Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Jeu 6 Fév 2014 - 19:12

« Je veux un animal de compagnie. »

La pièce sembla se figer un instant, avant qu'inquiet tu ne tournes la tête vers ton colocataire. Tous les deux confortablement installés dans votre salon, un timide feu ronronnant à proximité, rien ne présageait qu'un bouleversement allait survenir dans vos vies. Tu t'en voulais de ne pas avoir su taire cette envie. Non pas que tu la trouvais étrange ou bizarre mais déjà il n'était pas dans tes habitudes Clément d'exprimer aussi légèrement et sans précaution ne serait-ce que le plus petit de tes désirs. Ton caractère naturellement généreux, altruiste, ne t'avais pas appris à faire de tes envies des priorités et encore moins des choses nécessaires à divulguer. En fait la dernière fois que tu avais d'abord pensé à toi , était lorsque tu avais décidé il y a quelques mois de reprendre tes études pour obtenir le fameux pass qui t'ouvrirait les portes de l'enseignement. Quoiqu'il en soit, outre ta nature discrète, il y avait aussi le comportement particulier d'Anselme, ce dernier réagissait de manière tout à fait imprévisible au moindre signe d'intrusion dans votre univers et tu n'osais imaginer le devenir d'un pauvre animal sans défense une fois tombé entre ses mains.
Toutefois et ce malgré le regard d'acier et indéchiffrable de ton ami, tu te rendais compte que tu n'avais pas envie de revenir sur tes paroles. Tu désirais vraiment et sincèrement avoir à vos côtés un être dont tu prendrais soin et qui permettrait à Anselme de s'acclimater à une autre sorte de compagnie. Raclant un peu ta gorge et choisissant d'abandonner le journal que tu tenais, tu tournas la tête vers la cheminée ;

« J'aimerais avoir un animal... Juste, pas forcément grand et encombrant, quelque dont je devrais m'occuper. »

Ta voix avait diminué vers la fin. Honteux d'avouer que c'était de foutus instincts maternels qui jusqu'alors dirigés vers ton jeune frère, semblaient maintenant désireux de se tourner vers un nouvel objet.

« Il pourra être à nous. »

Encore une fois les mots étaient tout juste chuchotés. Tu ne voyais pas d'autres raisons à un tel achat, hormis ton besoin maladif de prendre soin des autres, de donner de l'amour à un être vivant, et aussi mais surtout de symboliser quelque peu votre colocation. Cela ne faisait que quelques mois que vous viviez ensemble et déjà tu pouvais sentir que chaque fibre de ton corps s'adaptait à la présence, aux gestes et aux pensées d'Anselme. Il y avait une chance pour qu'il te dise oui et tu ferais en sorte de ne pas la laisser s'échapper.
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Ven 7 Fév 2014 - 21:33

    Tu étais en train de lire un essai très intéressant sur la vie des sorciers au temps de l'Antiquité grecque. En réalité tu ne comprenais absolument pas pourquoi on nommait ces gros bouquins de 200 pages et des poussières un essai. Ce mot te donnait plutôt l'idée d'un fascicule léger résumant un sujet. Mais peu importe. Tu ne rechignais pas devant un pavé pareil, c'était comme qui dirait ta tasse thé.
    Tu étais donc fortement inspiré par le passage sur la politique et en particulier la démocratie d'Athènes qui, d'après l'auteur, avait été instaurée par un sorcier au nom de Clisthène, inventeur aussi du misthos, rétribution accordée à ceux qui occupaient les fonctions publiques. Bref, une lecture passionnante pour toi Anselme, mais qui aurait semblé totalement ennuyeuse pour le néophyte. Comme les traités sur les polder Hollandais qui comprenait de savants calculs prédisant le futur de ces avancées de terre sur la mer.
    Voilà à peu près le contexte de ta charmante journée de week-end en compagnie d'un bon livre et de Clément à tes côtés.
    Cette tranquillité, malheureusement dérangée par l'envie incongrue de ton colocataire. Franchement, l'idée d'avoir un animal domestique ne t'avait jamais effleuré l'esprit. C'est bête, inutile et plus qu'embarrassant. Tu te demandais, en le regardant droit dans les yeux, ce qui avait pu passer dans la tête de Clément pour qu'une idée aussi saugrenue puisse y germer.
    Oui, il est facile de comprendre que tu n'es pas un ''fan'' des animaux. Il y avait tout de même les chiens que tu pouvais encore supporter. Attention, pas les chihuahuas qui peuvent japper devant un sachet plastique qui flotte au vent ou une feuille d'arbre qui tombe.
    Tu préfères les utiliser comme sujet d'expérience plutôt que les nourrir ceux-là.
    Tu étais là dans tes réflexions le regard fixé sur ton colocataire essayant de comprendre.

    « Il pourra être à nous. »
    Cette phrase t'arracha un sourire de complaisance. Avoue que ce nous te faisait plaisir, au fond. Cette idée que Clément et toi pouviez vous résumer par un seul et même mot. C'était agréable à penser. Mais il fallait régler cette affaire d'animal de compagnie au plus vite. Tu ne voulais vraiment pas qu'une petite bête au regard mauvais s'interpose entre ce nous.

    - Tu es vraiment sûr de le vouloir ? Je veux dire, es-tu vraiment certain de ta démarche ? Parce que une fois acheté tu ne pourras pas faire marche arrière. Je sais très bien que tu seras capable de t'en occuper. Seulement quand tu seras absent, eh bien... ne compte pas sur moi. Même si je le voulais je pourrais oublier de le nourrir, tu me connais.

    Tu avais asséné ces mots avec rapidité pour ne pas être interrompu dans le fil de ton raisonnement. Tu espérais vraiment que Clément renonce à cette idée... Tu en doutais cependant.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Ven 14 Fév 2014 - 12:22

Visiblement les choses n'allaient pas se passer aussi facilement que tu l'espérais. Pas de surprise, tu savais à quel point il fallait user de finesse et de tact pour amener Anselme à faire quelque chose qu'il ne voulait pas... Ça ou par exemple jeter toute la vaisselle sale sur son lit pour bien lui faire comprendre que si sa part de ménage n'était pas faite il y aurait des répercussions – la menace de détruire ses expériences restait néanmoins le moyen le plus rapide de parvenir à un accord. Cependant, tu ne voulais pas cette fois-ci user de la force pour obtenir ce que tu voulais, tu souhaitais que tout comme toi, ton colocataire ait envie d'un animal – ou en tout cas qu'il accepte l'idée de devoir tolérer un autre être vivant dans son espace vital.

