Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : My house is your house and your house is mine | Roxy Mer 4 Fév 2015 - 20:03

Tell me your problems

and I will teach you
how to forget 'em

La rouquine avait relevé ses cheveux en un chignon brouillon et volumineux, ses yeux plissés dans l’effort concentrés sur la dentelure verdoyante de la créature. Ses doigts resserrèrent leur prise sur la lame acérée et d’un petit coup sec et précis, elle sectionna une partie du feuillage, arrachant un couinement plaintif à son patient qu’elle rassura d’une caresse apaisante. Car l’anglaise n’était pas en train de torturer un sorcier trouvé au hasard dans les rues londoniennes, mais plutôt occupée à soigner le Géranium de son salon qui avait quelques feuilles mortes et des boutures à refaire. La minutie de la demoiselle s’exprimait dans ses gestes. Penchée sur le tabouret, elle était si prise par sa tâche qu’un ouragan aurait pu se profiler au loin sans qu’elle ne réagisse vraiment. Il était presque surprenant de constater qu’avec les plantes – magiques ou communes -, la jeune Mangemorte était infiniment plus délicate qu’avec n’importe quel être humain moldu qu’elle aurait eu sous les mains. Visiblement on pouvait donc être doué de vie et subir un traitement attentionné de la part de la jeune Greengrass.

Mais ce n’était pas tant le fait qu’elle avait la main verte et que son appartement avait des allures de jungle qui la poussaient à jardiner, non. En réalité Daphné trouvait l’occupation divertissante et extrêmement enrichissante. Car si faire pousser des graines de haricot avait un côté élève de maternelle un peu régressif, le hobby de la rousse, lui, la poussait à rendre ses cultures plus amusantes. On trouvait donc dans le salon un magnifique et imposant spécimen de Géranium dentu à la taille honorable, quelques collections de plantes carnivores ornant les étagères de sa salle de bains – une vraie partie de plaisir pour les éventuels hommes qui s’y aventuraient pour prendre une douche … -, diverses espèces tropicales ayant pris partiellement possession des pièces de vie, des plantes grimpantes en tout genre le long de la rampe d’escalier et ça et là, une variété colorée de fleurs – qui étaient sans doute moins inoffensives qu’en apparence -. La botanique avait ceci de bénéfique qu’elle lui permettait aussi, en retour de ses bons soins, d’obtenir diverses composantes magiques aux propriétés … intéressantes. Et puis surtout, elles étaient une compagnie parfaite pour elle : silencieuse mais présente.

Plus important encore, c’était pour elle une façon de s’apaiser ou de refouler ses humeurs. En l’occurrence l’esprit de Daphné était légèrement occupé par une missive qu’elle avait récemment reçu de la part d’une amie de longue date, Roxy Wells. Depuis qu’elle avait quitté Poudlard, il n’était absolument pas rare qu’elles échangent par courrier lorsque le besoin était nécessaire et qu’elles ne pouvaient pas se voir. Ce n’était donc pas la réception d’un parchemin qui l’avait rendue soucieuse, non. En fait, le contenu du message de la blonde l’avait légèrement alerté. Elle n’avait pas pour habitude de sentir son amie aussi inquiète et paniquée. Et surtout à cause d’une fille. Pour que la blondinette se mette dans une situation apparemment catastrophique au nom d’une personne extérieure, c’était qu’il y avait urgence. N’ayant pas eu de précisions supplémentaires et faute de mieux, Daphné attendait donc que la jeune Serpentarde montre le bout de son nez. Ce qu’elle fit à ce moment, quelques coups tapés à sa porte la tirant de sa concentration quasi-chirurgicale. « Roxy ! » s’exclama t-elle à haute voix tout en sortant sa baguette magique de sa poche, envoyant un petit mouvement dans la direction de la porte d’entrée qui s’ouvrit toute seule. « Vas-y rentre, je suis dans le salon. » signala la rouquine en guise d’accueil à sa meilleure amie.

Comme bien souvent lorsqu’elle venait, Wells avait l’habitude de pouvoir prendre ses aises comme si elle était chez elle. C’était en quelque sorte un refuge pour elle, une porte à laquelle elle pouvait à coup sûr toquer sans peur en cas de besoin. Daphné n’ouvrait pas à grand-monde, mais Roxy avait définitivement ce privilège. « Il reste du thé si t’as soif, et deux-trois bouteilles dans l’armoire. » Au cas où ça ne va vraiment pas. ne rajouta pas la jeune femme, bien qu’inconsciemment pour elles, un verre d’alcool fort en pleine après-midi en disait long sur l’état de crise. Daphné épousseta ses mains légèrement terreuses, s’écartant d’un pas ou deux du Géranium dentu qui s’ébroua tranquillement et paresseusement, avant de se tourner vers sa comparse. « Bon, qu’est-ce qui se passe ? » demanda Daphné de but en blanc, posant le petit sécateur à côté d’elle.


_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Jeu 5 Fév 2015 - 23:41

Man, oh man, you're my best friend

I scream it to the nothingness
There ain't nothing that I need

« Ouais c'est ça, va te faire foutre, connard ! » hurla Roxy Wells en brandissant son majeur et son index en direction du taxi qui avait failli la renverser alors qu'elle traversait l'avenue - au rouge certes, mais on est punk ou on ne l'est pas. Elle inspira à plein poumon l'air vicié du centre et un grand sourire éclaira son visage, éclipsant son agacement. Que c'était bon de revoir Londres, de profiter à fond de son atmosphère si particulière, après des mois enfermée dans un château au fin fond de l'Ecosse. Donnant un coup d'épaule pour remonter la sangle qui retenait la housse de sa guitare - okay, miniaturiser ses bagages est bien pratique mais ça fout aussi complètement en l'air les instruments de musique - la blonde quitta les pavés réguliers du Londres moldu pour entrer dans celui qu'elle préférait.

