Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 36
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

Let me take the sky | Alec
MessageSujet : Let me take the sky | Alec Mer 20 Aoû 2014 - 0:23

Let me take the sky


I am feathers and air
because i'm the king of birds - approximately




Extase d'un vol. Il n'y a pas de mots plus fort pour décrire ce que cette sensation fait naître en moi. Ardeur d'une émotion farouche et sauvage. Bourrasque glacée, qui caresse mon corps empenné. Je ferme les yeux. Guidance des sens. Ma vue n'est qu'une chose parmi d'autres. Ici, je ne suis plus humain - je suis un aigle. Entièrement. Difficile, cela m'a demandé énormément d'efforts. Et ce n'est pas encore parfait. Idéal lointain devant lequel j'étends mes doigts avides. Moment d'exaltation. Je suis le vent, je suis le ciel, je suis les nuages. Je vole. Ces simples mots, cette pensée primitive résonne en moi comme le cri d'une allégresse pure. Oubli d'une vie humaine, pour n'être plus que plumes & rafales. Mais tout corps a son point de rupture. Et le mien est atteint de façon quelque peu violente.


Je reprend forme humaine, douloureusement, en plein vol. Je chute, et le quidditch m'a appris quoi faire - je freine ma descente, et roule au sol, cahin-caha. Je reste à genoux ; l'herbe m'environne. Les arbres, le sol, tout cela a un goût d'être humain. Je veux retourner dans le ciel ; mes pensées sont confuses. Ardeur d'un désir de devenir oiseau. Mais je me hérisse soudain - si je faisais ainsi, j'abandonnerais tout derrière moi. Je n'en ai pas le droit. Je maugréée doucement et passe ma main sur mon front, mes pensées s'entrechoquant à un rythme diaboliquement rapide dans mon crâne. Le tournis me prend ; une vague nausée également. Un instant. Un moment d'éternité.


« Allons bon, où ai-je atterri ? » je grogne en tentant de me relever. Mes genoux heurtent de nouveau le sol - très bien, j'ai compris le message, mon corps. On va attendre un peu pour se reposer, très bien. Je grommelle, m'assois en tailleur. Mes muscles sont comme du roc ; doucement, je m'étire pour détendre ce corps contracté. Heureusement, je suis seul. Il y a bel et bien quelques créatures ici et là - des oiseaux, je vois même quelques moutons au loin. Je soupire ; j'aurais été plutôt vexé qu'on voit mon échec. Enfin, les aboutissements sont là : j'ai volé, j'ai été capable d'être un aigle durant ... Exactement une heure et vingt-deux minutes. Ce qui doit expliquer pourquoi j'ai envie de me poser sur une branche, de passer mon bec dans mes plumes et de manger du lapin ...

Je m'allonge dans le pré herbu. Les odeurs me semblent plus aiguisées, les sensations plus puissantes, le soleil plus lumineux. Et tout tourne un peu - lenteur d'un monde qui agonise autour de moi. Je ferme mes paupières, mon grand corps semblant plus lourd de seconde en seconde. Cela fait huit mois que je m'entraîne à devenir Animagi. Moi qui avais toujours rêvé de devenir oiseau, c'est chose faite. Ne manque plus que la dernière poussée, le dernier effort pour savoir garder cette forme. Les symptômes sont moins forts, mais je reste là. Le vent est agréable, il rafraîchit mon corps trempé de sueur après les péripéties que je viens de vivre. Mon caractère humain revient peu à peu, chassant les pensées de l'aigle que j'étais devenu. Faire la part des choses. Redevenir soi - ne plus faire un mais deux, deux entités distinctes. Ne pas s'oublier - ne pas se perdre de vue. C'était important - plus important que tout.






_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 33
ϟ FONCTION : Ancien Gryffondor, guitariste au Deus Ex Machina à ses heures perdues, enchaîne les petits boulots mal payés. Ah, et petit nouveau membre de l'Ordre du Phénix, aussi.
ϟ AVATAR : Tom Hiddleston


ϟ LIENS : - Here lies my whole life...

