Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Ven 16 Jan 2015 - 12:20

Those days full of pleasure we now fondly treasure
béatrice & oswald
Beatrice était sur-excitée : même sa sœur avait du mal à penser qu'on ne l'avait pas changée durant ses années à Poudlard. Mais c'était exceptionnel, cette excitation. Ce n'était pas tout les jours qu'elle invitait des gens à passer une partie de l'été chez elle et encore moins son meilleur ami Oswald. Elle avait passé de longues heures à expliquer à Rose que non, Oz n'était pas son petit ami, qu'elle n'avait pas intérêt à faire de remarque à ce sujet. D'ailleurs, elle n'avait pas intérêt à faire de remarques sur quoi que ce soit – avait ajouté Beatrice, connaissant sa sœur.

Ce jour-là, Beatrice s'était levée à l'aube. Non pas qu'Oswald arrive si tôt, non. Mais elle était tellement impatiente qu'elle était incapable de rester une seconde de plus à fixer le plafond de sa chambre. Elle avait sauté dans ses vêtements – on était bien loin du strict uniforme de Poudlard, alors Trice laissait tomber les jupes qu'elle détestait toujours autant pour des vêtements plus à son goût. Et elle avait attendu avec impatience qu'Oz arrive. Quand bien même Poudlard avait pris fin il n'y a pas si longtemps, l'adolescente avait hâte de revoir le garçon.

Et à l'heure prévue de son arrivée, elle était déjà dans le jardin qui ornait le devant de la maison des Crow, assise sur le pas de la porte. A peine eut-elle aperçu le jeune homme qu'elle sauta sur ses pieds, traversa les quelques mètres qui les séparaient au pas de course, et lui sauta au cou.

« Oswald ! Je suis contente de te voir ! Tu as trouvé facilement, ça a été ? »

Trice affichait un large sourire ; si ça n'avait tenue qu'à elle, elle aurait tiré Oz jusqu'à l'intérieur sans plus attendre. La brune sentait pertinemment le regard de sa sœur depuis la fenêtre de l'étage qui épiait tout ses faits et gestes, espérant découvrir qu'Oswald était, en réalité, son petit ami. Chose qui n'arriverait pas, évidemment.

« Pardon, bonjour monsieur Blueberry. Merci d'avoir fait tout ce chemin pour déposer Oswald, c'est vraiment gentil ! Si vous voulez, mes parents seront ravis de vous offrir un thé, un café.  »

Elle attrapa les affaires d'Oswald sans plus attendre, les guidant jusqu'à l'intérieur de la maison. Au même moment,Rose descendait les escaliers pour les accueillir.

« Ah, bonjour ! Tu dois être Oswald. Beatrice nous a beaucoup parlé de toi. » fit l'aînée de Beatrice, avec un sourire à sa sœur.

L'adolescente leva les yeux au ciel, marmonnant un vague « n'importe quoi » inaudible. Sa sœur avait le don de l'embrasser le plus possible, c'était là son passe-temps favori. Alors il était évident qu'elle n'allait rater aucune occasion, maintenant qu'Oz était là. Trice soupira.

« Oz, ma sœur, Rose. Rose, Oswald, les présentations sont faites, tu es libre de nous laisser, ma douce sœur. Tu veux déposer tes affaires, Oz ? » fit Beatrice, tournant plutôt le dos à sa sœur.
Code by Silver Lungs

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 37
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Ven 16 Jan 2015 - 12:35


le temps d'un été



« Allez, papa, grouuiiiille » fais-je, en trépignant sur le siège auto de notre vieille Ford.

Mon père soupire un peu, à côté, et me sourit. On s'est levé tôt, pour aller chez Béatrice. Je passe l'été chez ma meilleure amie, et je ne me suis jamais senti aussi excité. On va pouvoir courir partout, jouer au quidditch, aller regarder les étoiles la nuit dans les bois. Je souris aussi, et quand on arrive enfin, et que papa est garé, je sors de la voiture et attrape Béatrice en plein vol. Je la serre contre moi, avec l'air idiot à cause du sourire bête. J'entends papa qui rigole derrière, mais je n'y fais pas attention.

« Oui ça va. Père a toujours eu un bon sens de l'orientation. »

Papa est derrière nous, à passer sa main sur le reste de ses cheveux. Il a l'air un peu bedonnant, mais c'est le meilleur père au monde - le mien, celui qui m'a élevé quand maman est partie. Il nous sourit, avec un air que j'aime pas franchement. Mais je n'ai pas le temps de démentir ce que je vois dans son regard que Trice attrape mon sac à dos et on s'éloigne ; je porte mon balai dans le dos. Hors de question qu'on touche à mon balai, non mais oh. Je vois soudain une fille arriver, et je lui souris, pas timide pour deux sous, l'air plutôt bravache, même. Je glisse un regard amusé vers Béatrice.