Malgré le genre blasé qu'elle se donnait, ne pas sourire et passer une heure devant chaque vitrine du Chemin de traverse s'avérait toujours aussi périlleux. Les quelques gallions qu'elle avait au fond de la poche de son jean déchiré lui brûlaient les doigts et seule la perspective de faire trop attendre Daphné la retint de tout dépenser dans divers objets inutiles mais tellement cools. Daphné. Daphné, à qui elle avait envoyé une lettre qu'on pouvait décrire de complètement hystérique. Roxy grimaça toute seule en y repensant. La lettre avait été écrite peu de temps après la soirée du Nouvel an où Natali avait... Enfin, bref, pour faire court, Roxy avait pété un plomb en se rendant compte qu'elle était probablement am-. Qu'elle était am-. ... Peu importe. Elle s'était prise la tête toute seule, et les hormones aidant, avait eu une sacrée crise de panique. Ses propos avaient donc sans doute été un peu disproportionnés, surtout que le lendemain la blonde n'avait plus qu'une très vague idée de ce qu'elle avait bien pu écrire à Daphné. Outre qu'elle se ramenait pour les vacances. Hâtant tout de même le pas, Roxy grimpa quatre à quatre les marches de l'immeuble de son amie et frappa à la porte avec une surprenante délicatesse.
L'habitude de côtoyer Daphné et son jardin intérieur lui avait enseigné la mesure, les plantes étaient des êtres sensibles. Sensibles et pour la plupart extrêmement toxique. Une adorable petite manie de Greengrass qui, comme son nom ne l'indiquait pas, faisait tout pousser sauf de l'herbe. Pas que ça dérange vraiment Roxy, elle avait une affection particulière pour l'appartement de Daphné, avec sa multitude de plantes en pot disséminées aux quatre coins, les plus carnivores dans la salle de bain - un choix qui faisait mourir de rire la blonde lorsqu'elle pensait à la tête des conquêtes de son amie, obligées de prendre une douche sous la menace d'une émasculation. Son sourire l'illumina un bref instant lorsqu'elle entendit la voix de Daphné lui parvenir, en même temps que la porte s'ouvrir. Elle lui avait manqué.
« J'arrive, j'arrive ! Juste le temps de traverser ta jungle, là... » Se frayant un chemin jusqu'au salon, Roxy secoua la tête en remarquant l'apparition de nouvelles plantes à droite et à gauche. Certaines étaient obsédées par les chaussures, d'autre les balais de course, mais le hobby de Daphné était tout autre. L'appartement de la rousse évoquait chez Roxy l'idée d'un jardin secret, d'un endroit un peu hors du monde, où la magie s'épanouissait naturellement sous la forme de fleurs. Bien entendu, la blonde était au courant de la nature vénéneuse et toxique des petits protégés de Daphné, ce qui ne l'empêchait pas le moins du monde de trouver le décor réconfortant et d'avoir une affection particulière pour l'énorme géranium dentu qui trônait au milieu du salon.
« Il a encore grossi non ? » S'informa-t-elle sur un ton malicieux, posant ses affaires sur un fauteuil vide avant de s'asseoir par terre. « Oh, tu me fais penser, j'ai réussi à extorquer une bouteille à Galaad, tu vas voir c'est de la bonne. Mais je vais rester au thé si tu permets. » Elle se releva sans utiliser ses mains pour aller chercher une tasse, habituée à faire comme chez elle. Se versant du thé qu'elle réchauffa distraitement en tapotant la porcelaine de sa baguette, elle évita le regard de son amie.

« Tu sais, ma lettre ? Celle qui était super flippante et sous-entendait probablement un truc grave, genre que j'étais tombée enceinte ou que Risenfield avait convaincu le vieux Dumby de supprimer Serpentard ? Disons, que, hm, j'ai peut-être un peu exagéré. Ce qui veut dire que, tu ne vas pas flipper. Tu vas rire. Non, je te l'annonce parce que je sens que ça va être mortifiant là. Donc je te le dis pour me préparer aussi mentalement à te voir te tordre devant moi en suffoquant comme une baleine. » Elle jeta un rapide coup d'oeil à la rousse, et, ménageant son effet, déclara d'une voix dramatique : « Je crois que je sors avec une Poufsouffle. »



_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Mer 11 Fév 2015 - 21:43

Tell me your problems

and I will teach you
how to forget 'em

L’anglaise hocha la tête, contemplant à nouveau brièvement le Géranium fièrement exhibé. « Oui, mais il a eu une petite invasion de pucerons … » Comme bien souvent lorsqu’on la lançait sur le sujet, Daphné appréciait être écoutée – même si elle savait que l’intérêt de Roxy pour les plantes avait ses limites -. La rouquine abrégea donc assez rapidement la discussion, qui de toute manière devait porter en ce jour uniquement sur la Serpentarde qui venait de pénétrer l’appartement. Après le parchemin qu’elle avait écrit, elle ne pouvait pas se dérober comme ça si facilement. « Enfin c’est pas ça le plus important pour le moment. » coupa donc la sang-pure, observant Roxy avec une attention soutenue de telle sorte que celle-ci avoue enfin son méfait.

Et pour être complètement honnête, Daphné s’était en effet légèrement montée la tête après cet écrit épistolaire alarmant. Ce n’était pas forcément son style de s’inquiéter et d’imaginer un scénario catastrophe à la moindre alerte mais concernant sa meilleure amie et sachant qu’elle n’était plus là pour suivre ses faits et gestes, la jeune Greengrass estimait que son comportement un peu extrême pouvait se concevoir en ces circonstances. Mais la montagne Wells accoucha d’une souris si minuscule et pathétique qu’il fallut bien une longue minute de silence à Daphné avant d’avoir une réaction appropriée. Réaction qui prit la forme d’une expression consternée et d’un regard vers le ciel implorant sans doute Merlin de cesser ces âneries. Pour autant, son air blasé fut vite remplacé par un sourcil arqué d’incompréhension, un petit rictus cachant une grande envie de moquerie pointant le bout de ses fossettes. « Comment ça, tu crois que tu sors avec une Poufsouffle ? Tu n’es pas sûre qu’elle soit consentante ou c’est parce que tu étais trop bourrée pour t’en souvenir ? » Daphné n’avait pas besoin d’une boule de cristal pour imaginer que son amie faisait souvent des bêtises magistrales quand une bouteille de Whisky-Pur-Feu traînait un peu trop près d’elle. Et nul doute que sur ce coup-là, le contexte devait être obligatoirement alcoolisé.

La bouilloire se mit à siffler joyeusement et la Mangemorte dirigea sa baguette vers elle, la faisant taire rapidement. D’un autre mouvement du poignée, celle-ci voleta tranquillement jusqu’à la table basse où deux grandes tasses la rejoignirent sur le même rythme. « Quelle surprise ! Non, vraiment ! Je me demande comment c'est arrivé. » commenta t-elle avec une brûlante envie de faire mariner Roxy dans son jus de la honte. Et encore après réflexion, le visage de la rousse s’éclaira, son sourire s’élargissant – ce qui était un mauvais présage pour l’intimité et la dignité de sa chère comparse -. Maintenant que le mot-clé « Poufsouffle » avait été lâché, Daphné n’avait plus l’ombre d’un doute sur l’identité de la fameuse petite amie de Wells. « Si tu m’annonces que la Poufsouffle en question est Natali Oliver, je pense que je vais me fendre d’un « je te l’avais dit » très charitable. » Et d’un bon fou rire de cinq minutes. Ce qui, connaissant Daphné Queenie Greengrass, était diablement rare pour être noté. Mais pour une fois, la jeune femme était quasiment certaine qu’elle allait attraper une crampe aux zygomatiques.


