Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: Do you think this is a motherfucking game ?

ϟ ÂGE : 370
ϟ FONCTION : Homme d'affaires. Propriétaire foncier. Plus ou moins mafieux. Patron du Deus Ex Machina. Roi de la Nuit.
ϟ AVATAR : Michael Fassbender.
ϟ ABSENCE ? : Du 3 au 20 Juillet puis du 28 Juillet au 3 Août.



ϟ LIENS : So if you meet me, have some courtesy.
Have some sympathy, and some taste.
Use all your well-learned politesse or I'll lay your soul to waste.

Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game. Jeu 20 Fév 2014 - 23:48


Thaddeus Richard Voerman


carte d'identité
ϟ ÂGE & DATE DE NAISSANCE : 36 ans. 12 Février 1961.
ϟ LIEU DE NAISSANCE : Los Angeles, Californie, USA.
ϟ ANNÉE & MAISON : Thaddeus n'a pas été à Poudlard. C'est un propriétaire de biens immobiliers et ses propriétés les plus connus sont un hôtel-restaurant sur le Chemin de Traverse et le Deus Ex Machina, une boîte de nuit réservée à la communauté magique qui se situe à White Chapel.
ϟ ORIENTATION SEXUELLE : Nopesexuel. (Hétéro, sinon).
ϟ DESCRIPTION DE LA BAGUETTE MAGIQUE : Thaddeus n'a pas de baguette magique. Il a juste une canne d'ébène au pommeau de nacre et d'argent finement ouvragés qui, à la manière du parapluie rose de Hagrid, lui permet d'ouvrir l'accès au Chemin de Traverse par exemple.

ϟ PATRONUS : Thaddeus ne peut pas produire de Patronus.

ϟ AMORTENTIA : Une odeur salé et métallique mélangée à celle que peuvent avoir les nuits d'été ainsi qu'à celle des fruits et des fleurs de Louisiane.

ϟ ÉPOUVANTARD : Un relevé de banque qui indique qu'il est en faillite.
ϟ ALBUS DUMBLEDORE OU BELLATRIX LESTRANGE ? : Thaddeus estime que ce ne sont pas vraiment ses affaires mais s'il devait choisir, il irait du côté d'Albus Dumbledore qui lui semble être un esprit plus éclairé et plus tolérant.

ϟ CELUI-QUI-SAIT OU PHILÉAS FOLENGRAIN ? : Hahaha, le Ministère de la Magie lui sort littéralement par les yeux donc il ne se rallierait certainement pas à Folengrain. Quant à Celui-Qui-Sait... Il le trouve intéressant mais s'il pouvait éviter de mettre le nez dans ses affaires à lui ce serait super.

ϟ SUCRÉ OU SALÉ ? : Salé.

ϟ BUT DANS LA VIE : Être riche, encore et toujours. Thaddeus aspire à devenir - enfin, à rester huhuhu - une référence en matière de finances. Ah, et puis faire valoir les droits de créatures intelligentes, ça lui tient à cœur aussi. Pourquoi les vélanes, centaures, vampires et autres gobelins seraient sous la coupe des sorciers puisqu'ils peuvent se gérer seuls ? Quant au loups-garous, ils sont à part puisque ce sont des sorcier la majorité du temps.
ϟ CE QUI COULE DANS VOS VEINES : Thaddeus est un cracmol.
ϟ VOTRE ANIMAL DE COMPAGNIE : Thaddeus a récemment fait l'acquisition d'un hibou Grand Duc qui n'a pas de nom.
ϟ SIGNE PARTICULIER : A cause de son travail nocturne, Thaddeus vit au même rythme que son hibou. Il se couche au petit matin et se lève en fin d'après-midi, voire en début de soirée. Aussi, ce sont ses collaborateurs qui gèrent ses affaires la journée. Inutile d'espérer le voir avant 18h, voire plus tard encore s'il n'est pas d'humeur. Il maîtrise parfaitement la technologie moldue comme il vit beaucoup parmi eux. Il est très bon en apnée.


physionomie

ϟ DESCRIPTION PHYSIQUE ; Thaddeus Voerman, c'est une image de marque, un concept. C'est tout d'abord un costume toujours impeccable, une coupe à la fois distinguée et tendance, sobre et raffinée. Son dressing en est rempli bien qu'il soit régulièrement recyclé pour jeter les vieilleries de plus de deux ans, remplacés par des ensembles de créateurs flambant neufs. C'est des chaussures toujours impeccablement cirées, sans la moindre tache, sans la moindre éraflure. C'est une cravate en soie toujours bien ajustée et des chemises parfaitement repassées et amidonnées. C'est une montre de métal Tissot hors-de-prix au poignet comme seul signe ostentatoire un peu indécent. Et quand il n'est pas dans son habit d'homme d'affaires, Thaddeus ne se relâche pas pour autant, arborant la tenue typique du riche californien qui va jouer au golf, à peu de choses près.

