Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: put those away. if you attack my son again, I shall ensure that it is the last thing you ever do.

ϟ ÂGE : 44
ϟ FONCTION : Mangemort non officielle - Anciennement Serpentard - Maman à temps plein, et épouse dévouée.
ϟ AVATAR : Naomi Watts
dead inside

ϟ LIENS : Follow me down to the river, follow me down to the threes
Are you ready for a perfect storm ?

#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : #FlashBack - pv Arsinoé Mer 23 Avr 2014 - 19:48

#flashback Young Cissy, young Arsi.
▽ Follow me down to the river. Drink while the water is clean.  


La journée avait été calme. Silencieuse. Les couloirs étaient quasiment déserts - si on faisait abstraction des quelques audacieux qui s'y baladaient à l'image de notre cher Serpentard. Elle avait arpenté les couloirs de Poudlard tout entiers. A défaut de le connaître déjà par cœur, elle s'ennuyait. Bellatrix, sa soeur, n'était même pas disponible pour elle. Lucius quant à lui, était trop absorbé par son rôle de préfet et avait préféré passer sa journée à traquer les petits Rouge & Or.

Lentement, elle fit glisser ses doigts le long des pierres froides du mur d'un couloir. Elles suintaient, et sentaient le renfermé ; mais cela plaisait énormément à Narcissa. Cela lui faisait chaud au cœur, et la faisait se sentir comme au manoir des Black. En ce moment, elle avait besoin de se sentir un peu chez elle. Parce que sa mère lui manquait.

Sa longue robe noire flottait derrière elle. Ses cheveux, aussi blonds que c'était possible, tombaient élégamment dans son dos, fouettant à chaque mouvement sa chute de reins. A défaut d'avoir mis l'uniforme ce jour là, elle avait pris soin d'arpenter le blason de Serpentard, épinglé sur sa poitrine, tout juste à côté du blason des Black d'où la phrase " Toujours pur " flottait elle aussi avant de disparaître, et réapparaître.

Arrivée au premier étage, devant la porte du cours de Sortilèges, Cissy se souvint alors que son amie de longue date Arsinoé lui avait dit qu'elle devait voir quelque chose avec leur professeur avant de la rejoindre plus tard à la bibliothèque. Voilà, elle avait trouvé quelque chose à faire de son après-midi. Et, avec une lueur d'espoir dans les yeux, une idée vint la frapper de plein fouet. Oh oui, ça pourrait être drôle.

Et si elle se faisait passer pour Arsi, encore une fois ? Leur physique, pourtant atypique, était similaire en tous points. Leurs cheveux, leurs nez, leurs bouches. Et même dans la façon de parler, c'était troublant. La seule chose qui permettait de les différencier, c'était le style vestimentaire. Cissy était du genre à porter des vêtements plutôt noirs, des robes principalement, qui avaient tendance à traîner derrière elle. Son maquillage était grossier, et noir à souhait. Tandis qu'Arsinoé était beaucoup plus classique.

Narcissa se pointa devant la porte. Et alors qu'elle allait frapper, elle entendit des voix, ainsi que des rires. Oh vraiment ? Des rires ? Elle entrouvre quelque peu la lourde porte de bois, et aperçoit son amie de toujours avec leur professeur, bien trop près l'un de l'autre à son gout. Au fond d'elle même, elle savait qu'elle ne devait pas s'en mêler, ce n'étaient pas ses ennuis. Mais Arsinoé était comme une soeur pour elle. Elle ne pouvait pas la laisser s'embourber de la sorte. Alors, d'un coup de pied bien sec, elle fit s'ouvrir la porte entièrement. Lentement, elle s'avança vers son amie.

- Arsinoé, tu peux sortir, je m'occupe de lui.


Mais son amie n'avait pas vraiment envie de bouger, et à vrai dire, elle semblait surprise et énervée de voir Cissy ici. Ça pour une surprise...

- Je vous jure sur mon nom que si vous l'avez touchée ne serait-ce que de peu, vous entendrez parler de mes parents.


Elle sortit lentement sa baguette de sa manche, et la pointa vers le professeur, abasourdi.

- Leigh, lâche le !


Et plus elle s'énervait, plus des larmes de rage coulaient le long de ses joues. C'était plus fort qu'elle, mais rien que de penser à ce qu'il avait pu lui faire rendait Narcissa un tout petit peu folle. Elle était une bonne sorcière, son professeur le savait. Elle était capable de tout, et n'avait surtout pas peur. Il en était bien conscient.


