Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Lun 11 Aoû 2014 - 21:53


Beatrice Elise Crow

A Lannister Always Pays His Debts by Ramin Djawadi

carte d'identité
ϟ ÂGE & DATE DE NAISSANCE : 35 ans, 15 décembre 1963
ϟ LIEU DE NAISSANCE : Brighton, sur la côte sud de l'Angleterre, au bord de la mer, mais elle a longtemps habité dans le Lancashire.
ϟ ANNÉE & MAISON : ancienne Serpentarde,
Actuellement mangemorte & professeur d'astronomie. Mélange assez surprenant, mais - visiblement - possible.
ϟ ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle.
ϟ DESCRIPTION DE LA BAGUETTE MAGIQUE : 23,5 cm , bois d'aulne, plutôt rigide, crin de licorne.

ϟ PATRONUS : Panthère noire.

ϟ AMORTENTIA : L'odeur de café, de la rosée, de vieux livres et de talc.

ϟ ÉPOUVANTARD : Le cadavre d'un enfant. Plutôt glauque, oui.
ϟ ALBUS DUMBLEDORE OU BELLATRIX LESTRANGE ? : En tant que Mangemorte, évidemment, Bellatrix Lestrange.

ϟ CELUI-QUI-SAIT OU PHILÉAS FOLENGRAIN ? : Si elle est vraiment forcée de choisir ? Celui-qui-sait est plutôt intéressant, et ça attise sa curiosité plus qu'autre chose. Folengrain, malgré son charme, est un de ces hommes qui veulent tout contrôler, et Bea a tendance à s'en éloigner.

ϟ SUCRÉ OU SALÉ ? : Salé. Plus jeune, elle préférait le sucré, mais les goûts changent.

ϟ BUT DANS LA VIE : Fonder une famille. A trente cinq ans, son côté maternel ressort, et son but serait d'avoir un enfant, le choyer, l'élever et le couvrir d'amour etc.
ϟ CE QUI COULE DANS VOS VEINES : Du pur sang de sorcier.
ϟ VOTRE ANIMAL DE COMPAGNIE : Elle a un hibou strié qu'elle utilise pour le courrier, mais elle ne le considère pas vraiment comme un animal de compagnie.
ϟ SIGNE PARTICULIER : Bea a de nombreux tatouages dans le dos, qui descendent jusqu'au bas des reins, et un derrière l'oreille. Elle parle aussi avec un fort accent du nord de l'Angleterre qu'elle s'efforce de garder bien qu'elle habite à Londres depuis plus de dix ans. Bea est aussi sujette à de nombreuses crises d'angoisse notamment la nuit, mais pas que. (Heureusement que les cours d'astronomie sont à minuit, cela la tiens occupée.)