Voerman est toujours irréprochable. Ses cheveux roux tirant sur le châtains sont courts, coiffés avec soin pour qu'aucune mèche rebelle ne laisse penser que ce géant de la finance puisse se laisser aller à la négligence. Sa barbe de trois jours, d'une nuance plus rousse que ses cheveux, est taillée et entretenue avec un grand soin pour lui donner un air à la foix viril et maîtrisé. Elle souligne bien sa mâchoire carrée et masculine, sévère. Son nez est franc avec une légère bosse sur l'arrête qui lui donne un certaine caractère, sans ce que dernier ne s'impose dans son visage empreint d'une certaine harmonie. Ses sourcils sont fournis sans pour autant être trop présents, expressifs mais pas omniprésents. Ils sont souvent froncés, un pli soucieux entre eux ne disparaît jamais vraiment, marqué à vie par des pensées trop profondes ou de trop nombreux enjeux à résoudre.

Les yeux de Thaddeus sont d'un marron assez chaud, mais pourtant, son regard est souvent glacial, accusateur, perçant, sévère. Thaddeus vous juge, vous jauge. Êtes-vous à la hauteur ? Êtes-vous digne de son intérêt ? Le temps, c'est de l'argent, alors doit-il vous en consacrer ? Ses yeux froids semblent vous transpercer de part en part, comme si vous ne pouviez rien lui cacher. Il a quelque chose dans le regard qui retient l'attention, qui donne envie de l'écouter et de le rendre fier de vous. C'est bizarre, vous ne comprenez pas pourquoi, c'est comme ça. C'est tout. Il vous passe aux rayons X. Il y a quelque chose chez lui qui ne donne pas envie de lui mentir. Peut-être la perspective de finir ses jours au fond de la Tamise. Peut-être autre chose de... magnétique. Ses longs cils viennent quelque peu adoucir son regard dur, comme un joli écrin pour deux orbes minéraux.

Sa bouche est souvent un peu pincée, plus fine qu'elle ne l'est vraiment, par les soucis qui lui traversent la tête, par les enjeux financiers, par les problèmes de mafioso. Thaddeus a la particularité de ne jamais sourire – en tout cas, peu nombreux sont ceux qui peuvent se vanter de l'avoir vu faire. Pas parce qu'il est triste, mais parce qu'il n'a pas d'humour, sans doute. Neutre, désapprobatrice, excédée,... Sa bouche ourlée ne manque pas d'expressivité, dommage que ce soit rarement pour vous gratifier d'un signe encourageant.

Thaddeus est grand, bien bâti, avec des épaules et un dos large. Il dégage une virilité stricte, ascétique même. Ses muscles sont secs, nerveux, accroché à ses os anguleux. Quelques veines se dessinent nettement sous sa peau blanche et fine comme du papier de riz. Ses mains sont grandes, fermes, elles ont l'air chaudes mais quand on la lui serre, sa peau est froide. Sa pilosité est peu abondante et même assez discrète. Bien qu'il soit bien fait, on ne peut pas dire que c'est une boule de muscles, on sent qu'il a davantage l'habitude de vivre dans un bureau, mais il dégage une certaine force, quelque chose de puissant.

Globalement, on peut dire qu'il dégage « quelque chose ». Un je-ne-sais-quoi d'effrayant et d'attirant tout à la fois. Sa touche personnelle. Finalement, c'est peut-être ça son image de marque.




psychologie

ϟ AIME : L'argent. Gagner de l'argent. Acheter des biens immobiliers. Les hôtels. Les églises. Nager, dans l'océan ou dans sa piscine. La nuit, son calme et sa quiétude, son ambiance particulière. Sa gouvernante, Abba Bellerose. Travailler. Écrire, écrire beaucoup, et publier des livres. L'économie. Le monde de la finance. Lire. Aller au cinéma. Les ordinateurs et l'informatique. Être seul. Monter des plans. Sa bibliothèque. Les États-Unis et plus particulièrement Los Angeles et ses alentours, son manoir à Hollywood. La chaleur. Venus. Pixie. Les costumes. Les vêtements de créateur. Les choses belles et chères. La musique forte. Regarder les gens danser.