_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Lun 16 Fév 2015 - 23:38

Man, oh man, you're my best friend

I scream it to the nothingness
There ain't nothing that I need

Il était de temps à autre possible de douter de l'instinct de survie de Roxy Wells. En fait, c'était surtout la supposée ingéniosité machiavélique des verts et argents qui était remise en question par, à la fois, l'adhérence complète et totale de Roxy Wells aux valeurs de Serpentard et son incapacité à éviter les ennuis. Lorsque les néons rouges se mettaient virtuellement à crier DANGER, vous pouviez être certain que Roxy Wells n'allait pas dévier de sa route. Ni même ralentir. Dans le pire de cas, c'était pied au plancher qu'elle fonçait dans les embûches. Lorsqu'elle s'était rendue compte que la lettre rédigée dans un moment de panique et expédiée en vitesse à Daphné était un tantinet exagéré, elle aurait pu envoyer quelques lignes pour dédramatiser la situation, éventuellement éviter une crise de panique à la rousse. Mais non. Elle aurait pu mais ne l'avait pas fait. Amusant comme l'humiliation programmée aurait pu être si facilement évité n'est-ce pas ?

Et actuellement, assise dans le salon de sa meilleure amie, le regard vissé sur le géranium dentu – non vraiment, là tout de suite il semblait être le seul élément amical et cette chose pouvait mordre – Roxy était en train de se questionner sur les choix qu'elle faisait dans la vie. Comme celui de se précipiter droit chez Daphné Greengrass dont le regard narquois lui transperçait l'arrière de la tête. Ou même d'être devenue amie avec Daphné Greengrass. Roxy attrapa un coussin et enfouit sa tête dedans, dans un effort très mature pour échapper à la réalité. Et pourtant la rousse n'avait pas même ouvert la bouche. A bien y choisir, Roxy préférait encore ça à des hurlements de rire mais...

… Mais bien entendu, pourquoi se retenir de faire du sarcasme quand on le peut ? D'une couleur avoisinant celle des tomates bien trop mûres pour la consommation, Roxy releva la tête, indignée par ce que sous-entendait la rousse. « C'est moi qui ne suis pas sûre d'être consentante ! » Passons sur le fait que sa voix avait tendance à grimper dans les aigus lorsqu'elle était proche du nervous breakdown, mais, pour le dire vite, elle était une fois de plus en train de creuser sa tombe. « Enfin, non, c'est pas ce que je veux dire. Et c'est elle qui était ivre pour une fois ! »

Oh. Non. Roxy poussa un grognement de désespoir après les deux secondes qui lui furent utiles pour comprendre ce qu'elle venait d'insinuer. Si Daphné n'était pas à présent au courant de quise trouvait au centre de ce pseudo drama existentiel, la blonde serait déjà en train de la menacer pour lui demander ce qu'elle avait fait de la véritable Greengrass. Merlin soit loué, si l'on se fiait à son ton beaucoup trop joyeux et à l'emphase de ses phrases, elle avait parfaitement compris. Triturant le coussin qui lui avait servi de refuge à peine une minute plus tôt, Roxy considéra vaguement le suicide par asphyxie. Ou alors peut-être en s'assommant avec une tasse ?, s'interrogea vaguement la blonde en voyant les deux mugs voltiger tranquillement dans sa direction. Tout était préférable à ce qui allait suivre. Les prunelles noisettes de Roxy s'écarquillèrent et une grimace déforma son visage au moment où la rousse prononça les mots « Natali Oliver » et « je te l'avais dit » dans la même phrase. Dans sa petite cervelle surchauffée par les hormones, l'idée de lécher la plante vénéneuse la plus proche fût tentante. Mais avec sa chance les toxines la paralyseraient tout en lui permettant d'écouter Daphné se payer sa tête, sort peu enviable s'il en est.

Roxy se contenta donc de perdre définitivement cette bataille et passa une main lasse aux ongles peints en rouge foncé sur son minois. « C'est Oliver. Vas y, ris maintenant mais dépêche toi parce que le thé va trop infuser sinon. » L'embarras lui chauffant le visage pire que si elle avait eu la tête et les épaules dans un feu de cheminée, Roxy écarta les doigts pour jeter un coup d'oeil à son amie. Daphné était bourrée de qualités et était l'un des éléments les plus solides dans sa vie, mais, malheureusement, la charité n'entrait pas dans ses attributions. Quelque part cependant, dans un coin reculé de son esprit qui n'était pas occupé à être mortifié, Roxy était presque satisfaite de voir la rousse rire et la taquiner – torturer – gentiment. Ce n'était pas tous les jours que Daphné Queenie Greengrass avait l'air aussi gai et détendu.



_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Lun 23 Fév 2015 - 19:41

Tell me your problems

and I will teach you
how to forget 'em

Roxana était au plus mal. Elle piétinait, dansait sur des braises ardentes, celles-là même qu’alimentaient copieusement Daphné Greengrass par ses rictus évocateurs et son second degré. Bien évidemment l’aînée avait vite identifié ce malaise contradictoire au besoin évident de la cadette d’en parler. Que l’abcès soit crevé. Et en cela la rouquine le comprenait. C’était pour ça qu’elle la laissait parler – ça et parce que Roxy méritait son attention, son silence et son écoute -.

Pourtant plus Daphné la taquinait, et on était loin des piques acerbes dont était capable la jeune fille, plus la blondinette se perdait entre énervement contre elle-même et désolation face à sa propre faiblesse. Roxy jouait les désabusées, mais pas sûr qu’elle se déplaise tant à être au bras de « la fameuse ». « De mieux en mieux, Blondie … Donc tu l’as soûlée si je comprends bien ? » insinua t-elle, un sourire perfide aux lèvres. Bien évidemment la rousse ne songeait pas que Roxy eut pu réellement abuser de la situation pour piéger Natali. Ce n’était pas franchement son style.

Comme elle l’avait prédit, la Mangemorte entendit ses soupçons confirmés. Roxy sortait donc bel et bien avec la fameuse Natali Oliver, et honnêtement c’était presque un soulagement de savoir que ces deux-là avaient enfin compris qu’elles éprouvaient peu ou prou la même chose – Poudlard allait peut-être connaître un peu de répit et moins d’engueulades teintées de jalousie … quoique -. Et mieux que ça, elles avaient communiqué. Elles avaient réussi à parler sans que l’une ne finisse par envoyer bouler l’autre. Ayant vu et expérimenté la relation tordue des deux adolescentes, Daphné ne pouvait que saluer l’exploit … Par un léger sourire narquois, malgré tout. « Oh. Non. » La rouquine se mordit la lèvre, se faisant violence pour ne pas exploser de rire. Mais la lutte s’acheva vainement par un gloussement moqueur et Daphné soupira, secouant la tête en signe de dénégation. « Pardon. Non en fait pas pardon ! » Elle rit de bon cœur, et on en oublierait presque qu’elle n’aime pas tant que ça la Poufsouffle. Mais Greengrass songea avec un brin de maturité qu’on pouvait tous faire des erreurs à son âge – Natali serait sans doute une passade, longue, mais une passade quand même -.

