Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Don't be afraid of the women's strength. They are life.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : 6ème année
ϟ AVATAR : Holland Roden
ϟ ABSENCE ? : /

ϟ LIENS : www ⊗ Fiche
www ⊗ Liens
www ⊗ Boîte aux lettres

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Paradise •• Charlie Mer 26 Nov 2014 - 18:47


But it's all we want

And it's all that we're fighting for
Though it's not our paradise

« Une biérraubeurre s'il vous plaît, merci. » « Bien, mademoiselle. » Elliot était assise près des vitres des Trois Balais. Elle était en sortie scolaire, et elle en avait profité pour demander à Charlie, qui était lui aussi en vacances au Terrier, si il désirait qu'ils se voient un peu. Le roux lui manquait, et elle n'appréciait pas les émotions qui renaissaient en elle à l'idée de le revoir. Elle croisa les bras sur sa poitrine, vêtue sobrement d'une robe rouge et noire à motifs géométriques, de gros collants de laine et de bottes hautes en cuir rouge sombre. Ses cheveux avaient fait l'objet d'un soin particulier, et ils retombaient sur son épaule droite en boucles quasi parfaites, avec un soin perfectionniste. « Alors, Charlie, on est en retard ? » fit-elle d'une voix basse, impatiente, l'oeil rivé sur sa montre. Elliot frissonna encore, puis s'adossa au dossier de sa banquette rembourrée de cuir. Charlie et elle avaient continués à se parler après leur rencontre, notamment de façon épistolaire. Elle ne savait pas trop comment expliquer cela, mais Charlie avait éveillé en elle le besoin d'un ami. Elle avait placé sa confiance en lui, après quelques devants méfiants. Elle lui avait raconté sa rentrée, ses cours, comment la magie lui faisait peur. Et, de fil en aiguille, au long d'une année et demi, ils s'étaient souvent revus, avaient parlé de tout. Elliot lui avait même fait l'honneur de lui parler de la mort de son père, avec moult larmes et sanglots. Mais, avant toute chose, elle voulait voir Charlie parce que, comme Balthazar, elle l'appréciait et il la faisait sourire.

Elle glissa ses lèvres dans sa chope et but une gorgée de sa boisson. Il faisait froid, au-dehors, mais ici il faisait bon grâce au feu de cheminée qui crépitait un peu plus loin. Les odeurs ici étaient celles de la cuisine, du bois de sapin, les effluves de bois fumé, et celle plus âcre qui appartenaient aux élèves et autres gens présents. Enfin, Charlie arriva et elle lui fit un grand signe pour lui signaler sa présence. Ses bracelets cliquetèrent sur son bras, alors qu'un large sourire éclairait son visage. « Un problème avec les dragons, qui expliquerait ton retard, mon cher rouquin préféré ? » fit-elle, pince-sans-rire, son regard observant avec douceur le moindre de gestes de son ami. Elle avait toujours essayé de garder une distance, mais avec Charlie, elle ne pouvait se battre contre les émotions. C'était fort, et il était comme le frère qu'elle n'avait jamais eu. Elle se dépêcha de héler le serveur, laissant Charlie prendre ce qu'il voulait. Elliot remarqua que ses cheveux avaient poussé, comme sa barbe. Elle souriait comme une idiote, et baissa enfin les yeux, gênée de le dévisager comme ça. « Je suis contente que tu ai pu prendre du temps pour moi. J'ai eu du mal à être régulière dans mes lettres depuis la rentrée, parce que j'ai eu beaucoup de travail. Je dois t'avouer que j'ai rechigné, devant nos exercices à la baguette ... Mais j'ai excellé dans les cours de Soins aux Créatures magiques, parce qu'on a vu un traité sur les dragons, et que tu m'en avais déjà parlé. » Elle eut un rire aigrelet, et but une nouvelle gorgée de sa biérraubeurre, posant ses prunelles noisettes sur son ami roux. Ici, dans l'ambiance tiède et agréable, rien d'autre n'existait que lui et elle. Et pourtant, en dehors de ça, le monde réel tournait encore. Elle avait tant de choses à lui raconter ! « Toi d'abord : qu'as-tu à raconter de beau ? Tu as rencontré une jolie dragonne avec de jolies écailles toutes douces ? » La gryffondor adorait taquiner son ami sur son célibat et son amour immodéré des dragons. Il y avait le droit tout le temps. Néanmoins, elle n'était plus si sûre qu'elle avait le droit de se moquer. Après tout, elle-même était une adolescente prise dans les affres d'hormones qu'elle avait parfois du mal à contrôler. Mais elle se voyait mal raconter à Charlie que tel garçon lui plaisait ; c'était plus drôle de pointer du doigt la petite imperfection de son cher Charlie.


_________________

firestone
our hearts are like, firestones when they strike, we feel the love sparks of light, they ignite our bones, when they strike, we light up the world. We're the strangers in the night.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Leash-less confusion I wander the concrete, wonder if better now having survived

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Eleveur de dragons // Membre de l'Ordre.
ϟ AVATAR : Stefano Masciolini


ϟ LIENS : fiche. liens. lettres. chronologie.