« Aussi certain que lorsque je t'ai proposé d'emménager ensemble Anselme. Tu lui offris un merveilleux sourire. Avoir un animal nous permettra d'avoir de la compagnie quand l'un de nous sera absent ou trop occupé. Cela nous ferait un invité de plus lors de soirées fondue savoyarde ! »

Même toi tu savais que cet argument était de loin le plus faible que tu pouvait sortir, mais tu étais trop préoccupé à ne pas perdre l'attention de ton ami pour te soucier sincèrement de ce qui sortait de ta bouche.

« Nous ne sommes pas obligés de prendre un animal qui rallongerait nos factures à travers des dépenses en nourriture, soins, etc. Il faudra lui donner un nom, celui que l'on veut : Cyrus, Pamplemousse, Frankenstein, on a le choix. Durant ton discours tu avais commencé à t'agiter, tu étais maintenant debout et tu faisais des aller-retours dans le salon. Il y a des tonnes d'animaux qui ne nécessite pas une attention constante, c'est ce qu'il nous faut. Et puis... tu croisas son regard. Je doute que tu mettes sérieusement en danger la vie d'un être que nous aurions choisi... et aimé... ou en tout cas que moi j'aimerai. A nouveau un sourire éblouissant s'afficha sur ton visage. Tu étais maintenant à cheval sur le bras du fauteuil où se tenait Anselme et pour une fois plus grand que lui. Alors, si tu n'as plus d'arguments contre, est ce que nous pouvons maintenant aller dans une animalerie ?... S'il te plaît. »

Tu ne pouvais pas en être certain Clément, mais il y avait une odeur de victoire qui s'infiltrait jusque sous ta peau et tu ne parvenais pas à faire cesser le sourire réjouit qui se dessinait sur tes lèvres.

Yo-ho-ho:
 
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Lun 24 Fév 2014 - 13:24

    Clément... sous tes airs de petite personne inoffensive tu es un vrai fourbe. Tu le sais ça ? Me sortir autant de sourires à la minute c'est... Non tu n'oserais jamais lui dire à voix haute. Tu préférais garder ces considérations pour toi, ou pour un autre jour. Quoiqu'il en soit sa tactique marchait. Tu n'avais à ce moment aucune remarque sarcastique à formuler en présence d'autant de joie. Il faudrait être un monstre pour priver Clément d'être heureux tellement il pouvait être ... charmant dans ces circonstances... lorsqu'il souriait.
    Histoire de ne pas lui faire savourer sa victoire trop vite. Car tu avais tout de même ton mot à dire et avoues que ça te brûlerais la langue de reconnaître de but en blanc ta défaite.
    Tu te lèves donc de ta confortable place pour aller jusqu'à la fenêtre et rejoindre dans un même mouvement Clément encore en équilibre sur le rebord de ton fauteuil. Trajet inutile peut être, mais qui te permis de reprendre ta contenance et remettre tes idées en place. Peut-être que au final tu céderais, c'était certain même. Cependant tu n'allais pas mettre genoux à terre si vite.

    Tu t'approches de ton colocataire. Vos visages se rencontreraient presque. Tu sens son souffle chaud. Dans ses yeux pétillait cette vie si chère. Enfin ce n'est pas le moment de flancher ! N'avais-tu pas une réplique à lancer ? Oui voilà...
    Tu te racles la gorge sans quitter ton interlocuteur des yeux.

    - Cher monsieur Delpech, sachez qu'il sera loin le jour où vous arriverez à me forcer d'accepter une bestiole à quatre pattes, qui, j'en suis certain, apportera une armée de puces dans notre appartement et qui... Oh, ses yeux étaient magnifiques d'ici. Toutes ces teintes de bleus, comme un ciel de printemps. Je... qui de plus... Tu n'avais pas remarqué ce grain de beauté près de son œil gauche tiens-donc ! Passera son temps dans nos pattes à quémander de la nourriture. Et tu sais très bien que tu n'arriveras pas à lui dire non. Nouveau parfum. Ça lui allait beaucoup mieux, mais son odeur naturelle respirait déjà quelque chose d'apaisant. Je suis certain qu'il deviendra obèse et mourra d'une crise de foie et toi tu pleureras beaucoup. Alors pourquoi se faire du mal gratuitement ? Imagine tout de même les dépenses pour le vétérinaire, s'il faut faire des opérations et lui payer une place au cimetière des animaux ! Ce n'est pas sérieux. Franchement si tu veux mon avis, autant nous épargner tristesse et larmes. Tu ne penses pas ?
    Tu t'amusais à regarder ses traits : Deux pattes d'oie naissantes qui rendaient son regard encore plus charmant...

    Silence.

    D'un seul coup tu fis un pas en arrière. Tu savais qu'une seconde de plus et tu faisais la plus grosse bêtise de ta vie... l'embrasser ?! Mais qu'est-ce qui avait bien pu te passer par la tête. En tout cas il était moins une.
    Perdu ta belle contenance, espérant que tes joues n'avaient pas piqué un fard. Tu passa ta main sur l'une d'elles... un peu chaude.

    - Je... écoute fais ce que tu veux en définitive. Peut être que je m'y habituerais. Je vois bien que tu en as envie. Mais je t'en supplie ne l'appelle pas pamplemousse, par Merlin !



Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Mar 25 Fév 2014 - 21:38

Tu contemplais d'un air amusé les gestes de ton colocataire. Ce dernier semblait toujours apprécier de faire le « show » et à défaut d'autres mots il t'arrivait parfois de le qualifier de « drama queen » de ce ton consterné et affectueux qui était exclusivement réservé à Anselme. Ton sourire n'avait toujours pas quitté tes lèvres, et il s'agrandit même lorsque l'homme envahit ton espace personnel sans la moindre gêne. Il ne se rendait même pas compte de son comportement à ton égard lorsqu'il se sentait vaincu, c'était presque comme s'il espérait que votre proximité pouvait influencer sur tes décisions... Bien, peut-être un peu, mais l'expérience t'avait appris que c'était principalement l'inverse qui fonctionnait. Tu n'aimais pas y penser, mais il était pour toi très clair que le manque de véritable affection et de relations sincères avait rendu Anselme faible à toutes tentatives d'intimité, ou du moins aux tiennes.
Les yeux pétillants tu écoutais avec beaucoup d'indulgence le discours de ton ami car tu savais que son incapacité à te regarder dans les yeux plus d'une minute ne pouvait signifier qu'une chose : tu étais en train de gagner. Tu ne pus t'empêcher de lui faire une brève remarque, lorsqu'il s'embrouilla dans ses propos, sur son éloquence qui laissait à désirer, avant de glousser en l'entendant te tutoyer de nouveau.
Malgré toi, tu commenças à te perdre dans l'observation des traits de ton colocataire au lieu d'écouter sérieusement ce qu'il te disait. Ton regard s'était fixé depuis plusieurs minutes – et de façon pour le moins dérangeante – sur les lèvres du médicomage, quand la virulence de son ton te ramena à la réalité.