« Enchanté, Rose ! Béatrice m'a parlé de toi aussi, un peu. Alors comme ça, elle parle de moi ? Elle a dit quoiii ? Que j'étais genre doué au quidditch, tout ça ? Allons, Trice, c'est malpoli de tourner le dos à sa soeur » fais-je en taquinant ma meilleure amie. Je la chatouille rapidement et la pousse sur le côté, en manquant de lui tirer la langue. Je me retiens, devant sa soeur, je devrais faire montre d'un peu de tenue. Au même moment, papa entre, et nous observe, l'air curieux.

« Bon-bonjour. Puis-je voir vos parents, mesdemoiselles ? Mon fils n'a cessé de me parler de ce moment depuis quelques semaines. J'avais hâte de rentrer sa petite amie. »
« Papaaaaa j'ai dis quoi ! » On dirait que je le gronde. Il sourit, calmement, et cligne de l'oeil vers Rose. Je soupire et me tourne vers Béatrice.
« Bon allez, on y va ! Ca me soule qu'on me croit pas. Sérieux, on a l'air d'un couple ?! » je bougonne, sans me rendre compte que la complicité évidente entre moi et Trice pourrait effectivement donner ce sentiment.

Ha les adolescents !

« On monte ! Trice, tu m'as promis qu'on irait faire du quidditch ! Et puis, j'ai plein de trucs à te dire ! » Je monte les escaliers deux par deux, le visage ravi. Être avec Béatrice me donne cette sensation éphémère de bonheur entier et parfait.


© charney

_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Ven 16 Jan 2015 - 14:19

Those days full of pleasure we now fondly treasure
béatrice & oswald
Beatrice jeta un regard presque furieux à Oz : il en rajoutait une couche ! Les railleries de sa sœur étaient bien suffisantes sans qu'il n'en rajoute. Elle tenta de garder son sérieux, croisant les bras et se mordant la joue pour ne pas rire quand il la chatouilla, prenant une moue boudeuse.

« On se calme Blueberry, sinon tu dors dans le jardin ! » fit-elle avant de craquer et de rire

La brune se retourna vers le père de son ami, reprenant son sérieux rapidement. Elle adressa un vite « je reviens », pour aller chercher ses deux parents – qui n'avaient même pas eu le temps de bouger, vu la vitesse à laquelle Beatrice avait accueilli les invités.

« Bon eh bien, je vais peut-être vous laisser entre adultes, n'est-ce pas Oz? Et je trouve pas qu'on ait l'air d'un couple, non. C'est pas mon petit ami, du tout, jamais.» insista la jeune fille, prenant à témoins ses parents, le père d'Oz et sa sœur. Quand est-ce qu'ils allaient comprendre ?

Elle attrapa Oz par le bras, entraînée dans les escaliers – elle donna au passage un coup de coude à Rose qui susurrait quelque chose comme « bouh les amoureux ! » avec l'air d'une gamine au soir de Noël. Ce n'était qu'une plaisanterie, et les différents entre les deux jeunes filles seraient bien vite oubliés, mais pour l'instant, Trice foudroya Rose du regard.

La brune poussa la porte de sa chambre, laissa passer Oswald et referma la porte – avec un tour de clé supplémentaire, au cas où Rose aurait voulu débarquer. Si elle avait pu, Bea aurait même jeté un sort pour éviter à sa sœur d'écouter à la porte – même si elle n'était pas à ce point fouineuse. Trice se jeta sur son lit, observant Oswald avec un large sourire.

« Alors, avant que tu m'humilies complètement au Quidditch, j'ai cru comprendre que tu avais des tas de choses à me dire ? Du genre ? »

Elle tapota l'espace à côté d'elle sur le lit, invitant son meilleur ami à s’asseoir. Elle avait encore du mal à y croire : son meilleur ami, dans sa maison, pour l'été. Bien sûr, elle avait déjà invité sa meilleure amie Alex de nombreuses fois, mais ça n'avait rien avoir avec inviter Oswald.

« Et, au fait, écoute pas Rose, j'ai pas parlé de toi si souvent, j'ai dû parlé de toi à peine quelques fois. Mais j'ai eu le malheur de lui parler de comment on a commencé à se parler, du coup, elle est persuadé que je craque sur toi. »

Beatrice fit une mimique dégoûtée, avant de rire. L'idée qu'elle et Oz finissent ensemble était une idée totalement délirante et irréalisable : elle ne le verrait jamais que comme un meilleur ami, et la réciproque était tout aussi vraie.
Code by Silver Lungs

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 37
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Mer 11 Fév 2015 - 10:25


le temps d'un été



Sérieux, ils sont tous gonflants. Heureusement que Béatrice m'appuie - on est sur la même longueur d'onde. Jamais. On est juste proches. On est l'ombre de l'autre. En quoi c'est bizarre ? En quoi c'est une connerie d'amoureux ? De toute façon, le premier qui blesse Béatrice, je lui fais mal, très mal.

