Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Comme en apesanteur... { pv Rafael Ven 26 Sep 2014 - 15:31

Zahari Lone ne comprenait pas trop ce qui était arrivé. Pourquoi, comment ? Il y avait un gros mystère là-dessous. Il était tout simplement de retour d'un énième cours de potions, dans lequel il avait encore une fois croisé la merveilleuse Gaya, qui était vraiment faite pour devenir professeur. Elle était très jolie, dans cette robe noire, et contrastait véritablement avec le professeur Rogue, dans cette imposante robe qu'il ne semblait pas avoir changée depuis des années et des cheveux gras qui en dégoûtait plus d'un. Il était la bête, elle était la belle : et dans ce petit jeu, Lone espérait qu'elle ne tomberait pas amoureuse, lui qui avait mis tellement de temps à chasser Flinch-Fletchley. Bref. Il était en train de penser à tout cela, à tout, à rien en remontant vers la bibliothèque – lieu où il passait l'essentiel de son temps lorsque Lone sentit une main dans son dos. Une bousculade, plutôt, un troupeau d'élèves qui passaient par là en courant comme les éléphants le firent. Lone se retourna pour les engueuler, leur dire que c'était une école, ici, et pas une garderie lorsque son pied droit perdit l'équilibre.

Tout se passa un peu au ralenti : l'escalier décollait vers des étages plus lointains, les élèves le virent tomber et lui tendirent vainement la main pour tenter de le rattraper. Le corps de Zahari, lui, était attiré par le vide. Newton, tout ça...il aurait trouvé la situation vraiment comique si ce n'était lui qui tombait. Ce fut une chute de cinq mètres, mais Lone eut l'impression qu'elle dura une éternité : il tenta de bouger les bras, comme pour voler, mais ceux-là étaient désespérément immobile. Il eut envie de pleurer, de crier sa rage, mais il n'était plus capable de faire aucun son. Il avait dit que Poudlard était dangereux : que ces escaliers étaient meurtriers, et qu'il finirait par avoir une preuve ! Pourquoi personne ne le prenait-il jamais au sérieux, pourquoi ?

Crac et boum. Ce furent, du moins, les seuls bruits que produisirent son corps en s'écrasant sur le plancher. Il entendit également très nettement le brouhaha des élèves qui se dépêchaient de courir autour de lui, comme s'il y avait quelque chose à voir, à part une flaque de sang et lui qui grimaçait. Il aurait eu du mal à bouger, à parler ou quoique ce soit d'autre, mais il entendit très nettement un type ramener un professeur, et celui-ci lancer un sort qui le tint en lévitation. Lone était au bord de l'évanouissement. Il s'accrochait pourtant aux rares lumières qu'il voyait, car il avait vu beaucoup de films qui disaient de ne pas fermer les yeux, sous peine de mourir. Plus que cela, son instinct lui disait de ne pas dormir. Il avait mal, il n'avait jamais eu aussi mal, et il n'arrivait pas à bouger le moindre petit orteil. Il savait que ce n'était pas très bon signe, que cela signifiait certainement que sa colonne vertébrale était touchée...et pour une fois, Lone espérait que la sainte Magie allait le sortir de là.

Les paroles des professeurs n'étaient plus que murmures, et le son lui arrivait moins distinctement aux oreilles. Zahari Lone peinait de plus en plus à garder l'esprit ouvert et éveillé. Comme en ultime signe de résistance, sa bouche était la seule qui bougeait, pour expirer et inspirer, irrégulièrement, au prix d'un terrible effort. Un certain soulagement s'empara de lui lorsqu'il se sentit tomber dans un lit d'infirmerie, un mouvement de recul lorsqu'il vit qui était à son chevet : rien de moins que le jeune utopiste qui l'avait emmerdé lors du trajet dans le train.