« Imagine tout de même les dépenses pour le vétérinaire, s'il faut faire des opérations et lui payer une place au cimetière des animaux ! »

Un rire secoua tes épaules. Et dire que tu pensais tes arguments bancals ! Ce n'était rien comparé à ceux d'Anselme qui paraissait bien décidé à te montrer le « ridicule » de votre sujet de conversation. Tu attendais patiemment qu'il ait terminé, mais quand enfin il eut un silence, tu eus la surprise de le voir brusquement reculer et emporter avec lui la douce chaleur qui avait parcouru ton corps pendant ces agréables minutes.

« Anselme, il y a un... »

Tu t'inquiétais. Tu avais peur d'avoir commis un quelconque impair qui briserait votre entente et votre amitié. Peut-être qu'il avait lu quelque chose dans ton regard, quelque chose qu'un sang pur comme lui ne pouvait accepter d'un né-moldu ? Tu ne savais pas. Vous n'étiez colocataires que depuis huit mois et il avait encore tellement de chose que tu ignorais sur lui. Néanmoins, il semblait que ton inquiétude était mal placée puisque Anselme venait de s'avouer vaincu. Tu ne parvenais toutefois pas à être totalement satisfait. Certes tu allais avoir cet animal dont tu rêvais tant mais tu ne parvenais pas à te sortir de la tête le visage troublé de ton ami. Tu hésitas un instant sur ce que tu allais bien pouvoir répondre et au final tu optas pour le plus simple : ignorer ce qui venait de se produire.
Les lèvres courbées, tu te redressas et offris un sourire radieux à Anselme tandis que tu posais avec précaution une main sur son épaule.

« Merci. Je sais que cela risque d'être difficile pour toi, cependant il était important pour moi et pour notre vie commune que j'ai ton accord. Tu penchas un peu la tête et rajoutas d'un ton innocent. Mais tu sais, si tu as peur de ce que je compte ramener dans notre appartement, tu devrais m'accompagner à l'animalerie. On aura qu'à choisir ensemble un animal qui nous plaise et tu veilleras au grain quand je déciderai de son nom. Qu'en penses-tu ? Tu es partant ? »

Une autre bataille s'engageait mais celle-ci avait beaucoup plus de chance de succès, le Chemin de Traverse n'était qu'à quelque rue de votre immeuble et vous veniez tous juste de faire réparer votre cheminée si la flemme menaçait de vous prendre.
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Mar 4 Mar 2014 - 9:30

    Ce qui venait de se passer était gênant. Ta réaction t'avais mis mal à l'aise. En effet, ce n'était pas dans tes habitudes de perdre le contrôle sur tes sentiments.
    Tu avais jusqu'alors très bien géré ta relation avec Clément malgré le fait que tu n'étais pas totalement insensible à sa personne. Tu le savais depuis le début, mais tu savais aussi que ce serait un mauvaise idée de céder. Car tu avais peur des conséquences que cela pourrait avoir sur votre entente.
    C'était quelqu'un de cher pour toi, tu l'avais peu à peu compris au fil de votre colocation.
    Tu ne voulais pas le perdre simplement pour un caprice. Rester à ses côtés était ton souhait.
    Alors comme tu voyais bien qu'il ne partageait pas les sentiments que toi même pouvait avoir, et surtout parce que tu n'avais pas envie de gâcher votre si belle complicité tu ne laissais rien paraître.
    Ou plutôt tu essayais... Ce qui venait de se passer était la preuve que tu n'étais pas au point. 
    Cela ne faisait rien. Tu allais te rattraper et éviter une nouvelle erreur : Se tenir à bonne distance de ton colocataire était un bon début d'après toi. 

    Bien entendu ce dernier n'était pas au courant des directives que tu venais de mettre en place et lorsque sa main se posa sur ton épaule, tout ton être fut parcouru d'un frisson. Tu t'étais éloigné de la réalité et Clément venait de te faire revenir sur terre. 
    Toujours souriant à ce que tu pouvais voir... Il ne te facilitait pas la tâche, on pouvait le dire.
    Même en même temps tu lui avais donné la victoire qu'il espérait en acceptant sa proposition.
    Bien entendu tu n'avais toujours pas changé d'opinion à ce sujet : aucune envie d'avoir une bestiole petite ou grosse dans votre appartement...Cependant tu ne pouvais pas retirer ton aval et tu ne comptais pas rendre Clément malheureux. Tu pouvais au moins faire ça...
    La proposition de l'accompagner à l'animalerie était tentante, tu pouvais de cette façon avoir un œil sur ses choix et éviter le pire.

    " Eh bien, j'ai encore quelques recherches personnelles à faire mais... je pense qu'elles pourront attendre notre retour. Montrer que ta passion numéro une passait après Clément était un moyen efficace pour montrer ton dévouement et avoir un bonne excuse dans un futur proche, tu calculais tout. Par contre je ne veux pas d'animaux idiots qui viennent d'un magasin moldu ! Aie au moins la gentillesse d'en choisir un un minimum intelligent et non pas juste bon à japper toute la sainte journée."

    Il ne fallait pas non plus que tu te laisses marcher sur les pieds. Tu avais accepté certes, mais tu avais tout de même ton mot à dire dans cette histoire.

    " Laisse moi une minute, je vais me changer. "

    Tu te dirigeais vers la chambre pour enfiler une tenue plus adéquate que ton pyjama et ton manteau de chambre, trop feignant pour te changer le weekend si vous ne sortiez pas.
    En passant devant le miroir tu vis la barbe naissant sur ton visage. Il serait peut être temps de raser tout ça... ou bien tenter de laisser pousser. Ça méritait réflexion. De ta chambre, la porte entrouverte et tout en enfilant une chemise propre tu demandas conseil à ton cher colocataire.