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Lun 1 Déc 2014 - 17:51

Even if your hope has burned with time,

And your vicious pain, your warning sign,
You will be fine.

En retard, c'était bien quelque chose qui n'arrivait quasiment pas du tout à Charlie Weasley, lui qui prenait un soin tout particulier à respecter les horaires et les règles de politesse. Arriver à l'heure, ça en faisait partie, c'était même dans le top 10 des choses polies de Charlie Weasley. Mais il était au Terrier et Molly avait choisi le mauvais moment pour vouloir le coiffer, arranger ses boucles rousses qui n'en faisait qu'à leur tête. «  Et ta barbe, Charlie, tu comptes y faire quelque chose ?  » Dans ces moments là, à vingt-cinq ans, il avait l'impression de retomber en enfance et, il n'avait pas eu le cœur à refuser.
Finalement, le roux avait réussi à s'échapper du peigne et de la brosse, avec quelques minutes de retard par rapport à l'heure prévue. Charlie espérait qu'il ne vexerait pas Elliot qu'il avait plutôt hâte de revoir. Les rencontres et les lettres échangées avec Elliot étaient quelques choses auxquelles il tenait tout particulièrement : la jeune fille était une amie qui le comprenait, avec qu'il pouvait se confier (plus qu'avec certaines personnes, parfois même plus qu'avec sa propre famille) et avec elle, il ne pensait plus trop aux vagues soucis qui traînaient toujours dans un coin de sa tête. Il referma son manteau et transplana, direction Pré-au-Lard.

Par Merlin, pourquoi faisait-il si froid ? Marmonnait-il dans sa barbe. Il détestait le froid, il n'était pas fait pour ce genre de température. Il passa finalement les portes des Trois Balais, remis à la normale sa masse rousse bizarrement coiffée par Molly – le bazar habituel lui convenait beaucoup mieux – et guettant des yeux la rousse. Charlie la repéra bien vite, son cliquetis de bracelet et ses grands signes l'aidant. Avec un sourire – comment ne pas sourire, face à la vue de son amie ? - il s'en approcha.

« Désolé pour ce retard... Il s'assit en face la jeune fille, enleva son manteau. Sa remarque lui arracha un sourire. Sauf si tu considères ma mère comme un dragon, aucun problème de dragons pour justifier cela!  »

Soufflant sur ses doigts pour les réchauffer, il laissa Elliot héler un serveur, se réhabituant à la chaleur douce qui régnait à l'intérieur du bar. « Une bièrraubeurre, s'il vous plaît. Merci.  » Il posa les yeux sur la jeune fille, ravi de voir sourire à ce point celle qui aurait pu être sa petite sœur. L'écouter parler, aussi, le faisait sourire. Charlie qui souriait autant, ces derniers temps, c'était presque sur-réel.

« Je te ferai toujours une place dans mon emploi du temps, tu le sais bien. Ne t'en fais pas, je sais que Poudlard prends du temps... Je suis ravi de voir que cela peut t'aider en cours, c'est toujours ça de pris ! »

Le jeune homme remercia le serveur qui venait de déposer la bièrraubeurre devant lui et la porta à ses lèvres immédiatement. Il leva les yeux au ciel devant la remarque de sa cadette, mais impossible de dissimuler le sourire en coin. Heureusement, Charlie était de bonne humeur, et s'en amusait clairement.

« Pas depuis que je suis en Angleterre, non, je l'ai abandonné en Roumanie. Peut-être voudras-tu que je te la présentes ? » fit-il, aussi sérieux que possible. Il se gratta la barbe, avec l'air de réfléchir et posa son regard auburn sur l'adolescente. «  Et toi, alors? »

Le jeune homme croisa les bras sur la table, l'air intéressé. Il voyait que Elliot avait des choses à lui raconter – sans forcément qu'elle ne veuille l'admettre – et même si n'était pas avide de raconter sa vie, Charlie était tout à fait prêt à écouter celles des autres.


_________________
Your silhouette over me
The way it brings out the blue in your eyes is the Tenerife Sea, and all of the voices surrounding us here: they just fade out when you take a breath.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Don't be afraid of the women's strength. They are life.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : 6ème année
ϟ AVATAR : Holland Roden
ϟ ABSENCE ? : /