La sang-pure soupira, calmant son hilarité avant de reprendre, plus posément. Sa curiosité avait été renouvelée et il lui plaisait de temps à autre d’avoir des nouvelles de son ancienne école, et surtout des siens qui y vivaient encore. « Franchement je regretterais presque d’avoir quitté Poudlard. Vous avez officialisé votre union ? » acheva de plaisanter l’ex-Serpentarde avant de porter la tasse fumante à ses lèvres. Quelques gorgées de thé plus tard, la jeune femme observa la blondinette punk avec un petit sourire amusé. On aurait dit un matou contemplant servilement la proie qu’elle allait dévorer – si on omettait le fait majeur que miss Wells était l’unique personne que Daphné n’aurait songé à croquer -. « Tu me feras toujours rire, Wells. Moi qui m’attendais à ce que tu m’annonces que tu connaissais les secrets du Département des Mystères … »


_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Dim 1 Mar 2015 - 13:52

Man, oh man, you're my best friend

I scream it to the nothingness
There ain't nothing that I need


Empêtrée dans sa pudeur adolescente, Roxy sentait son visage chauffer, gentiment mortifiée par le rire clair qui résonnait dans la pièce, incapable d'autre chose que de molles protestations et des roulements dramatiques d'yeux en direction du plafond. Que n'importe qui d'autre tente, ne serait-ce que pour essayer de se rapprocher de la blonde, de la plaisanter sur ce ton, Roxy se serait transformée en furie, en harpie, en dragon. Elle se serait drapée dans sa fierté et aurait méticuleusement inscrit sur sa liste noire le nom du petit rigolo en grinçant des dents. Mais, Morgane, se lancer dans un tel cinéma contre Daphné ? Impensable.

La rousse ne méritait pas son immaturité, bien qu'elle la subisse de temps à autre, la situation présente en était un exemple parfait. Ce qui ne voulait pas dire qu'elle n'allait pas se recevoir un coussin dans la face si elle persistait à ricaner. Se saisissant de l'autre tasse de thé, encore fumante, elle manqua de se brûler la langue. « Officialiser ? Morgane m'en garde, mais si on doit se fiancer tu seras la première au courant, t'inquiètes pas pour ça ! » Facile de retrouver le chemin de l'ironie et du sarcasme, une fois que son petit visage est de nouveau pâle et non plus écarlate. Roxy est Serpentard jusqu'au bout de ses ongles vernis parce qu'elle refuse de se faire avoir par les bons sentiments, de se montrer vulnérable et frêle. Ses moments de faiblesse ne durent jamais que le temps de retrouver une bonne répartie.

« Uh, mais je le sais aussi ce qu'ils cachent au Département des Mystères, Greengrass... » Elle hausse son sourcil dans une imitation assez réaliste du professeur MacGonagall « C'est le secret pour avoir une chevelure aussi criarde que la tienne. » Roxy jette cette pique avec beaucoup d'affection dans la voix, sourire perçant sous le masque moqueur. Elle se sent bien ici, assise à même le parquet, un mug calé entre ses paumes, près de Daphné. Daphné, plus âgée, plus expérimentée, plus calme, plus raisonnable, plus indépendante. Roxy quand elle n'est pas admirative pourrait être jalouse de son amie, elle qui est déjà une peinture bien définie alors que la blonde est plus proche de l'esquisse brouillonne. Ou peut-être s'illusionne-t-elle, trop prise par la vision qu'impose le charisme de la rousse, incapable de regarder ses fêlures. Pensées bien profondes pour une morveuse du calibre de Roxy qui s'entête à ne pas se prendre la tête, pensées qu'elle se garde bien de formuler clairement.

« Mais tu regrettes vraiment de t'être cassée de l'école ? Merlin, la vie doit être tellement un million de fois plus excitante ici pourtant ! » Détournement malhabile du sujet principal, Roxy est pudique avec ses sentiments, surtout lorsqu'ils sont profonds. Elle n'est ni aveugle ni stupide et sait bien que Daphné n'aime pas particulièrement Natali, et lui annoncer que pour elle, au contraire elle est Importante, est inenvisageable pour le moment. Leur relation est houleuse - comment ne le serait-elle pas - et bien souvent Roxy a envie de hurler tant la brune l'exaspère et la pousse dans ses retranchements, oui, bien sûr, c'est fragile et nouveau et tout sauf parfait. Bien sûr, oui, mais c'est aussi infiniment précieux à ses yeux. Quelque chose méritant mieux que d'être jeté en pâture aux autres, même si ces autres sont Daphné Queenie Greengrass, pour qui Roxy se couperait le bras, s'il le fallait vraiment. Tout le monde sait que les amours de jeunesse ne sont que des essais, des tentatives afin de réussir à définir clairement ses préférences pour plus tard.

Mais, allez savoir. Roxy et Natali ne sont pas du genre à s'embarrasser de premier et de deuxième jets avant d'écrire au propre, et peut-être que Daphné aura le déplaisir de devoir assister à leur union finalement.



_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Sam 14 Mar 2015 - 19:37

Tell me your problems

and I will teach you
how to forget 'em

La rouquine esquissa un sourire parfaitement tranquille et confiant. « T’as intérêt, oui. » Evidemment que Roxy allait la prévenir dès qu’il lui prendrait l’idée complètement sotte et improbable de se mettre la corde au cou. Le faire-part d’un rose poudré qu’elle recevrait hypothétiquement ne cacherait qu’une chose aux yeux de Daphné : un appel au secours de dernière urgence pour la tirer ce mauvais pas appelé « engagement ». Et puis dans le cas échéant où Roxana Wells désirait un jour réellement faire la plus grosse erreur de son existence – c’est-à-dire avoir une tripotée de gosses braillards, un pavillon en banlieue sorcière, un Scroutt de compagnie et un balai familial -, hors de question que la Mangemorte ne soit pas présente à un tel événement. Et au premier rang s’il vous plaît. C’était sa meilleure amie, elle avait le droit d’exiger un traitement de faveur, non ? « En plus je suis sûre qu’Oliver sera réjouie de me voir à son futur mariage. Tu crois que je porte mieux le blanc qu’elle ou pas ? » Cette douce indolence dans sa voix ne pouvait signifier qu’une chose : elles auraient toutes trois la réponse le jour où tout ceci se produirait.