« Murgh... », fut le seul son qui réussissait à sortir de sa bouche. Il ne savait pas bien dans quel état il se trouvait, mais son uniforme avait dû être abîmé par cette activité des plus déplaisantes. Il avait tout le flanc gauche d'éraflé, et encore, c'était ce qu'il y avait de moins grave. « Je veux pas...mourir...je veux pas mourir... », lâcha-t-il d'une voix rauque qui ne semblait pas être la sienne.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: I prepare for the noble war. I'm calm. I know the secret. I know what's coming, and I know no one can stop me, including myself - Tate

ϟ ÂGE : 27
ϟ FONCTION : Infirmier à Poudlard, diplome depuis juin 1998)
ϟ AVATAR : Evan Peters


ϟ LIENS : liens - Friends or Foe
Fiche - Smokers Outside The Hospital Doors

Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Re: Comme en apesanteur... { pv Rafael Lun 29 Sep 2014 - 16:07

❝Last day on earth❞

Hey, don't you know,
when you go you'll be the last to know?
(Might be time for us to, might be time for us to go)
When your time is up, you give it up,
then on and on we go



Rafael avait parfois l'impression qu'il ne quittait l'infirmerie que pour manger un morceau rapide à la pause de midi. Quand encore il pouvait la prendre, il n'y restait pas bien longtemps parce qu'il y avait toujours des chances pour qu'un élève ne décide de se casser la figure à ce moment-là. Ce qui tombait bien dans l'ensemble parce qu'il avait rarement faim. Les blessés constituaient un coupe-faim drastique pour lui. Il avait juste besoin d'un petit peu de sucre pour tenir la journée et le petit-déjeuner du matin consistait son repas peu équilibré de la journée et il s'en fichait bien. Les conseils diététiques : ils les fichait joyeusement dans la poubelle s'il pouvait se faire sa tartine de Nutella le matin, ses nombreux cafés et deux trois cookies avant de transplaner pour Pré-au-Lard et effectuer sa marche quotidienne pour atteindre Poudlard. Enfin, ça c'était quand il ne dormait pas à l'infirmerie parce que c'était son tour de garde.

Il se demandait parfois si ce n'était pas plus simple d'accepter d'avoir un appartement plutôt que d'accourir à chaque urgence mais s'il adorait Poudlard et son environnement, il était tout aussi ravi de retrouver son chez lui quand il le pouvait. Rien que pour les congés scolaires, il était préférable d'avoir un pied-à-terre londonien. Ce début d'année était plutôt calme et Rafael en était ravi. Les élèves retrouvaient leurs proches après deux mois de séparation et évitaient de se blesser d'entrée de jeu. Cela leur donnait un moment de répis avant que les blagues, guéguérres intermaison et les match de Quidditch ne reprennent et avec elles leur quota de blessés plus ou moins graves selon les circonstances. Mais comme d'habitude, il parlait trop vite parce qu'on leur amena un blessé par lévitation. Première réflexion: la blessure devait être trop importante pour qu'il puisse marcher. Il allait l'avoir pendant quelques jours pour que les divers potions et remèdes fassent effet. Il ne voyait qu'une forme léviter jusqu'au premier lit disponible et autant dire qu'ils l'étaient tous. Son chanceux pensionnaire allait avoir l'infirmerie pour lui tout seul : oh joie.

Lorsqu'un nom fut mis sur le visage qu'il n'avait pas reconnu tout de suite, Rafael retint un soupir d'agacement. Lone. Zahari Lone. Un Serpentard de sixième année. Le Serpentard du train qui l'avait joliment mis dans l'embarras en sortant toutes ses inepties (même s'il n'avait pas eu totalement tord). Toujours était-il qu'il aurait donné n'importe quoi pour avoir quelqu'un à ses côtés à ce moment là voir même un autre patient encore plus grave. Il demanda au professeur présent ce qu'il s'était passé. Une chute dans les escaliers. Le gamin avait eu de la chance que les dits escaliers n'aient pas été d'humeur joueuse. "Dites pas de bêtise, vous n'allez pas mourir.", lui lança t-il en ayant entendu ses murmures gémissants. "Si vous ne courriez pas comme des dératés dans les couloirs, la chute ne serait jamais arrivée." Il n'aurait pas la force de répliquer. Et ça c'était un super bon point pour l'infirmier. Ce n'était pas précisément de la faute de Lone mais celle de tous les élèves, Zahari y compris. "J'espère que vous n'aviez rien de prévu les jours qui viennent parce que vous allez devoir rester le temps que la potion fasse effet. Vous êtes mal tombé au niveau du dos et vu l'état de la cheville, elle doit être foulée. Oui c'est ça, foulée.", lui lança t-il en cherchant dans le placard le médicament qui stopperait, pour commencer, la douleur du plus jeune.

