. Et samedi après-midi, je voulais aller voir la nouvelle exposition du Tate Modern Museum. Ça fait longtemps qu'on est pas allé voir quelque chose du style art contemporain. Ça changera un peu, tu penses quoi ? Super week-end en perspective auquel il faut sûrement rajouté une bière ou deux bues dans un bar, un film d'auteur polonais, un peu d'herbe et un bon repas préparé avec amour.


_________________

I'm free to be whatever I
whatever I choose
And I'll sing the blues if I want

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Ancienne Gryffondor - Photographe à la gazette du sorcier
ϟ AVATAR : Marine Vacth


ϟ LIENS : fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Mar 24 Mar 2015 - 19:20

Te raconter surtout
les carambars d'antan et les cocos bohères.

La jeune femme ne pouvait s'empêcher de sourire en voyant son ami se défendre au sujet de Peeter. Objectivement, elle ne se souvenait absolument plus de comment cette idée avait pu naître dans a petite tête, mais elle savait pertinemment qu'ils iraient parfaitement bien ensemble. La française avait le mérite d'être la mieux placé pour le savoir, ayant trainé toute sa vie avec ces deux loulous. La sexualité d'Hippolyte n'avait jamais été un véritable secret pour elle et étant la première au courant pour le troisième mousquetaire, elle ne pouvait qu'idéaliser le couple parfait qu'il formerait. En plus, ça lui donnera une bonne raison pour passer encore plus souvent, si cela était possible.

Les deux meilleurs amis passaient tellement l'un chez l'autre, que la voisine de palier d'Automne, une sympathique grand-mère passionnée de littérature rose était persuadé que le journaliste était son petit copain. Ce qui aux yeux de la jeune femme paraissait totalement saugrenu, parce qu'ils étaient tout simplement trop pareil pour développer ce genre de relation. Puis embêter l'anglais sur ses amours étaient tellement divertissant. Interdire quelque chose à Pilcher, revenait presque à lui demander de le faire et les deux garçons pouvaient être sûr d'avoir quelques que sourires espiègles durant le repas.

- Personne ne t'empêchait de lui dire avant. Des remarques ? Ce n'est absoluuument pas mon genre.

La petite menteuse du jour regarda son ami allumer sa cigarette, tandis qu'elle commençait son thé. Elle aimait le boire très chaud et peu infusé. Le compliment sur le repas était plus pour la forme qu'autre chose, vu qu'ils savaient aussi bien l'un que l'autre que le repas serait parfait. Du moins autant que le programme du week-end, que la jeune fille ne pouvait qu'approuver. Surtout la brocante, puisqu'elle avait définitivement envie de changement dans son appartement et particulièrement envie d'une touche de jaune. Quoi de mieux qu'une brocante pour trouver un objet unique et déjà chargé d'histoire.

- Avec plaisir, tu sais bien que je suis toujours partante pour ce genre de choses, mais je suis déçue, tu aurais pu boire un verre avec Peeter ou boire un verre avec Peeter... Ou même manger au restaurant avec Peeter.

Le prix de la plus grosse relou de l'année est attribué à Automne M. Pilcher, dans le rôle de la meilleure amie. On pouvait dire que l'anglais avait du courage pour la supporter, mais elle savait bien que tôt ou tard elle recevrait le retour de bâton. Non, parce que si la vie amoureuse d'Hippolyte était un sujet récurrent, il n'en était pas moins de la sienne. La vie sentimentale de la Française était absolument inexistante depuis certain mauvais plans, encore pire que Flaversham, dont elle avait le secret.

- Ça va, je rigole. On mange ? Je meurs de fin.


Sans même attendre la réponse de son ami, la jeune femme commença tranquillement à mettre le couvert. Plaçant les assiettes à leurs places habituelles, puisqu’on ne change pas les bonnes vieilles habitudes. La musique en fond sonore lui mettait réellement du baume au cœur, la France lui manquait vraiment parfois et surtout son village natal ou elle avait déjà amené une bonne dizaine de fois. Il avait eu la chance de rencontrer son parrain, libraire, sa marraine et même sa cousine.
Une fois la table mise, la jeune femme plaça le repas qu’elle avait apporté dans un plat afin de le réchauffer quelques minutes, au passage, elle piqua dans la salade de fruit d’Hippolyte. Une mauvaise habitude qu’elle avait depuis son plus jeune âge, mais honnêtement elle n’avait aucune envie de changer.

- Faut que je passe dans une librairie aussi, je viens de finir mon dernier, un véritable navet sans intérêt.