- Let's become friends !

Let me take the sky | Alec
MessageSujet : Re: Let me take the sky | Alec Mer 20 Aoû 2014 - 21:20

Take to the sky…

Le monde est bien plus beau vu d’en haut. Si Alec avait fini par s’en convaincre, c’était grâce à de nombreuses heures de vol au-dessus de l’Angleterre. Là, dans les nuages, tout était différent. Les perspectives. Les sons. Le rythme d’une vie. Les gens eux-mêmes se trouvaient changés. Et d’après l’Animagus, ils étaient un tant soit peu moins insupportables lorsqu’ils se trouvaient une cinquantaine de mètres en dessous de vous.

Et c’était fort de ces pensées qu’Alec volait à tire-d’aile, quelque part entre Londres et l’Ecosse. Si l’approximation était si grande, c’était que le sorcier s’était lancé dans un vol sans but le matin-même. Il avait ouvert la fenêtre de son appartement londonien miteux, avait inspiré un grand coup, puis s’était lancé dans le vide. Une envie soudaine de quitter la ville, et la morosité qui l’enveloppait telle une chape de brouillard. Le désir, aussi, de chasser de sa tête toutes les pensées qui parasitaient ses nuits. Les priorités sont plus claires lorsqu’on regarde le monde d’en haut.

Alec prenait un malin plaisir à jouer avec son apparence. Le vol du faucon étant un vol battu, il nécessitait une grande quantité d’énergie. Mais quel plaisir, vraiment, de se laisser balloter par le vent pour fondre à toute allure vers le sol ! La sensation était grisante, et les efforts largement récompensés. L’Animagus sentait toutes ses plumes vibrer, et ses muscles se contracter et se relâcher au rythme de ses battements d’ailes. Si le vol devait être une musique, celui du faucon avait tout d’un bon morceau de rock. Loin du vol disgracieux du corbeau, ou du calme plané d’un aigle.

En parlant d’aigle, c’était justement la grande forme majestueuse d’un tel rapace qui se dessinait au loin. Aussitôt, le sang d’Alec ne fit qu’un tour. S’il était bien une chose que le faucon adorait, c’était taquiner les autres oiseaux. Foncer sur eux à toute allure, puis plonger en piqué pour attraper une éventuelle proie qu’ils pouvaient tenir entre les serres était un très bon exemple d’occupation aérienne pour notre Animagus. De plus, cette vitesse et cette précision lui était très utile lorsqu’il s’agissait d’intercepter les hiboux des Mangemorts. Certainement une des seules raisons pour lesquelles l’Ordre gardait Alec dans ses rangs, tiens…

Avec l’intention de faire un petit bout de voyage dans le sillage de l’aigle juste pour le plaisir d’observer un instant le magnifique oiseau, le hobereau se dirigea vers l’oiseau de proie. Apparemment, celui-ci ne l’avait pas encore vu. Tenté de pousser un petit cri pour attirer l’attention du rapace, Alec se ravisa en voyant que celui-ci était parcouru de tremblements familiers au sorcier. Ceux d’un Animagus sur le point de reprendre forme humaine.

Le faucon tiqua. Avec une hauteur pareille, il y avait de quoi se faire sacrément mal en tombant ! Prêt à intervenir, Alec se rapprocha donc du grand aigle, qui perdait heureusement de l’altitude. Finalement, l’atterrissage s’avéra moins brusque que prévu, puisque l’homme-aigle atterrit dans une roulade. Certainement un habitué des chutes…

D’humeur magnanime, le hobereau se mit à faire des cercles au-dessus de l’Animagus qui avait reprit sa forme originelle. Celui-ci tenta de se redresser maladroitement, avant de simplement s’asseoir. Cela tira un grondement amusé au faucon. Il ne les connaissait que trop bien, ces courbatures caractéristiques des premiers vols sur une longue distance.