Le plus problématique résidait dans le dos. Il avait eu de la chance. S'il cela s'était passé du côté moldu : il aurait pu être bloqué une semaine voir plus selon l'humeur du médecin. Ici, les potions étaient peut-être imbuvables mais agissaient légèrement plus vite. "Tennez.", lui fit-il en lui donnant la première potion. Il s'occuperait des blessures superficielles ensuite. Il était un peu bougon de le voir ici mais son besoin de soigner les blessés était tellement imprégné dans sa tête qu'il ne ferait pas son difficile parce que c'était Lone et pas un autre. "Dites-moi au moins que vous pouvez bouger un de vos bras." Il n'avait pas envie de jouer à l'infirmière pour lui donner à manger les jours qui suivent. "Dites-vous que si vous avez foutrement mal c'est justement parce que vous êtes en vie. Quelqu'un viendra pour vous tenir au courant de l'avancée des cours ?" Parce que le seul point positif à être coincé dans un des lits non confortables de l'infirmerie, c'était bien ça: manquer les cours.

_________________

And can you give me, everything. Everything, everything
Cos I can’t give you anything. And if you wait, if you wait. I will trust in time that we will meet again
If you wait
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Re: Comme en apesanteur... { pv Rafael Ven 10 Oct 2014 - 16:15

Il aurait difficilement pu bouger et même se moquer, Zahari. En ce moment, c'était plutôt le temps des gémissements et celui où il était sûr et certain de mourir. Il n'avait pas confiance en ses professeurs et envers le personnel médical, pas assez pour qu'il puisse avoir de l'espoir. Parviendrait-il à voir le lendemain ? C'était pas sa faute, s'il était tombé, seulement celle de ces enfoirés qui couraient trop vite. Lui, il était tranquillement sur la plate-forme de l'escalier, son sac sur une épaule et des livres dans la main. Lone avait toujours des livres avec lui, quelque soit le sujet étudié. Il aimait faire des razzias à la bibliothèque et ce qui le désolait, là, maintenant qu'il y pensait, c'était que la chute avait dû lui faire perdre des neurones. Il était scientifiquement prouvé que tout coup sur la tête faisait perdre des neurones...alors il avait dû en paumer tout un tas, là !

Lone réussit – miracle – à prendre la potion que lui tendait cet infirmier. Sa tête, à lui, lui disait quelque chose. Elle lui évoquait un souvenir pas vraiment agréable, et une envie d'étrangler quelqu'un. Zahari se dit que cela reviendrait sûrement plus tard, l'identité d'un être qu'il n'appréciait pas vraiment n'étant pas très importante pour sa survie. La potion, elle, avait un goût bizarre. Pour être plus précis, c'était une potion vraiment dégoûtante. S'il en avait pas été de sa survie, Zahari l'aurait probablement recrachée sur le sol. L'élève de Serpentard devint tour à tour blanc, puis vert, comme l'était sa cravate. Il se stabilisa ensuite dans un ton pâle, mais légèrement en sueur à cause d'un légère fièvre qui le prenait.

Ce qui le scandalisa, en revanche, c'était le fait de ne pas pouvoir aller en cours durant les prochains jours. De toute sa scolarité à Poudlard, Zahari n'en avait jamais raté aucun. C'était une hypothèse complètement terrifiante, qui lui faisait se demander comment il allait faire pour rattraper, si les professeur ne voulaient tout de même pas venir ici pour lui faire des cours particuliers, et même, si l'autre ne pouvait tout simplement pas se débrouiller pour qu'il soit sur pied assez tôt. En parlant de pied, s'il pouvait bouger ses mains, étant tombé sur le dos, Lone ne pouvait toujours pas sentir la pointe de ses pieds.