ϟ LIENS : www ⊗ Fiche
www ⊗ Liens
www ⊗ Boîte aux lettres

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Ven 5 Déc 2014 - 22:06


But it's all we want

And it's all that we're fighting for
Though it's not our paradise

Voir Charlie devant elle donnait à Elliot l'envie de lui faire un câlin. Elle n'était pas exactement tactile, sauf quand ça lui prenait, mais l'ancien gryffondor était comme un grand frère pour elle. Elle ne craignait pas lui frôler les mains, toute inspirée par ses pensées. Aussi, elle se permit une taquinerie, un sourire amusé aux lèvres. Si on s'était fourvoyé, du dehors, peut-être aurait-on pu croire que Elliot s'était faite jolie pour son petit ami. Mais ce n'était pas la relation qu'ils avaient l'éleveur de dragons. Non, c'était quelque chose de plus doux, de plus fraternel. La jeune femme secoua la tête quand il s'excusa. Elle eut un petit rire : Molly Weasley adorait ses enfants, et cela ne l'étonnait pas qu'elle eut été tentée de retenir Charlie, pour n'importe quelle raison - une bouton défait, ou des cheveux épars. Elle le laissa commander, et sourit à ses paroles. « Je te ferai toujours une place dans mon emploi du temps, tu le sais bien. Ne t'en fais pas, je sais que Poudlard prends du temps... Je suis ravi de voir que cela peut t'aider en cours, c'est toujours ça de pris ! » Charlie était adorable. Il avait un don avec les bestioles écaillées. Et quand il en parlait, ses yeux flamboyaient d'une lueur passionnée. Elliot était loin d'être idiote, elle avait retenu ce qu'il lui avait dit et avait tout remâché pour en sortir de très bons devoirs. Pour une fois qu'elle avait de bonnes notes ! Non pas qu'elle une cancre, mais elle n'aimait pas la magie, un point c'était tout.

« Pas depuis que je suis en Angleterre, non, je l'ai abandonné en Roumanie. Peut-être voudras-tu que je te la présentes ? » Léger rire de l'étudiante. « Et toi, alors ? » Le rire s'éteint, et elle boit une gorgée de biérraubeurre, l'air de ne pas y toucher. C'était une question délicate, et elle aurait du penser qu'elle lui rebondirait dessus. Elle se racla la gorge ; elle savait que Charlie n'insisterait pas si elle refusait d'en parler. Mais n'était-ce pas un peu pour ça qu'elle l'avait fait venir ? Pour le voir, pour pouvoir lui demander ses conseils de vive voix ? « Oh, tu ... Tu es déjà au courant de mes penchants plus que légers pour Balthazar. Ca n'a pas spécialement avancé. On s'entend bien, on joue de la musique. Mais ... J'ai l'impression qu'il ne comprend pas. D'un autre côté, je fais tout pour ne rien montrer - dis ça à mes cheveux bleus. » Elliot poussa un léger grognement, et repoussa sa crinière d'un roux flamboyant en arrière. Qu'elle détestait être métamorphomage. Elle soupira et reprit, plus doucement, pensive. « Bref, rien de bien nouveau. A mon grand dam, je pense être amoureuse d'un pauvre garçon qui n'y voit rien. Et qui n'y verra jamais rien. Malgré tous les efforts de deux de nos amis - Jude & Hazel. Mais n'embrayons pas là-dessus, les oreilles de Jude doivent siffler assez souvent comme ça, vu la régularité avec laquelle on s'amuse de sa stupidité. » Elliot eut un léger gloussement, le nez dans la mousse de sa boisson. Au-dehors, une légère pluie s'était mise à tomber et Elliot était bien contente d'être au chaud aux Trois Balais. « Je suppose que tu vas en profiter pour voir Ginny aussi ? A moins qu'elle n'ait pas le temps de sortir, aujourd'hui ? Beaucoup sont en train de se préparer à des devoirs importants. Ce n'est pas mon cas. L'examen de sortilèges, je le ferais en théorie. Non en action. Si je le pouvais, des fois, je biserai ma baguette. Mais je suis peut-être trop lâche pour ça. Ce serait une décision trop ... violente. Je me demande ce que je fais à Gryffondor, des fois » soupira t-elle avec un petit sourire, en glissant son regard au-delà de la vitre. Ses pensées tourbillonnaient, volages. La présence de Charlie lui donnait envie de se confier. Il savait déjà combien être une sorcière lui pesait. Mais elle ne voulait pas l'ennuyer une nouvelle fois avec ça. Puis, comme si elle se rappelait des bonnes manières, vaguement rougissante, elle demanda : « Et toi alors ? Tout va bien, dans la vie de mon éleveur de Dragons préféré ? » Un léger sourire fit briller ses yeux, teintés d'éclats d'amitié sincère. Elle adorait Charlie. Mais lui, il ne lui donnait pas des cheveux bleus. C'était pour ça qu'elle pouvait être avec lui. Il n'était pas un danger pour ses émotions, son envie de contrôler tout et surtout elle-même.


_________________

firestone
our hearts are like, firestones when they strike, we feel the love sparks of light, they ignite our bones, when they strike, we light up the world. We're the strangers in the night.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Leash-less confusion I wander the concrete, wonder if better now having survived

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Eleveur de dragons // Membre de l'Ordre.
ϟ AVATAR : Stefano Masciolini


ϟ LIENS : fiche. liens. lettres. chronologie.

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Lun 8 Déc 2014 - 12:51

Even if your hope has burned with time,

And your vicious pain, your warning sign,
You will be fine.

Jouer les grands frères n'était pas quelque chose que Charlie affectionnait tout particulièrement – la plupart du temps, il laissait ça à Bill, bien plus doué que lui dans ce rôle là. Mais de plus en plus, le rouquin se retrouvait à cette place-là sans qu'il n'y trouve rien à redire. Avec Elliot, par exemple. Mais fort heureusement, ça ne le dérangeait pas ; ce qui le dérangeait plus, c'était qu'il se sentait comme la personne la moins qualifiée pour conseiller la jeune fille. Quand bien même, il faisait de son mieux.