physionomie

ϟ DESCRIPTION PHYSIQUE ; Il était huit heures et Beatrice Crow était déjà levée. L'avenir appartient à ceux et celles qui se lèvent tôt, dit-on, eh bien, Bea en fait partie. Elle sortit de son lit, chassa les restes de sommeil en passant ses mains sur son visage et passa devant l'immense miroir devant lequel elle s'observe tout les matins. Impossible d'y échapper. Oh, elle n'était pas toujours satisfaite de ce qu'elle y voyait. A trente cinq ans, elle avait déjà quelques petites rides autour des yeux et de la bouche qui apparaissaient. Parfois, elle surprenait une ou deux rides entre ses sourcils qui lui donneraient presque l'air soucieux en permanence. Heureusement, sa peau était encore douce et tendue, pas comme certaines femmes qui ont le visage tombant très jeune, ses yeux bleus n'avaient pas perdus de leur éclat, et on voyait qu'elle était encore ,quand même, une femme avec du charme.
Beatrice passa une main dans ses cheveux, qui, pour l'instant, n'avaient pas montré un signe de cheveux blancs : ils étaient encore très noirs, tombant juste un peu en dessous de sa mâchoire un peu trop carrée.
Et puis ses bras ! Elle avait beau avoir encore une forme un peu sportive, et ne pas trop se laisser aller, il n'empêche que sa peau n'avait plus la fermeté qu'elle avait à vingt ans. De même pour son ventre. Certes, il n'avait pas subi quelques grossesses (A cette pensée, elle se renfrogna, donnant à son visage une expression beaucoup plus âgée.) mais il fallait éviter de se reposer sur ses acquis, ou les kilos en trop allaient finir par s'installer. Bea repensa à ses complexes de jeunesses : ses hanches plutôt fines, pas très larges, sa poitrine peu généreuse et sa taille plutôt petite … C'était bien leur genre de choses qu'elle aurait voulu changer plus jeune, mais elle avait fini par s'y habituer. Ses tatouages, en revanche, étaient bien la chose qu'elle préférait chez elle. Du haut de ses épaule jusqu'au bas des reins, un oiseau se mélangeait à des fleurs grimpantes, dans les tons bleus, roses et rouges.
Bon. Elle chassa bien vite cette expression soucieuse de son visage, qui se radoucit (pas peut-être pas aussi doux et paisible que lorsqu'elle est face à des enfants, ou quelqu'un à qui elle tient vraiment) , se redressa, et voilà, ce qu'elle voyait dans le miroir lui plaisait déjà un peu mieux. Une femme pas très grande certes, un mètre soixante deux, plutôt fine, mais qui se tenait droite, le menton légèrement relevé, fière, le regard déterminé. Elle fila vers son armoire, cherchant sa tenue du jour. Même si elle possédait quelques robes assez classes et digne d'une femme bien née et de sang très pur, noires, rouges, brodées etc, elle préférait porter des vêtements plus tranquille lorsqu'elle n'avait aucune obligation. Elle enfila un débardeur noir, une veste de smoking pour femme et un pantalon de tailleur assorti. D'ici, le miroir lui renvoyait une image plutôt satisfaisante, et elle s'autorisa un vrai sourire, l'ombre d'une seconde.




psychologie

ϟ AIME : Les enfants, les plantes, sa famille, l'alcool de temps en temps, le café, les bons romans, la cuisine raffinée, les grandes bibliothèques, les roses, la couleur noir, la couleur rouge bordeaux, la couleur vert émeraude, les parchemins neufs, les orages, la calligraphie, les tableaux, le gingembre, les gens qui savent faire des choix, les rayons du soleil à travers une fenêtre, l'odeur de l'herbe mouillée, l'ordre, la discipline, les chandeliers, les bougies, les sorts délicats et beaux, la lumière de la lune, les tatouages, l'astronomie, la rhubarbe

ϟ N'AIME PAS : les moldus, les glaces, la solitude de manière prolongée, n'avoir rien à faire, les tomates, les gens indécis, qu'on lise par dessus son épaule, avaler de travers, les asticots, la force brute, les hommes qui essayent de la contrôler, qu'on la considère comme inférieure, qu'on la dérange lorsqu'elle est occupée, dormir dans le noir complet, la drague lourde, l'été, les jupes, l'accent londonien, les menteurs , dormir seule

ϟ DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE ; Beatrice attrapa le journal qui traînait sur son bureau, profitant de sa pause entre quelques cours, et le déplia. Elle lu rapidement les articles qui l'intéressaient, puis, ses yeux tombèrent sur un entrefilet apparemment banal, sur la psychologie des prénoms. Elle arqua un sourcil, peu convaincue et allait tourner la page, quand son regard s'arrêta sur son prénom, et attisa sa curiosité pour quelques secondes.

« Sous des dehors altiers, parfois glacés mais fiers, Beatrice cache une sensibilité et une émotivité au-dessus de la moyenne. Elle saura aisément émouvoir autrui mais elle saura aussi se montrer redoutable. Elle est souvent froide et distante. Elle a la goût de l'intimité et cultive le secret. Voila pourquoi Béatrice est souvent une énigme pour son entourage ! Elle tend aussi à se protéger car elle se sent sensible et vulnérable. En cas de problème affectif, elle se retranche du monde, et peut même vivre des périodes de dépression. Pourtant, elle sait aussi faire preuve de courage et de détermination pour défendre ses convictions personnelles. En fait, elle demeure complexe car elle partagée entre deux vibrations opposées. Elle redoute la solitude et tendra à être conciliante et patiente dans ses rapports avec autrui. Coté cœur, elle est plus tendre qu'elle n'en donne l'air, mais, au moindre chagrin, elle adoptera rapidement une attitude glaciale et peut-être particulièrement rancunière. Beatrice aime les gens sincères, ceux qui n’ont pas peur d’exprimer leurs sentiments. Mais paradoxalement, elle n’aime pas du tout les pleurnichards et ira spontanément vers les optimistes. Beatrice a , par ailleurs, tendance à ruminer ses problèmes au lieu d'en parler à ses proches.
Elle ne trahit jamais ses convictions et, même si elle souhaite une vie de famille épanouie, elle est attachée à sa carrière et à sa réussite.
»