« Je suis pas con...c'est pas que ma cheville ! Je ne sens rien ! Je sens plus mes pieds ! Je n'ai pas envie de finir mes jours sur un fauteuil roulant ! Je sais que c'est par rapport à ma colonne, alors arrêtez de me ment- »

Il y était. C'était cet idiot bouclé. L'enfoiré qui l'avait forcé à décrire Poudlard sous un jour positif devant des premières années. Celui qui l'avait ridiculisé devant le professeur d'astronomie et de si jeunes victimes. S'il savait à quel point il l'avait haï, ce jour-là, se promettant de l'emmerder le plus possible une fois qu'ils seraient arrivés à quai. Heureusement pour lui, la sixième année et les devoirs des différents professeurs avaient rendu Zahari très occupé, et il passait maintenant plus de temps à la bibliothèque, plutôt qu'à préparer des plans machiavéliques et se mettre Peeves dans la poche. « Taylor. », baragouina-t-il entre ses lèvres. C'était prononcé d'un ton méprisant, mais il n'ajouta aucune insulte, car ce n'était pas le moment. Il aurait, en effet, été complètement idiot de la part de Zahari d'empirer leur relation, alors qu'il tenait sa vie entre ses mains.

La potion contre la douleur agissait tout de même relativement vite, si bien que Zahari n'avait presque plus mal – ou plutôt, avait l'impression d'être dans une grosse couette tout de plumes. Ses paupières, aussi, menaçaient de se fermer et de temps à autre, un sourire bienheureux, contraire à toutes ses expressions habituelles, avait tendance à se glisser sur son visage.

« ...Non mais pour les cours, on peut pas s'arranger ? Que je sois sur pied assez vite, je sais pas. Ou que les professeur viennent me donner un cours ici. Je ne peux pas louper de cours, c'est impérativement ! Je sais pas, demandez à Monsieur Delpech ! C'est une bonne crème, il fera tout ce que vous voulez ! J'ai mes ASPICs dans un an, et je dois être prêt ! Je vise une place au Magenmagot, moi ! Je n'ai pas le temps de flemmarder comme vous ! Je n'ai vraiment pas envie de finir comme prof' ici à Poudlard ! »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: I prepare for the noble war. I'm calm. I know the secret. I know what's coming, and I know no one can stop me, including myself - Tate

ϟ ÂGE : 27
ϟ FONCTION : Infirmier à Poudlard, diplome depuis juin 1998)
ϟ AVATAR : Evan Peters


ϟ LIENS : liens - Friends or Foe
Fiche - Smokers Outside The Hospital Doors

Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Re: Comme en apesanteur... { pv Rafael Jeu 20 Nov 2014 - 0:48



C'est sans s'en rendre compte qu'il avait utilisé un langage peu châtié devant l'élève alors qu'il était l'un de ceux qui se devait de montrer l'exemple. Les élèves déteignaient sur lui, un comble ! C'était sans doute également dû à l'agacement prévisible qu'il ressentait à chaque fois qu'un élève venait avec des blessures avec comme motif type: 'je me suis cassé la figure dans les escaliers.' Il s'agaçait de cette prise de conscience après les faits. Les élèves manquaient de jugeote. Au lieu de faire attention à ne pas se bousculer pour éviter les chutes du genre, ils fonçaient tête baissée et bien évidemment, les conséquences étaient celles-ci: ça faisait mal. Rafael ne riait jamais du malheur de ses patients mais si un jour son double maléfique venait à sortir de sa coquille, sans doute le ferait-il. Mais aujourd'hui ce double n'était pas là et Rafael ne riait pas. Il était agacé, toujours agacé mais sérieux. Il ne pouvait pas s'être autant abîmé par une simple chute, si ? Zahari lui donnait souvent l'impression d'être quelqu'un de sûr de lui, à qui jamais quelque chose d'aussi stupide pouvait arriver et pourtant. Et pourtant ils étaient là tous les deux.