ϟ N'AIME PAS : Les journalistes. Les fouineurs. Les gens stupides. Les gens inutiles. Les gens qui ne se prennent pas en main. Les gens en retard. Juste... les gens. Le froid. La pluie. Londres, l'Angleterre. Aller au restaurant. Les dîners d'affaire. Perdre de l'argent. Quand Pixie est chiante. Le chien de Pixie. Qu'on lui parle fort. La neige. Les contacts physiques trop proches. Qu'on lui fasse des avances, se faire draguer. Les grands rassemblements de personnes. Faire des discours. Les gala de charité. Les endroits cheap qui suintent la pauvreté. Perdre du temps. Les futilités. Échapper des trucs des mains. Ne pas avoir de réseau. Le Ministère de la Magie. L'argot. Les chants de Noël. Noël. L'odeur du chocolat. Les odeurs fortes en général. Plein de choses.

ϟ DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE ;
Extraits du journal de Mademoiselle Venus.


« Thaddeus ne possède pas une once de méchanceté. Pourtant, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est gentil. C'est pas le genre à qui on vient taper dans le dos avec un rire gras, non. Au contraire, il a plutôt tendance à avoir un regard de « j'vais t'bouffer » quand on l'approche de trop prêt pour autre chose qu'une brève poignée de main. Certes, il n'est pas engageant et parfois il a même l'air d'avoir bouffé des bébés au petit dej, et puis il a un caractère de cochon, il est râleur et il trouve toujours un truc à redire sur tout mais il est généreux et juste, malgré tout. Les personnes auxquelles il fait vraiment attention se compte sur les doigts d'une main – et j'en fais partie, ohohoh – mais quand on est dans ce cercle select, c'est plutôt avantageux. Parce qu'il est plus prompt à rendre service, à protéger et à lâcher des chèques ! Et ça, j'avoue que c'est plutôt pas mal... »

« Thaddeus doit être homo vu l'énorme balai qu'il a dans le cul... Faut vraiment qu'il se décoince un peu. Il est totalement asexué. Ce mec gère des strip-clubs mais il est plus puceau qu'un nouveau né. Il n'est même pas spécialement farouche, il est juste pas intéressé à l'extrême. C'est désespérant. »

« Thad il est sympa à ses heures et puis à d'autres... Il faut vraiment pas se foutre de lui en tout cas. Il a pas d'humour. Il donne pas de deuxième chance non plus. Lui, il honore toujours sa parole alors il attend que les autres en fasse de même, ce qui est normal. C'est peut-être un truand, un mafieux, mais il est droit et il a de l'honneur. Par contre, ça ne veut pas dire qu'il est toujours honnête... »

« J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi obsédé par le fric ! Sa vie tourne autour de ça. Comment en gagner plus, comment le placer de façon avantageuse, comment le dépenser intelligemment,... Le fric et l'immobilier, y'a que ça qui l'intéresse. Et écrire ses machins. Ça m’afflige un peu parfois. Mais bon, je suis bien payée et mon emploi du temps est plutôt bien fait donc je ne vais pas trop le critiquer non plus... Et puis il m'a quand même sortie du trou à rats où je bossais avant. Thaddeus sait voir le potentiel des gens au-delà des apparences. Sans doute grâce à son flair à fric. »

« Wah le boss était énervé aujourd'hui. En même temps, un rien l'énerve. Il a toujours une tête de frustré excédé, un peu comme les chats. Un rien suffit à lui faire faire la gueule. Rien que de voir des gens ça l'énerve – sauf pour signer un gros contrat, là il fait l'effort de faire semblant. Mais il râle sur tout. Sur les gens qui s'acharnent à valider leur ticket de transport sur les bornes HS, sur les gens qui ont un phrasé qui l'agace, sur les gens qui ont une démarche de blaireau, sur les styles vestimentaires foireux,... En fait, il lui suffit de sortir dans la rue pour se hérisser. C'est sûrement pour cela qu'il se déplace le plus possible en voiture et qu'il se terre au maximum dans son bureau. »

« Mon patron passe pour un putain d'original avec son rythme décalé et sa hantise des dîners d'affaires. Il ne boit pas, il ne fume pas, il mange peu, il ne baise pas, on ne lui connaît pas de petite amie ou d'enfants, il délègue beaucoup,... Et pourtant, tout semble lui réussir. Son nom est aussi connu parce qu'il est pété de thunes que parce qu'il est chelou. »