Beatrice fit une petite moue. Il y avait vraiment des gens qui croyaient à ces blabla sensés vous cerner ? Bon, en effet, l'article avait raison sur certains points, mais c'était simplement un hasard. Ce genre d'articles n'étaient qu'un tissu de banalités pour les gens superstitieux. Ce qu'elle n'était pas.



histoire

Cela aurait pu être pire, comme famille de naissance : les Crow étaient certes orientés pro-mangemorts, au sang pur et au coffre assez rempli pour avoir une vie confortable et aisée, mais ils n'étaient pas une famille tyrannique et qui imposaient leur point de vue à leurs enfants. « Imposez ou interdisez quelque chose à vos enfants, et vous pourrez être sûr qu'ils feront exactement le contraire! » dit encore parfois Oreste Crow, le père de Beatrice, du haut de ses soixante et onze ans. Et généralement, vos enfants finiront – la plupart du temps – par adhérer à des idéaux similaires aux vôtres. Enfin, en tout cas, c'est ce qu'il s'est passé pour les trois enfants d'Oreste et Irene Crow ; Nicholas l’aîné, Rose la cadette, et la benjamine, Beatrice.
Six ans après Nicholas, deux ans et demi après Rose, un quinze décembre mille neuf cent soixante trois, alors que les Crow habitaient encore Brighton, la petite Beatrice Elise Crow (Elise du nom de sa marraine), vit le jour. Charmant petit bébé aux cheveux très brun, plutôt calme et assez chouchouté – normal, en tant que petite dernière … - Beatrice eut une enfance relativement calme et heureuse, classique . La famille Crow ne resta pas longtemps, déménageant bien vite dans le Lancashire au nord de l'Angleterre, et adoptèrent bien vite , du moins, les enfants, l'accent du coin.
*
A cinq ans, quand son grand frère rentrait à Poudlard pour la première fois, elle était encore trop jeune pour s'intéresser vraiment à ce qui l'attendait, alors que sa sœur , elle, était surexcitée. Beatrice préférait de loin jouer avec le télescope de son père et observer ces étranges choses que l'on appelle « étoiles », ou lire des contes pour enfant, traîner encore un peu dans les robes de sa mère. Il était encore trop tôt pour grandir, quand même !
Plus tard, par contre, son intérêt pour Poudlard s'était réveillé : quelle excitation à entendre son grand frère et sa grande sœur parler de la salle commune des Serpentards sous le lac – elle espérait vraiment être dans la même maison que ses frères et sœurs – de la bibliothèque, des cours d'astronomie, des professeurs, des repas, des escaliers qui changeaient de place selon leurs humeurs ; elle n'avait qu'une seule hâte, à huit ans et demi, monter elle aussi dans le Poudlard Express et découvrir tout ce qui était si formidable. (Sauf les examens. Nicholas lui en parlait souvent, et elle n'avait pas vraiment hâte de subir ça.)