Il ne pu retenir un rire étouffé en imaginant les cheveux roux de la jeune fille devenir bleus. Charlie avait déjà vu les effets de l'émotion chez les Métamorphomages – Tonks, qui maîtrisait mieux ses pouvoirs maintenant, en avait fait les frais lors qu'ils étaient adolescents – mais il compatissait. L'amour, c'était déjà assez complexe en général sans qu'on ait besoin de rajouter des cheveux qui changent de couleurs ou d'autres choses.

« Tu sais, les garçons... » lâcha Charlie. Il était plus qualifié pour dire que parfois, les garçons semblaient aveugles au sous-entendus et autres non-dits. Il avait de nombreux frères qui manquaient de tacts et il était lui même un garçon, pour ça, il était au courant. « Il finira par comprendre, ou il ratera quelque chose. »

Le roux baissa les yeux sur sa bièrraubeurre, appréciant le rire de son amie. Un peu de légèreté, de discussion « sans gravité », cela le changeait de l'Ordre, par exemple. Une vraie bouffée d'air frais. Charlie avala une grande gorgée de son verre, observant la pluie par la fenêtre. Qu'est-ce qu'on était bien à l'intérieur.

« Elle m'a dit qu'elle était plutôt occupée, examens etc. Dans le pire des cas, je la verrais à Noël, si elle rentre. Sinon, je peux toujours venir à Pré-au-Lard lors de vos sorties. »

Charlie ne s'en faisait pas trop pour Ginny. Elle avait ses amis, ses soucis, et si parfois sa petite sœur lui manquait, les occasions ne manquaient pas pour se voir.
Il eut un petit rire. Pour lui, Elliot avait bien le caractère d'une Gryffondor, même si elle ne le voyait pas actuellement. Connaissant combien elle détestait la magie, il trouvait ses efforts malgré tout honorables – vivre dans un monde où la magie est omniprésente ne devait pas être facile. Au fond, il admirait l'adolescente pour ça.

«  Moi ? Eh bien ... »

Le jeune homme se cacha derrière son verre de bièrraubeurre, s'accordant un temps de réflexion. Il refoula au fond de son crâne toutes les pensées négatives qui tournaient inlassablement, qui n'avait pas lieu d'être à son avis. Il ne se voyait pas de raconter tout ce qui lui passait par la tête au milieu des Trois Balais. Par lettre, en revanche, il aurait pu. Charlie se frotta les mains, avant de croiser les bras. Qu'est-ce qu'il se passait dans sa vie ?

« Un peu triste, je suis un éleveur de dragons sans dragons. » Il esquissa un sourire. « Plus sérieusement. Je vais sûrement aller voir des amis, à Londres, ça fait un moment que je ne suis pas allé les voir. Mais sinon... Des trucs d'adultes, plutôt ennuyant...  »

Il passa sa main sur son visage, fixant distraitement Elliot. Charlie hésitait à en dire plus, de peur de l'ennuyer. L'ambiance était si agréable, il n'avait pas envie de l'alourdir en parlant de la culpabilité qu'il ressentait, ou encore de ses cauchemars récurrents. Son visage s'assombrit un instant, Charlie poussa un soupir. L'expression disparue aussi rapidement qu'elle était venue.

« Rien de bien passionnant, malheureusement. » termina le Weasley, l'air de s'excuser.


_________________
Your silhouette over me
The way it brings out the blue in your eyes is the Tenerife Sea, and all of the voices surrounding us here: they just fade out when you take a breath.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Don't be afraid of the women's strength. They are life.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : 6ème année
ϟ AVATAR : Holland Roden
ϟ ABSENCE ? : /

ϟ LIENS : www ⊗ Fiche
www ⊗ Liens
www ⊗ Boîte aux lettres

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Sam 28 Mar 2015 - 20:04


But it's all we want

And it's all that we're fighting for
Though it's not our paradise



« Tu sais, les garçons ... Il finira par comprendre, ou il ratera quelque chose. » Charlie est un garçon. Enfin, un homme. Enfin. Vous avez compris. Il devait bien savoir de quoi il parlait, non ? Ca rassure un peu la rousse, qui finit par hausser les épaules. Elle n'était pas venue ici pour causer garçons, mais pour se vider un peu la tête des futurs examens et de Poudlard. Qui de mieux que son cher Charlie, son grand frère sans-lien-de-sang préféré ? « Si tu le dis » soupire t-elle d'un air involontairement princier.

« Elle m'a dit qu'elle était plutôt occupée, examens etc. Dans le pire des cas, je la verrais à Noël, si elle rentre. Sinon, je peux toujours venir à Pré-au-Lard lors de vos sorties. » Ecouter Charlie parler de Ginny n'était pas une première. La rousse Weasley avait bien de la chance d'avoir un tel frère. Elliot eut un sourire indulgent - elle ne comprenait que trop la situation de l'autre jeune femme. « Ils ne sont pas tendres avec les élèves - à cette époque de l'année, ils nous ensevelissent sous des tonnes de devoirs, sous prétexte que c'est bon pour nous. Qu'ils aillent dire ça à nos nuits d'insomnies, aux litres de café ingurgités ou au stress qui nous enchaîne. Sérieusement, ils pensent à quoi ? Notre avenir ? » singea t-elle McGonagall sur le dernier mot, avec une grimace, puis elle soupira de nouveau. « C'est un peu dur, pour moi, surtout sans utiliser la magie. » Mais cette simple phrase, anodine, ne l'était pas - Charlie connaissait son aversion de la magie, car pour Elliot, elle n'avait su sauver son père et ne méritait pas d'être considérée comme un moyen utile. Elle haïssait la magie du plus profond de son coeur, quand bien même elle savait cette haine injuste, terriblement injuste.