Finalement, l’inconnu prit la décision de s’allonger dans le champs où il avait atterrit. Curieux, Alec profita de sa vue de rapace pour l’observer à sa guise. Assez grand et bien battit, l’homme-aigle avait la carrure d’un sportif. Ses cheveux étaient noirs, assez courts, tout comme la barbe qui encadrait son visage. À première vue, il devait avoir le même âge que notre faucon, soit une trentaine d’années.

Le hobereau hésita un moment. Il avait très envie d’aller converser avec l’Animagus. Lui donner des conseils, faire connaissance… il s’agissait d’un aigle, tout de même ! Mais, d’un autre côté, la prudence était de mise… Qui ne disait pas à Alec qu’il s’agissait d’un Mangemort ?

La réflexion fut brève. Notre sorcier étant d’un naturel casse-cou et tête brûlé, il considérait le risque comme tout à fait négligeable. De toute manière, si jamais les choses dégénéraient, il avait toujours sa baguette sur lui…

Après un très joli plongeon qui l’amena à quelques dizaines de centimètres du sol et de l’inconnu, le faucon se stabilisa d’un petit sur-place. Finalement, il reprit forme humaine, et ses pieds foulèrent le sol de la prairie dans un petit bruissement feutré. Alec sourit. Il adorait toutes ces sensations que lui procuraient le vol. Et il adorait se poser ainsi. Car, il en avait conscience, ça avait tout de même une certaine classe.

Pour ne pas effrayer l’inconnu qui avait fermé les paupières, le sorcier aux longs cheveux toussota légèrement. Puis, ce fut d’une voix à la fois douce et un peu éraillée qu’il lâcha :

- Grisant, n’est-ce pas ? Le sentiment que le ciel vous appartient, et que votre seule limite devient celle de vos forces…

Alec sourit à ses propres paroles.

- Un aigle est un beau symbole de liberté, en tous les cas…, souffla-t-il en regardant l’inconnu d’un air amical.

On avait connu plus conventionnel, comme début de dialogue. Mais au moins, ça avait le mérite de poser assez bien les choses…


_________________



J'en ai assez d'entendre brailler en plein vent le bavardage humain ;
il faut que le monde sache un peu qui je suis, et qui il est.

Lorenzaccio, III 3, Musset
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: « Et l'homme impatient se change en bête fauve.

ϟ ÂGE : 36
ϟ FONCTION : Professeur de vol - Directeur de Serdaigle - Animagus (Aigle) - Membre de l'Ordre
ϟ AVATAR : Pedro Pascal
ϟ ABSENCE ? : /



ϟ LIENS : Identity & Relations & Lettres

Let me take the sky | Alec
MessageSujet : Re: Let me take the sky | Alec Dim 31 Aoû 2014 - 12:11

Let me take the sky


I am feathers and air
because i'm the king of birds - approximately




Je ne ressens plus le vent dans mes plumes, non. Sensation humaine. Sensation appauvrie et tristement humaine. J'ai toujours les paupières closes, allongé dans l'herbe. L'air autour de moi me chatouille, et j'inspire fortement. Je dois chasser les dernières émotions du vol en moi. Je ne sais pas où je suis, ni comment je vais rentrer, mais j'aurai le temps d'y penser tout à l'heure. Je ne dois pas me perdre, ni m'effilocher dans l'aigle. Je remarquais finalement une présence, et ouvrant les yeux j'observai un oiseau. N'était-ce pas un faucon ? Pourquoi tournoyait-il ainsi au-dessus de ma tête ? Peut-être avait-il été surpris de voir l'un de ses compagnons de vol descendre et se changer en homme ... Comment un animal voyait-il cela ? D'un oeil intelligent, comprenait-il ce qui se passait ? Ou n'était-ce qu'une anomalie ? Tout à ces pensées, je me rallongeais et refermais les paupières. Je ne craignais rien, du moins c'est ce que je croyais avec certitude. Ma baguette était dans la poche de mon pantalon de cuir de quidditch. Je pouvais la dégainer assez rapidement.