    " Dis-moi Clément... tu penses que je devrais essayer la barbe ou bien toute tentative serait un désastre ? "

    Tu trouvas ça un peu idiot de lui demander ce genre de chose... mais là encore tu n'avais pas pensé avant d'agir et il était évident pour toi de demander l'avis de ton colocataire. Un avis qui, semblait-il, comptait pour toi.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Jeu 3 Avr 2014 - 19:50

Tu n'avais aucune idée des pensées et sentiments qui tourmentaient ton ami. Nom d'un troll, tu ignorais même jusqu'à il y a quelques secondes que quelque chose pouvait bien ennuyer Anselme. Si les signaux avaient persisté, tu aurais très certainement cherché à en savoir plus - sans utiliser ta capacité, jamais en utilisant ta capacité – et à exposer à la lumière ce que tu croyais être un problème pour ton colocataire. Tu étais néanmoins ravi de voir qu'il semblait d'humeur à t'accompagner, et tu appréciais doublement son geste puisqu'il choisissait de te faire passer avant son travail. Un sourire fleurit sur ton visage et un doux rose vint colorer tes joues, offrant au monde un clair aperçu de ta gratitude mais surtout de la joie que te procurait une telle décision. C'était par de petites attentions comme celle-ci que tu mesurais l'ampleur de votre amitié et surtout son caractère unique quand on savait comment Anselme érigeaient naturellement des barrières entre lui et les autres.
Tu ne pris pas la peine de répondre à la condition qu'émettait ton ami sur la nature de votre futur animal de compagnie, tout au plus tu levas les yeux au ciel avant de poser un regard affectueux sur le médicomage. Comme si tu n'y avais toi-même pas déjà pensé que pour espérer le contenter il te faudrait au moins dénicher un être doté d'une particularité.
Ne voulant pas signaler à Anselme que de toute façon les animaux pour moldus ou pour sorciers demeureraient tous aussi bruyants et ne seraient pas toujours des plus intelligent tu pris soin de te taire et préféras ne pas relever sa remarque. Tout cela n'était au fond qu'une question d'éducation, de dressage, voilà tout.

« Tu seras de toute manière là pour éviter que cela arrive Anselme. »

Si seulement tu savais combien tu étais loin de la vérité. Certainement que si ton ami avait pu voir votre avenir il aurait été moins facile à convaincre... Mais ne nous précipitons pas dans l'histoire. Pour le moment, il te fallait attendre que Monsieur Alwell se vêtisse pour sortir et quitte ainsi son pyjama et sa robe de chambre – un accoutrement auquel tu t'étais habitué et que tu avais appris à aimer de par le fait que tu étais une des rares personnes à qui une telle vue s'offrait – et non tu ne voulais pas penser aux anciennes et futures relations de ton colocataire qui avaient eu elles le privilège de le voir dans une tout autre tenue... D'ailleurs, penchant ta tête en arrière de quelques centimètres jusqu'à ce que tes yeux trouvent ce que tu cherchais, tu te retrouvas bien vite à fixer stupidement le dos nu du médicomage. Rouge, tu te redressas rapidement et décidas qu'il valait mieux pour toi d'observer le paysage plutôt que de céder à la tentation. Tu n'avais aucun droit de regarder. Tu étais même sûr que tu n'avais pas non plus le droit de laisser à ton esprit la liberté d'imaginer tes mains sur ce dos. Dans un geste nerveux tu commenças à tapoter ton genou, priant pour que lorsque ton ami ressortirait de sa chambre, il soit incapable de distinguer ton trouble.

A son retour tu lui offris un petit sourire et gardas obstinément les yeux fixés sur son visage. C'est d'ailleurs à ce sujet qu'Anselme t'interrogea, et tu ne pus t'empêcher de froncer les sourcils devant l'incongruité de sa question. Etait-il sérieux ?

« Je pense que tu devrais agir comme il te plait... Mais personnellement je trouve que tu es parfait comme tu es. Tu rougis, avant d'ajouter d'une voix hésitante. Mais ce n'est que mon avis, il y a sûrement des personnes qui te trouveront attirant avec une barbe... ou sans... Tout dépend de ce qu'aime la personne que tu souhaites séduire. »

Tu avais hésité à donner ton opinion, si bien que tu t'étais senti obligé de nuancer tes propos. Vous étiez amis et simplement amis, tu ne pouvais pas imposer tes goûts de cette façon et l'empêcher de conquérir qui il voulait.
Tu te raclas la gorge avant de te diriger vers la cheminée.

« Si tu es prêt on peut commencer par se rendre à la Ménagerie magique sur le Chemin de Traverse et on avisera si on ne trouve pas notre bonheur. Je t'attends là-bas. »

Tu pris une poignée de poudre provenant du crâne sur le meuble à côté de l'âtre, pénétras dans le foyer et prononças le nom de ta destination en te retournant pour sourire à Anselme, avant de disparaître et de te retrouver là où tu le désirais.
Tu n'attendis qu'une minute, et le médicomage se trouva à tes côtés.

« On y va ? »
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Mar 8 Avr 2014 - 10:55

    Ton visage se fronça à la remarque de Clément. Certes, tu appréciais énormément de savoir que ton colocataire approuvait ton physique, mais qu'il puisse aussi imaginer que tu faisais ça pour conquérir un ou une inconnu, que tu avais jeté ton dévolu sur une personne...
    Ça te pinçait le cœur de le voir croire que tes sentiments pouvaient aller vers une autre personne. C'était en quelque sorte insulter ceux qui se portaient exclusivement sur lui. Bon, il est vrai que depuis votre rencontre il t'était déjà arrivé de partager une nuit ou deux avec ces inconnus en question et ne pas revenir dormir à votre colocation. Mais il n'avait jamais été question de sentiments dans ces cas là. Simplement de pulsion dira-t-on ou encore d'un moyen de trouver un peu de chaleur humaine. Mais pas question d'avouer. Pas maintenant, tu te le répétais assez souvent. Au point où ces mots devenaient comme un mantra pour pouvoir supporter cette patience peu commune chez toi. Qu'adviendrait-il sinon ? Serais-tu prêt à risquer cette relation ? Non, bien sur que non...

    « Je pense avoir encore un peu de temps pour réfléchir au devenir de mon menton » Tu passas ta main sur le-dit menton, ta peau était déjà un peu rugueuse et piquante. Un instant, les yeux dans la vague, tu te dis que si Clément appréciait ton visage imberbe autant le garder tel quel. « mais ça doit être assez gênant pour... dans la vie de tous les jour, une barbe. » Te promettant mentalement de raser les poils drus qui commençaient à pousser le soir même.