Automne était une terrible critique littéraire, mais étonnamment, son avis était toujours très objectif et plutôt bien argumenté. Sauf là, puisqu’avec Hippolyte elle n’avait absolument pas besoin d’argumenter.




_________________

Tout le monde veut devenir un cat.

Parce que un chat quand il est cat retombe sur ces pattes. Tout le monde est piqué de ces pas si bien rythmés, tout semble auprès de lui très démodé. Une cloche, dès qu'il joue, sa trompette vous rend fou, ça swingue comme un pied. Mais oui, c'est pire que l'ennui, oh là là mes amis, quelle calamité.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 29
ϟ FONCTION : Journaliste politique à la Gazette du Sorcier
ϟ AVATAR : Arthur Darvill


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Ven 10 Avr 2015 - 18:38

I'll be your mirror
Reflect what you are, in case you don't know

Parfois, dans de rares moments d'égarement, il se demande comment il fait pour la supporter à temps plein. Parce qu'encore, s'il ne la voyait que quelques heures par semaine, il n'y aurait pas la moindre difficulté à vivre avec les remarques récurrentes de la jeune Pilcher. Mais ses journées entières qu'il passe aux côtés de la jeune française qui se fait un plaisir d'être toujours un exemple en matière d'espièglerie. À aucun moment, il ne se dit qu'il aurait pu vivre sans vivre, qu'il aurait mieux fait de ne pas tomber dans cette relation bien trop fusionnelle. Elle le taquine, elle l'embête, elle lui donne presque envie de transplanner chez Peeter pour retrouver ce calme disparu depuis qu'elle a fait son entrée dans le petit appartement londonien. Pourtant, il le sait. Il serait bien incapable de vivre sans elle, sans son rire, sans ses bons petits plats et ses petites attentions qui rythment désormais leur quotidien. Certains leur demande parfois s'ils sont en couple pour cette raison, ceux qui ignorent les préférences d'Hippolyte, c'est-à-dire beaucoup de personnes. La perspective serait effrayante, il a conscience que ce serait un peu comme vivre avec son reflet, plus féminin et plus insupportable. Dans les grandes lignes, ils se ressembleraient trop. Pourtant, il s'est déjà posé la question. Il a cherché à savoir si, dans un monde parallèle où il aurait été attiré par les femmes, il serait sorti avec Automne. Mais la réponse lui paraît logique. Jamais. Il ne la voit qu'en meilleure amie, en sœur. Ils se sont définitivement bien trouvés.

Peeter est son sujet préféré, et ça depuis des années. Elle est capable de l'embêter avec ce sujet pendant des heures, et si la plupart du temps il se contente de ne pas relever ses remarques, c'est plus simple. Il préfère ignorer, lui lancer un sourire fatigué. Éviter le sujet, ne pas se rappeler qu'il a dû cacher à son meilleur ami la vérité pendant des années pour des raisons stupides. Elle a définitivement raison Automne, il aurait dû lui dire avant. Ça fait partie de ces choses qu'il regrettera sûrement toujours. Jusque-là, il est d'accord avec elle. C'est le reste qui le dérange. Il est incapable de comprendre les raisons qui l'ont poussé à croire qu'il formerait un beau couple avec son meilleur ami. Elle le fatigue à s'imaginer des choses qui n'arriveront jamais. Ses sentiments pour Peeter sont tout ce qu'il y a de plus sain, de l'amitié pure et simple.

    — Je crois que tu as oublié la proposition où je vais boire un verre avec Peeter. Ça ne le dérangerait pas, d'aller boire un verre au final. Passer du temps avec son ami a toujours été un réel plaisir et il pourrait rester des heures juste à lui parler. Mais c'est la façon dont elle le sous-entend ne plus plaît pas. Sérieusement Automne ? Laisse ma relation avec Peeter tranquille et trouves-toi un copain.

Début des hostilités mais ce n'est pas de sa faute, c'est elle qui a commencé après tout. S'il est célibataire depuis un bail, c'est aussi le cas de sa meilleure amie. Et quand on fait la liste des ex-copains de la française, on se dit presque qu'elle a raison de l'être. Le meilleur exemple est sûrement Lichuan, à croire que la gentille petite Automne n'attire que des manipulateurs. Pourtant, qu'est-ce qu'il aimerait qu'elle trouve quelqu'un de gentil, qui n'essayerait pas de lui faire mal. Sauf qu'en attendant, elle les a Peeter et lui. Ce n'est pas forcément une aubaine – ne traînez qu'avec des gays peut parfois avoir certains désavantages – mais c'est mieux que rien. Au moins, elle ne sera jamais seule vu que quoi qu'il arrive il est prêt à passer sa vie chez elle si nécessaire. Évidemment, c'est déjà le cas, et ça même s'ils vivent dans des quartiers voisins. Vivre en colocation serait un peu trop, surtout quelques années après avoir ouvert un compte commun. Il s'assoit à table en commençant à boire son thé. Au contraire de sa meilleure amie, il le préfère un peu froid et très infusé.