Son sourcil gauche se haussa, interrogatif et surtout profondément amusé. Sous cette masse capillaire peroxydée et ce kôhl rebelle, il y aurait donc une connaissance illimitée sur les Mystères du Ministère ? Si son amie en avait eu réellement quelque chose à faire, nul doute qu’elle aurait su des choses, oui. Daphné apprécia l’imitation de qualité de son ancienne enseignante de métamorphose avec un petit ricanement amusé et but une gorgée de thé avant de soupirer, l’air d’avoir vu venir à des kilomètres la blague très mature de sa chère compère. « Sans blagues. Ils avaient pas du voir les tiens, alors. » Parfois, il s’avérait que Roxy était capable de réveiller chez la jeune Greengrass une tolérance insoupçonnée pour l’infantilisme.

Un silence serein lui permet de savourer le pacifisme du moment. Il n’y avait que très peu d’individus qui pouvaient se targuer de savoir instaurer une ambiance aussi chaleureuse avec elle et la sixième année pouvait être comptée sur cette bien courte liste. Tout était spontané, naturel, rien ne méritait d’être réfléchi quand elles se parlaient. Daphné retrouvait en sa cadette ce qu’elle avait toujours aimé et ce qui l’avait convaincu de l’approcher. Savoir dire non à tort et à travers pour le plaisir subtil d’emmerder son monde, se rebeller même – et surtout - pour pas grand-chose, jouer la désinvolture avec un talent inouï en toutes circonstances. L’air de rien, tout ça aurait pu la faire fuir, mais Daphné n’était pas vraiment quelqu’un de prévisible dans ses interactions sociales.

Ce calme tempéré semblait avoir, à l’une comme l’autre, inspiré une vague de nostalgie que Roxy s’empressa de formuler, un peu étonnée par les regrets de son amie. Regrets qui auraient pu tout autant surprendre celle qui les avait prononcés, mais la rouquine lui adressa un clin d’œil mutin. « Oh oui, je me languis tellement de toi, bébé, je pourrais revenir faire mes classes à Poudlard juste pour ça … » Elle ne sut garder son masque que quelques secondes avant de secouer doucement la tête en signe de plaisanterie et de répondre, plus sérieusement – presque solennellement. « Disons simplement que la vie est douce à Poudlard. Pas mieux, non, seulement plus douce. » Le château, sous ses allures physiques de forteresse, était un vrai cocon, quoi qu’on en dise, et elle n’aurait pas forcément craché sur l’idée d’une protection tangible. L’anglaise reposa sa tasse sur la table basse, avant d’observer Roxy en penchant légèrement la tête de côté. « Je t’ai vexé ? Tu sais bien que toi et moi c’est pour la vie, Roxy. » Et elle ne plaisantait même pas en le disant avec un tel aplomb. La serveuse se redressa, se dirigeant vers un vieux meuble au bois patiné par le temps avant d’en ouvrir un tiroir et de sortir un paquet de cigarettes qu’elle lança à la blondinette. « Et puis au rythme auquel tu laisses traîner tes affaires, je parie que dans un an je te vois débouler ici ! » Bizarrement, l’idée de cohabiter avec quelqu’un ne dérangeait pas autant Daphné que cela aurait pu. Surtout quelqu’un comme Roxy ; c’était devenu une habitude si plaisante de la voir débarquer librement dans son refuge que ça n’aurait pas vraiment fait la différence avec son quotidien. « Sauf si tu emménages avec ta dulcinée ... Ah d’accord, d’accord, je te lâche avec ça. » capitula finalement la jeune femme qui n’en loupait décidément jamais une pour l’embêter avec sa Poufsouffle de petite copine.


_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Ven 20 Mar 2015 - 12:34

Man, oh man, you're my best friend

I scream it to the nothingness
There ain't nothing that I need

Connaissant sa meilleure amie comme elle la conaissait – c'est à dire sur le bout des doigts, des ongles et ainsi de suite – Roxy se doutait bien que la perspective du mariage n'était pas quelque chose de forcément positif du point de vu de Daphné Queenie Greengrass. Quelque chose qui lui plaisait tout en l'étonnant chez elle : son indépendance. Là où Roxy affectait de n'avoir besoin de l'approbation de personne (après tout la fable du loup solitaire était so rock'n roll ) Daphné menait sa barque en se déjouant de l'avis des autres. Une autre raison pour la blonde de respecter profondément son amie. Pas compliqué de voir que dans cette optique, le mariage était en quelque sorte le terminus de l'indépendance, tchao la belle vie de solitaire et bonjour les compromis. Il fallait néanmoins avoir les épaules pour refuser d'entrer complètement dans le moule et Roxy n'était pas tout à fait sûre de les avoir. Ce qui ne l'empêcha pas de s'étouffer de rire avec son thé, imaginant à la perfection Daphné débarquant à son hypothétique futur mariage habillée dans une somptueuse robe blanche, histoire de faire enrager Natali à un point de non-retour.

« J'espère que j'aurais jamais à le découvrir, ça risquerait de tourner rapidement au bain de sang... » Elle sirota une gorgée de son thé, s'apaisant progressivement, retrouvant rapidement le schéma habituel de leurs tête-à-têtes, à mi-chemin entre piques et moqueries de l'une sur l'autre et piques et moqueries sur les autres. A Poudlard elles avaient été insupportables avec cette manière de fonctionner, hédonistes égotistes qui se fichaient bien de la masse puisqu'elles valaient mieux que le reste. Une sorte de « Toi et moi contre le monde entier » à la sauce Serpentarde. Roxy passa une main dans ses cheveux qui restaient obstinément platine grâce à un rigoureux entretien, à base de produits moldus et des potions sorcières. Elle s'était rendue compte que mélanger les deux produisaient souvent des effets indésirables ou au contraire palliant les problèmes de l'autre, grâce à quelques expérimentations plutôt douloureuses. Haussant les épaules, elle décocha un sourire grimaçant à Daphné, ayant une opinion plutôt haute de ses goûts en matière de teinte capillaire et de vêtements. Si jamais elle échouait lamentablement à ses ASPIC elle pourrait toujours décider de créer son propre salon de coiffure.