J'entre dans la chambre de Béatrice en conquérant, et pose directement mes fesses sur son lit, avec un air goguenard. « Alors comme ça, tu parles de moi à ta soeur ? Tu ne pouvais plus t'arrêter de vanter mes mérites hein ? » Je la taquine, puis me relève et fait le tour du proprio, tranquillement, les mains dans les poches. « Genre, en fait, tu te dédouanes mais t'arrêtais pas de parler de moi, avoues. C'est pas grave, je t'en veux pas. Moi aussi, j'ai parlé de toi à papa. » Large sourire. Je lui tapote la tête gentiment et reprends d'un air enjoué.

« Ouai grave ! Tu savais que Fenson, le blond de serdaigle, a eu genre un accident ? Mais le truc c'est que c'est trop con. Il a essayé de lancer un sort de lévitation mais ... il tenait sa baguette à l'envers. Il a lévité et s'est à moitié assommé sur une branche, avant de dériver pendant environ trois heures dans le ciel. Y'a des moldus qui l'ont vu et tout. Mais quel gros naaaaze. » Oui, cette info est d'intérêt public. Il FALLAIT que je la raconte. Je ricane un peu et hausse les épaules. On est bête quand on a quinze ans. « J'ai pris ma guitare moldue, celle électrique, mais j'ai lancé un sort au cas où vous auriez pas l'électricité. Tu veux la voir ? »

Dormir chez Béatrice. Rencontrer ses parents. Je rêvasse un instant quand une voix en bas m'annonce :

« Fiston, tu peux descendre deux minutes ? Les parents de Béatrice aimeraient te voir. » Je roule des yeux, mais sautille sur place. Je passe mes mains sur mon t-shirt d'un groupe de rock et tourne sur moi même avant de serrer Béatrice dans mes bras en riant. « Je suis tout fou. C'est trop bien ! Plus tard, je veux trop qu'on soit genre colocataires. Imagine comment ce serait trop bien ! Bon, allez. Je vais pas y échapper. Allons montrer à tes parents que, malgré le gendre idéal que je suis, nous ne serons jaaamaaaiiis en couuuple. » J'ai pris de faux accents tristes, mais c'est trop comique et je rigole comme une baleine. Je prend les mains de Béatrice et sors comme une furie, en descendant l'escalier quatre à quatre, non sans avoir agrippé mon balai avant. Je ris tout bas ; le contact des mains chaudes de Béatrice, sa présence, son parfum. Cette maison m'est inhabituelle, mais c'est là que vit Béatrice. Je sais que j'y serais comme chez moi - parce que, où que la brune soit, je suis chez moi.


© charney

_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Ven 13 Fév 2015 - 13:39

Those days full of pleasure we now fondly treasure
béatrice & oswald
Beatrice tira la langue à Oswald qui s'asseyait sur son lit. Elle s'assit en tailleurs tout en levant les yeux au ciel. D'accord, en réalité, elle passait son temps à parler d'Oswald, avec Oz ceci, Oz cela... Elle devait rabattre les oreilles de toute la fratrie Crow avec ses histoires, mais elle avait trop de fierté pour avouer à Oswald que c'était bien le cas. Quand Oz lui tapota la tête, elle gonfla les joues comme une enfant vexée, mais écouta avidement ce qu'il avait à lui dire.

« Eh bien, c'est à force de traîner avec une serpentarde que tu deviens si langue de vipère ? Que tu es médisant, ma parole, Blueberry! » En guise d'illustration, Beatrice imita le susurrement du serpent, avec un rire étouffé. En réalité, elle se réjouissait que Fenson ait eu ce genre d'accident ; c'était un gros lourd de Serdaigle et Beatrice jugeait qu'il avait un cerveau à peine plus gros qu'une noix. Et les dires d'Oz le confirmaient ; Tris jubilait. « Une gui-quoi ? Non, je rigole, je connais quand même les guitares. Il faut absolument que tu m'en fasses une démonstration – avoue, c'est comme ça que tu séduis les filles. Pas la peine d'insister, tu ne me séduiras pas ! »

L'adolescente sauta hors du lit alors qu'on appelait son meilleur ami en bas – bon sang, ne pouvait-on pas les laisser profiter cinq minutes ? Elle rigola alors qu'Oswald passait ses bras autour d'elle, et en profita pour le chatouiller. Rien de mieux qu'un été avec son meilleur ami pour avoir le moral au beau fixe : pouvait-elle être plus surexcitée que maintenant ? Elle était une véritable puce, au même titre que lui. Que le domaine Crow se prépare, il allait y avoir de l'agitation sous le toit avec ces deux jeunes gens.