Heureusement, elle n'avait pas tant de temps à attendre, et deux ans plus tard, Beatrice montait avec Rose et Nicholas dans le train direction Poudlard.
Discrète et polie, Beatrice suivit sa sœur jusqu'à-ce que celle ci l'abandonne pour retrouver ses amies. Assise dans un wagon, regardant avec avidité le paysage qui défilait par la fenêtre. La porte de la cabine s'ouvrir, laissant apparaître une petite blonde et sa grosse valise, qui devait faire au moins trois fois sa taille. «  Euh, tu es toute seule ? Je peux venir ? » fit la petite première année. Beatrice quitta son siège. «  Bien sûr, bien sûr, tu veux que je t'aide à ranger ta valise ? » La blonde balbutia ce qui ressemblait à un oui, et Bea escalada le siège pour installer le bagage dans les filets au dessus des sièges. Franchement, qui avait pensé le design du train , c'était bien trop haut pour des enfants de onze ans !
La brune se laissa retomber sur son siège presque essoufflée, lissa les plis de sa jupe, et tendit sa main à la jeune fille en face d'elle.
« Je m'appelle Beatrice, et toi ?
- Alexandra mais tu peux m'appeler Alex ! Enchantée ! »
Les deux jeunes filles échangèrent un sourire, et après quelques moments de gène et de timidité, elles finirent par discuter et se trouver de nombreux points communs. Jusqu'à ce qu'elles arrivent à Poudlard, et même dans les barques, elles continuèrent de discuter et s'émerveiller de tout ce qu'elles découvraient. En un mot comme en cent, Beatrice Crow se fit sa première amie.