« En fait, si je devais illustrer Thaddeus avec une seule phrase, ce serait « do you think this is a motherfucking game ? ». Juste, sa tête semble exprimer ça à 80% du temps quand on lui adresse la parole ou qu'on cherche à avoir une quelconque interaction avec lui. Je sais pas si c'est un putain de jeu, mais j'aime bien ça. »



histoire

L'homme suait à grosses gouttes dans la voiture noir aux vitres teintées, le sourcil gauche agité d'un tic nerveux. Fébrilement, il sortit un mouchoir de sa poche et s'essuya le front. Il jeta des regards de bête traquées dans l'habitacle autour de lui : outre le chauffeur, il y avait cette femme assise à côté de lui et qui envoyait tranquillement des sms sur son téléphone portable, un truc moderne à clapet qui, une fois fermé, devait faire la taille d'une boîte de chewing-gums. Révolutionnaire. Elle avait des cheveux rose vif attachés en chignon strict ainsi qu'un tailleur de femme d'affaires et un lourd maquillage de type smocky autour des yeux. Ses lèvres étaient peintes en rouge sombre et sa peau était pâle, poudrée. L'homme s'éclaircit la gorge et demanda : « Hm, on peut ouvrir la vitre ? J-J'ai un peu chaud... » Aucune réponse ne lui parvint à part les cliquetis des touches du cellulaire. Il se tut à nouveau et regarda un moment par la vitre. Les lampadaires défilaient avec monotonie dans les larges rues de cette banlieue de Los Angeles. Il ne savait même pas où ils allaient. L'homme déglutit et se retourna vers la femme qui pianotait toujours sur son téléphone. « Hm, je m'appelle Horace Stump, au fait... » « Je sais. », répondit la femme avec un énigmatique sourire aux lèvres sans pour autant quitter l'écran de son téléphone des yeux. Comme elle n'enchaînait pas, Horace poursuivit : « Et vous ? » « Venus. » « C'est joli... Venus comment ? » « Venus. », répéta calmement la jeune femme. Pris au dépourvu, Horace se tut. Il s'agissait logiquement d'un pseudonyme, personne ne s'appelait juste Venus. Ni même Venus, en fait. A part peut-être une strip-teaseuse ou une afro-américaine. Ces gens-là avaient toujours des nom bizarres comme « Princess » ou « Lateesha »... Mais vu la clarté de la peau de Venus, elle n'était pas afro-américaine, quant à l'autre possibilité, elle n'était pas à exclure en tant qu'ancienne profession. Horace hasarda : « Vous faisiez quoi avant de travailler pour... ? » « J'étais danseuse. », répondit tranquillement Venus alors que Horace levait intérieurement les yeux au plafond. Danseuse c'était le joli mot dont usait les strip-teaseuses pour parler d'elles-mêmes. En plein dans le mille, Horace ! Comme toujours. Et s'il avait vu juste à propos de ce Thaddeus Voerman, il allait devenir un homme riche... L'air de rien, l'homme lança : « On va voir Monsieur Voerman ? » « Monsieur Voerman est un homme occupé. », répondit Venus du tac-au-tac, toujours focalisée sur son cellulaire. « Mais il a pu se libérer pour vous voir, vous avez de la chance... » Un sourire étira ses lèvres sombres. « Oh... Bien. Mais son bureau n'est-il pas au centre de Los Angeles ? », observa Horace en constatant, non sans inquiétude, qu'ils s'éloignaient de plus en plus de la ville. « Monsieur Voerman est actuellement sur le site de construction d'un de ses futurs hôtels. C'est là-bas que nous allons. », fit tranquillement Venus.