    Tu suivis des yeux ton ami qui s'avançait vers la cheminée, tu répondis à son sourire automatiquement. Le voyant disparaître derrière la fumée noire tu prononças ces mots à demi-voix, comme un secret : « C'est toi que j'aimerai séduire crétin ! »

    Puis tu attrapas à ton tour une pincée de poudre et rejoignis l'homme de ton cœur. Un sourire amusé sur tes lèvres par tes dernières paroles. Ton bras gauche alla envelopper les épaules de Clément dans un geste qui se voulait purement amical. Soudain prit d'une singulière envie d'être heureux tout simplement.

    « Je suis quand même assez curieux de connaître notre futur colocataire. Même si les bêtes ne sont pas ma tasse de thé. »

    Il n'y avait que quelques pas avant d'arriver devant la ménagerie, tu rompis le contact lorsque vous vous retrouvèrent devant la porte du-dit magasin. Déjà une odeur de fauve s'échappait de cet endroit. Tu laissas Clément passer le premier, espérant pouvoir prendre une dernière bouffée de pur oxygène avant d'entrer dans cette puanteur. Tu te promettais de ne pas perdre ta bonne humeur, pour Clément il le fallait.
    Alors prenant ton courage à deux mains, et tenant bêtement ta respiration, tu passas à ton tour le palier...

    Anselme, tu prenais sur toi. Acheter un animal de compagnie... qu'est ce qui était passé par la tête de ton colocataire pour qu'une idée aussi saugrenue puisse germer ? Pourtant tu avais donné ton consentement et tu avais promis de ne pas peiner Clément avec ta mine de grognon habituelle. Cependant tu espérais qu'il n'allait pas prendre ce lézard qui faisait les cent pas dans sa cage comme un damné. Tu as les reptiles en horreur. Ni même ce chat au poils ébouriffés qui te regardait d'un œil mauvais... ou bien ne faisait-il que rendre le regard noir que tu lui lançais toi-même.
    Tu jetas un coup d'œil à Clément. Le sourire qu'il arborait te décrispa : Il ressemblait à un gamin émerveillé devant sa première baguette magique pour enfant. S'arrêtant devant chacune des cages et te hélant pour demander ton avis. Toi tu répondais par un grognement mi-amusé mi-dubitatif ou parfois le gratifiais d'une réponse construite.

    « Non ce lapin à une tête bizarre, je suis certain qu'il a une maladie cérébrale. Tu as vu son regard ?! On dirait un cinglé ! Ou bien pour un écureuil : Voyons Clément, on sait tous que les écureuils ne savent pas tenir une seconde en place, même avec un charme tu ne tourneras pas le dos cinq secondes qu'il aura déjà décampé par la fenêtre. Et puis ça grignote n'importe quoi ces machins là. » lanças-tu quelque peu désespéré par les choix de ton ami. « Sinon tu peux aussi prendre ce hérisson. Ça ce serait un bon choix le hérisson. Je vous le conseille fortement monsieur » Une lueur d'espoir dans tes yeux.

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Mar 29 Avr 2014 - 21:50

Tu accueillis avec un sourire la décision de ton ami avant de l'engager à s'activer pour ne pas arriver à la boutique quand la foule se déverserait sur le Chemin de Traverse.
Tu n'eus pas à attendre longtemps avant qu'il te rejoigne et ne place à ta surprise un bras autour de tes épaules. Ce n'était pas que vous ne vous touchiez jamais, tu avais fini par arrêter de compter le nombre de fois où vos doigts s'effleuraient quand tu lui passais une tasse de thé ou un quelconque objet qu'il n'était pas disposé à aller chercher lui-même. Il vous arrivait aussi de vous frôler quand lorsque par chance vous étiez tous les deux chez vous le soir et que par un commun accord vous décidiez de regarder un film et que pour une mystérieuse raison vous trouviez refuge l'un contre l'autre sur le canapé. Il n'y avait donc par de raison de le nier vous vous touchiez. Cependant, lorsqu'il s'agissait d'une main posée sur l'épaule de l'autre, d'un coup de coude dans les côtes, d'une main fermement attachée au poignet, tout cela, c'était généralement toi qui les initiait ces contacts. Tu pouvais donner avec précision les dates et raisons pour lesquelles Anselme avait engagé un quelconque contact physique entre vous, et le plus affreux n'était sans doute pas leur rareté mais plutôt l'état dans lequel te mettait le moindre rapprochement entre vos deux corps Clément. Le cœur battant, les mains tremblantes et l'impression qu'un camion t'avait roulé dessus, voilà les sensations qui parcouraient ton être à cet instant précis, alors que ton colocataire n'avait fait qu'entourer tes épaules de son bras – dans un geste qui n'était très certainement qu'amical. Tu aurais voulu que le sol t'avale pour réagir comme une jeune et virginale demoiselle pour un contact aussi banal ; à ce stade tu espérais sincèrement qu'aucune remarque sur la légère rougeur de tes joues ne serait faite et que dans l'avenir tu parviendrais à contrôler tes émotions.

« Je suis quand même assez curieux de connaître notre futur colocataire. Même si les bêtes ne sont pas ma tasse de thé. » 

Tu reniflas.

« Si on t'écoutait tu jurerais que les êtres humains ne sont pas non plus ta tasse de thé Anselme. Tu le regardas droit dans les yeux. Et nous savons tous les deux à quel point c'est faux. »