 
(c) AMIANTE


_________________




Let me die here
alone
slowly, painfully.

signature par littleharleen
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They turn out to be poison but still, I can’t help myself.

ϟ ÂGE : 47
ϟ FONCTION : Directrice du département des mystères.
ϟ AVATAR : Diane Kruger


ϟ LIENS : Birthdays were invented by Hallmark to sell cards
You can't escape the ministry, fool.


#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé Jeu 1 Mai 2014 - 22:57

Le souvenir,

Ce parfum de l'âme.

Il lui aurait fallu réviser mais elle n’en trouvait aujourd’hui pas le courage. Les examens approchaient à grands pas, les dernières années entraient dans la dernière ligne droite, mais Arsinoé était aujourd’hui tout bonnement incapable de se plonger dans son livre de potions. L’air songeur, elle soupirait à intervalles réguliers, fixait un instant l’extérieur, lisait une ligne, et se leva finalement d’un bond. Prétextant qu’il lui fallait poser une question à un enseignant concernant son dernier devoir, Arsinoé s’éclipsa pour filer en vitesse jusqu’à la salle de classe dédiée aux sortilèges. Laissant une Gabrielle occupée à sa manucure dans la salle commune des Serdaigle et mettant Narcissa au courant lorsqu’elle la croisa par hasard dans un couloir, la jeune fille n’avait aujourd’hui nullement envie de papoter pendant des heures avec l’une ou l’autre. Elle souhaitait simplement qu’on l’oublie le temps d’une après-midi.
Avec cet éternel sourire doux sur les lèvres, elle rejoignit donc le professeur Idunn. Et de longues heures durant ils discutèrent de tout et de rien, échangèrent sur les projets d’avenir d’Arsinoé, sur leur passion commune des sortilèges, se regardaient en coin, flirtaient un peu et riaient beaucoup. Depuis le début de la septième année de l’étudiante ils s’étaient rapprochés, doucement, sans réellement s’en rendre compte jusqu’au jour où l’un comme l’autre se sentait étonnamment las s’ils ne se croisaient pas pendant une journée. Mais si elle ne voyait aucun mal dans cette relation qui restait encore purement platonique, pour autant Arsinoé n’en avait parlé à personne. Sans doute car elle trouvait qu’il n’y avait rien qui méritait d’être dit. Quoique pas que. Dans le platonique et cette attirance d’esprit à esprit rien n’était condamnable, mais elle n’était au fond pas persuadée que ses amies partagent entièrement son opinion. Trop bien pensantes et qui avaient tendance à voir le mal partout sauf dans la consanguinité, les filles de bonnes familles. Voilà peut-être pourquoi elle se permettait de garder quelques secrets pour son amie Cissy, par exemple, qui bien qu’étant une jeune fille qu’elle adorait, n’en restait pas moins un peu trop traditionnelle. Craignant d’être jugés sévèrement, l’enseignant et son élève se gardaient donc bien de dire qu’ils se voyaient très –trop ?- souvent en dehors des cours et se donnaient beaucoup de mal à prétendre qu’ils ne se connaissaient pour ainsi dire pas lorsqu’ils se croisaient dans un couloir.
Mais alors qu’il lui tenait doucement la main afin de lui faire répéter le geste précis nécessaire à lancer un sortilège, ils firent tous les deux volte-face, ayant entendu la porte s’ouvrir violemment dans leur dos. Arsinoé ouvrit deux yeux ébahis sur cette silhouette si particulière et semblable à la sienne.

- Mais qu’est-ce qu’il te prend ?

Face à l’air fulminant de Narcissa, instinctivement Arsinoé se rapprocha de l’enseignant et lui attrapa le bras. Alors que ce dernier conseillait très calmement à la Serpentard de ne rien faire qu’elle regretterait, Arsinoé se dispensa de pincette.

- T’es complètement folle, ma pauvre Cissy.

Avoir affaire à sa famille ? Et puis quoi encore. Il ne s’était passé entre eux rien de répréhensible, la Black n’avait été témoin de rien sinon de l’amitié et de l’estime qu’ils se vouaient, et quand bien même cela aurait été cas elle n’avait absolument pas à s’en mêler. Ses parents encore moins.

- Je suis désolée, sincèrement désolée, professeur.