« Évidemment qu'on sera colocataires.» assura Béatrice. « Tu as vraiment cru que j'allais te laisser seul, une fois adulte ? Même pas en rêve Blueberry, je suis désolée de te l'annoncer, mais je vais te suivre jusqu'à la fin de tes jours. »

Avant qu'elle n'ai pu contredire Oswald (avec une phrase du genre « Pff, tu crois quoi, je vais montrer à ton père que je suis la femme parfaite, mais que malheureusement, je ne serais jamais sa belle fille ! ») elle se retrouva dans les escaliers à le suivre. La brune s'appuya contre la rambarde des escaliers, observant ses parents depuis le pallier. Qu'est-ce qu'il pouvait bien vouloir, encore ?

« Mamaaaaaan. » geignit Tris, avec le ton typique de l'adolescente de seize ans qu'elle était. « J'espère que c'est important, Oz et moi avons un emploi du temps surchargé. Tu le sais bien. »
« Beatrice. S'il te plait. » Beatrice fit une moue et descendit le reste des escaliers, jetant à Oswald un regard lourd de sens. Que les parents étaient lourds, quand on a seulement seize ans.... « Alors c'est toi, Oswald ! Ravie de rencontrer, Irene, la maman de Béatrice. Ton père allait bientôt partir, et je me demandais si Béatrice avait évoqué les quelques.... règles ? »

Derrière sa mère, Béatrice articula quelque chose à Oswald, qui ressemblait à « ces fichus règles » et leva les yeux au ciel, l'air scandalisé. Heureusement, l'adulte ne la vis et Tris reprit, à la place de sa mère.

« Oui, Maman, laisse moi résumer : Oswald dort dans la chambre de Nicholas, pas d'alcool, pas de drogues, pas de soirées clandestines, pas de magie, on ne se fera pas voir par les moldus.  » Bea énuméra et afficha un large sourire, croisa les mains dans son dos avec l'allure d'une petite fille parfaite, pour faire plus convaincant.
Code by Silver Lungs

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 37
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Ven 13 Fév 2015 - 18:29


le temps d'un été



Ricanements. C'est vrai que, parfois, je me laissais aller à des accès de potins. Mais bon, Fenson était un peu un con. Donc on me le pardonnait bien, hein. Nouveaux rires. J'avais bien cru un instant que Béatrice ne connaissait pas les guitares ! « Mais carrément. Tu me connais, je fais que ça de séduire. Raah tu fous tout en l'air, je comptais te demander en mariage » fis-je d'un ton ironique en tirant la langue puérilement. J'allais sortir ma belle, ma douce guitare, quand les cris en bas nous firent rouler des yeux. On allait pas y échapper, hein ! Tout en dévalant l'escalier, je marmonnais dans ma barbe ridicule d'adolescent : « Ouai bah t'as intérêt à pas me lâcher, hein. Jamais. Non mais. »

Je m'installais près de mon père et de Trice, face à la maman de Béatrice. Elle était jolie, et je voyais bien que papa était gêné de se retrouver face à une femme. Maman devait encore hanter ses pensées. Cette idée me fit faire une grimace, mais je me concentrais en entendant Irène s'adresser à moi. Je me redressais soudain, comme pour me mettre au garde-à-vous. J'écoutais, en clignant stupidement des yeux, et lançais un regard en coin à Béatrice avant de rire. L'air innocent ne lui allait pas du tout. Je lui fis une grimace qui signifiait t'as rangé tes cornes de diablesse ?, comme si j'allais croire un instant qu'elle était une enfant modèle ! Reprenant contenance, je souris d'un air sérieux à la maman de Béatrice. « Enchanté de vous connaître, Madame Crow. Merci encore de m'accueillir. Et promis, je ne romprais pas vos règles. On sera ... Disons ... Heum. Aussi sages que possible. » Je n'allais pas lui dire qu'on allait être sages comme des images, quand même ! Je n'étais pas menteur. Je trépignais cependant, car le jardin m'appelait. Et mes balais aussi. « Excusez-moi, mais Béa doit me montrer le jardin ! Allez, viens ! » Attrapant son poignet avec un sourire complice, je me mis à courir comme un félin, gracieusement, jusqu'à sortir sous l'air chaud de l'été.