Horace hocha la tête. La voiture s'engagea sur la rocade quasi-déserte à cette heure de la nuit. Ce Thaddeus était une figure aussi célèbre que mystérieuse dans le coin. Il était à la tête d'une entreprise pluri-séculaire qui avait fait fortune dans l'immobilier. Ou plus exactement, les Voerman avaient commencé à faire parler d'eux au début du dix-huitième siècle en fondant une des premières plantations de coton en Louisiane – et aussi une des plus vastes et des plus productives. Au commencement, aux environs des années 1630, les Voerman n'étaient qu'une poignée d'immigrés de Hollande débarqués en Virginie pour y faire fortune comme usuriers. Et ce n'est donc que plus de cinquante ans plus tard qu'ils se firent connaître comme grands propriétaires terriens. Après leur première plantation, une autre vit le jour pour la canne à sucre. On disait qu'ils traitaient mieux leurs esclaves que les autres et que ces derniers avaient parfois le droit à des postes de contremaîtres quand ils étaient compétant. Le chef de la famille Voerman, déjà fin économiste, pensait qu'un rendement maximum pouvait être atteint pour peu que le personnel soit encouragé et maintenu dans une bonne santé physique, valorisé et exploités suivant leurs compétences propres et qu'au contraire, les brimer et les punir trop sévèrement ne ferait que couler la plantation. Un original que ce Voerman. Tout le monde le pensait à moitié fou mais ils ne pouvaient fermer les yeux sur les bénéfices que leurs plantations faisaient. Et puis dans les années 1840, les Voerman se lassèrent du Sud-Est pour braquer leurs yeux avides vers les terres promises de l'Ouest et se lancer dans la ruée vers l'or, la conquête de l'Ouest. Ils rassemblèrent leur propre caravane en quête de filons aurifères et échouèrent en Californie, état qui acheva de faire d'eux des hommes riches et puissants. Alors ils se tournèrent vers la construction, l'achat, la gestion et la vente de biens immobiliers, ce qu'ils font toujours à l'heure actuelle. Casinos, hôtels, clubs, lotissements, immeubles, entrepôts, restaurants,... Au fil des générations, les Voerman publièrent de nombreux livres – des essais et autres livres de documentation – sur l'économie, le monde de la finance ou le monde dans son ensemble, véritables témoins de leur époque. Et, bien plus secret, Horace Stump était parvenu à mettre la main sur des ouvrages de leur main introuvables dans le commerce : des livres sur les peuples surnaturels, sur les sorciers, les vélanes, les loups-garous, les dragons, les esprits,... Or, les Voerman n'étaient pas du genre à croire aux contes de fée. Thaddeus Voerman était froid, rationnel, cartésien. Pas le genre à faire un oui-ja dans sa cave. Et ça l'avait mis sur une piste très intéressante dont il était proche de tenir la fin. Il paraissait même que depuis les années 1660, les Voerman tenaient des carnets – sortes de journaux intimes – véritables mines d'informations précieuses de leur lignée jusqu'à aujourd'hui et que cette série de centaines de carnets était toujours en cours, repris génération après génération. C'étaient de ces carnets que sortaient les livres qui étaient publiés dans le monde de la surface comme dans le monde underground que Horace essayait de déterrer.

La berline noire roulait dans le désert à présent, fila sur la longue route droite qui s'étendait à l'infini dans la plaine d'ocre noyée dans la nuit. Au bout d'un moment, ils prirent un chemin de sable qui s'éloignait de la route principale. Sur le ciel sombre se découpait vaguement la forme d'un bâtiment en construction. La voiture se gara devant et les portières se déverrouillèrent. Horace sortit. L'air froid le fit frissonner et il leva le nez vers le sommet de l'hôtel en devenir. Puis il regarda autour de lui. En lieu et place de Thaddeus Voerman se trouvait deux armoires à glace en costume absolument identique si ce n'était que l'un était Noir et l'autre Blanc. Un frisson remonta le long de son dos et Horace fut saisi d'un mauvais pressentiment ; or son instinct ne l'avait jamais trompé. Il fronça le nez : « Où est Monsieur Voerman ? » Horace se retourna. Le chauffeur était toujours au volant de la berline, impassible, comme un robot, et Venus s'était arrêtée à quelques pas derrière lui, toujours à pianoter. Horace déglutit. « Répondez-moi, bon sang ! Je- Eh ! Mais qu'est-ce que vous faîtes ? ! » Les deux gorilles l'avaient empoigné chacun par un bras et le traînaient en avant vers une fosse fraîchement creusée à demi-remplie de béton frais pour les fondations de l'hôtel. « Eh ! Mais lâchez-moi ! J'ai des droits !! », protesta Horace de plus belle. A sa grande surprise, les deux hommes obéirent et reculèrent de trois pas. Horace s'empressa alors de sortir son carnet et menaça : « Je vais prendre vos noms et on va voir comm- » « Avec les salutations de Monsieur Voerman. », l'interrompit Venus en levant le nez de son téléphone pour la première fois, un air affable sur le visage. Horace battit des cils et ce fut la seule chose qu'il eu le loisir de faire avait que deux balles de calibre 6 ne lui pénètrent la cervelle, tirée par les hommes de main. Le corps d'Horace tourna sur lui-même et retomba dans la fosse de béton. Un des deux homme actionna la bétonnière qui acheva de remplir le trou, faisant disparaître les preuves de leur méfait sous le ciment frais. Venus s'approcha tranquillement en referma son portable d'un coup sec et baissa les yeux sur le béton lisse. « Eh bien, il n'y a plus qu'à espérer qu'il ne hante pas l'hôtel. »