Peut-être le surprit-elle à lui demander de ses nouvelles. Elle sourit et cacha son rire dans son verre, l'air taquin et malicieux. « Moi ? Eh bien ... » La rousse le laissa chercher ses mots, but une gorgée et observa au-dehors. Le froid tapissait les ruelles, et elle regrettait déjà le moment où elle devrait rentrer. Néanmoins, elle profitait de cet instant de calme, au chaud, avec son ami. « Un peu triste, je suis un éleveur de dragons sans dragons. » Léger sourire, qui répond à celui de Charlie. « Plus sérieusement. Je vais sûrement aller voir des amis, à Londres, ça fait un moment que je ne suis pas allé les voir. Mais sinon... Des trucs d'adultes, plutôt ennuyant... Rien de bien passionnant, malheureusement. » Elliot éclata d'un rire léger. « Rien qu'à ta façon de prononcer ça, trucs d'adultes, ça ne donne pas du tout envie. » Elle termina son rire, et repoussa ses cheveux d'un geste féminin et négligent. « Je suis contente de voir que tu ne te renfermes par sur toi-même. Un éleveur de dragon sans dragon, ce n'est qu'un éleveur qui en aura bientôt un, tu ne crois pas ? Tu comptes te faire engager quelque part, où il y a de ces bestioles ? En acheter une, ça reviendrait trop cher. Je t'aime bien, mais ton cadeau de noël n'aura pas d'écailles, mon petit Charlie. » Elle a un demi-sourire malicieux, enfantin.

Elliot sortit sa baguette et la posa sur la table comme si il s'agissait d'un insecte répugnant. « Je peux te poser une question ? Est-ce que je suis bizarre, de ne pas aimer la magie ? Je veux dire, même Jude, qui est parfois un bon gros idiot, n'a aucun mal à s'en servir. Bon, d'accord, il fait de sacrés conneries, mais ... Mais moi je ne l'utilise pas sciemment. Les cours théoriques, comme la botanique ou le vol, ou les potions, j'excelle. Hazel me dis que je suis une tête, mais non. C'est juste que, sans la magie, je me sens bien. Face à des cours comme la métamorphose, je me sens impuissante. C'est frustrant - McGonagall ne veut pas comprendre et me pousse à m'en servir. Du coup, je peux t'assurer que ça donne des affrontements bien sympathiques. » La rouge et or soupire en songeant à sa directrice puis hausse les épaules. « Elle me demande ce que je veux faire plus tard. Quand je lui dis que je veux reprendre l'école de papa, elle me dit que je gâche un potentiel. Mais ... Ca me blesse qu'elle me dise ça. Devant le Crew, je fais genre que je m'en fiche, mais cette école compte, tu vois ? C'est comme si on te disait : " ha, tu es doué en potions, abandonnes tes dragons. " La magie, ce n'est pas ce que je suis. C'est avec un arc que je suis entière. C'est idiot, pardon. »

Elliot s'était peut-être un peu trop lâchée, et rougissant, elle avala le reste de son verre, les yeux baissés. Mais son anomalie magique l'ennuyait - tout comme sa condition de métamorphomage. Tout cela, toute cette magie ... « J'aurais préféré naître cracmol » lâcha t-elle étourdiment, avec une hargne facilement décelable. Et il était évident, dans sa tête, que tout était la faute de sa mère.



_________________

firestone
our hearts are like, firestones when they strike, we feel the love sparks of light, they ignite our bones, when they strike, we light up the world. We're the strangers in the night.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Leash-less confusion I wander the concrete, wonder if better now having survived

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Eleveur de dragons // Membre de l'Ordre.
ϟ AVATAR : Stefano Masciolini


ϟ LIENS : fiche. liens. lettres. chronologie.

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Mer 13 Mai 2015 - 0:23

Even if your hope has burned with time,

And your vicious pain, your warning sign,
You will be fine.

Elle avait des choses à dire, Elliot, ça se lisait sur son visage. Charlie restait silencieux, prenant soin d'attendre qu'elle ai fini avant de parler – il s'en serait voulu de lui avoir coupé la parole. Il l'écoutait parler de Poudlard, et s'il y avait parfois de la nostalgie quand il pensait au château, au buffet, à la salle commune des Gryffondor, il n'y en avait plus aucune quand il se rappelait des examens. Il s'enfonça dans sa chaise avec un petit sourire. On imaginait jamais à quel point les adultes pouvaient se soucier de l'avenir des plus jeunes. Charlie plus jeune, levait un peu les yeux au ciel quand on lui parlait d'avenir. Et maintenant, il s'amuse de voir Elliot s'en plaindre – c'est un éternel cycle, à chaque fois, génération après génération. On y échappe pas, pensa Charlie.