Une fois dans la Grande Salle, prête à être répartie, Beatrice adressa un petit signe de main à sa sœur, assise à la table de Serpentard. Elle n'avait presque aucune crainte : elle serait sûrement à la même maison que le reste de sa famille, il n'y avait pas de raisons de s’inquiéter. Elle espérait juste que son amie serait avec elle. Elle s'avança d'un pas assurée jusqu'au Choixpeau, qui l'envoya, après quelques secondes de battements, chez les verts et argents. Sous les applaudissements elle se glissa à côté de sa sœur, quand même un peu rassurée.
Elle continua de regarder la cérémonie de Répartition, espérant qu'Alexandra soit envoyée à Serpentard elle aussi. Elle croisa les doigts quand la blondinette s'avança vers le vieux Choixpeau. « Serpentard, s'il vous plaît … »
« Poufsouffle ! »
Beatrice jeta un regard un peu déçue à Alex, qui lui répondit avec un sourire désolé. Il n'y avait pas de règles qui interdisaient aux Serpentards et aux Poufsouffles d'être amies, alors ce n'était qu'un détail, non ? Beatrice tenta de se rassurer en attaquant le somptueux repas. Elle avait surtout hâte de voir ce que Poudlard allait lui réserver, pendant sept ans.
*
C'était l'été, les jours s'allongeaient, les examens étaient passés, Beatrice terminait sa sixième année à Poudlard. Allongée au pied d'un arbre au bord du lac, loin des autres groupes de personnes, avec sa meilleure amie, elles avaient tout le loisir de discuter comme elles le voulaient.
Bea était profondément plongé dans la lecture d'un énième bouquin sur l'astronomie – elle trouvait ça fascinant, comment la position des planètes pouvaient influencer les plantes, les potions et les sortilèges. Alex passa une mèche derrière son oreille, et ferma le roman qu'elle lisait.
« Tris ? Tu sais ce que tu vas faire après Poudlard, toi ?»
Sans relever les yeux de son livre, Beatrice le tapota sur doigts, et lâcha, comme si c'était une évidence, clair et visible comme un nez au milieu de la figure. «  Bah, prof d'astronomie, quoi d'autre ?! »
Alex mordilla sa lèvre, souhaitant visiblement ajouter autre chose, qu'elle hésitait à dire. Devant ce silence, la brune releva les yeux, arquant un sourcil, surprise.
«  Oui ? Tu as l'air de vouloir dire autre chose : je t'écoute ?
- Hm … Eh bien je repensais à ce que tu disais l'autre jour … »
La blonde baissa les yeux, évitant le regard de Beatrice, comme à chaque fois qu'elle voulait dire quelque chose qui risquait de ne pas plaire. Bea soupira, se redressa sur ses coudes, se préparant à entendre ce qu'elle allait annoncer.
« Tu penses vraiment à rejoindre les mangemorts ? » balbutia Alex, à voix basse. Beatrice leva les yeux au ciel. « Tu ramènes encore ça sur le tapis ? J'ai dis que j'y songeais. Mais le plus important pour l'instant, c'est que je devienne prof. Le reste, je verrais plus tard. »
Cela faisait deux semaines depuis que Beatrice avait vaguement évoqué à Alex l'idée de rejoindre les mangemorts, et celle-ci le ramenait … A peu près tout le temps. Elle pensait avoir été claire en disant que ce n'était pas quelque chose qu'elle ferait dans un futur proche, mais visiblement, pas assez claire.
« Tu es sûre que ce ne sont pas tes parents qui te - - » Beatrice l'interrompit d'un regard froid. Qu'est-ce qu'elle avait, à insister comme ça ?
« Écoute, Alex, je sais pas pourquoi tu insistes comme ça. Tu connais mes parents ; ce sont peut-être des sang-purs comme les tiens, et ils ont peut-être des idées qui sont celles des mangemorts, mais ils ne me forceraient pas. Alors où est-ce que tu veux en venir ? »
Alexandra commença à jouer nerveusement avec le bord de sa chemise, et Beatrice fronça les sourcils. Là, ce n'était plus normal, elle lui cachait clairement quelque chose. La brune commença à ranger le livre dans son sac, inquiète et curieuse de savoir ce qu'elle pouvait bien lui cacher.
«  Euh.. » marmonna Alex, Beatrice ne voulant pas parler avant qu'elle crache le morceau. « Mes parents …. Ne sont pas des sang-purs. Moi non plus, d'ailleurs... »
Beatrice eut bien envie de lui rire à la figure. C'était bien une blague, non ? Ou elle avait bien entendu, cela faisait six ans qu'Alex lui mentait délibérément ? Elle espérait bien qu'elle se trompait. La jeune serpentarde fixa son  « amie », le regard vide.
« Je, euh, suis née-moldue. »
Beatrice pinça les lèvres, et inspira profondément. Pourquoi Alex avait choisie de lui mentir (elle se souvenait parfaitement comment elle avait prétendu que ses parents étaient des sang-purs , alors que Beatrice n'avait rien demandé. ) c'était une autre histoire, mais la brune se sentit en colère et trahie. Elle se releva calmement.
« Tu sais quoi ? Je déteste les menteurs, les traîtres, et un peu les sang-de-bourbe. Félicitation, tu fais partie des trois catégories. »
Elle se mordit l'intérieur de la joue avant de continuer.
« N'essaye plus de me parler, de m'approcher, ou d'avoir un seul contact avec moi. Sinon, je te jure – j'en suis capable – je ferais de ta dernière année à Poudlard un enfer. »
Beatrice s'éloigna la tête haute, ravalant les sanglots qu'elle avait au travers de la gorge. Elle n'allait pas pleurer pour une menteuse. Elle avait honte de s'être confiée autant à quelqu'un qui , au final, elle ne connaissait pas vraiment. Au moins, du moins, elle pensait, Alexandra ne l'approcherait plus.
Mais deux semaines plus tard, la Poufsouffle vient s'asseoir à côté d'elle comme si de rien était. Beatrice haussa un sourcil. « Oh, Alex. Je pensais que tu me connaissais mieux que ça.»
*
Ah, vingt ans. Beatrice, après avoir été assistante en astronomie, était finalement devenue professeur d'astronomie à Poudlard. Elle ne pouvait rêver mieux : être au contact des enfants, enseigner sa matière préférée, elle avait un appartement dans le Lancashire, et un petit ami, le grand amour, le prince charmant. Enfin, presque. Owen était peut-être beau, serviable, et Beatrice l'aimait , mais son côté possessif, jaloux, et ses sautes d'humeur mettait un peu d'ombre dans ce couple que Beatrice persistait à décrire comme « parfait ».
Il faut dire, sa jalousie était plutôt dans le genre, à la limite de la paranoïa. Il préférait que Beatrice limite ses contacts – même à Poudlard – avec les autres, il contrôlait ses relations, ses courriers, de peur qu'elle ne le trompe. Owen désapprouvait même qu'elle travaille : « les femmes n'ont pas à travailler» . Et pendant trois ans, Beatrice acceptait cette situation, obnubilée par l'idée qu'il était l'homme parfait, l'homme de sa vie.