Consternation. Présence inconnue. Raclement d'une gorge. Je suis assis sur mon séant, la main à ma poche, l'air aux aguets, tout en sachant bien que si tel était le cas, je serais bientôt mort si l'individu était un ennemi. Je m'étais cru en sécurité, je n'avais pas été assez méfiant, trop absorbé par mes propres émotions ! Cela ne me ressemblait pas, que m'avait-il donc pris ?! Une voix rauque et un peu enrouée parla, et je posais mes prunelles sombres sur la silhouette de l'homme en face de moi. Son sourire, ses propos n'avaient pas l'air dangereux, mais je restai immobile comme un animal aux abois. Sa dernière remarque termina de m'embarrasser - il avait tout vu. Et comme je remarquai que le faucon ne tournoyait plus, j'en vins à une conclusion peut-être rapide : était-il lui aussi animagi ? Cela concorderait avec ce qu'il venait de dire ... Lentement, je me redressais, éloignant ma main de ma poche pour lui montrer que je ne tenais pas à le réduire en cendres. J'avais réussi à ne pas rougir de honte - quel gêne qu'il m'ait vu lamentablement échouer ainsi ! Je passais mes mains sur ma chemise de quidditch, et en fait, je ressemblais d'autant plus à ce que j'étais - un professeur de vol. Mes habits étaient confortables, j'avais l'habitude de les porter, et je m'étais fais la réflexion que je serais heureux de trouver une vêture familière en reprenant forme humaine. Je ne souris pas, mais mon visage s'adoucit un peu alors que je parlais :

« Vous êtes le faucon qui me suivait durant mon vol ? »

A présent, cela me semblait plausible. Je détaillais le jeune homme face à moi - enfin, jeune, nous devions en fait avoir sensiblement le même âge. Il avait des cheveux d'un noir de corbeau, et il me faisait penser à mon patronus. Je haussais les sourcils, dans sa direction, les mains sur les hanches dans un mouvement habituel d'autorité.

« Vous m'avez donc vu reprendre forme humaine ... plutôt brutalement ... Cela ne fait que quelques mois que j'apprends cette magie particulière. »

Mes paroles étaient pleines d'interrogations tues. Je ne sais pourquoi j'avais eu besoin de m'excuser de la sorte, de dédommager mes actes. Comme si je voulais qu'il sache que c'était normal que j'ai finalement laissé mes forces m'abandonner. Je ne voulais pas passer pour un faible, voilà la raison de mes propos. Puis, décidant que cet homme ne m'était pas un ennemi, je franchis d'un pas les derniers mètres qui nous séparaient, et brandis ma main pleine de cals.

« Je m'appelle Oswald Blueberry, je suis professeur de vol à Poudlard. »

Au moins, je ne manquais pas à la politesse. Et puis, son visage me disait quelque chose ... Peut-être avait-on été à Poudlard en même temps, autrefois - sûrement, si nous avions sensiblement la même tranche d'âge. Peut-être l'avais-je connu. Je songeais à Béatrice, qui avait une bonne mémoire des visages, et regrettais de ne pas être parfois plus attentif aux gens. D'un être côté, je n'avais jamais été doué pour ce qui était de se lier à autrui - trop sec, trop brutal, trop franc dans ma façon d'être. Ca ne plaisait pas aux gens. Tant pis pour eux. Je n'étais pas du genre à m'en faire pour si peu - j'avais déjà quelques amis loyaux sur qui je pouvais compter, ça m'était assez précieux comme ça. En attendant, j'étais curieux de connaître le nom de l'inconnu-pas-si-inconnu-que-ça devant moi - peut-être me rappellerais-je alors ?




_________________
stop crying your heart out
You are the port of my call, you shot and leavin' me raw, now I know you're amazing. 'Cause all I need is the love you breathe, put your lips on me and I can live underwater ☆ underwater ~ By infinite

Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 33
ϟ FONCTION : Ancien Gryffondor, guitariste au Deus Ex Machina à ses heures perdues, enchaîne les petits boulots mal payés. Ah, et petit nouveau membre de l'Ordre du Phénix, aussi.
ϟ AVATAR : Tom Hiddleston


ϟ LIENS : - Here lies my whole life...

- Let's become friends !