« OUAIIII. Chez papa, on a pas un aussi grand jardin, c'est trop bien ! » J'écartais les bras et tournoyais jusqu'à tomber à la renverse sur la pelouse. Je roulais encore sur moi-même et me redressais pour m'asseoir en tailleur, de l'herbe plein les cheveux, un large sourire sur le visage. « On aura tout le temps de monter sur un balai après. Je suis content d'être là. Tu m'as manqué. » Si je n'étais pas spécialement sentimental, j'osais toujours dire ce genre de choses à Béatrice, qui était bien l'unique personne à qui je m'épanchais. « Je suis content aussi de pouvoir faire du quidditch sans avoir les filles qui hurlent derrière. C'est agaçant. Surtout quand toi, tu t'y mets juste pour m'énerver et les énerver elles. » Pourtant, j'eus un léger rire et m'allongeant de nouveau sur l'herbe chauffée de soleil. Poudlard me manquait. C'était ma seconde maison. Je fermais les yeux, et avec un léger sourire, demandais : « Ce soir, nuit blanche à regarder les étoiles ? J'ai ramené quelques petits trucs moldus pour instruite sa majesté au sang pur » ricanais-je, moqueur. J'avais ramené des gateaux industriels bien bons et bien chimiques, notamment, et du chocolat à tartiner. Je comptais bien me goinfrer avec Béatrice en parlant sous les étoiles. D'un bond, je me redressais, et me remis sur mes pieds d'un geste élégant et physique. Comme quoi, le quidditch m'avait rendu agile.

« Pourquoi ta soeur nous épie ? » fis-je avec un léger rire, en haussant un sourcil. De l'étage, une silhouette observait, tapie derrière les rideaux. J'éclatais d'un rire franc, les mains sur le ventre comme pour contenir mon hilarité. « Nan mais attends, elle veut quoi ? Qu'on se fasse des mamours ? Ahah. Mauvaise pioche. » Je tirais la langue à la soeur de Béa, qui tira les rideaux, peut-être surprise que je l'ai vu. Tristement, je songeais qu'on ne pourrait pas faire de magie. Mais on avait bien d'autres moyens de faire des bêtises, si ça pouvait rassurer tout le monde ! J'étais d'ailleurs en train d'observer les alentours, à la recherche de quelque chose de drôle à faire.

© charney

_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Sam 14 Fév 2015 - 1:10

Those days full of pleasure we now fondly treasure
béatrice & oswald
Beatrice pouffa alors qu'Oz prétendait qu'ils allaient être « aussi sages » que possible. Il les surestimaient ! Bien sûr, Beatrice ne ferait ni magie, et ne se ferai sûrement pas voir des moldus. Quant aux drogues et à l'alcool, il aurait fallu qu'ils y aient accès, et ce n'était pas leur genre. Mais qu'Oswald dorme dans la chambre de Nicholas ! C'était la chambre la plus éloignée de la sienne, il fallait être fou pour penser qu'ils allaient respecter cette interdiction. Non, bien évidemment, à peine les parents couchés, ils se retrouveraient pour continuer à discuter jusqu'à ce que le jour se lève, au moins.

Elle agita la main aux adultes alors qu'Oswald l'entraînait vers le jardin, comme s'il était le maître de la maison. La jeune fille éclata d'un rire bruyant en le voyant tournoyer et rouler dans l'herbe. Bea eu un petit moment de fierté : qui d'autres qu'elle pouvait se vanter de voir Oz comme ça ? Elle se laissa tomber par terre en face de lui, étalant ses jambes.

« Tu fais dans le sentimental, maintenant ? Tss ! - Je plaisante. Toi aussi tu m'as manqué, gros bêta. » Elle lui donna un léger coup de poing, il devait l'avoir à peine senti. Elle ricana quand Oswald évoqua les fameuses groupies. « Qu'il est dur d'être beau garçon. Je trouve juste ça très drôle qu'ils suffissent d'un rien pour les vexer. Je suis méchante, mais c'est drôle ! Si tu voyais leurs têtes quand elles viennent me voir pour m'interroger sur toi. Est-ce qu'Oz a une petite amie ? Quelle friandise il préfère ? Est-ce que je vais bientôt arrêté de te tourner autour ? »

Beatrice partit dans un fou-rire et s'allongea elle aussi dans l'herbe. Elle posa une main sur ses yeux et les ferma, se protégeant du soleil – qui, quand bien même ils étaient au Nord de l'Angleterre, chauffait plutôt. Elle fit un bruit de dégoût quand son meilleur ami l'appela « sa majesté. »

« Si tu m'appelles encore une fois comme ça, je ne toucherais pas à tes cochonneries moldues. Et je te ferais des cours d'astronomie encore plus rébarbatifs que ceux du Professeur Sinistra. Je te demanderai des pages et des pages sur une constellation dont personne n'a jamais entendu parlé.  » La brune sourit largement. « Mais sinon, je te montrerais mes étoiles préférés, si t'es sage. »

Les yeux fermés, l'adolescente ne remarqua pas qu'Oswald s'était relevé, avait croisé ses bras sous sa tête. Elle fronça les sourcils en l'entendant. Sa sœur les épiait ? Maudite soi Rose ; elle qui adorait fureter et épier pour avoir des « moyens de pression » comme elle disait. Béatrice geignit, mais sans pour autant se relever.