Thaddeus Voerman en chair et en os se trouvait dans son gratte-ciel du centre de Los Angeles, le nez plongé dans ses comptes, les annotant d'une petite écriture rigide et sévère, les sourcils froncés. Cet idiot de Horace Stump n'était qu'une petite poussière dans sa machine infernale, bien trop massive pour être ébranlée par un journaliste de merde. Voerman travaillait de nuit en raison des nombreux night clubs qu'il tenaient dans le coin, à Los Angeles, Hollywood ou Santa Monica. Il appréciait la vie d'oiseau de nuit, l'air nocturne portait cette ambiance particulière teintée de mystère qu'il trouvait assez grisante quand il avait le temps d'y prêter attention. Il se couchait au petit matin et laissait alors le relais à ses sous-fifres qui avaient sans doute plus de patience que lui pour gérer la masse sociale et grouillante de la journée. Il faut dire que l'avantage qu'il y avait à vivre la nuit était que cela limitait la mascarade de la vie en société, chose qui l'excédait au plus haut point.

C'est sur les coups de deux heures du matin que Venus se pointa dans son bureau de sa démarche sensuelle, perchée sur des talons vertigineux. Elle posa un dossier sur le bureau de son employeur sans relever le regard courroucé de ce dernier – il était sûrement agacé qu'elle n'ait pas pris la peine de se faire annoncer puisqu'elle avait un passe, en temps que sa secrétaire personnelle. « Voilà le compte-rendu sur Londres que vous avez demandé~ Quant à Stump, son compte est réglé. » « Évidemment qu'il l'est. », grogna Voerman en tirant le dossier à lui pour l'ouvrir et le parcourir rapidement des yeux. Cela faisait un peu plus d'un an qu'il préparait son départ pour le vieux continent. Il se passait là-bas des choses dont on pourrait sûrement tirer profit. Et puis il n'avait jamais investit en Europe... C'était l'occasion de leur apporter la lumière américaine dont ces arriérés avaient besoin. Thaddeus avait soigneusement préparé son arrivée en Angleterre : il avait déjà des hommes sur place, un immeuble de bureau, des biens prêts à être achetés ou qui étaient déjà proche de l'ouverture, côté moldu comme côté sorcier. Bien sûr, il n'abandonnerait pas ses affaires aux États-Unis et y retournerait de temps en temps, mais il habiterait à Londres dans un maison spécialement aménagée selon ses besoins et prête à être habitée. Thaddeus referma le dossier d'un coup sec en marmonnant un « Très bien. » avant de tirer son clavier d'ordinateur à lui pour consulter plusieurs de ses comptes en banque. « Bien... Je retirerai un million en liquide sur place et j'irais les convertir en gallions... » Par « j'irais », il voulait évidemment dire « un exécutant ira ». Venus hocha la tête et consulta son téléphone. « Le jet sera prêt à décoller à vingt-et-une heures demain. » Thaddeus lui répondit par un hochement de tête pensif.

La grande majorité de son personnel le suivrait petit-à-petit, telle une fourmilière qui migrerait vers des horizons plus riches en nourriture, suivant sa Reine. On pouvait comparer Thaddeus Voerman à un mafieux à la tête d'un vaste réseau qui trempait dans ses affaires plus ou moins légales, plus ou moins étiques. Il avait de quoi se payer une milice privée pour sa protection, des gardes du corps, sans compter la masse de sous-fifres à son service dans diverses domaines. Voerman comptait sans doute parmi les hommes les plus puissants et influents des États-Unis, largement assuré par sa richesse incommensurable amassée au fil des siècles. Il gérait ses affaires d'une main de fer dans un gant de maille, intransigeant, exigeant et plein d'assurance. S'il tombait, ce serait de très haut alors il faisait tout pour que cela n'arrive jamais, prudent mais avec audace. Le requin en affaires consulta sa montre de luxe et décrocha son téléphone pour appeler son contact déjà à Londres, Pixie Dickens.