    — Ça sent bon. J'aime tellement quand tu fais des sauces au cidre, ça change. De toute façon, tu m'as fait tomber amoureux de la cuisine bretonne. Et ça depuis longtemps. En même temps, à son retour d'Amérique, les bons petits plats de la française avaient des airs de libérations. Il écrase le mégot de sa cigarette dans le cendrier. À la librairie ? Son regard se pose sur Automne. Chez Fleury & Bott ? Tu passeras le bonjour à Peeter et Meredith de ma part. Il sourit. Et à Charlie. Il rigole un peu, il sait très bien ce qu'elle en pense.


_________________

I'm free to be whatever I
whatever I choose
And I'll sing the blues if I want

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Ancienne Gryffondor - Photographe à la gazette du sorcier
ϟ AVATAR : Marine Vacth


ϟ LIENS : fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Lun 13 Avr 2015 - 23:25

Te raconter surtout
les carambars d'antan et les cocos bohères.

La française pouvait lire aisément l'agacement qu'éprouvait son ami à l'égard de ses sous-entendus absolument pas subtils et elle ne pouvait s'empêcher d'en rire. Cela faisait des années qu'elle s'était lancée dans une quête presque épique pour mettre en couple ses deux meilleurs amis et pour cela, elle avait même rallié à sa cause, la meilleure amie du troisième mousquetaire. Les femmes pouvaient parfois être chiante, mais c'était pour ça qu'elles étaient si douées. Automne avait parfaitement conscience d'être une personne fatiguante et elle pouvait remercier Hippolyte pour la supporter de cette manière à longueur de journée. L'ancienne gryffondor aimait voir cette moue presque boudeuse sur le visage de son meilleur ami et surtout l'entendre répliqué par une attaque digne d'un enfant de huit ans. Si c'était quelqu'un d'autre, elle l'aurait sûrement pas très bien pris, mais ce n'était qu'Hippolyte et elle pouvait aisément tout lui pardonner. En amour, ils étaient sûrement aussi chanceux l'un que l'autre et pouvait en parler sans crainte d'être jugé. La française qui était toujours en train de patienter devant le four, s'approcha de son ami et lui donna un petit coup amical sur le torse.

- Tu sais que tu ne peux pas me mentir ?

Son sourire terriblement espiègle se dessina sur son visage et au même moment, le minuteur du four retentit, indiquant qu'il était l'heure de manger. Surtout que l'anglais semblait déjà avoir l'eau à la bouche en faisant l'éloge de la cuisine bretonne. Après avoir enfilé le gant de protection, elle attrapa le four et le posa délicatement sur la table, avant de servir les deux assiettes. Pendant un moment, on pourrait facilement penser que l'anglais n'était que l'invité, pourtant c'était bel et bien son appartement. Automne connaissait chaque recoin de cet appartement et rien n'était un secret pour elle, parfois elle se disait qu'ils feraient mieux de se mettre en colocation, mais finalement ça enlèverait tout le plaisir de s'inviter l'un chez l'autre et surtout, ça serait bien moins amusant d'embêter Hippolyte.

- Tu sais, je pense que tu as toutes tes chances ! Bon, bon appétit.

Ne jamais lâcher l'affaire. Comme si elle n'avait rien dit, la jeune femme prit place autour de la table et commença sans plus tarder ce délicieux repas fait avec amour. Quand la française aborda le sujet d'une librairie, son ami proposa naturellement celle de leur ami commun, sachant pertinemment qu'elle n'avait aucune envie d'y mettre les pieds, pour une raison que le blond connaissait parfaitement, Charlie. Cette dispute absolument vide de sens durait depuis bien trop longtemps et il n'y avait que la photographe pour détester quelqu'un pour une raison aussi futile. Pour faire simple, dés qu'elle le voyait, elle criait presque au complot, pourtant on ne pouvait pas dire qu'elle lui avait déjà réellement parlé.