"Ca suffit ! Arrêtez d'agir comme si vous étiez à l'article de la mort. C'est ridicule." Pour ne rien arranger à la situation, Zahari se scandalisa de devoir rester à l'infirmerie pour quelques jours, comme tout étudiant normal. "Votre colonne vertébrale se porte comme un charme. A l'opposé de vos chevilles.", continua t-il avec ironie. C'était la un commentaire personnel qui pouvait être pris en constatation médicale. Il pouvait bien effrayer un peu celui qui se pensait déjà mourant. Rafael lança un sortilège pour évaluer l'ensemble des dégâts. L'infirmier avait l'impression que la médecine sorcière prenait toujours deux fois plus de temps que la moldue. C'était inimaginable qu'avec tant de pouvoirs ils n'aient pensé à y intégrer un peu de technologie. Un scanner aurait été plus sûr qu'un sort de détection difficile à réaliser si l'on n'était pas un minimum concentré. C'est tout naturellement donc qu'il recommença son sortilège une deuxième fois après avoir entendu les éloges de ce Serpentard mal léché.

Il n'avait pas l'habitude qu'un patient agisse de la sorte. Mr Delpech était une bonne poire et lui perdait son temps ou avait du temps à perdre ? Peut-être perdait-il son temps à tenter de soigner cet impoli de première catégorie. Rafael préféra ne pas perdre son temps à répondre à ces commentaires outrageux même s'il n'appréciait pas qu'on s'en prenne aux seules personnes qui prenaient leur mal en patience pour éduquer certains qui manquaient cruellement de savoir faire dans le domaine. "Alors je perds mon temps à vous soigner ?", lui lança t-il en faisant mine de reculer d'un pas. Le Serpentard n'avait rien d'insoignable et la potion anti-douleur qu'il lui avait donné précédemment faisait déjà effet. De loin on pouvait croire qu'il prenait la mouche en se désintéressant de son patient alors qu'en réalité, il voulait observer les réactions du Lone pour en savoir encore d'avantage sur son état.

"C'est grâce à des personnes comme Mr Delpech que vous irez peut-être loin dans la vie. Veuillez mesurer vos paroles, Mr Lone. Aucun cours ne vous sera accessible durant les deux prochains jours. " L'anglais secoua la tête et se dirigea vers l'armoire à potions en se disant que certains étaient vraiment irrécupérables. "Peut-être plus si vous jouez à l'imbécile." Mr Lone allait apprendre que des côtes ne se réparaient pas en cinq minutes même avec tout l'ustensile de potion à portée de main. Il apprendrait également que le Professeur Rogue n'était pas totalement étranger à l'amélioration nette des potions qu'il confectionnait désormais lui-même. Avec un soupir, Rafael revint au chevet de Zahari en se demandant si la matière du respect d'autrui ne devrait pas être rajoutée au cursus de première année. C'était essentiel. Essentiel.

_________________

And can you give me, everything. Everything, everything
Cos I can’t give you anything. And if you wait, if you wait. I will trust in time that we will meet again
If you wait
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Tu pues, tu t'es lavé, aujourd'hui ?

ϟ ÂGE : 19
ϟ FONCTION : Serpentard, 6e année
ϟ AVATAR : Dylan Sprayberry



Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Re: Comme en apesanteur... { pv Rafael Sam 10 Jan 2015 - 16:25

Il lui mentait : Rafael lui mentait, et ça, il en était sûr. Il lui mentait comme un arracheur de dent, comme un dentiste du dimanche en mal de patient. Il était loin d'être idiot, avait lu des manuels des plus variés et il était sûr que ce type essayait de ne pas le faire penser au pire. C'était trop tard : il l'avait sous-estimé, il était Zahari Lone et Zahari Lone pense toujours au pire. Si il avait eu un peu moins de dignité, il aurait sans doute pleuré, là, juste devant lui...mais ce n'était pas lui. Il détestait Taylor tout autant, sans nul doute, que Delpech, mais une seule chose s'affichait désormais dans son esprit : survivre. Il ne dit aucun mot lorsque la baguette sonda son corps, pensant cependant qu'avec un scanner et tous les appareils d'hôpitaux, les moldus, eux, l'aurait bien plus vite soigné. Qu'il voulait un vrai docteur et être transféré à Sainte-Mangouste, aussi. Et voir l'étendue des diplômes de cet infirmier d'opérette.