Choisissant de ne pas t’appesantir plus longtemps sur un sujet aussi épineux que la soit disant misanthropie d'Anselme, tu préféras continuer d'avancer jusqu'à la Ménagerie tout en profitant de la chaleur enivrante qui t'était offerte par ton bien-aimé colocataire. Une fois devant la porte de la boutique, tu jetas un dernier regard au médicomage tentant de lui transmettre une image précise des dommages auxquels il s'exposait s'il osait te laisser maintenant en plan, puis tu entras en souriant, convaincu que tout irait pour le mieux.
Tu étais au paradis. Il devait y avoir presque une centaine d'animaux ici, et la plupart t'était totalement inconnu. Tu n'avais pas été très assidu pendant les cours de Soins aux Créatures Magiques durant ta jeunesse et tu commençais à regretter un peu ce fait maintenant que tu devais te choisir un compagnon. La vérité, c'est que tu avais déjà eu un animal lorsque tu était à Poudlard, un crapaud. Le plus charmant et adorable crapaud qui ait existé sur Terre. Malheureusement, la pauvre bête n'avait survécu qu'une année avant de rendre l'âme. Tu n'as jamais vraiment su ce qui avait causé sa mort, parfois tu songeais que tout cela était la faute de Bertille Manchiss mais tu n'avais jamais eu de preuve – sinon son aversion notable pour les batraciens. Quoiqu'il en soit tu étais demeuré inconsolable pendant un mois, presque plus mais on t'avait dit que les garçons ne pleuraient pas pour ce genre de choses alors tu avais pris sur toi. Depuis tu n'avais plus jamais voulu avoir d'animal de compagnie, jugeant que c'était un affront à la mémoire de Poppy que de lui trouver un remplaçant. Mais aujourd'hui, tu t'étais levé avec l'envie de t'occuper et d'aimer à nouveau un petit être. Tu n'avais pas cherché le pourquoi du comment, tu avais simplement agi par instinct et maintenant que tu te trouvais devant un lapin à la fourrure noire tu réalisais l'ampleur de ce que signifiait « reprendre un nouvel animal de compagnie ».

« Non ce lapin à une tête bizarre, je suis certain qu'il a une maladie cérébrale. Tu as vu son regard ?! On dirait un cinglé ! » 

Tu regardas une nouvelle fois le lapin, avant de soupirer. Tu ne voulais pas donner raison à Anselme mais il était vrai que tu n'étais pas rassuré de le voir loucher de cette façon. Tes yeux s'illuminèrent quelques instant en voyant un chaton jouer avec une balle en mousse, tu te tournas vers ton colocataire, ravi de ta trouvaille, mais stoppas net tout mouvement en voyant son regard noir rivé sur le petit chat. L'écureuil que tu choisis ensuite n'eut pas plus de succès et le croup non plus. Tu commençais à regretter d'avoir voulu faire participer ton colocataire à cette tâche. Tu reposas l'animal que tu tenais entre tes mains à regret, avant de te tourner un visage agacé vers Anselme. Si rien de ce que tu lui proposais ne lui convenait, il n'avait qu'à au moins faire l'effort de regarder et de choisir quelque chose qui satisferait ses exigences. Tu t'apprêtais à lui faire aimablement remarquer cela, quand Merlin décida de te sauver de ta misère et ton ami te présenta un hérisson. Un hérisson. Tu te mordis la langue pour stopper le cri inarticulé que tu avais failli émettre. De toutes les créatures possibles, tu n'aurais jamais pensé que c'était celle-ci qui attirerait son attention. Courbant la tête, tu regardas fixement l'animal. Tu allais t'en vouloir de briser l'espoir d'Anselme, mais tu ne pouvais pas choisir un hérisson.

« Je suis désolé Anselme mais je ne vais pas le prendre. Tu levas une main pour faire cesser le flot d'arguments qu'il commençait à t'exposer. Je sais. Je suis d'accord, c'est petit, mignon, assez pour qu'on le croit inoffensif alors qu'il ne l'est pas, ça n'engage à pas grand chose mais il sera tout sauf agréable à caresser et je veux être capable de le prendre dans mes bras, alors non. Tu tapotas son épaule. Mais j'apprécie l'effort que tu viens de faire, même si j'aurais pensé que tu prendrais plutôt un furet. »

Tu laissas ton regard dérivé vers les aquariums, avant qu'un croassement aigu ne t'arrache à tes pensées. La sensation de déjà-vu n'était pas amère, néanmoins juste assez troublante pour rendre chaque bouffée d'air difficile à avaler. Tu t'approchas de l'étang installé dans la boutique, t'accroupis pour prendre le crapaud dans tes mains, ignorant la mine de dégoût d'une cliente qui passa à côté de toi, et souris en voyant l'animal gonfler son ventre. Tu passas ton doigt sur sa tête, provoquant un croassement plus lourd chez ce qui te semblait être un crapaud boréal. Tu étais en train de tomber amoureux Clément. C'était comme avec Poppy, à ceci près que tu avais dans tes mains un mâle et que cette fois la personne qui t'accompagnait n'était pas Prairie. Tu pouvais sentir jusque dans tes tripes que tu venais de trouver LE compagnon idéal pour Anselme et toi... Il ne restait plus qu'à le convaincre que tu avais raison. Tu raccourcis la distance qui vous séparait tous les deux et lui présenta le batracien qui sautilla dans tes mains comme pour attirer les bonnes grâces de ton colocataire sur lui.

« Qu'est-ce que tu en dis ? Il est parfait non ? »

Tu avais du mal à ne pas afficher un sourire stupide en regardant l'animal.
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Jeu 3 Juil 2014 - 10:42

Clément, Anselme et Prosper.

    Le bout de ton index gauche collé à la vitre de la cage en verre, tu pointais une boule de poils hérissés en train de laper l'eau de son bassin. Mignon. A l'accoutumé ce mot ne faisait pas partie de ton vocabulaire, mais ce fut la première chose qui te vint à l'esprit en posant ton regard sur la petite bête. Dans le passé, une famille de hérissons habitait dans les fourrés du manoir de Haworth, avec tes sœurs vous alliez donner à boire aux moins farouches d'entre eux. Tu te souvenais du bruit qu'ils faisaient et de Lucy qui avait essayé un jour d'en prendre un dans ses mains, l'expérience avait d’ailleurs été couronnée de succès puisque la bête ayant prit l'habitude de leur présence s'était sans scrupule lovée dans une des paumes de la fillette. Si Clément voulait absolument acheter un animal de compagnie, alors d'après toi c'était le meilleur choix possible. Mais il faut croire que ce n'était pas l'avis de ton colocataire, malheureusement.

    « Je suis désolé Anselme mais je ne vais pas le prendre. » Le début d'un sourire qui s'était formé sur ton visage changea soudainement de direction.