Beatrice rangea les feuilles qui traînait sur son bureau. Le programme d'astronomie ne changeait pas vraiment, mais elle aimait bien réviser ses cours, sa manière d'aborder les éléments obligatoires. Comme ça, les redoublants – s'il y en avait - ne se retrouvaient pas à écouter deux fois les mêmes cours. Elle s'étira, et lâcha un sourire à Owen qui venait d'entrer dans le bureau.
« Bea. » Son ton était un peu trop brute pour que cela soit une bonne nouvelle. Elle posa sa plume et se retourna face à lui, intriguée.
« Owen ?
- Je veux plus qu'tu sois prof. J'y pensais, et déjà, c'est inutile que tu bosses.
- Pardon ? »
La brune laissa échapper un rire amusé, mais le regard d'Owen le fit vite s'évanouir. Elle se racla la gorge, mal à l'aise. « Comment ça ? Tu sais très bien que c'est tout ce que j'aime. Et - - » Elle fut interrompu par l'homme qui l'attrapa par le bras pour la lever, et lui asséna une claque, qui lui coupa le souffle. Elle se recroquevilla contre le mur, se faisant aussi petite que possible.
«  Arrête de me remettre en question, Bea ! Fais c'que je te dis, merde ! »
La jeune femme posa sa main sur sa joue, les larmes lui montant aux yeux. Oh, il pouvait lui interdire de voir sa famille ou ses amis comme il le faisait depuis trois ans, mais lui interdire de travailler, et la frapper une nouvelle fois, c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. La frustration et la colère accumulées ne pouvait plus restée contenue. Elle attrapa sa baguette alors qu'il s'approchait, bourru et menaçant. Elle inspira pour se calmer et contrôler le tremblement de son bras.
«  N-ne m'approche pas. J'en ai assez. Tu ne peux pas m'interdire de faire ce que j'aime. Tu veux toujours tout contrôler, ça suffit. C'est fini. Oui, voilà, c'est fini, je m'en vais. Si tu essayes de me frapper à nouveau, ou de me suivre, je te tuerai. Tant pis si le Ministère m'arrête parce que j'aurais lancer un Sortilège Impardonnable. Je préfère ça que de rester un peu plus longtemps en ta présence ! »
Elle reprit son souffle, surprise qu'elle n'ait butté sur aucun mot. Elle brandissait encore sa baguette à bout de bras, pointé sur Owen, alors qu'elle jetait rapidement ses affaires dans un sac. Elle remarqua du coin de l’œil qu'il allait pointé sa baguette sur elle, et le prit de court : « Expelliarmus ! » La baguette vola à l'autre bout de la pièce, et Beatrice profita de cet instant pour sortir, dévalant les escaliers du petit appartement, avant d'arriver dans la rue.
Elle ne pouvait pas se permettre de rester ici , et d'un pas décidé, elle prit la direction de la gare. Beatrice essuya son visage et remit de l'ordre dans ses cheveux, et releva le menton.

Une fois assise dans le train direction Londres, Beatrice rumina ses pensées. Tout ce qui avait du sang moldu dans les veines se révélaient être des menteurs, des traîtres, des brutes. Pas étonnant qu'ils soient indignes d'avoir des pouvoirs. Au moins, elle en avait la preuve à présent, songea-t-elle en ramenant ses jambes contre elle. Si elle avait des doutes et des hésitations auparavant, maintenant, elle était déterminée à rejoindre les Mangemorts.
*
Chère maman, cher papa,

Désolée pour cette longue absence sans lettre. Je suis bien installée à Londres maintenant : j'ai une jolie maison, bien située, pas trop loin de la gare de King's Cross, ce qui est plutôt pratique pour rejoindre Poudlard par exemple.
La maison est grande, avec un étage, et même un petit jardin. Le loyer est honorable, mon salaire me permets parfaitement de me le payer, ne vous en faites pas .
Je passerais probablement à la maison à Noël, sauf si vous préférez passer. En tout cas, tout va bien.
J'ai joins des photos de la maison, je sais que vous êtes curieux de voir plus précisément à quoi elle ressemble.

Je vous aime,
Beatrice.