Sûrement pas désolée d’être venu le voir cet après-midi, juste extraordinairement gênée par l’irruption et le comportement de Narcissa.
Si elle lâcha Idunn, ce ne fut absolument pas dans le but de satisfaire Narcissa et s’en aller gentiment, mais uniquement pour reprendre la situation en main. Sans lui laisser le temps de lancer le moindre sortilège, la Serdaigle se précipita vers sa cadette et la poussa de force en dehors de la salle. Refusant de la laisser retourner sur ses pas, la tirant fermement par la manche, Arsinoé la traîna littéralement jusqu’au bout du couloir vide.

- On était simplement en train de discuter, se justifia-t-elle, les yeux emplis de fureur. Il m’apprenait juste un nouveau sortilège, alors on peut savoir pourquoi t’as déboulé comme ça ? T’as pas plutôt un Malefoy à aller harceler ou des sœurs à qui lécher les bottes plutôt que de mettre ton nez dans mes affaires ?

Sa voix était plus que jamais tintée de colère, de mépris et presque de méchanceté qu’elle n’avait jamais eue à l’égard de personne, surtout pas de Narcissa.

_________________
    Réalité impérieuse
    Toute relation humaine secrète commence par un effleurement magique ; par cette perception onirique qui ressemble au sentiment de réalité qu'on éprouve pendant un rêve. @ ALASKA.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: put those away. if you attack my son again, I shall ensure that it is the last thing you ever do.

ϟ ÂGE : 44
ϟ FONCTION : Mangemort non officielle - Anciennement Serpentard - Maman à temps plein, et épouse dévouée.
ϟ AVATAR : Naomi Watts
dead inside

ϟ LIENS : Follow me down to the river, follow me down to the threes
Are you ready for a perfect storm ?

#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé Dim 11 Mai 2014 - 0:13

Young Cissy,

young Arsi.

Son amie l'avait doucement entraînée vers l'extérieur de la salle de cours ; peut-être était-ce la meilleure solution, effectivement. Narcissa voyait rouge, et avait désormais ce professeur sur sa liste personnelle des personnes à anéantir, et le plus tôt possible. Son souffle se voulait saccadé, son cœur s'accélérait, ses yeux étaient aussi ronds que deux belles billes noires - ses pupilles en étaient dilatées. Elle la tira si loin de la salle, et si longtemps, qu'elle finirent toutes deux au bout du couloir vide et froid. Black aurait donné n'importe quoi pour y retourner, et le terminer sur place. Mais il fallait croire que Leigh en avait décidé autrement. Elle bafouilla, folle de rage, qu'ils étaient simplement en train de discuter, qu'il lui apprenait les gestes nouveaux d'un sortilège encore inconnu. Mais quel intérêt avait-il à lui donner des cours particuliers ? Si c'était ça, Black en aurait bien voulu, elle aussi ! Son cœur n'arrivant pas à ralentir, elle recula lentement - de sa lenteur bien connue - et vint toucher le mur de pierres derrière elle. Elle posa une première main, puis une deuxième. Elle termina par y poser son front, plaqua ses deux paumes sur le mur comme-ci sa vie en dépendait. Black respirait fort, et tout dans sa tête se bousculait. Les phrases venaient et partaient, en confusion totale, sans même grandes significations. Mais elle se devait de clarifier les choses avec Arsinoé. Narcissa fit pivoter sa tête, et sa plaça face à la bleu et argent. Son regard, désormais moins fou, retrouvait peu à peu son bleu original. Et c'est après avoir déglutit une dizaine de fois, qu'elle prit enfin la parole, flot saccadé de pauses, et autres respirations fortes.

- Est-ce qu'il t'as fais du mal ? Est-ce qu'il t'as blessé ?


Ses pupilles, gonflées d'adrénaline, cherchaient désespérément à croiser celles de son amie. Elle semblait avoir le regard fuyant. Pourtant, ce qui comptait dans le fond pour la jeune femme, c'était de simplement savoir s'il ne lui avait fait aucun mal. Si jamais elle ne gardera en tête un moment désagréable à propos de ce Idunn. Le fin fond de l'histoire, le mot final : elle s'en fichait un peu. Elle ne concevait pas qu'une personne puisse lui faire du mal. C'était vital pour Cissy de le savoir, à ce moment même.

- Non, Lucius est préfet, il ne m'accorde que peu de temps et Bella... Attends, j'ai pas de compte à te rendre, Leigh. Je suis venue te sauver, par Merlin !