Mais l'atmosphère n'était pas tellement aux projets futurs, et quelque chose dans la poitrine de Roxy lui fit mal lorsque les gentilles moqueries de Daphné lui rappellèrent leurs années ensembles. Leur âge d'or, l'insouciance à son degré le plus élevé, et il lui semblait qu'il avait juste duré le temps de créer des souvenirs mémorables. Daphné lui manquait, et elle ne pouvait s'empêcher de craindre qu'elles prennent des chemins différents. Secouant la tête, Roxy se reprit en main avant de succomber à l'afflux d'émotions complètement ridicules qui menaçaient de la submerger. Elle sourit sans croiser le regard de la rousse, hochant la tête d'une façon qu'elle espérait être nonchalante

« Toi et moi pour la vie, même pas la peine d'en douter, Scooby. » La suivant du regard, elle posa sa tasse sur la table et éclata de rire, attrapant au vol le paquet de clopes, l'examinant. « Eh, tu crois vraiment que j'oserais vivre dans ta jungle ? Je me ferais bouffer en allant aux toilettes la nuit et tu rigoleras moins quand les Aurors débarqueront ! » Un millième de seconde après avoir prononcé le mot « Auror », Roxy se giffla mentalement. Oui, un jour des connards du Ministère risquaient bien de frapper à la porte mais pour une toute autre raison que sa possible disparition. Sans doute quelque chose plus en rapport avec la marque fraîchement apposée sur le bras de sa meilleure amie. Bah, peu importe, Daphné était trop maligne pour se faire avoir comme ça. Et son groupe politique un peu bizarre la protégerait, pas vrai ?
Roxy n'avait jamais vécu dans le monde sorcier, Poudlard lui en avait dressé une vision un peu biaisé. Il lui semblait impossible que dans cet univers gentiment loufoque des choses aussi graves, aussi terribles que dans le terne monde moldu arrivent, et le réveil risquait d'être dur. Elle glissa une cigarette entre ses lèvres et l'alluma grâce à un sort informulé qu'elle travaillait depuis un moment, jeta un regard à la rousse pour voir si elle était impressionnée.

« Vivre avec Natali ? Ah, par Morgane, on s'arracherait la tête au bout de vingt-quatre heures. » Roxy marmonna dans sa barbe, les pommettes de nouveau cramoisies à l'idée de partager autant sa vie avec la Poufsouffle, et tendit le paquet à son amie. « A ce prix là je préfère tes plantes mangeuses d'hommes. Bon, arrêtons les bêtises, dis moi comment tu vas un peu. Tu arrives à survivre quand je ne suis pas là ? »




_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Jeu 9 Avr 2015 - 15:06

Tell me your problems

and I will teach you
how to forget 'em

Provoquer des bains de sang ? Tellement pas son genre … Ou tellement trop, au choix. « Voyons, je sais me tenir, Roro. » minauda t-elle sagement avant de siroter un peu de thé. Cette conversation lui faisait du bien, inutile de le dire à voix haute. Même s’il y avait des choses que Daphné ne se sentait pas de dire à la blonde – parce qu’elle savait que malgré toute leur complicité et leurs attachements respectifs, il subsistait des ombres ineffaçables -, la jeune femme ne se sentait jamais plus elle-même qu’en sa compagnie. Elle n’avait pas de masque, elle n’avait pas d’arrière-pensée, et ça aussi ça lui plaisait. La Mangemorte se servit une cigarette et abandonna le paquet sur la table.

Un curieux sourire fleurit sur ses lèvres alors que surgissait le souvenir immémorial des fesses de bébé de Lucas Drifloon à deux doigts de se faire croquer par une dionée un peu affamée. « Haha, ma « jungle » … Ca me fait penser à une fois où Drifloon … Oh non, laisse tomber. C’est pas intéressant. » La rouquine était une affreuse petite peste, elle le savait très bien en balançant à demi-mot des débuts de potins croustillants. Nul doute que Roxy allait la tanner pendant encore une heure minimum pour savoir ce qu’il en était de cette sombre histoire au sujet du blondinet – et en vérité Daphné ne parlait jamais pour rien dire, il y avait toujours un objectif même derrière le plus badin des sujets.

L’aînée sembla percevoir le malaise fugace qui avait éclos chez sa cadette, et elle la rassura presque instantanément d’un ton rehaussé d’une fierté exacerbée, finissant d’allumer le tube de tabac qu’elle tenait entre ses doigts. « Crois-moi, les Aurors ne sont pas prêts de débarquer ici. » Pas besoin de s’inquiéter, voilà ce que ça voulait dire. Et surtout, inutile de crier au loup avant même d’en avoir vu la queue ou le museau. Si elle savait, ah si et seulement si … Mais loin d’imaginer le scénario improbable dans lequel elle risquait d’être plongée seulement quelques semaines plus tard, Daphné pouvait bien encore jouer l’inatteignable et se moquer de l’incompétence royale du Ministère. Rirait bien qui rirait le dernier.

Plaisantant encore et toujours sur sa future vie de femme mariée, la blondinette s’installa encore plus confortablement que possible, cherchant à rendre tout ceci plus surréaliste que cela ne pouvait l’être. « On verra dans deux ans ce qui se passera. » se contenta de conclure la sang-pure, un peu sybilline sur les bords. L’intérêt que lui porta alors son amie ne la surprit pas tout à fait mais elle était toujours amusée – à défaut d’être attendrie – par la sollicitude et le protectionnisme de son homologue peroxydée. « Ca va. Je tiens le coup. » répondit-elle, façon blessée de guerre à l’agonie. Elle esquissa un sourire qui balaya tout le sérieux qu’aurait pu potentiellement contenir sa dernière phrase avant d’inspirer une taffe de sa cigarette, observant la lumière du jour qui jouait distraitement à se réverbérer sur le feuillage luisant d’un yucca.« Il y a juste un type un peu lourd qui me colle partout. Un gars du Ministère qui croit qu’il va pouvoir sauver la gamine complètement paumée que je suis, tu sais. » Ce Flaversham était borné, et même si elle jouait les désintéressées, elle était malgré tout profondément intriguée par cette osbtination qu’il cultivait à son sujet. Elle n’avait jamais rien fait à son égard qui puisse trahir une once de bonté en elle. A ses propres yeux, son âme ne lui paraissait guère perdue, elle avait même déjà depuis trop longtemps trouvé sa place. « Rien de très palpitant, au moins ça occupe mes fins de soirées au Deus. » Entre les vieux débris alcoolisés, les vampires un poil libidineux et les jeunes en mal de sensations fortes, il fallait bien ça pour pimenter sa vie.

« Et toi ? Je vais pas jouer les mères par procuration mais tu sais ce que tu vas faire de ta vie ? Ou de ton été 1999, à minima ? » La question n’était pas posée par politesse mais par véritable intérêt. La rousse aimait suivre, même de loin, les projets de sa Roxy. N’était-il pas naturel de se soucier de son prochain, après tout ?