« Je suis sur que tu n'as pas besoin de la magie pour être brillante. Tout ne dépends pas de la magie – même si certains sorciers plaisent à le croire. » répondit sincèrement Charlie. Il avait un père qui était fasciné par les moldus, il aurait été impossible pour lui de croire que tout reposait uniquement sur la magie.

Il avala une longue gorgée de son verre. Les trucs d'adulte. Parfois, Charlie oubliait qu'il n'était plus un adolescent, qu'il avait maintenant vingt-six ans et des responsabilités. Des responsabilités par rapport à l'Ordre, mais aussi par rapport à son métier. Et des aléas de la vie, aussi – trouver un appartement à Londres, etc... C'était parfois éprouvant, éreintant même. Elliot avait bien raison, ça ne donnait pas du tout envie. Mais on ne pouvait pas remettre tout le temps au lendemain les trucs d'adultes.

« Je verrais – mais il y a pas trop d'offres d'emploi pour un éleveur de dragons dans Londres. Car, je t'avoue, les dragons ne sont pas très urbains. » Charlie lâcha un rire sincèrement amusé, en imaginant la jeune fille se cotiser pour lui offrir un dragon. « Même pas un miniature ? Non, quelque part, il vaudrait mieux, je cherche un appartement et je ne voudrais pas effrayer le potentiel colocataire avec un dragon. Même tout petit. »

Elliot en avait gros sur le cœur – Charlie n'avait pas besoin d'être devin pour le savoir. Il repoussa un peu son verre, presque vide à présent, croisant les bras sur la table en l'écoutant parler. Ecouter, c'était son fort à Charlie, plus que s'exprimer. Doucement, il posa sa main sur l'avant-bras de la jeune fille, avec cet air de « grand-frère » qu'il voyait d'habitude sur le visage de Bill.

« Je ne trouve pas ça bizarre. Je veux dire, la magie, c'est bien, mais ce n'est pas tout. Il y a des milliers de choses que l'ont peut faire sans magie. Des choses que la plupart des sorciers font avec magie, d'ailleurs.» Charlie marqua une pause, se grattant l'arrière du crâne. « Je pense qu'on oublie que sans magie, on serait bien incapable de se débrouiller – sauf ceux qui connaissent bien les alternatives moldues. » Il attrapa la main d'Elliot, la pressa doucement pour la rassurer. « C'est pas du tout idiot. Quand j'étais à Poudlard, tout le monde me disait que je devais faire joueur de Quidditch professionnel. J'avais évoqué de faire éleveur de dragons, on m'avait dit la même chose qu'à toi. » Charlie lâcha la main de la rousse, enfonça les mains dans les poches de son jean. « Je vais te dire quelque chose que mon grand-frère m'a dit – parce que j'hésitais, après tout, pourquoi pas faire ce que tout le monde dit, ce qu'on attends de moi ? Il faut que tu penses à toi, Elliot. Ne fais pas les choses pour leur faire plaisir – tu vis pour toi, pas pour les autres. Au final, la décision t'appartient. Et l'école de ton père, c'est important pour toi. Et ça te rends heureuse. Même si cela vexe McGonagall, c'est ta vie. »

Charlie se souvenait parfaitement des mots de Bill – gravé dans sa mémoire, il lui avait permis de faire un choix pour lui, et pas un choix pour les autres, qui aurait plus à tout le monde. Plaire à tout le monde, ce n'était pas possible, même si Charlie s'y efforçait, c'était une leçon à apprendre. Il se tu, surpris lui-même d'avoir tant parlé d'une seule traite. Il enroula une mèche de cheveux autour de son doigt.

« Et pourtant, tu es une sorcière. Renier une part de toi ne marchera pas toujours. A part te rendre mal... » Qu'il était mal placé, Charlie, pour dire ça ! Alors que lui se rendait mal en reniant des tas de choses. Mais ça, Elliot ne le savait pas. C'est toujours plus facile à dire qu'à faire, plus facile de conseiller que d'appliquer ses propres conseils. « Tu finiras par t'y faire. J'espère. » conclut-il, un peu maladroitement.

Il termina son verre, le reposa doucement sur la table. Avec lui, Elliot s'exprimait à cœur ouvert. Avec elle, Charlie se sentait libre de s'exprimer aussi. Il passa distraitement sa langue sur ses lèvres. Il fit tourner sa bague autour de son doigt – tic nerveux.

« Je peux te poser une question, à mon tour ? Pardon, elle est un peu personnelle. » demanda le trop poli garçon. « Est-ce que ça t'es déjà arrivé de revivre un événement – presque comme des flashbacks – au point d'en avoir des angoisses ? Si oui, comment tu « surmontes » ça ? » Il ajouta précipitamment. « J'espère que cette question ne te dérange pas. »

Une question ô combien personnelle et intime, pour Charlie. Ce n'était pas le genre de chose dont il parlait à tout le monde, et Elliot n'était pas tout le monde. Elle avait eu un petit aperçu de ce « Charlie » qu'il ne montrait à personne, ce Charlie troublé, angoissé. Il pouvait lui parler.