PS : J'ai écris aussi une lettre à Nicholas et Rose.
*
Beatrice poussa la porte de la chambre d’hôpital, et fut accueilli par le sourire de Rose. Elle lui adressa un léger sourire, et s'assit sur le fauteuil à côté du lit, son manteau encore sur le bras.
«  Je n'ai pas eu le temps de te le dire avant-hier, mais bon anniversaire Beatrice ! » commença Rose. « Vingt-huit ans, tu as bientôt trente ans ! » Elle rit, et Beatrice la rejoignit.
« Certes, mais je ne suis pas là pour parler de moi. Comment va la jeune maman ? Et le bébé ?! »
Les yeux de Beatrice s'éclairèrent quand elle mentionna le nouveau né. Rose avait l'air ravie, bien qu'elle soit visiblement fatiguée.
« Très bien, très bien … Elle est réveillée. Tu veux la prendre ?
- Je peux … ?
- Évidemment. Tu es sa tante, Bea, voyons. »
Beatrice se pencha, assise sur le bord de sa chaise, tendant le coup pour apercevoir le bébé. Sa sœur lui tendit l'enfant, qu'elle attrapa avec précaution.
Tout le monde vous dit que votre enfant est beau. Pas tout le monde le pense. Mais aux yeux de Beatrice, ce bébé, c'était bien la plus belle chose du monde. Elle eut un sourire, et tout les soucis qu'elle avait avant d'entrer disparurent momentanément. Elle caressa la joue de la fillette.
«  Elle est magnifique … Hein, tu es magnifique, mon ange ? Tu es la plus belle des petites filles … »
Elle se sentit soudainement profondément seule, mais aussi profondément jalouse de sa sœur. Beatrice contemplait ce petit bout, et n'avait qu'une envie. L'enlever, l'élever, le garder pour elle. Mais elle ne pouvait faire ça, pas à sa sœur. Son regard se couvrit d'un voile. La fillette jouait avec son doigt, mais bien vite, Beatrice la rendit à sa sœur.
«  Elle est vraiment adorable. »
Elle se leva brusquement, croisant les bras et serrant sa veste contre elle. Elle aurait bu jeter un sort d'Amnésie et partir avec l'enfant, personne n'en saurait rien. Mieux valait partir avant qu'elle ne passe réellement à l'acte.
« Je devrais vous laisser vous reposer. Je vais y aller. Embrasse ton mari et Nicholas pour moi. »
Avant que Rose n'ai répondu, Beatrice sorti de la chambre aussi vite que si elle s'enfuyait, un pincement au cœur. Cette absence d'enfant finissait par réellement lui peser, et elle ne s'en était jamais autant rendu compte que maintenant.
*
15 décembre.
Bea,
Joyeux anniversaire ! On a pas trente cinq ans tout les jours !
J'espère que tout va bien pour toi, autant dans ton travail que dans ta vie personnelle. Tu manques beaucoup à Caroline et Eliott, mais aussi à moi.
J'espère que tu passeras nous voir bientôt, mais surtout, je te souhaite pleins de bonne choses pour cette année en plus.
J'espère que tu aimeras ton cadeau !
Pleins d'amour,

Rose.



hrp

ϟ COMMENT NOUS AS-TU DÉCOUVERT ? C'est Joan. ♥
ϟ LE NOM DE LA PERSONNE SUR TON AVATAR ; Lena Headey *lui fait des bébés*
ϟ QUE PENSES-TU DU FORUM ? Je lui voue un culte tout les soirs.
ϟ AS-TU LU/VU TOUS LES HARRY POTTER ? oui chef!
ϟ SUR COMBIEN D'AUTRES RP ES-TU INSCRIT SANS COMPTER CELUI-CI ? Je vous suis fidèle ♥

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Mar 12 Aoû 2014 - 10:32

Regarde ton titre. Bien, maintenant, regarde ma signature xD
Re-bienvenue  wowowowowowowowo (même si je suis super mal placée pour dire ça vu que je viens de débarquer XD mais osef.) Faudra un lien de fou entre Beatrice et Angus, après tout hier on était pas si mauvais en Team Rocket ;D
Ta fiche est terrible pour le moment ** J'adore l'angle pour aborder la psychologie du personnage, sublime. Et puis Lena... Encore plus sublime **
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Mar 12 Aoû 2014 - 10:42

Copain de citation /mur/ . 