    « Mais voyons Clément, on ne peut pas trouver mieux ! Un hérisson c'est idéal en appartement ; ça n'aboiera ni ne croassera toute la nuit, on pourra le laisser se promener sans se soucier de voir les pieds des chaises rongés, nous serons débarrassé des insectes. Vraiment je ne com-... » Clément anticipa la suite de ton plaidoyer. Tu aurais voulu lui dire que Lucy, elle, avait bien réussi à en prendre un dans ses mains, certes le caresser n'aurait pas été une bonne idée, mais un animal ne se réduisait pas à une boule anti-stress ! Tes sœurs n'avaient pas non plus été des plus tendres avec les bêtes ou les insectes, elles s'amusaient par exemple à poser délicatement du vernis à ongles rouge ou rosé sur les fourmis afin de les différencier et ces dernières étaient aussitôt enfermées dans un tupperware en plastique où la réplique miniature d'une maison avait été construite. Elles passaient alors des heures à les regarder s'agiter et indéniablement suffoquer manquant d'air. Tu avais toujours vu ces distractions comme une cruauté malsaine dans le parcours de l'enfant et tu te demandais parfois si une fois adulte il ne reproduisait pas l'expérience, mais cette fois-ci à l'échelle de ses semblables. Tu pensas à Dorothy.

    Pour ce qui était du choix de ton ami, tu étais terriblement déçu Anselme. Si seulement tu ne t'étais pas juré de laisser Clément choisir sans faire d'histoires comme à ton habitude, cette affaire aurait été pliée et vous auriez pu rentrer aux bras d'un petit hérisson qui, tu le savais, aurait fait votre bonheur. Mais il allait vraisemblablement en être autrement.

    Quelque peu estourbit par le refus de Clément, surtout désappointé, tu lui laissas le loisir de te réconforter vainement par une tape sur l'épaule. Cependant son dernier commentaire te réveilla : « Pardon ? » Tu allais lui demander d'aller plus loin dans le fil de sa pensée, mais une fois de plus il ne te laissa pas le temps de terminer ta phrase et s'éloignait déjà vers les aquariums. Tu le vis prendre avec délicatesse un gros crapaud, comme s'il avait été une relique précieuse sortit du fin fond des âges anciens il commença à lui caresser gentiment la tête. L’intéressé se gonfla comme s'il venait d'avaler une sucette ou un chewing-gum.

    Lorsqu'il revint vers toi avec le crapaud dans les mains, tu ne te laissas nullement attendrir. « Je pensais que tu voulais un animal à caresser... » Autrement dit tu ne pouvais absolument pas comprendre l'attirance de Clément pour une bestiole d'apparence aussi peu encline aux caresses. Qui voudrait toucher ce corps pustuleux et gluant ?! Mais, non Anselme. Ce serait un crime de continuer sur ce ton sarcastique, tu aurais été honteux de briser le bonheur de Clément. Car tu voyais ses yeux briller comme jamais tu n'avais pu les voir, tu fus d'abord attendris, puis jaloux. Jaloux de ce sale batracien, cet avorton de nain comparé à la majestueuse prestance du hérisson. Bon tu exagérais un peu, mais pas énormément. Tu étais bizarrement piqué au vif. Cependant pour le bien de ta relation future avec Clément tu ravalas ta dignité.

    « Non c'est très bien, si ce pustu- enfin ce crapaud te plaît vraiment je n'ai absolument rien à ajouter. » Tu n'avais pas envie de jouer la comédie, tu préférais montrer clairement à Clément que tu n'appréciais pas totalement sa décision – pas du tout même – , mais que d'un autre côté tu lui laissais le choix. Par contre il était clair que ta réaction n'allait pas plaire à ton cher colocataire si tu continuais de cette manière, être franc n'était peut-être pas la meilleur solution, après tout il faut faire des sacrifice dans la vie.

    Alors tu pris un air faussement enjoué. « Je suis. Absolument. Conquis ! » Tu te hasardas à tapoter du bout des doigts le crane de la bestiole, et laissa échapper un sourire à destination de Clément. Menterie. Tes yeux criaient le mensonge, espérons qu'il ne verrait rien.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Dim 13 Juil 2014 - 18:37

Cela n'était sans doute pas volontaire mais instinctivement tu pris une mine contrariée devant le ton ferme de ton colocataire. Tu te doutais bien qu'il n'allait pas accepter le crapaud les bras ouverts, surtout depuis que son cœur semblait être resté avec le mignon petit hérisson qu'il t'avait présenté, mais tu te serais attendu à un minimum de neutralité de sa part. Sans t'en rendre compte tu avais ramené contre toi l'adorable batracien pour le protéger de l’œil noir d'Anselme. Tu savais que peu de gens voyaient les crapauds comme de bons compagnons domestiques. Certes, ils étaient fort utiles dans les potions mais leur apparence était le plus souvent déplaisante, leur « chant » bruyant et rarement mélodieux et surtout ils étaient difficilement domptables. Et le stéréotype construit par les moldus du sorcier avec son chat noir et son crapaud renforçait le dédain avec lequel on considérait les batraciens.
Pour toi Clément il en était tout autrement. D'abord parce que c'était ta mère qui t'avait suggéré l'idée de choisir un crapaud et qui avait su trouver les mots pour te pousser à ce choix : « Il se transformera peut-être en prince si tu l'embrasses, après tout tu es un sorcier maintenant ». Cela aurait été marrant si Poppy était devenue une princesse (non pas que tu aies déjà essayé de l'embrasser...), quoique finalement tu avais été fier de pouvoir la comprendre aussi bien sans qu'elle n'ait besoin de te « parler ». Tu ne sais pas ce qui avait poussé Poppy à te choisir, car ne nous mentons pas, c'est elle qui s'était jetée dans tes bras après avoir gigoté comme une folle dans son aquarium pour attirer ton attention. Tu l'avais trouvé vivante, adorable et tout simplement parfaite pour toi. Les gens sous-estimaient son intelligence et la trouvait dégoûtante ; qu'auraient-ils dit en sachant qu'elle était capable de repérer la présence d'une potion dans ton verre ou qu'elle avait la possibilité de communiquer en morse ?
Tu savais donc combien un crapaud pouvait être précieux et tu n'avais qu'une hâte c'était d'initier ton ami à ce secret.

Bien entendu tu étais heureux de voir que ton désir serait celui qui aurait le plus d'importance, mais tu n'étais pas le genre de personne à imposer tes fantaisies et rêves sans essayer de faire y adhérer l'autre personne. Tu avais réussi à ce qu'Anselme dise oui pour un animal de compagnie, tu arriverais à ce qu'il trouve un peu d'enthousiasme à l'idée d'avoir un batracien dans votre appartement.