Alors c'est vrai quoi, aucune reconnaissance ? Cissy avait eu du flair, pour le coup, et avait jugé bon de se mêler de cette histoire, à défaut de s'en prendre plein la tête bien plus tard. Recouvrant à peu près sa respiration, ses pupilles redevenues normales, Cissy se redressa, et réajusta sa robe noire qui, tirée par Arsinoé, avait finit par ressembler à un simple bout de chiffon sans grande importance. Elle l'avait quand même payé une fortune chez Madame Guipure ! Son air hautain avait complètement disparu de son visage, et Cissy passa son masque de jeune femme profondément touchée, et concernée. Non vraiment, qu'avait-elle bien pu faire de mal, si ce n'est interrompre.... un couple ? Non, alors c'était ça la véritable histoire ?

- Leigh, est-ce que tu me caches quelques chose ? Ne mens pas !, avait-elle ajouté contemplant la mine défaite de son amie, mêlée à de la rage - beaucoup de rage.


_________________




Let me die here
alone
slowly, painfully.

signature par littleharleen
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They turn out to be poison but still, I can’t help myself.

ϟ ÂGE : 47
ϟ FONCTION : Directrice du département des mystères.
ϟ AVATAR : Diane Kruger


ϟ LIENS : Birthdays were invented by Hallmark to sell cards
You can't escape the ministry, fool.


#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé Mar 20 Mai 2014 - 0:13

Le souvenir,

Ce parfum de l'âme.

Elle avait toujours adoré Narcissa. Certes la Serpentard semblait porter de véritables œillères à cause de son origine sociale, était tout aussi fière de sa famille que de son sang, mais dès lors qu’il n’était pas question de moldu –et Arsinoé se gardait bien de la titiller sur ce point car peu friande de débats passionnés-, Cissy était une amie hors du commun. Différentes autant qu’elles s’adoraient, les deux jeunes femmes se complétaient, se chamaillaient parfois mais finissaient toujours par se réconcilier. Malgré leurs deux années d’écart, ces deux élèves de maisons différentes s’entendaient sans doute beaucoup mieux que beaucoup de ces Pouffy prétendument supra sociales.
Mais en se mêlant de ce qui ne la regardait pas, en venant mettre dans son nez dans cette toute petite sphère de sa vie qu’Arsinoé voulait garder privée, Narcissa touchait à une corde trop sensible. Car si elle disait beaucoup de choses voire presque tout à cette blondinette qu’on aurait pu prendre pour sa sœur, la Serdaigle jugeait avoir droit à quelques secrets. En tout logique elle supportait donc très mal que quiconque vienne déterrer son jardin intime.
Entendant le début d’excuse de son amie, Arsinoé leva les yeux et soupira, l’air légèrement excédé. Alors qu’habituellement elle plaignait la Black d’être délaissée par ses sœurs et son petit-ami qui semblait mettre plus d’énergie dans la chasse du Gryffondor récalcitrant que de sa relation, ces petites histoires lui paraissaient aujourd’hui bien ennuyantes car beaucoup trop récurrentes. Au quotidien elle la soutenait sans ciller, mais diable : aujourd’hui qu’elle le largue donc, ce Malefoy de malheur, qu’elle dise merde à sa famille et ait enfin le courage de vivre sans s’accrocher à quelqu’un. Que la verte se lance dans la réparation de tout ce qui clochait dans sa vie d’adolescente plutôt que de venir s’immiscer dans les affaires de jeune adulte de la bleue.

- Me sauver ?!
Elle lâcha un rire nerveux.
- On ne doit définitivement pas avoir la même définition du sauvetage. Laisse-moi rendre les choses claires : je me portais extraordinairement bien avant que tu arrives et le serais encore si tu n’avais pas déboulé.

L’emportement avait laissé place à une colère froide. Le débit était maîtrisé, le ton cassant, les yeux vides de larmes mais pleins d’une lueur d’animosité. Et Arsinoé se promettait de garder son sang-froid. Ou du moins de rester calme encore quelques secondes, le temps d’abandonner Narcissa ici pour aller ravaler sa rage ailleurs que dans ce couloir lugubre.
Elle s’apprêtait à faire demi-tour, à rentrer dans sa salle commune afin de finir d’étouffer son irritation dans les bras de Gabrielle, mais la dernière remarque de Cissy la poussa à s’attarder encore un peu. Ses prunelles claires se posèrent sur le visage aux joues rougies de la Serpentard, examinèrent un instant, en silence, cette figure peinée ou inquiète. Il ne faisait aucun doute que Narcissa ne souhaitait que le bien d’Arsinoé, mais cette dernière savait que la vérité n’aurait fait que l’inquiéter davantage. Et pourtant… Et pourtant l’envie de tout lui balancer afin qu’une bonne fois pour toute elle cesse de la harceler littéralement était pressante. Elle savait qu’il s’agissait sans doute d’une idée brillante par son idiotie mais qui aurait au moins le mérite de la faire taire un temps.