- Ahah, très drôle. Je ne vais pas y aller, imagine je tombe sur lui ... Tu sais, je suis sûr qu'il se fera un malin plaisir de cacher le livre que je cherche.

Parfois, Automne se montrait d'une mauvaise fois sans fin et était prête à dire des bêtises plus grosses quelle, ce qui devait beaucoup faire rire son meilleur ami. Pourtant, elle n'était définitivement pas quelqu'un de méchant et encore moins de gratuitement désagréable, mais avec ce pauvre vendeur elle montrait un visage bien moins sympathique. Autrement dit, il y avait de fortes chances que le vendeur la prenne officiellement pour une folle.


_________________

Tout le monde veut devenir un cat.

Parce que un chat quand il est cat retombe sur ces pattes. Tout le monde est piqué de ces pas si bien rythmés, tout semble auprès de lui très démodé. Une cloche, dès qu'il joue, sa trompette vous rend fou, ça swingue comme un pied. Mais oui, c'est pire que l'ennui, oh là là mes amis, quelle calamité.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 29
ϟ FONCTION : Journaliste politique à la Gazette du Sorcier
ϟ AVATAR : Arthur Darvill


ϟ LIENS :
fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Ven 24 Avr 2015 - 18:14

I'll be your mirror
Reflect what you are, in case you don't know

Il a appris à abandonner, à ne plus faire attention aux remarques de sa meilleure amie concernant sa vie privée. Il y a le droit quotidiennement après tout, et quand Peeter n'est pas le sujet, ce sont ses erreurs passées qui sont remises sur le tapis avec une classe dont seule la française est capable. Il a donc appris à faire avec, à soupirer aux remarques d'Automne avant d'accepter ses propos, lui donnant la victoire en échange d'une tranquillité temporaire. Dans des moments de courage extrême, il se dit qu'il aimerait s'opposer à elle en bloc, lui rappeler que Peeter n'est rien d'autre que son meilleur ami, que c'est dans les draps d'autres qu'il finit ses nuits. Il ne lui avouera jamais y avoir pensé une fois ou deux à force qu'elle le harcèle mais il préfère repousser cette idée totalement stupide. Il a suffisamment de problèmes actuellement – la réaction de son ami en apprenant de sa voix cette nouvelle cachée – pour se permettre un énième malaise. Il ne devrait pas en avoir après tout. Ces personnes de qui il est proche depuis Poudlard le connaissent trop pour condamner ses choix, pour le juger. Mis à part cette erreur dont il est responsable, tout devrait se passer dans un calme réconfortant, une vie stable qui leur permettrait de profiter pleinement d'un quotidien intellectuellement rempli.

Il se contente donc ne rien ajouter, levant les yeux au ciel quand elle parle de mensonge. Elle le fait rire Automne avec son obsession à mettre les gens en couple sans penser à elle. Ils finiront peut-être par se marier un jour, pour les avantages que cette union apporte, restant célibataire jusqu'à la fin de leur vie. C'est ça l'avenir qui leur est réservé finalement, une vie à manger des plats à la sauce au cidre, des légumes bio et à lire le journal pendant que l'autre repasse ses chemises. On leur dit trop souvent qu'ils ressemblent à un couple, et si pour beaucoup l'homosexualité d'Hippolyte a su rester secrète, c'est sûrement car ils croient malgré les années que les deux anciens Gryffondors sortent toujours ensemble. C'est à des kilomètres de la vérité et il a parfois du mal à se demander si c'est une bonne ou mauvaise chose. Même si l'idée de la colocation n'a jamais été soulevée – le plaisir de pouvoir aller embêter l'autre dans son propre appartement est trop grand – il s'imagine difficilement vivre avec elle au quotidien, ce qui serait sûrement arrivé s'il était hétéro.

Il l'entend une nouvelle s'en prendre à l'innocent. Ça fait bien longtemps qu'il a arrêté d'essayer de comprendre les raisons qui la poussaient à s'en prendre à Charlie. Elle aura beau lui expliquer des centaines de fois que ce monstre cherche par tous les moyens à lui voler sa lecture, il continuera à douter de la véracité des faits, lui rappelant qu'elle est sûrement paranoïaque sur ce coup. Il se rappelle sans la moindre difficulté de la réaction de la française quand Peeter leur a annoncé avoir embauché l'ancien Serdaigle comme nouveau libraire. C'est dans ce genre de moment qu'il se dit qu'elle est pire que lui, que ses obsessions stupides resteront les pires. Il n'est pas sûr que ce soit vrai – les lettres qu'il écrit à trois heures du matin pour prévenir Rafael qu'il a éternué et pour lui demander un remède en sont les preuves – mais aller jusqu'à penser qu'un adulte responsable puisse prendre du plaisir à cacher les livres des clients est une idée bien trop bizarre, même pour lui.