Sa gouvernante, Abba Bellerose, lui servait son petit déjeuner dans sa nouvelle maison Londonienne, très affairée. D'un ton guilleret, elle demanda : « Alors, Monsieur Voerman, comment trouvez-vous l'Angleterre ? » Thaddeus grinça des dents et, tournant rageusement sa page de la Gazette du Sorcier, gronda : « Je déteste. J'ai déjà le mal du pays. » A la vérité, retourner dans le monde des sorciers avait quelque chose d'éprouvant pour luis. Ses parents à présent décédés étaient des sangs-purs et qu'elle n'avait pas été leur déception de s'apercevoir que leur fils était né sans pouvoir magique, un vulgaire cracmol. Aussi avait-il été rapidement écarté et s'était-il précipitamment envolé du nid familial pour se mêler aux moldus... Ce retour en force, riche et puissant qu'il était maintenant, sonnait comme une belle revanche. Outre cela, sa seule consolation, c'était tout l'argent qu'il allait se faire sur le dos des British... Son hôtel-restaurant sur le Chemin de Traverse était proche d'ouvrir et il prévoyait de faire retaper des maisons de sorciers pour les revendre. Mais son véritable chef d’œuvre c'était le Deus Ex Machina : pour les moldus, il ne s'agissait que d'une vieille église désaffectée au cœur de White Chapel, mais pour les autres, il s'agissait du plus formidable night club que le Londres sorciers ait jamais connu. Bâti dans une église, donc, l'établissement offrait un vaste espace pour danser, un bar et quelques tables pour manger. Au fond, en lieu et place de l'autel se tenait une scène où des groupes pourraient venir jouer, comme les Bizarr'Sisters. Définitivement, ça allait faire un carton.



hrp

ϟ COMMENT NOUS AS-TU DÉCOUVERT ? Par Desire, qui vit dans ma tête 8D

ϟ LE NOM DE LA PERSONNE SUR TON AVATAR ; Michael Fassbandant. Euh. Fassbender.

ϟ QUE PENSES-TU DU FORUM ? Il est swag. Ben je reviens alors... 8D

ϟ AS-TU LU/VU TOUS LES HARRY POTTER ? Oui, toujours !

ϟ SUR COMBIEN D'AUTRES RP ES-TU INSCRIT SANS COMPTER CELUI-CI ? Trop.


_________________
Pleased to meet you.
Hope you guess my name
Please allow me to introduce myself. I'm a man of wealth and taste. I've been around for a long, long year, stole many a man's soul and faith and I was 'round when Jesus Christ had his moment of doubt and pain. Made damn sure that Pilate washed his hands and sealed his fate. I watched with glee while your kings and queens fought for ten decades for the Gods they made.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ϟ ÂGE : 35
ϟ FONCTION : Psychologue scolaire ; Fantôme en déni ; Ex-Serdaigle.
ϟ AVATAR : Hugh Dancy
http://img11.hostingpics.net/pics/256635tumblrmo8pqsLzd81r0jkkko2r1250.gif

ϟ LIENS : You won't like me when I'm psychoanalyzed.
Therapy doesn't work on me.

Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Re: Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game. Ven 21 Fév 2014 - 0:47

    Bon, je t'ai déjà plus ou moins TOUT dit sur skype mais cette fiche est extrêmement bien écrite. La fin de l'histoire explique son lien avec le monde sorcier donc je n'ai plus rien à redire sinon qu'il est un poil flippant mais que je lève les pouces parce que c'est cool les mafieux (et qu'on va enfin avoir une boîte de nuit sorcière, yehaaa ! 8D).

    J'aime ta description clinique de son physique, qui montre à quel point il est maniaque et méticuleux. Et son caractère est génial, c'est rare de voir des personnages requins-avides de fric. Bref, j'ai hâte de voir ce que ce petit cracmol a à nous offrir et comment il s'intégrera au monde actuel des sorciers.  ducktoyzboub 

_________________
Rudolph with your nose so bright,
Won't you guide my sleigh tonight ?

« Rudolph the Red-Nosed Reindeer
Had a very shiny nose
And if you ever saw it
You would even say it glows
•• .unbreakable »
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: Hold on to all that's dear to you

ϟ ÂGE : 23
ϟ FONCTION : Interne à St-Mangouste - Mangemort
ϟ AVATAR : Colin Morgan