- Mais je ne cache rien, Narcissa, c’est toi qui ne veux pas comprendre.
Sa voix était encore posée mais en observant ses mains tremblantes et sa bouche qui se tordait un peu plus à chaque seconde, on devinait aisément que la maîtrise de soi était extrêmement difficile. Arsinoé s’était promis de garder son sang-froid mais bouillonnait.
- Tu as interprété ce que t’as vu comme… en fait je sais même pas. Mais si j’ai passé l’après-midi avec lui c’est que j’en avais envie, personne ne m’y a obligé. Alors non, évidemment que non il ne m’a pas blessée.
Elle soupira de la façon la plus calme possible, fit quelques pas dos à Narcissa avant de faire volte-face afin de la regarder droit dans les yeux.
- Au contraire.

Le haussement d’épaules qui accompagna cette dernière remarque volontairement provocante –et qui pouvait certes mener à de mauvaises interprétations- lui donna l’air hautain qu’on ne lui prêtait d’habitude pas et correspondait plutôt à la Black.

- Mais je doute que tu puisses comprendre.

Elle aurait sincèrement souhaité qu’il en soit autrement mais ne pouvait envisager que Narcissa soit capable de concevoir des sentiments qui s’éloignaient de cette détestable ligne du bien-pensant. Dans ces circonstances elle se contentait donc de la détester pour le fait de l’avoir surprise.

_________________
    Réalité impérieuse
    Toute relation humaine secrète commence par un effleurement magique ; par cette perception onirique qui ressemble au sentiment de réalité qu'on éprouve pendant un rêve. @ ALASKA.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: put those away. if you attack my son again, I shall ensure that it is the last thing you ever do.

ϟ ÂGE : 44
ϟ FONCTION : Mangemort non officielle - Anciennement Serpentard - Maman à temps plein, et épouse dévouée.
ϟ AVATAR : Naomi Watts
dead inside

ϟ LIENS : Follow me down to the river, follow me down to the threes
Are you ready for a perfect storm ?

#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé Jeu 29 Mai 2014 - 22:07

Young Cissy,

young Arsi.

Oh alors, elle la prenait vraiment pour une imbécile ? Narcissa savait très bien que son amour pour Lucius était sincère, et qu'en retour, il l'aimait énormément. S'il y avait bien une chose dont elle était sure, c'était qu'elle finirait sa vie à ses côtés. Et même si elle se trompait, elle se plaisait à penser qu'elle n'aimerait personne d'autre aussi fort que lui, si ce n'est son enfant. Son propre enfant, la chaire de sa chaire.

Machinalement, elle se mit à tripoter les manches de sa robe noire. Elle était très loin de vouloir faire du tord à son amie. Loin du fait de l'avoir surprise dans un moment comme celui-ci.. Mais de quel moment parlons-nous ? D'un moment intime, où deux personnes se connaissent parfaitement bien la plupart du temps, et où elles échangent bien plus que quelques paroles. Alors, ils formaient un couple ? Ou peut-être n'étaient-ils pas encore au stade d'échanges passionnés : ils étaient quand même professeur/élèves, et vivaient dans l'enceinte même de Poudlard.

La jeune verte et argent se sentait déchirée entre deux sentiments : d'une part, le regret. Oui, elle regrettait d'avoir fourré son nez dans une affaire qui ne la regardait pas. Oui elle regrettait d'avoir séparé son amie de son âme soeur - si relation sérieuse il y avait. Mais d'autre part, elle se sentait révoltée. Peut-être qu'il l'avait poussée à faire des choses dont elle n'était pas fière, et impossible de faire retour arrière, elle assume ses actes en se forçant à le rencontrer parfois. Mais indignée comme l'était Arsinoé à ce moment, ça ne faisait aucun doute que personne ne l'avait forcé à faire quoi que ce soit. Alors quoi, c'était leur secret ? Narcissa ne savait pas quoi en faire, de cette chose, maintenant qu'elle martèle un coin de sa tête : Arsinoé sort avec un professeur. Arsinoé fréquente Idunn.

Alors que son amie s'était éloignée d'elle volontairement, Narcissa entreprit de s'avancer. Elle fit un pas dans sa direction, et prit appuie sur l'avant bras de sa comparse. Elle tenait beaucoup trop à leur amitié pour briser quoi que ce soit, mais c'était plus fort qu'elle.