Par chance pour Taylor, la potion anti-douleur commençait à agir. Ça faisait un peu l'effet de la morphine moldue et Zahari se détentit incontestablement, commençant à regarder dans le vague et à sourire béatement. Il en perdit un peu d'hostilité, du coup, même si le sujet des cours continuait à le...choquer. « Deux jours, vraiment ? Potter s'est fait repousser les os du bras et il n'était absent qu'une nuit ! C'est de l'injustice, M'sieur ! »

Les cours étaient tout ce qui comptait pour Lone. Dans ce grand château qui lui était en partie hostile, il ne voyait pas vraiment à quoi se consacrer d'autre. Il y aurait bien eu quelques filles, mais sa petite bande était partie depuis l'année dernière : Sybella, avec qui il avait l'habitude de passer des heures à bavarder, Gaya qui n'était plus vraiment comme avant, maintenant qu'elle était prof' ici, et surtout assistante du professeur Rogue. Il avait pu apprécié l'humiliation qu'elle lui avait fait subir pendant le début d'année, surtout face au professeur des potions et se demandait quelle mouche l'avait soudainement piquée. Bref. Sans s'en apercevoir, Lone avait commencé à dodeliner de la tête. Ouvrant soudainement les yeux, il ravala la salive qui avait coulé sans qu'il y fasse attention de sa bouche, prit une grande respiration.

« ...Monsieur Delpech est un type bien...comprenez-le...mais comprenez aussi que vu les types louches qui traînent dans la Maison, je ne peux le dire trop haut. », marmonna-t-il, à moitié en plein délire, la potion contre la douleur avait tendance à lui faire relâcher ses défenses. Lone restait immobile dans son lit : il ne voyait pas l'intérêt de bouger, il était bien ici. Chacun de ses muscles, chacun de ses membres étaient à la bonne place, et même si chaque nuit, il devait se retourner une bonne douzaine de fois dans son lit avant de trouver le sommeil, celui-ci semblait facilement venir à lui. C'était vraiment reposant.

Ses yeux qui n'y voyaient désormais plus vraiment très clair fixèrent l'infirmier. Il s'en était toujours foutu de lui, s'en était moqué comme de tous les autres...mais, mine de rien, il ne l'avait pas laissé tomber. Ça aurait pu être pire, il aurait pu faire exprès de lui donner une mauvaise potion pour augmenter la douleur. Zahari admira, pour la première fois de sa vie, le professionnalisme de Taylor, là, sur ce lit d'hôpital, à moitié dans les vapes.

« Vous saviez que vous vouliez devenir infirmier quand vous étiez à l'école ? Ça vous est venu comment ? »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: I prepare for the noble war. I'm calm. I know the secret. I know what's coming, and I know no one can stop me, including myself - Tate

ϟ ÂGE : 27
ϟ FONCTION : Infirmier à Poudlard, diplome depuis juin 1998)
ϟ AVATAR : Evan Peters


ϟ LIENS : liens - Friends or Foe
Fiche - Smokers Outside The Hospital Doors

Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Re: Comme en apesanteur... { pv Rafael Mar 19 Mai 2015 - 22:36



Rafael se savait piètre menteur. Même si parfois, le mensonge fonctionnait, cela devait être parce que la personne en face de lui se trouvait si préoccupée par diverses raisons que le mensonge passait crème. Il n’aimait pas avoir de blessés à l’infirmerie non pas parce qu’il n’aimait pas son métier mais bien parce que certains de ses patients ne faisaient souvent pas assez attention, atterrissant ainsi sur l’un des lits peu confortable de ce lieu. L’ancien Serdaigle soupira. « Si vous ne vouliez pas rester plus que nécessaire, il fallait faire plus attention. Les professeurs comprendront ou penseront - tout comme moi, parfois - que vous faites exprès de vous retrouver dans des situations pas possibles pour vous retrouver ici. » Il lui lança un regard peut-être un peu embêté par ses propos et disparu momentanément vers les étagères pour dénicher la potion réparatrice qui le ferait principalement dormir pour que le processus de guérison des membres touchés s’opère.