« Sérieusement ?! Pourtant je ne l'embête même pas, pourtant je pourrais avec son petit-ami ! L'autre jour je suis tombé sur une lettre, c'était tellement dégoulinant d'amour qu'on croyait lire le dernier roman pour adolescente. Beurk, tu t'imagines un jour écrire des lettres comme ça, toi? Et puis si elle attends qu'il se passe un truc entre nous, elle va mourir d'ennui !  »

Elle se redressa finalement sur ses jambes et secoua ses cheveux, enlevant les brins d'herbes qui s'y étaient sournoisement glissés. Elle posa ses mains sur ses hanches et toisa Oswald avec un air de défi.

« Mais après, je connais un endroit où on pourra discuter tranquillement loin de ma sœur, faire ce qu'on veut loin de mes parents. Mais pour ça, il faut que tu sois capable de monter dans l'arbre là-bas. » Beatrice affichait un large sourire et pointa du doigt l'arbre au fond du jardin. Elle y avait aménagé un observatoire de fortune – l'arbre était plus haut que sa chambre, et c'était plus facile pour observer tranquillement – tout ça sans magie. Et bien sûr, ni ses frères et sœurs, ni ses parents étaient au courant. Bref, l'endroit parfait pour être seule avec son meilleur ami.
Code by Silver Lungs

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 37
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Sam 14 Fév 2015 - 15:15


le temps d'un été



Mes groupies n'étaient autre que des élèves qui s'intéressaient à moi, soit-disant parce que j'étais beau et doué au quidditch. Le problème étant que moi, je ne m'intéressais pas à elles. Et que l'unique personne avec qui j'étais doux et affectueux était Béatrice. Elle soulevait donc une vague de jalousie qui la faisait bien rire - et moi aussi à dire vrai, avec le recul, même si la plupart du temps cela m'agaçait.

La voir répudier son sang me faisait bien rire. En fait, c'était bien la première serpentarde aussi indifférente à ce qui coulait dans ses veines que je connaissais. C'est pour ça que je l'aimais - parce qu'elle n'était pas une princesse idiote ; c'était une jeune femme forte. Une étoile, mon étoile. « Ca voudrait dire tous les gateaux pour moi ? Hmm laisse-moi réfléchir ... » fis-je en feignant de peser le pour en le contre. En attendant, Rose avait donc cessé de nous épier. Quelle soeur bizarre. Je n'avais aucune idée de ce que cela faisait d'avoir des frères et des soeurs, mais si c'était pour les avoir sur le dos, non, merci, reprenez-les. « Ecrire des lettres d'amour ? Ahah, pourquoi pas des poèmes aussi ? Beurk ! » Béatrice n'avait pas tord après tout. Ceux qui comptaient sur eux pour finir ensemble à se bisouter, ils pouvaient se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au genou.

Le défi de Béatrice vibra dans l'air au point d'électriser tout autour de nous. Je sentis mes poils de bras se dresser et un sourire carnassier et fier fendit mon visage. Je pointais le menton vers elle, crâneur, provocant. « Oserais-tu me défier, Crow ? Tu me défis, moi, le grand Oz ? Tu vas voir ! » Et avec un rire éclatant, je courus jusqu'à l'arbre, le souffle court. Je levais le regard, et après avoir inspiré courageusement, je me mis à gravir la montagne de bois et de feuilles. Tout en escaladant, je ne pouvais me retenir de faire le fier devant ma meilleure amie. « Nan mais attends, papa disait que j'étais un vrai singe, étant gosse ! J'adore grimper partout. C'est sûrement les chutes qui m'ont appris à voler » grommela t-il plus bas pour la dernière phrase, en accrochant ses mains à l'écorce rude. Je manquais de tomber, mais me retins, et fini par atteindre ladite cabane - ou plutôt l'observatoire. Bien cachée dans les floraisons, je m'y assis et aidais Béatrice à monter, même si elle n'en avais sûrement pas besoin.

Au-dessus de nous, le soleil donnait à la lumière sous les arbres une couleur verte étrange. On se serait cru dans un autre monde. Doucement, je passais le bras autour des épaules de Béatrice, moqueur : « On est tranquilles pour faire des bisous alors ? Arh arh » Je la chatouillais un instant, avant de me relever, agile comme un chat. Le quidditch m'avait au moins appris ça - à marcher, réellement. Comme si le monde entier n'était qu'une corde en suspens. Le vide hypnotique, le ciel gigantesque, l'odeur douce des feuilles, le parfum de Béatrice. J'inspirais, serein.