    - Où est-ce que tout cela va te mener, Leigh ? Elle avait planté volontairement son regard azuré dans les yeux de son amie, cherchant à la déboussoler, cherchant une faille. Tu es au courant que ce n'est pas normal ? Et encore, je ne parlerais pas de légalité ici ; c'est le renvoi direct, Arsi ! Elle s'était détachée, fit trois pas en rond, une main plaquée sur le front. Son cerveau était en ébullition. Je suis désolée, mais pour une fois, je ne suis pas de ton côté. Est-ce que..., elle jeta un regard derrière elles, est-ce que Gabrielle est au courant ? Je veux dire, quelqu'un le sait ?


Encore une fois, Narcissa se sentit déchirée entre deux sentiments différents : garder cela secret, entre elles, et faire en sorte secrètement qu'ils arrêtent de se voir ou bien aller directement la dénoncer au directeur. Mieux : la convaincre que c'était mauvais pour elle, et que tôt ou tard, quelqu'un l'apprendra. Non décidément, la verte et argent, pourtant intelligente et bourrée de solutions, était désarmée devant cette situation. C'était bien la dernière chose à laquelle elle s'attendait. Son amie, sa réelle amie, qui fricotait avec un professeur. Narcissa était folle : et plus elle y pensait, plus la colère montait en elle, et la poussait à une seule et même solution : la dénoncer. Pour son bien.

    - Je suis désolée, Arsi. Il va falloir que je le dise à quelqu'un... C'est pour ton bien.


Et la jeune femme s'était retournée d'une manière gracieuse, faisant valser sa chevelure argentée, s’apprêtant dans le long couloir couvert de mousse. Au fond d'elle même, elle savait qu'Arsinoé allait la retenir - elle la connaissait par cœur. Et les choses sérieuses allaient commencer : la négociation.



_________________




Let me die here
alone
slowly, painfully.

signature par littleharleen
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: They turn out to be poison but still, I can’t help myself.

ϟ ÂGE : 47
ϟ FONCTION : Directrice du département des mystères.
ϟ AVATAR : Diane Kruger


ϟ LIENS : Birthdays were invented by Hallmark to sell cards
You can't escape the ministry, fool.


#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé Ven 30 Mai 2014 - 18:13

Le souvenir,

Ce parfum de l'âme.

Les mots de Narcissa faisaient mal. Pas de son côté. Illégal. Et surtout : ce n’était pas normal. Plus que la colère, plus que les reproches, ce qui touchait profondément Arsinoé était le manque total d’empathie venant de son amie. Pourtant elle aurait pu, elle aurait dû comprendre. La Black était elle-même en couple et, quoique Lucius fût critiquable, elle savait ce qu’était ce sentiment fort et indescriptible, ce besoin de savoir l’autre près. Arsinoé pouvait encaisser les blâmes, envisager de comprendre les critiques, passer outre les remontrances, mais ces mots, ce n’est pas normal, avaient été atrocement tranchants.
Les paroles de Cissy furent stridentes et métamorphosèrent en un instant le visage d’Arsinoé. La colère s’estompa immédiatement pour laisser place à de la stupeur. Et de la déception.

- Absolument personne ne le sait et ça doit rester ainsi, souffla-t-elle à voix basse, scrutant le couloir afin de s’assurer que personne ne pouvait les entendre.
Personne, pas même Gabrielle, surtout pas Gabrielle, ne devait l’apprendre de la bouche de Narcissa.
- Et je ne te permets pas de juger ce qui est normal.
Elle avait considérablement appuyé sur le dernier mot, une once de dégoût dans la voix et les yeux pleins de déception.
- Tu ne peux pas. Non, tu ne peux pas stigmatiser des sentiments sous prétexte que tu ne les trouves pas à ton goût.

Elle aurait voulu lui hurler que l’intolérance de sa famille était une pure atrocité qui la rongeait sans qu’elle ne s’en rende compte, que ce qui était décrié par les dictats n’avait pas à être ainsi jugé si sévèrement en absence totale de connaissance de cause. Elle voulait lui crier d’ouvrir les yeux, de tenter de percevoir les choses non pas à travers les filtres qu’on lui avait imposés mais selon son cœur. Elle voulait mais se contentait de se lamenter. Car fond il lui semblait qu’elle avait toujours su que ce serait ainsi que la considérerait Narcissa si elle venait à découvrir son secret : comme une pauvre paria qui n’entrait plus dans les codes. Cependant, pendant une seconde elle s’était permis d’espérer non par le pardon mais au moins de la compréhension. La déception était grande quoique peu surprenante. Cissy pouvait se montrer aussi butée qu’elle était brillante, ce qui signifiait simplement qu’il semblait impossible de la détourner d’une opinion qu’elle s’était fermement forgée.
Vraisemblablement, la Serpentard n’avait donc que faire de ces injonctions de tolérance qui ressemblaient fort à des supplications.