Spoiler:
 

_________________
Your silhouette over me
The way it brings out the blue in your eyes is the Tenerife Sea, and all of the voices surrounding us here: they just fade out when you take a breath.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Don't be afraid of the women's strength. They are life.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : 6ème année
ϟ AVATAR : Holland Roden
ϟ ABSENCE ? : /

ϟ LIENS : www ⊗ Fiche
www ⊗ Liens
www ⊗ Boîte aux lettres

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Mar 23 Juin 2015 - 21:48


But it's all we want

And it's all that we're fighting for
Though it's not our paradise



« Je suis sur que tu n'as pas besoin de la magie pour être brillante. Tout ne dépends pas de la magie – même si certains sorciers plaisent à le croire. » Il avait raison, et Elliot le savait, mais cette situation la rongeait totalement. « Disons que je m'en sors » fit-elle doucement. C'était plus proche de la vérité qu'elle n'aurait voulu le croire - sans magie, elle arrivait à maintenir ses notes à flot. Surtout grâce à l'aide de ses amis. Mais elle n'arrivait plus à s'arrêter de parler, de vider son sac. Charlie, le pauvre, devait être submergé par ses plaintes. Elle but une gorgée de sa boisson, le regard virevoltant. Son esprit était concentré sur ses propres problèmes, égoïstement, mais elle soupira et se concentra sur Charlie. Il était déjà bien aimable de l'écouter, après tout. « Les dragons ... urbains ? » fit-elle, puis elle éclata de rire. C'était très étrange de dire ça comme ça. « Effectivement, tu vas sûrement devoir t'éloigner de la ville. Disons que les dragons, ça n'est pas comme un chien : si ce dernier peut mâchouiller tes coussins, le dragon les brûle. Et la maison avec. » Elle haussa les épaules. « Enfin bon, j'espère que tu trouveras bientôt, Charlie. »

Le coeur du problème était exposé. Son coeur à elle, apparemment. La présence de Charlie et ses paroles l'aidèrent à se sentir mieux. Alors comme ça, le problème, ce n'était pas elle ? Elle sentit une vague de soulagement et de reconnaissance s'emparer d'elle. « Merci Charlie. Ca me rassure ce que tu dis là. J'ai encore du temps avant de prendre une décision, mais tes paroles m'apaisent. Ca fait du bien de voir quelqu'un qui ne juge pas quelqu'un juste par ses talents magiques. » Elliot sourit et serra la main délicatement de Charlie. Le grand frère de l'année c'était bel et bien lui. « Et puis, tu sais, je fais des efforts. Je prends des cours avec Isaac pour surmonter ça. Et puis, mes autres amis m'aident. Hazel, Jude ... Balthazar ... » Ce prénom qui revenait si souvent ...

Elliot leva les yeux, curieuse de voir ce que Charlie allait lui dire. « Des ... Flash-backs ? Je crois voir ce que tu veux dire ... » Elle réfléchit quelques secondes, pour bien exprimer sa pensée. « Disons que ça arrive quand les évènements sont choquants, non ? Et que, vu qu'on préférerait les oublier, notre subconscient nous les renvoie sous forme de déjà-vu. » Elliot glissa son regard au-dehors, et fut contente d'être à l'intérieur. « J'ai tendance à revivre la mort de mon père. Ca me hante un peu. C'est un bon exemple, je pense, non ? Je veux dire, tu as vécu quelque chose qui t'as marqué à ce point ? Pardon, c'est personnel, tu n'as pas à répondre. » Elle n'avait pas voulu s'introduire dans la vie de son ami. « Je crois que ma mère m'avait donné un médicament moldu pour ça. Tu voudrais que je lui redemandes ce que c'était ? Ca calmait mes nuits, et ça m'évitais de faire des cauchemars ou de vivre ces espèces de décalages en plein jour. » Elle soupira un peu et finit sa biéraubeurre. Elle reposa sa chope vide sur la table, en frottant ses mains l'une contre l'autre.

« Tu vas faire quelque chose pour Noël ? Je vais sûrement le passer avec ma mère, ou avec le Génius Crew. » Ce n'était pas sa période favorite, elle préférait clairement halloween. Le fait d'être seule en famille avec sa mère gênait beaucoup la rousse, qui continuait de voir en sa génitrice la meurtrière de son père du fait que sa magie n'avait rien pu faire pour l'aider. C'était injuste, elle le savait, mais elle ne voulait pas combattre ces émotions. « Tiens, je ne t'ai pas posé la question mais ... Une petite amie en vue ? » gloussais-je d'un ton amusé, pour remettre un peu de gaieté dans l'ambiance.



_________________

firestone
our hearts are like, firestones when they strike, we feel the love sparks of light, they ignite our bones, when they strike, we light up the world. We're the strangers in the night.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Leash-less confusion I wander the concrete, wonder if better now having survived

ϟ ÂGE : 28
ϟ FONCTION : Eleveur de dragons // Membre de l'Ordre.
ϟ AVATAR : Stefano Masciolini


ϟ LIENS : fiche. liens. lettres. chronologie.

Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie Sam 4 Juil 2015 - 21:54

Even if your hope has burned with time,

And your vicious pain, your warning sign,
You will be fine.