    — Sérieusement Automne, je te l'ai déjà dit. Je ne pense pas que Charlie s'amuse à cacher des livres pour que tu puisses pas les lire. Ce serait stupide. Il pressent la réaction de la française à des kilomètres. Il l'entend déjà dire qu'il doit être stupide. Parfois, elle est pire qu'un enfant. Mais passons. Vu que tu veux pas le croiser, j'ai cru comprendre que le jeudi était son jour de congé. Enfin, c'est ce qu'on m'a dit. Tu pourrais y aller ce jour-là du coup ? Ça te permettrait de passer chez Fleury & Bott sans le voir, et tu croiserais les autres.

Il commence à manger, évitant par la même occasion de lui rappeler qu'elle devrait quand même agir autrement parfois. Entre lui, son chien et son obsession pour la propreté et les légumes bio ; et elle et ses moments de folie envers un des vendeurs de la librairie de leur meilleur ami, ils vont réellement finir par passer pour des fous.


_________________

I'm free to be whatever I
whatever I choose
And I'll sing the blues if I want

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Ancienne Gryffondor - Photographe à la gazette du sorcier
ϟ AVATAR : Marine Vacth


ϟ LIENS : fiche
liens
courrier

Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne Sam 30 Mai 2015 - 19:48

Te raconter surtout
les carambars d'antan et les cocos bohères.

Une moue boudeuse face à l'ignorance de son ami. Automne ne comprenait pas vraiment ce qui pouvait le gêner dans cette conversation, mais c'était peut-être son défaut de dire un peu trop facilement le fond de sa pensée. Le détournement de conversation ne lui plaisait pas vraiment, parler de Charlie Daniels la fatiguait, surtout qu'elle ne tombait jamais en accord avec son ami. Personne ne voulait jamais la croire quand elle racontait les crasses qu'avait bien pu lui faire le brun durant leurs années à Poudlard. Automne était du genre à penser que les gens ne changeaient jamais vraiment complètement et qu'une mauvaise personne restera toujours mauvaise. Ce n'était peut-être pas très mature de penser ainsi, surtout pour une chose aussi insignifiante, mais c'était ce qui faisait d'elle ce qu'elle était.

— Et bien, peut-être qu'il est stupide.

Un de ses sourcils se souleva, laissant sous-entendre ce qu'elle pensait du jeune libraire. Bien sûr, Automne avait grandi et ne s'énervait plus à chaque fois qu'elle entendait son prénom. C'était peut-être son goût pour la lecture qui l'avait poussé à voir le brun comme un grand méchant et même si elle ne l'aimait pas, cela restait un souvenir d'une bonne époque entre les murs de Poudlard.

Les choses n'avaient pas vraiment changé. Automne passait toujours de temps en compagnie d'Hippolyte, ils étaient toujours célibataires, elle lisait toujours autant et surtout vivait toujours autant comme elle le voulait. La française avait horreur d'être dans un moule et de tout faire comme tout le monde. Si bien que si l'envie lui prenait de bouger tous ses meubles, elle le faisait. Légèrement impulsive.

— Jeudi ? Je note, de toute manière je devais passer sur au Chemin de Travers pour faire réparer un de mes appareils.

Fourchette en main, elle entama son assiette et savoura ce bon repas entre amis. Leur petit rituel était très important pour elle et rythmait ses semaines. Ils pouvaient discuter de sujet qui ne passionnaient qu'eux et dont le reste du monde se fichait bien. Ces deux-là ne vivaient définitivement pas sur la même planète que le commun des mortels. Les deux amis terminèrent le repas et décidèrent de finir la journée devant un vieux film italien.



HS : C'est court, mais voila, voila.

_________________

Tout le monde veut devenir un cat.

Parce que un chat quand il est cat retombe sur ces pattes. Tout le monde est piqué de ces pas si bien rythmés, tout semble auprès de lui très démodé. Une cloche, dès qu'il joue, sa trompette vous rend fou, ça swingue comme un pied. Mais oui, c'est pire que l'ennui, oh là là mes amis, quelle calamité.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Everybody wants to be a cat { Automne
MessageSujet : Re: Everybody wants to be a cat { Automne

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'automne en mille morceaux!
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Le Temps d'un Automne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Londres-