« Alex m'a dit que t'avais des vues sur un mec de 7ème année, c'est vrai ? » demandais-je, plus pour savoir qu'autre chose. Je lui lançais un regard scrutateur. Avec un léger rire je la serrais contre moi. « On est d'accord sur le fait que, si un seul mec te fait du mal, je lui poutre si fort la tronche qu'il va devoir compter ses dents, hm ? » Je ricanais. Je m'étais déjà battu avec un de ses ex, parce que ce petit con l'avait malmenée. On ne traitait pas ma meilleure amie de traître à son sang. Le pire étant que c'était ma faute - elle traînait avec moi, qui était un sang mêlé, alors son beau vernis social était terni. « Et dire que dans quelques années on va quitter Poudlard ... Ca me paraît loin et proche ... Au fait ... Je t'avais dis qu'on m'avait contacté pour, dans un futur plus ou moins lointain, peut-être entrer en équipe de quidditch pro ? » Je me mis donc à bavasser et à raconter quelques nouvelles qui m'étaient arrivés. Je continuais de tenir Béa contre moi, sans passer une seconde sans toucher sa main, ou à lui sourire. J'aimais être avec elle, plus que tout. J'attendais avec impatience le moment où la nuit tomberais, même si il y aurait forcément le repas du soir avant. Le vent susurrait des choses que je ne comprenais pas - après tout, je ne parlais pas le vent.

© charney

_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Dim 15 Fév 2015 - 18:50

Those days full of pleasure we now fondly treasure
béatrice & oswald
«  Tu t'imagines écrire des poèmes pour une fille ? Ça serait le comble. » Beatrice ricana franchement, imaginant Oswald, son Oswald, écrire des poèmes. A moins de subir un lavage de cerveau, évidemment, Bea était certaine : cela n'arriverait jamais.

Elle laissa l'avance à Oswald, riant de bon cœur. Le voir courir comme ça, répondant à son défi en moins de temps qu'il ne faut pour le dire ; elle le suivi bien vite – elle n'allait pas non plus le laisser gagner ! La brune le laissa escalader, et se vanter.

« J'en doute pas ! Tu escalades plus vite que tout. Mais tu sais que j'avais installé une échelle ? Je suis pas aussi bonne cascadeuse que toi, moi ! »

La brune se moqua gentiment de son ami, emprunta l'échelle pour le rejoindre. Elle attrapa la main pour se hisser sur le sol de l'Observatoire (avec un grand O, comme le précisait mentalement Béatrice.) Elle soupira d'aise et se glissa dans les bras du brun presque au même moment où celui-ci passait le bras autour de ses épaules – à croire qu'ils avaient eu la même idée en même temps, comme cela arrivait souvent. Tris se défit de son large sourire pour faire une grimace.

« Beurk, plutôt crever que te faire des bisous, Blueberry. Rien que d'y penser... non même, je n'y pense pas ! »

Tris gigota en riant alors que Oswald la chatouillant, entrecoupé de « non, pas de chatouilles ! » Elle resta finalement allongée sur le sol de la cabane, reprenant son souffle et suivant des yeux son ami. Il n'y avait rien au monde qu'elle n'aimait plus que ces instants partagés avec son meilleur ami : sa présence à ses côtés, son odeur, et juste en un mot, lui. En revanche, maudite soit Alex, qui ne tenait jamais sa langue ! Tris se mordit la joue et son visage se tinta de rouge alors qu'Oswald évoquait le septième année. Pourquoi, par la culotte de Merlin, Alex avait-elle eu besoin de parler de ça à Oswald ? Béatrice cacha son visage derrière ses mains.

« Oh non, par Merlin, elle t'a vraiment parlé de ça ? Non mais que je voulais pas te le dire mais.... Bon, voilà, on en fait pas tout un plat. » L'adolescente se redressa contre Oz. « Pour ça, j'te fais confiance. Je te signale qu'Adams n'a toujours pas digéré ton coup de poing...  »

Elle sourit en repensant à la scène avec ledit garçon, et ledit coup de poing. Que c'était satisfaisant ! Rien de mieux que de voir son ex se prendre un coup pour effacer un cœur brisé. (Du moins, pensait Béatrice à cet instant là.) Trice joua distraitement avec le tee-shirt de Oswald, la tête posée contre son épaule. Elle se redressa vers lui quand il lui annonça la nouvelle.

« Et tu allais attendre longtemps pour me l'annoncer ? Mais c'est génial, Oz ! Je suis contente pour toi, bientôt, tu seras célèbre. S'il te plait, laisse moi gérer ton fan club. Et fait moi un autographe que je pourrais revendre, on ne sait jamais. Mais dis m'en plus ? » Plaisanterie à part, Trice était réellement heureuse pour l'adolescent. Ce n'était pas n'importe quoi, joueur de Quidditch pro, quand même ! « Tu m'oublieras pas quand même, quand tu seras joueur pro, connu, et que tu voyageras partout, hein ? Tu repensera à ta Béa, j'espère? » s'assura Béatrice, en reprenant sa place.

Elle ferma les yeux, se laissant bercer par le bruit du vent, dessinant du bout des doigts des figures abstraites sur le dos de la main d'Oswald. Tris n'avait pas envie de penser à après Poudlard ; après Poudlard, les gens changeaient, les gens grandissaient, partaient aux quatre coins du pays, voir du monde, et parfois les amitiés ne résistaient pas. Elle ne souhaitait pas vraiment voir son amitié avec Oz prendre fin, jamais. La verte et argent serra la main d'Oz doucement.