Merciiiiiiii ♥ Oh oui je pense qu'il y a matière à faire, fufufu ! 
Et merci, encore merci. Et évidemment, Lena Headey *bave dans un seau*.

EDIT: J'ai fini l'histoire, j'espère que ça va, sinon, j'éditerais tout ce qu'il faudra ♥
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 35
ϟ FONCTION : Psychologue scolaire ; Fantôme en déni ; Ex-Serdaigle.
ϟ AVATAR : Hugh Dancy
http://img11.hostingpics.net/pics/256635tumblrmo8pqsLzd81r0jkkko2r1250.gif

ϟ LIENS : You won't like me when I'm psychoanalyzed.
Therapy doesn't work on me.

it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Mer 13 Aoû 2014 - 11:33

    Mais quelle jolie fiche ! Je suis impressionnée. Béatrice (référence à Divergent ?) est un personnage assez profond et original. ♥ C'est peu commun de voir un personnage qui va tout naturellement vers les mangemorts sans être ni un psychopathe, ni avoir subit un profond drame. Et son affection pour les enfants est tellement ADORABLE.  huggiesy (tant qu'elle décide pas d'en faire plus tard avec son frère jumeau, tout ira bien). Tes descriptions physiques et caractérielles sont à couper le souffle, et c'est super triste pour Alex quand elle lui dit (enfin) la vérité sur ses origines. Et le fait que son ex l'ait frappée elle, pauvre petite. D:

    Bref, fiche validée avec amour ! OF COURSE. Envoie ton secret à CQS, darling !  wowowowowowowowo 

_________________
Rudolph with your nose so bright,
Won't you guide my sleigh tonight ?

« Rudolph the Red-Nosed Reindeer
Had a very shiny nose
And if you ever saw it
You would even say it glows
•• .unbreakable »
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Mer 13 Aoû 2014 - 11:51

Oui c'est une référence à Divergente. Tris ♥ ♥ ♥ ♥ /pan/ Merci pour tout ces compliments, ça me fait plaisir, aww . ♥ Je suis contente que Bea plaise, je voulais faire quelque chose d'un peu original, et j'avais peur de l'accueil . /mur.

En tout cas merciiiiiiiiiiiiiii ♥

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Lun 18 Aoû 2014 - 11:01

Personnage vraiment intéressant ! Puis je suis toujours ravie d’accueillir de nouveaux collègues pour Clément (quoique étant né-moldu, Béa ne sera pas forcément agréable).
Par contre... on ne devrait jamais toucher à un Poufsouffle ! jamais ! /Clément pas content/

(ps : je sais pas si c'est voulu mais j'ai eu l'impression qu'il y avait plein de clin d'oeil avec les prénoms... ou alors c'est que je regarde trop de séries /meurt).

Amuse toi bien avec elle

avatar

: she had a warrior's heart, but the gods in their blind malice had given her the feeble body of a woman.

ϟ ÂGE : 38
ϟ FONCTION : professeur d'astronomie.
ϟ AVATAR : lena headey.


ϟ LIENS : »fiche.
»liens.
»lettres.

it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice Lun 18 Aoû 2014 - 11:06

Ha, j'ai été démasquée D8 Toi aussi joue à « Combien de prénom en référence avec une série/un film tu peux trouver dans cette fiche ! » Trois.
( Bon en vrai, c'est pas totalement fais exprès. Je cherchais des prénoms qui me plaisaient, et après les avoir sélectionné j'ai réalisé. /mur . )

En tout cas merci ♥ ♥ ♥

_________________

What is honor to a woman's love?

What is duty against the feel of a newborn son in your arms ? We are only human, and the gods have fashioned us for love. © signature by anaëlle.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


it's my own desire, it's my own remorse • beatrice
MessageSujet : Re: it's my own desire, it's my own remorse • beatrice

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bite me, it's a naughty desire ? Melody
» ANTONIO DIT TONIO EX UFO ADOPTE
» La vouivre
» Evans Pau = KP premier ministre
» Ces vérités étranges qui parfois vous traversent l'esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: La Bible du Forum :: Choixpeau Magique :: Présentation du personnage :: Présentations validées-