L’infirmier grimaça en se souvenant l’avoir entendu parler du Ministère. Voilà une institution sorcière qui le laissait bien souvent perplexe sans trop savoir réellement que penser de leur Ministre actuel. « Je ne suis pas professeur. », tiqua t-il en revenant. Heureusement. Qui plaignait-il le plus ? Le Rafael professeur ou ses élèves ? Aucune idée. L’autorité et lui ne faisaient pas bon ménage. Il ne dénigrait pas pour autant le métier de professeur mais, avec toute la patience et la non violence dont il faisait preuve, c’était un métier qu’il avait tout naturellement barré de la liste lors de ses études. « Vous pourrez avoir les notes de cours de vos camarades. Mais pour le reste, il faudra vous rattraper plus tard. » Il n’en aurait pas pour des semaines. Hallucinait-il ou les garçons étaient les plus prompts aux états d’âme mélodramatiques pour des blessures minimes ? Celle de Zahari n’avait rien de minime mais, contrairement à ce que ce dernier semblait penser, il ne finirait pas sa vie dans un fichu fauteuil roulant. « Comme vous l’avez dit vous-même, Mr Potter n’avait qu’un souci au bras. », releva t-il en poursuivant. « Vous avez eu ‘l’excellente’ idée de maltraiter des os beaucoup plus délicats. » Il allait cesser ses jérémiades, maintenant qu’ils avaient mis ce point au clair ? « C’est ça, c’est nouveau. Maintenant je pénalise les élèves selon leur maison. N’importe quoi. La peur vous fait délirer. » Okay, les protestations futiles de cet étudiant l’agaçaient quelque peu. Il se trouvait plutôt neutre dans ses combats des maisons. Les Serdaigles étaient bien trop futés pour tomber aussi bas … hum … il n’était peut-être pas aussi impartial qu’il le pensait finalement.

Seulement ici, dans ce lieu de soin, toute idée de ce genre comme les autres de sang ou de race ou peu importe quelles idées étranges l’on faisait gober à ces jeunes, étaient interdites. Il hocha la tête sur le commentaire des ‘types louches qui traînaient dans sa maison’. Il était désolé que les choses n’aient pas changé avec le temps pour cette histoire de répartition. Lui qui avait connu l’école moldue, s’étonnait encore d’une telle façon d’opérer pour séparer les étudiants dès leur première année. « J’imagine qu’il y a des exceptions. » Il préférait éviter de tous les mettre dans cette catégorie fumeuse ‘ceux qui finiront mal’. Lone ferait peut-être partie de ceux qui l’étonneraient plus tard, qui sait ? « Ca ne m’est pas venu tout de suite. », admit-il. Ne connaissant rien de ce monde qui serait désormais le sien, il avait mis des semaines pour s’habituer à ce changement plutôt radical. « Au début, je voulais faire comme mon père. » Il espérait que la parole l’aide à oublier la raison de sa présence ici, qu’il se calmerait. Un peu. « Détective privé, pour la police. Truc dans le genre. » Rien de plus vrai. Il avait toujours voulu partager la masse de travail qu’avait son père tous les jours. Travailler en Team Taylor l’avait beaucoup tenté gamin. Il n’était pas improbable de le voir fureter non loin du bureau de son père pour tout savoir. « Mais sinon. C’est … ouais … Le Quidditch. J’trouvais ça trop violent. Ils étaient moqueurs mais après se retrouvaient à l’infirmerie et pas moi. » Il y avait un air plutôt fier dans sa voix. Il fallait bien quelqu’un au sol, bourré de prudence attitude pour soigner les têtes brûlées, les inconscients. Et puisque le Serpentard semblait d’humeur bavarde, Rafael poursuivit et posa la potion sur la petite table à côté du lit du plus jeune.

« Pourquoi le Magenmagot? C’est pas commun. » Pas commun oui. Mais après tout il était assez obstiné pour vouloir quitter l’infirmerie après sa première nuit de repos alors, pourquoi pas. Oui. Il n’était pas improbable qu’il garde cette volonté et cet air décidé des années plus tard. En fait, c’était plutôt dans son intérêt. Jamais au grand jamais, Rafael n’aurait voulu travailler dans un tel lieu. Poudlard lui convenait parfaitement.

_________________

And can you give me, everything. Everything, everything
Cos I can’t give you anything. And if you wait, if you wait. I will trust in time that we will meet again
If you wait
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Comme en apesanteur... { pv Rafael
MessageSujet : Re: Comme en apesanteur... { pv Rafael

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comme en apesanteur... { pv Rafael
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Étages inférieurs :: Infirmerie-