« D'ailleurs, tu sais quoi ? Si tu veux, tu pourras venir avec moi pour que je fasse mon premier tatouage ! » fit fièrement la jeune fille.
Code by Silver Lungs

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 37
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé) Sam 28 Fév 2015 - 14:42


le temps d'un été



Eclats de rire, sur fond de ciel d'été. Le bruit des grillons résonne, alors que l'on dérange ces insectes délicats de nos rires d'adolescents. « Une échelle ? Pour quoi faire ? » dis-je en crânant, bien qu'un peu ridicule. Dire que je ne l'avais pas vu ? Plutôt renoncer à mes balais ! En tout cas, Béatrice à bien raison - mieux vaut ne pas y penser. Se faire des bisous, quelle idée ?! Mais j'aime bien faire planer ce genre d'idioties - non pas que cela arrivera jamais. Mais j'imagine ma vie vide, sans Béatrice. Cela ne se peut pas. C'est comme d'enlever son ombre à un homme - mon ombre à moi est pleine d'étoiles, délicate, et son rire est aussi cristallin que le chant de la lune. « Adam était un petit con. Mais si tu veux, j'peux jouer les co-pilote ? Non, en fait c'est une mauvaise idée. T'as Alex pour ça, et puis je suis nul en drague. Je serai capable de tout faire capoter, ça serait dommaaaaage. J'espère qu'il est digne de toiiiii princesse sang-pur. » Toujours ces mêmes blagues réchauffées, que j'adorais faire. Trice près de moi, je frissonnais sous la douce caresse de ses doigts nonchalants qui jouaient avec mon t-shirt. Le vent se jouait de nous, faisant siffler ses chants à nos oreilles et onduler nos cheveux. J'étais bien - et j'aurai voulu que cet été ne cesse jamais.

« Calmos, Trice » je fais en riant, « On y est pas encore ! Et je refuse le fan-club. Sérieusement ... La seule raison pour laquelle je n'accepte pas tout de suite, c'est ça. La célébrité. Ca me met mal à l'aise ... Mais j'ai encore le temps - il faut que je finisse Poudlard avant d'avoir la chance de signer un contrat. Je préfère ne pas en parler d'ici-là, d'accord ? Mais si ... Si disons je devenais joueur pro, tu serais toujours la bienvenue à mes matchs. Et puis, je pourrais te faire rencontrer des beaux garçons aux physiques avantageux » je rigole, en tirant la langue. L'idée ne me déplairait pas - choisir un mari pour ma meilleure amie, un homme qui la mériterait.

La soudaine question de la jeune fille me laissa perplexe, puis je haussais les épaules en me redressant un peu, souplement. « Carrément. J'te tiendrais la main pendant que tu pleureras comme une fillette », je lui glisse un coup d'oeil narquois, avant d'ajouter « Moi, je me ferai jamais tatouer, je pense. Trop permanent pour moi. Tu sais que j'ai déjà vu des gars se faire tatouer la Marque, pour déconner ? C'est tellement idiot - me dit pas que tu vas faire ça, hein. Tu veux faire quoi, où ? » je demande en la scrutant, comme si j'évaluais les meilleurs endroits. « Je peux comprendre les gens qui veulent se faire tatouer, si c'est important. Tu vas te faire tatouer ma tête ? Sur ton petit ventre, pour m'avoir toujours avec toi ? »

J'éclate de rire et me rallonge. Je ne sais combien de temps nous restons là, à bavarder, mais l'après-midi passa rapidement. Finalement, alors que nous nous racontions des anecdotes, une voix féminine en bas nous héla : « Hé les amoureux ! On dîne, vous descendez ? » La nuit tomberait, dans quelques dizaine de minutes. L'air était encore tiède de la lourdeur du soleil. J'enlaçais doucement Tris dans mes bras et lovais mon visage dans son cou, pour humer son parfum plein de soleil. « Jamais je ne te laisserai. Qu'importe avec qui on finit, ou où on finit, je serai avec toi. » Puis, je m'élance vers l'échelle d'un air de défi - et on rit, encore. La nuit tombera bientôt, et nous pourrons regarder les étoiles de Béatrice. Mais elle est mon étoile, ma lune, ma nuit constellée. Elle est la femme de ma vie, l'écho de mon âme. Et jamais, jamais, nous ne nous séparerons. Jamais. Car nous ne finirons pas - cela n'aura jamais de fin.

© charney

_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


[flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
MessageSujet : Re: [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [flashback] Good old summer time ○ BéaOz (terminé)
» Summer Time [ Lucy & Declan ]
» I need you in summer time
» [Flashback] A votre service... Mon Dieu... [Pv Loki] [Terminé]
» neal × where I am, you are. this time, let's play! (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Mini RP terminés-