Charlie posa son visage sur sa main, un sourire aux lèvres en imaginant avoir un dragon, chez lui, en train de brûler les coussins. Un dragon élevé par Charlie serait un dragon bien élevé, cependant. Mais d'une certaine manière, en Roumanie, les dragons étaient comme ses animaux de compagnie, à la différence que ce n'était pas eux qui venaient parfois s'infiltrer dans son lit, mais plutôt l'inverse. Il poussa un soupir : la Roumanie lui manquait, parfois. Il était nostalgique, et avait bien envie d'y retourner dès qu'il pourrait.

Il serra la main d'Elliot, doucement. Il se sentait utile, rassurant, bref, il avait l'impression d'être d'un réel secours à la jeune fille. Charlie ne savait pas ce que c'était d'être une jeune fille, mais il savait ce que c'était d'avoir seize ans. Il se rappelait facilement comment Bill avait agi quand lui-même avait eu ces mêmes interrogations, ces mêmes peurs, et il espérait sincèrement avoir eu le même effet sur Elliot.

« Personne ne devrait juger sur le talent magique, si tu veux mon avis. On est bien plus qu'un bon ou un mauvais sorcier – un bon sorcier peut être une mauvaise personne, et inversement. » ajouta Charlie, des multitudes d'exemples lui venant en tête. D'excellents sorciers devenaient des mauvaises personnes, se servant de leur « pouvoir » à mauvais escients... Et, en revanche, il existait des sorciers comme Dumbledore. Le monde n'était ni tout noir, ni tout blanc. Charlie esquissa un nouveau sourire. « Tant mieux, si tu as des gens pour t'aider. Surtout tes amis. Je suis certain que tu vas faire des progrès phénoménaux d'ici la fin de Poudlard, grâce à eux. »

Il tapota ses doigts sur le bois de la table, abordant le sujet qui traînait en permanence dans un coin de sa caboche rousse. Heureusement, si le rouquin était « bon » pour donner des conseils à Elliot, la rouquine l'était tout autant. Charlie écoutait les paroles de la jeune fille, content de voir qu'elle comprenait. Quelque chose qui l'avait marqué... On pouvait dire ça comme ça. Il fermait les yeux, il se re-voyait trouver Bill, laissé pour mort par Greyback. Il fermait les yeux, et il se sentait coupable. Il secoua la tête.

« On peut dire ça comme ça oui. Ne t'en fais pas. » il sourit, pour rassurer Elliot. Il ne voulait pas l’embarrasser de détails dont elle ne saurait pas quoi faire, et l'inquiéter inutilement. Ce n'était pas si grave. « Si ça ne te dérange pas, je suis sûr que ça pourrait m'être utile. Merci. »

Noël. Noël allait être plutôt comme d'habitude : sa mère, son père, les jumeaux, Percy, Ron et Ginny, au Terrier ou peut-être au Square Grimmaurd. Peut-être que Bill passerait, avec Fleur, mais Noël prévoyait d'être tranquille, sauf imprévu. Mais c'était le genre de Noël qu'il appréciait – il ne voyait pas sa famille souvent, mais ces réunions à l'occasion de certaines fêtes lui rappelait à quel point il les aimait. Et à quel point il était content de ne pas vivre avec eux tout les jours – même si Charlie se gardait bien de le mentionner.

« Sauf si quelqu'un prévoit un truc, je le passerai en famille. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas fais un Noël en famille. Mais le passer avec des amis, c'est aussi bien – tu verras.  »

Il n'en faut pas plus pour Charlie pour retrouver le sourire. Une petite amie ? Charlie haussa les sourcils, essayant de se rappeler la dernière fois qu'il avait eu une petite amie. Il avait tendance à préférer les dragons à la compagnie des filles – ou des hommes, d'ailleurs. Il se racla la gorge.

« Écoute, s'il y a du nouveau de ce côté là... Crois-moi, tu recevras un hibou presque aussitôt. » ajouta-t-il avec un rire. Elliot était bien la seule à qui il pouvait parler comme ça de ses sentiments ou de tout, en y réfléchissant.

Son regard s'arrêta sur l'horloge des trois balais, qui sonnait bientôt l'heure du moment de liberté de la rousse. Et aussi, l'heure pour Charlie de retourner à ses histoires d'adultes peu passionnantes. Il soupira en baissant les yeux sur son amie.

« Il me semble que c'est bientôt l'heure pour toi de retourner au château. Si tu veux, je te raccompagne jusqu'aux grilles.  » proposa le roux en se levant de sa chaise, enfilant son manteau. Il fouilla dans sa poche pour chercher quelques gallions dans sa poche. « Je t'invite. » fit-il, en déposant les pièces sur la table, avec un sourire et se dirigea vers la sortie du café.


Spoiler:
 

_________________
Your silhouette over me
The way it brings out the blue in your eyes is the Tenerife Sea, and all of the voices surrounding us here: they just fade out when you take a breath.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Paradise •• Charlie
MessageSujet : Re: Paradise •• Charlie

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Paradise •• Charlie
» Paradise City
» CHARLIE X)
» Sal Paradise (en attente de validation)
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ? 2 fév, 20h50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-