- Pardon ?!

La dénoncer ? Venait-elle sérieusement d’avouer qu’elle était sur le point de la dénoncer ? Pour son bien… S’il y en avait une qui nageait en plein délire c’était assurément Cissy.
Pendant quelques secondes Arsinoé resta immobile, simplement sous le choc de cette annonce qui relevait purement et simplement de la trahison. Voire de la collaboration. Fixant le vide, Arsinoé s’imaginait déjà faisant ses malles et quittant Poudlard sous les regards consternés et les rires gras, ce à cause de Narcissa. Cette chère , cette estimée Narcissa.

- Tu ne peux pas faire ça.
Disant cela elle releva les yeux et constata que son « amie » était déjà partie. Sans lui laisser le temps de s’éloigner plus elle courut dans sa direction. Une fois à sa hauteur elle la prit par le bras afin de la forcer à s’arrêter et se retourner.

- Tu ne peux pas faire ça, répéta-t-elle. Tu l’as dis toi même, ce serait le renvoie et la fin de sa carrière.
C’était une chose qui n’était pas concevable. Devoir quitter Poudlard à quelques semaines à peine des examens, savoir qu’à cause d’elle l’homme qu’elle admirait tant ne pourrait jamais plus enseigner était tout bonnement impensable.
- D’autant que je t’assure qu’il ne s’est absolument rien passé de réellement répressible, on est seulement…
Elle se tut un instant, incapable de terminer correctement sa phrase.
- Si tu en parles tout serait surenchérie, mal interprété alors qu’on ne fait rien de mal.

Tout en cherchant son regard elle lui attrapa les mains et les serra fort, comme pour être certaine qu’elle ne se déroberait pas et l’écouterait jusqu’à avoir changé d’avis.

- Je. Je romprais avec lui si c’est ce que tu veux mais je t’en prie, Narcissa… S’il te plaît, au nom de notre amitié ne dit rien.

Arrêter de le voir… Elle n’en pensait pas un mot. Mais c’était pour le moment le seul argument qui lui était venu à l’esprit et qu’elle jugeait suffisamment percutant pour que Narcissa envisage la possibilité de repenser son avis. Car il était hors de question de la laisser filer alors qu’elle avait désormais le pouvoir de faire basculer son avenir dans le peu souhaitable.

_________________
    Réalité impérieuse
    Toute relation humaine secrète commence par un effleurement magique ; par cette perception onirique qui ressemble au sentiment de réalité qu'on éprouve pendant un rêve. @ ALASKA.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: put those away. if you attack my son again, I shall ensure that it is the last thing you ever do.

ϟ ÂGE : 44
ϟ FONCTION : Mangemort non officielle - Anciennement Serpentard - Maman à temps plein, et épouse dévouée.
ϟ AVATAR : Naomi Watts
dead inside

ϟ LIENS : Follow me down to the river, follow me down to the threes
Are you ready for a perfect storm ?

#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé Sam 21 Juin 2014 - 19:50

Got a secret can you keep it ?

better lock it in your pocket taken this one to the grave.

Personne ne le savait, pas même Gabrielle. Désormais, c'était Narcissa et Arsinoé contre le reste du monde. La jeune Serpentard détenait un secret lourd et dangereux, du genre ultra-secret. Ses yeux s'ouvrirent comme deux soucoupes : elle avait le pouvoir de se jouer de son amie. Elle pouvait la faire marcher, sinon jouer la corruption grâce à ce secret lourd de conséquences.

Ses yeux, comme deux perles cristallines, fouillaient son amie de fonds en combles. Elle tentait de percevoir dans ses traits, dans sa voix, dans sa gestuelle même une once de sincérité, de réel désespoir, et contre toute attente, ça sautait aux yeux. Un aveugle même aurait compris qu'Arsinoé était en réelle détresse. Et Narcissa était désormais seule détentrice du jour de sa mise à mort. Elle avait en main le pouvoir de les faire tomber tous les deux. Elle avait le pouvoir de les plier à sa merci, et à ses plus vils désirs. C'était tentant...