Let me take the sky | Alec
MessageSujet : Re: Let me take the sky | Alec Dim 17 Mai 2015 - 15:32

Take to the sky…

- Vous êtes le faucon qui me suivait durant mon vol ?

L'inconnu s'était relevé, visiblement méfiant. Lui-même tendu, Alec ne quitta ses gestes des yeux que lorsque sa main s'abaissa dans un signe évident de paix. Seulement là, il hocha la tête.

- En chair et en plumes, assura-t-il dans une révérence un brin moqueuse.

Constatant que l'homme le détaillait, l'Animagus faucon ne se priva pas pour en faire de même. Désormais plus près de lui, il parvenait à analyser plus clairement sa tenue : des vêtements amples, confortables mais solides. Bref, des habits idéaux pour le Quidditch.

L'homme-faucon sourit. Ce sport ne le branchait pas énormément, dans sa jeunesse. Durant les cours que dispensait Poudlard, il préférait largement les courses de vitesse sur balais, ainsi que les acrobaties aériennes toutes plus périlleuses que les autres. Son imprudence lui avait d'ailleurs souvent valu des sanctions, mais il ne doutait pas que cela avait grandement contribué à son envie d'être un Animagus.

- Vous m'avez donc vu reprendre forme humaine... plutôt brutalement, reprit l'inconnu amateur de Quidditch en posant ses mains sur ses hanches. Cela ne fait que quelques mois que j'apprends cette magie particulière.

Ces mots sonnaient comme une justification, qu'Alec jugeait tout à fait inutile. Combien de fois n'avait-il pas fait des atterrissages d'urgence et autres chocs contre des parois suite à des virages mal négociés ?

- Ne vous excusez pas, le rassura l'homme aux cheveux noirs. J'ai moi-même été un grand abonné aux chutes, à mes débuts...

L'autre s'était rapproché, et lui tendait désormais une main caleuse. Le temps des présentations semblait enfin venu.

- Je m'appelle Oswald Blueberry, je suis professeur de vol à Poudlard.

Blueberry... Le nom évoquait quelque chose à Alec. Probablement un ancien camarade de Poudlard... Ami ou ennemi, là était la question. Plus probablement quelqu'un qu'il n'avait fait que croisé.

Venait pour le jeune homme un moment délicat. Raisonnablement, on pouvait supposer qu'Oswald s'attendait à ce que son interlocuteur se présente également. C'était tout de même la moindre des politesses. Oui mais voilà : en tant qu'ex-prisonnier d'Azkaban, échappé de surcroît, il n'était pas prudent pour le guitariste de révéler son identité au premier venu...

Décidant finalement d'accorder un brin de confiance à Oswald, auquel il pouvait bien échapper si besoin, l'Animagus serra la main du professeur en déclarant :

- Je suis Alec Skylord. Ancien Gryffondor... On s'est déjà vu à Poudlard pendant nos études, non ?

Il préférait faire comme si de rien n'était. Au fond, il n'y avait qu'une poignée de personnes qui le savaient condamné par le Ministère à sa sortie de l'école de sorcellerie... Cependant, la prudence restait de mise.

Même si bon, un Animagus se transformant en aigle, ça devait forcément être quelqu'un de bien, non ?



Appelez-moi Daniel. Antoine Daniel. /pan!/
Plus sérieusement : je m'excuse platement pour tout ce temps que j'ai mis avant de répondre. Mais je me remets tout juste au RP... En espérant que la réponse te plait quand-même steackhachédabord

_________________



J'en ai assez d'entendre brailler en plein vent le bavardage humain ;
il faut que le monde sache un peu qui je suis, et qui il est.

Lorenzaccio, III 3, Musset
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Let me take the sky | Alec
MessageSujet : Re: Let me take the sky | Alec

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» alec ▲ the show must go on.
» Un point sur les émotions [PV Alec Lockheart]
» Alec Volturi ? "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» passer ton visage à tabac, qu'enfin plus personne n'en veule ? ALEC & AZYLIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Le Monde Magique :: Partout ailleurs-