ϟ LIENS : Lonely old treeWhoops-a-daisy

Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Re: Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game. Dim 23 Fév 2014 - 15:20

Aha, j'ai enfin trouvé le temps de lire cette fiche ! \o/
En fait, si je dois résumer, il m'a pas mal fait penser à Picsou XD (Pour ma défense, j'ai lu y a pas longtemps les intégrales de "La jeunesse de Picsou"). Je pense surtout à son caractère, son aversion pour les gens et les relations sociales, son 'originalité' et le fait qu'il soit connu pour. Son obsession de l'argent pour l'argent ! Qui est un symbole de réussite. Et aussi l'histoire de sa famille, ça m'a rappelé tout le parcours de Picsou jusqu'à sa fortune. 8D J'aime bien !
Enfin outre cela, j'aime beaucoup sa personnalité, son physique (♥), la façon dont tu as décrit son physique, Venus (et la partie psychologie XD), le fait qu'il soit cracmol mais qu'il ait réussi autrement dans la vie !

J'ai envie d'un lien avec lui mais ça me parait compliqué. ;;
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: I could be yours, I could be your baby tonight.

ϟ ÂGE : 20
ϟ FONCTION : Etudiant en 6ème année.
ϟ AVATAR : Jake Cooper.


ϟ LIENS : J'ai c'que j'mérite et quelle jouissance
Tu gardes le rythme tu m'mets en transe

Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Re: Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game. Dim 23 Fév 2014 - 15:56

Hiiii merciiii *A*  slurpbaveslip Et on trouvera pour le lien, on trouvera >8D

_________________
You're not good for me
but baby I want you
Take another drag, turn me to ashes. Ready for another lie ? Says he’s gonna teach me just what fast is, say it’s gonna be alright. Do you think we’ll be in love forever ? Maybe I like this roller coaster, maybe it keeps me high, maybe the speed it brings me closer. I could sparkle up your eye.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Re: Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game. Mer 26 Fév 2014 - 16:49

Tu m'as eue au moment où j'ai vu que tu avais choisi Michael (oui juste Michael parce que dans mes rêves nous sommes assez intimes pour que je me le permette). Je le mets dans le camp des gentils juste parce qu'il a choisi Bubus et pas Bella et du coup je lui ouvre grands les bras.
Surtout que j'aime le fait que tu es réussie à créer un personnage avec une ambiance vraiment unique pour le coup.
Je trouve Venus cool et j'ai toujours eu un faible pour les "mafieux" (et puis c'est un vampire cey koul).

Je te souhaite pas de t'éclater avec lui car je vois que c'est déjà le cas ♥
avatar

: Do you think this is a motherfucking game ?

ϟ ÂGE : 370
ϟ FONCTION : Homme d'affaires. Propriétaire foncier. Plus ou moins mafieux. Patron du Deus Ex Machina. Roi de la Nuit.
ϟ AVATAR : Michael Fassbender.
ϟ ABSENCE ? : Du 3 au 20 Juillet puis du 28 Juillet au 3 Août.



ϟ LIENS : So if you meet me, have some courtesy.
Have some sympathy, and some taste.
Use all your well-learned politesse or I'll lay your soul to waste.

Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Re: Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game. Mer 26 Fév 2014 - 19:02

Merci ♥♥ (owi Michael. Fassy. Cet homme. Comment ne pas se sentir intime avec lui ? Je ne sais pas.) Ça me touche beaucoup ce que tu dis ♥ Et les mafieux c'est le bien ! (les vampires aussi, si seulement tant de daubes n'avaient pas saccagé leur awesomeness D: )

♥♥♥  slurpbaveslip

_________________
Pleased to meet you.
Hope you guess my name
Please allow me to introduce myself. I'm a man of wealth and taste. I've been around for a long, long year, stole many a man's soul and faith and I was 'round when Jesus Christ had his moment of doubt and pain. Made damn sure that Pilate washed his hands and sealed his fate. I watched with glee while your kings and queens fought for ten decades for the Gods they made.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.
MessageSujet : Re: Thaddeus ✞ What's puzzling you is the nature of my game.

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les fantômes du passé cachent de lourds secrets ? avec Thaddeus.
» Thaddeus Thorne - I can see through your eyes... [UC]
» - is he dead ? - he's just old... ? Thaddeus Harmon
» Présentation de Thaddeus Golias [Morbide]
» Joyeuses retrouvailles | Thaddeus & Mia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: La Bible du Forum :: Choixpeau Magique :: Présentation du personnage :: Présentations validées-