Mais Leigh était son amie. Sa soeur.

Elle ne pouvait décemment pas lui faire cette peine ; surtout pas à quelques mois des examens finaux. Ces examens qui définiront si oui ou non, ils sont aptes à exercer la magie. Narcissa était sure d'obtenir son diplôme, et jugeait les révisions trop tardives : de son point de vue, il fallait travailler toute l'année, et non les deux mois avant les examens. Décidément, après 7 années de travaille acharné, Narcissa n'aurait pas aimé qu'on lui coupe l'élan en l'excluant des cours, et de l'école même. Alors non, elle ne le ferait pas. Non, elle ne le dirait à personne.. Même si la logique aurait été de prévenir un adulte. Mais qui peut allier les mots "logique" et "Narcissa" dans la même phrase ? C'était du non-sens. Un peu comme la situation qui se déroulait sous ses yeux. De la pure folie. Les mains pâles d'Arsinoé s'étaient mêlées aux siennes, grandes palmes diaphanes, sans vies, seulement parcourues par-ci par-là par deux trois vaisseaux sanguins. Ce simple contact eu l'effet d'une bombe pour la Black. Son cœur s'était accéléré comme si elle se rendait compte de la situation réelle. Peut-être qu'elle devait réellement prévenir le directeur, et qu'Arsi lui avait mentit pour la rassurer. Oui, peut-être..

Mais Narcissa se figea, retirant ses mains d'un coup sec. Leigh venait tout simplement de mentionner leur amitié. " Au nom de notre amitié, ne fais rien... " des mots percutants, qui touchent tout droit dans cet organe qui pompe l’afflux sanguin. La jeune femme s'était approchée de son amie, lentement, aussi gracieusement que possible. Timidement, elle réajusta une mèche des cheveux qui tombait devant le visage angélique de son amie. Dans le conflit, dans l'énervement, ses cheveux étaient tombés. Et Narcissa s'était sentie obligée de la lui replacer. Mais c'était en fait qui se voulait tendre, avec beaucoup d'impact. Elle finit par placer ses deux mains sur les joues laiteuses de Leigh, et attira sa tête blonde - identique à la sienne - contre sa poitrine. Là, elle se permit de lui caresser les cheveux. Timidement d'abord, puis avec plus d'intensité tout en restant légère. Narcissa soupira. Elle avait prit sa décision. Se replaçant face à son amie, la jeune femme murmura :

    - Ton secret sera en sécurité avec moi, Leigh. Je te le promets, elle avala sa salive avec énormément de difficulté : c'était comme avaler une poignée de cailloux. Mais ça ne change pas mon opinion sur le sujet, ni même l'image que je peux désormais me faire de toi. Je t'apprécie, je t'aime même énormément, mais il m'est impossible de te soutenir cette fois-ci. Pardonne moi, Arsi.


Narcissa s'était retournée dans un nuage de cheveux blonds argentés. Le cœur serré, les mains jointes sur sa poitrine, elle pleure en silence. Elle ne pleure pas parce que le secret est trop lourd, ou parce qu'elle a réduit à silence sa propre fierté. Elle ne pleure pas parce qu'elle se sent incapable de garder le silence. Elle ne pleure pas parce que c'est dur : elle pleure parce qu'elle sait qu'au fond d'elle même, plus rien ne serait jamais pareil avec Arsinoé. Et même si son amie quittait son professeur, et même si, même si... Narcissa ne pourra jamais oublier. Elle était brisée. Brisée que son amie ne la comprenne pas. Brisée que son amie ai pu tomber dans les bras d'un tel imbécile, d'un tel pervers. Elle était brisée d'avoir brisé leur amitié. Mais c'était peut-être un mal pour un bien. Timidement, elle se retourna, les larmes ayant emportées son mascara sur ses joues laiteuses : Arsinoé était restée là, et la regardait. Le cœur de Narcissa se serra ; mais elle ne céda pas, et continua son chemin.

Narcissa garda le secret jusqu'à aujourd'hui ; et n'eu plus aucune nouvelles d'Arsinoé depuis ce jour là. C'était la dernière fois qu'elle croisait son regard.



Spoiler:
 

_________________




Let me die here
alone
slowly, painfully.

signature par littleharleen
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


#FlashBack - pv Arsinoé
MessageSujet : Re: #FlashBack - pv Arsinoé

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» Arsinoé de Sainte Berthilde - Marquise de Sainte-Berthilde
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Poudlard :: Salles de cours :: Cours de sortilèges-