Spoiler:
 

_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Lun 20 Avr 2015 - 16:35

Man, oh man, you're my best friend

I scream it to the nothingness
There ain't nothing that I need

Roro ? La blonde fit une grimace qui ressemblait à s'y méprendre à l'expression de quelqu'un ayant mordu à pleines dents dans un citron - et était d'ailleurs le visage qu'elle arborait le plus souvent quand Balthazar Owen parlait. Trempant ses lèvres dans le thé encore chaud, elle fit mine de se désintéresser de ce que la rousse pouvait bien dire, mais ne put s'empêcher de relever la tête d'un coup en entendant les mots jungle et Drifloon.

« Attends une seconde, quoi ? Vas y balance ! On est amies ! » Vu l'air réjoui de la rousse, aucun doute sur le fait qu'elle allait la faire mariner dans son jus pendant un bon moment avant de lacher le morceau. L'esprit serpentard, voyez-vous. Si on a rien à échanger, mieux vaut être préparé à attendre un bon moment avant d'obtenir ce que l'on veut. Et s'il y avait bien une chose qu'était Roxy, au milieu de tous ses défauts, c'était déterminée.

« Ces gros lourdauds. » Roxy haussa les épaules, prête à considérer la menace imminente et plus que préoccupante d'une possible arrestation de sa meilleure amie avec légèreté si cette dernière ne voulait pas s'en inquiéter. N'ayant jamais vraiment vécu dans le monde magique, elle ignorait jusqu'où s'étendait les capacités des chasseurs de mages noirs, qu'elle considérait d'ailleurs comme une banale brigade policière plutôt qu'une bande de sorciers d'élite. Le futur se chargerait de lui apprendre une dure leçon de vie.

Se redressant un peu, la blonde appuya son menton pointu dans la paume de sa main, observant avec attention Daphné. L'après-midi s'étirait, agréablement, et le soleil avait pris cette teinte d'orange et de pourpre qui donnait envie à Roxy de se laisser aller et de dormir, d'absorber la chaleur à la manière d'un reptile se reposant sur des pierres chaudes. Pas tout à fait le genre d'atmosphère qui poussait à la compassion, malgré le ton de (faux) martyr que prenait son amie. « C'est bien étonnant ça... » ses lèvres carmin s'étirèrent en un sourire paresseux, heureuse tout de même d'entendre l'humour qui révélait un certain bien-être. Haussant lentement un sourcil lorsqu'elle mentionna un type qui l'importunait – un talent qu'elle avait mis longtemps à perfectionner – Roxy prit une voix de basse menaçante et seulement un peu ridicule.

« Un gars du Ministère ? Tu veux que j'm'en occupe ? » Et puis, Daphné paumée ? La bonne blague. Selon la vision que Roxy en avait, Daphné faisait ce qu'elle voulait quand elle voulait, voilà tout. Qu'il se mêle donc de ses affaires ce mec, avant que la blonde ne se prenne au sérieux. Elle se releva d'un bond en entendant la rousse parler de sa morne vie au Deus. « Attends, tu oses te plaindre de bosser au Deus ! La boîte la plus cool de Londres ? » Se laissant retomber mollement, Roxy marmonna quelque chose à propos des serveuses rouquines incapables de s'amuser même lorsque l'amusement les frappait en pleine tête.
« Ah, je suis une rebelle, Scoob', je vais et je viens, je calcule rien, je vis, tu vois ? » Déclamant d'un ton apathique, Roxy leva les yeux au ciel « Salazar, mon été 1999 va être mortel, comme d'habitude. Peut-être que j'arriverai à squatter chez Jeremy, son appart dans le Londres sorcier est dément. » Avoir un frère qui gravissait méticuleusement les échelons de la hiérarchie du Ministère de régulation des créatures magiques avait ses avantages, n'est-ce pas ?
Et dix points pour la née-moldue qui n'a pas mentionné une seule fois les éléments non-magiques de sa famille dans une conversation avec sa meilleure amie mangemorte.


_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: There's no doubt of it, you couldn't care less

ϟ ÂGE : 22
ϟ FONCTION : Ancienne Serpentarde - Serveuse au Deus Ex Machina
ϟ AVATAR : Ebba Zingmark


ϟ LIENS : Fiche & Liens & Boîte à hiboux

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Ven 29 Mai 2015 - 23:38

Tell me your problems

and I will teach you
how to forget 'em

L’aînée toisa la cadette d’un regard joueur qui feignait la réprimande. « Quelle fille je serais si je te disais que Drifloon a crié comme une pucelle en se faisant attaquer les fesses par les plantes de la salle de bains ? Non franchement Roxy, n’insiste pas. Je ne voudrais pas que ça se répande comme une traînée de poudre. » Elle aspira une bouffée de sa cigarette, la recracha à la façon d’un dragon avant de s’installer un peu plus à son aise et finir la tasse de thé encore chaude qu’elle buvait.

La dévotion de sa consœur la touchait, mais elle n’en aurait jamais laissé entrevoir une seule miette. La pudeur de ses sentiments était aussi honorable que réfléchie ; ses amis, Daphné les comptait sur les doigts d’une main et il y avait une raison bien spécifique à cela. « Je serais presque tentée de voir ce que tu ferais subir à ceux qui osent m’attaquer … Mais t’inquiète, Wells, pas de raison de montrer les griffes. » Elle avait dit cela d’un ton sans appel, qui même s’il restait léger et calme, ne souffrirait d’aucune révolte. La jeune femme ne tenait absolument pas à placer sur le devant de la scène – et surtout au front – sa meilleure amie, aussi inconsciente que naïve. Sa née-moldue de meilleure amie, sa si jeune meilleure amie, son innocente meilleure amie. Elle n’avait pas à être placée entre deux feux. C’était son choix, sa guerre, et en dépit des origines controversées de sa camarade, en dépit des convictions politiques de la rousse, il lui était proprement inimaginable de laisser Roxana se battre pour elle. La protéger autant que faire se pouvait des autres et des dangers qui gravitaient autour d’elles, c’était essentiel sinon prioritaire. Au moins à Poudlard, elle était en sécurité, même si elle s’y ennuyait ferme.

Pour repousser l’embryon d’inquiétude qui venait de naître, la sang-pure se concentra sur les projets estivaux de son amie et ils étaient à la hauteur de ce à quoi elle s’attendait. « Ouais, ouais j’imagine bien. » répondit Daphné avec un sourire malicieux. Il n’était pas bien compliqué pour la jeune femme de se représenter la blondinette se réveiller à quinze heures pour se nourrir d’un burger au goûter, paresser au soleil et partir en soirée toute la nuit. Un été productif comme seule Roxy Wells en avait le secret – mais la rouquine n’était ni sa mère, ni un modèle en la matière, aussi ne pouvait-elle que la comprendre. « D’ailleurs j’espère que ton frère va bien. Ca doit être crevant de lécher les bottes de Folengrain ? » relança t-elle d’un ton faussement badin. La rousse n’avait que très peu rencontré l’aîné sorcier de la famille Wells – ça avait du lui arriver par hasard -, mais en dépit de ses taquineries sur les employés de la nation sorcière, il ne devait pas être si mauvais que ça, et ce même s’il travaillait pour le Ministère. L’expérience lui avait justement appris qu’on pouvait trouver des alliés singuliers dans les endroits les plus inattendus.

La jeune femme éclata de rire en entendant Roxy s’insurger. Ah, le Deus Ex Machina avait de quoi mettre des étoiles dans les yeux de tous les jeunes sorciers du Royaume-Uni. Y travailler était une chose un peu différente que celle de s’y amuser – surtout qu’il était strictement interdit d’y travailler dans un autre état d’esprit que celui de la sobriété. Enfin, la Greengrass pouvait au moins s’estimer chanceuse de son salaire que de la vie nocturne que cela lui offrait. « Chérie, je ne suis pas payée pour me mettre des caisses. Enfin, pas encore. » Blague à part, cela lui faisait penser qu’elle allait d’ici quelques heures devoir se préparer pour aller y faire ce qu’elle faisait de mieux – servir des gens jusqu’à l’ébriété la plus planante. « D’ailleurs je suis de service en boîte ce soir. Je t’y verrai avec Stomby ou vous avez un devoir à bosser ? » Elle tira la dernière latte de sa cigarette, étouffant un rire moqueur. Elle le savait déjà, sa présence au club de Londres le plus en vogue allait forcément rimer avec consommations gratuites pour les deux Serpentards, il aurait été tout à fait bien idiot de ne pas en profiter.


_________________


« flawless »
I know when you were little girls you dreamt of being in my world. Don't forget it, don't forget it, respect that, bow down bitches. I took some time to live my life but don't think I'm just this little wife. Don't get it twisted, get it twisted, this my shit, bow down bitches. © .bizzle
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Summer loving had me a blast

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Sixième année
ϟ AVATAR : Sky Ferreira


ϟ LIENS : Can't stay at home, can't stay at school.
Old folks say 'You poor little fool'.
Down the streets I'm the girl next door.
I'm the fox you've been waiting for.

My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy Jeu 25 Juin 2015 - 15:54

Man, oh man, you're my best friend

I scream it to the nothingness
There ain't nothing that I need

Une chose qu'elle ne pensait pas expérimenter de nouveau : s'étouffer avec son thé en riant au moment d'avaler. Le résultat de cette action plutôt traumatisante pour la vue consiste en Roxy, toussant misérablement tout en ricanant. A tous les coups Daphné avait attendu qu'elle boit pour lâcher la bombe mais le jeu en valait la chandelle. Drifloon, l'ancienne gloire de Serpentard avait couiné en manquant de se faire manger l'arrière train ? Ohh, Salazar, toutes ces rumeurs qu'elle allait pouvoir faire circuler en rentrant...

« Oh non, vraiment, Daph', tu me fends le cœur, mais tu me connais, je fais toujours ce qu'on me dit...  » Un beau duo d'hypocrites qui se pensent très amusantes, vous pouvez le dire. Et Roxy de repartir dans une quinte de fou rire. « Morgane, si seulement tu avais pu prendre ça en photo... » La blonde soupira rêveusement, tout le monde avait besoin de rire et rien de tel que l'humiliation gratuite d'un tiers pour se fendre la poire chez les serpents.

Volant l'air de rien la cigarette de son amie – eh, quoi, Daphné était occupée à boire, elle n'avait pas besoin de sa clope maintenant – et la glissant entre ses lèvres, la blonde conservait un fin sourire, considérant toutes les possibilités qui s'offraient à elle avec l'énormité de l'information qui venait de lui être confiée. Bien sûr, Roxy ne révélait jamais ses sources. Mais seulement en soufflant la rumeur gentiment dans une oreille distraite on pouvait faire beaucoup de dégâts. Le plaisir de ruiner une réputation n'a vraiment pas son pareil.
La cigarette se consummait entre ses doigts et la blonde ne faisait pas mine de s'en rendre compte, le front obscurci par quelques nuages. Oui, elle savait, quelque part, sans trop pouvoir dire comment, que Daphné jouait à un jeu dangereux en trainant avec ce groupe bizarre dont le nom ne revenait pas vraiment positivement dans les journaux. Mais était-ce à elle de juger ? Elle qui n'était même pas sûr d'avoir quelque chose à dire pour la défense des moldus quand elle s'exaspérait sur la stupidité de ses parents et leur désir d'étouffer tout ce qui était « anormal » ? (Douce et naïve petite Roxy qui confondait parfois sa crise d'adolescence et les polémiques brûlantes d'actualité). Non, Roxy préférait la fermer et penser aux mois d'été à venir. En souriant d'un air à moitié coupable, un sourire je-sais-que-tu-sais-que-je-sais que ces vacances allaient être mémorables par leur absence de moralité.

« Mon frère va...bien. Là il est parti en Amazonie pour vérifier une histoire de créature mutante, un truc à mourir de rire. La routine quoi, j'espère qu'il ne va pas se faire bouffer. Ça serait dommage après toutes ses heures sup'. » Un jour comme les autres au département de Régulation des Créatures, oui oui. Souriant en levant les yeux au ciel, Roxy donna un coup de coude à la rousse. « Lécher les bottes tu parles... Il est tellement Serdaigle qu'il serait capable de traiter le ministre de crétin devant lui si Folengrain se montre incapable de savoir comment gérer une horde de farfadets. » Jeremiah Wells, son frère préféré, et pas seulement parce qu'il lui permettait de squatter son appart et d'inviter des amis.

« Uh uh, tu penses que ça existe un poste où on est payé pour se mettre des caisses ? Ça résoudrait mon problème d'orientation super rapidement. » Roxy se redressa en souriant en coin, coinçant la cigarette pratiquement finie dans le bec de sa meilleure amie. « Un devoir à bosser ? Avec Galaad ? Ah ! S'il finit par partir de Poudlard un jour je veux bien... Faire n'importe quoi ! Maintenant dis moi quoi boire et je te suivrai jusqu'au bout de la nuit, Scooby de mon cœur. »


_________________


Putting out fire (with gasoline)
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


My house is your house and your house is mine | Roxy
MessageSujet : Re: My house is your house and your house is mine | Roxy

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» Young Haitian MD named White House fellow
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» Little House on the Prairie [FB 1623]
» Inscription à la partie 83 Express - Dr House

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Londres-