« Je ne veux pas que la décision soit unilatérale et que tu te forces. Tu regardas ton ami, le front plissé et une moue quelque peu anxieuse attachée à ton visage. Je me doute que comme beaucoup tu ne vois pas l'intérêt d'un crapaud, mais je t'assure qu'ils sont très intelligents et mignons... Tu baissas la tête, avant de la relever avec un air troublé. C'est un crapaud que j'ai eu lorsque je suis entré à Poudlard, une femelle... j'ai fait toute ma scolarité avec elle... Je trouvais qu'il lui ressemblait... et puis je sais comment m'en occuper... Tu soupiras avant d'ajouter plus fermement. Mais je ne veux pas t'obliger à côtoyer un animal que tu ne désires pas. Tu as déjà été assez généreux pour accepter que l'on en ait un. Tu posas tes yeux sur le petit être qui coassait pitoyablement depuis une ou deux minutes. Je vais le reposer. Tu lui offris un sourire triste. On trouvera bien quelque chose qui nous plaira à tous les deux. »

Déjà Clément tu te redirigeais vers l'aquarium, tournant le dos à Anselme et ignorant le cœur lourd les sauts frénétiques de celui qui aurait pu devenir votre animal de compagnie.

« Je suis désolé, murmuras-tu. Ce n'est pas ta faute, je t'assure. » Mais tes caresses n'y faisaient rien, le batracien coassait de manière misérable.
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Lun 8 Sep 2014 - 15:19

Clément était beaucoup plus lucide que tu ne l'aurais cru, ou plutôt que tu ne l'aurais espéré afin que reste caché ton aversion pour le crapaud. Dans un sens, il devait s'attendre à ce que tu fasses ton difficile surtout que tu ne portais pas le concept d'animal de compagnie dans ton cœur. Un hiboux grand-duc que l'on avait acheté pour ta rentrée à Poudlard avait été ta première et dernière petite bestiole. Tu savais t'occuper des animaux, ce n'était pas là le problème, simplement tu ne comprenais pas toujours les raisons de cet engouement qu'avait la population tant sorcière que moldue pour cette tradition. Les oiseaux de ta tante te faisaient pitié, l'aboiement de sa petite teigne de chihuahua te donnait des migraines alors tu ouvrais les cages éparpillées un peu partout dans la maison pour laisser canaris, perruches et perroquets s'envoler et discrètement tu donnais un léger coup de pied dans le flan du molosse improvisé. Autant dire que tu n'avais jamais été son petit neveu chéri.

Tu avais pourtant la désagréable impression de briser tous les espoirs de ton ami, cela aurait pu être pris de ta part comme une juste vengeance pour le coup du hérisson, mais franchement ça ne te plaisait pas de voir dans les yeux de Clément ce fond de tristesse. Surtout lorsque ce dernier parla de son ancienne amie batracienne, il était clair que son souvenir était teintée d'une profonde nostalgie.

Puis Clément s'étant vraisemblablement résigné, retourna sur ses pas. Les yeux en l'air, tu soufflas. Ton colocataire savait-il à quel point il pouvait avoir de l'influence sur toi ? Mieux valait que non.

« Attends, tu fis le tour de l'aquarium pour te retrouver en face de Clément et de ce stupide pustuleux. Peut-être pourrions nous tenter un essai de quelques semaines en l'amenant à la maison et si vraiment ça ne marche pas on pourras toujours le rapporter au magasin. » D'un geste tu fis mine à Clément de te donner le crapaud, tu aurais bien voulu attraper la paire de gant dans ta poche mais ton colocataire n'aurait sûrement pas apprécié la précaution. « Et si tu as déjà eu à t'occuper d'un crapaud ça ne devrait pas poser problème » Maintenant que tu regardais bien, la bête ne t’apparaissait plus aussi repoussante que tout à l'heure, certes il y avait toujours chez elle cette lueur d'idiotie heureuse qui en disait long sur ses capacités mentales mais tu lui trouvais aussi quelque chose d'attachant. « Je le garde le temps que tu ailles payer à la caisse ? » Il fallait vraiment s'appeler Clément Delpech pour pouvoir bénéficier d'autant d'excès de bonté de la part d'Anselme, qui lui, n'avait vraiment pas le sens du sacrifice en règle générale.
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé] Dim 12 Oct 2014 - 14:37


Tu ne pouvais pas empêcher le sourire éblouissant que tu affichais, et le sentiment de fierté que tu ressentais alors que trônait orgueilleusement entre tes mains le nouvel être qui allait faire partie de votre vie à Anselme et toi. L'air radieux tu passas l'animal à ton colocataire avant de faire glisser une main rapide sur son bras et de serrer légèrement son biceps.

« Merci. »

L'envie de le prendre contre toi monta jusqu'à ton cerveau mais tu décidas de renoncer à cette idée qui encourageait une proximité à laquelle aucun d'entre vous n'était encore habitué et qui serait de toute façon gênée par la présence du batracien.
Sans plus attendre tu filas vers le vendeur, tu ne voulais pas laisser le temps au médicomage de regretter son choix.

« Bonjour, nous nous sommes décidés et nous souhaiterions acheter un de vos crapauds s'il vous plaît. » 

Le jeune homme te sourit.

« C'est une excellente décision, les batraciens sont des êtres très affectueux. Je suis ravi de voir que votre partenaire a finalement cédé, ajouta-t-il en te faisant un clin d’œil. Cela vous fera 10 gallions je vous prie, et je vous offre le service nourriture pour une semaine comme c'est votre premier achat dans notre ménagerie. Passez une bonne journée. »

Estomaqué par l'enthousiasme et la rapidité du vendeur, tu ne songeas pas à le corriger sur sa méprise et sortit sans broncher la somme demandée avant de rejoindre à l'entrée de l'animalerie Anselme. La mine éberluée, tu regardas fixement le brun et votre crapaud. « Je pense que le vendeur a pris notre crapaud pour le substitut d'un enfant. Il pense que nous sommes un couple. »
C'est ce que tu aurais aimé lui dire mais un tel sujet risquait de vous mettre mal à l'aise et tu ne voulais pas entacher une si belle journée.

« C'est fait. Tu souris tendrement au batracien et le caressas délicatement. Tu verras tout se passera bien. Tu regardas Anselme avec un petit sourire. Il saura se faire discret et je suis certain qu'avec le temps tu oublieras même sa présence. D'ailleurs j'ai pensé qu'on pourrait le nommer Prosper. L'animal coassa vivement et claqua ses pattes de manière enjouée. Riant tu débarrassas le médicomage de sa charge.Je crois que ça lui plaît. Alors bienvenue dans notre vie Prosper, j'espère qu'on saura te rendre heureux. »
Contenu sponsorisé


Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
MessageSujet : Re: Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le plus beau jour de Prosper ▬ pv Anselme ♥ [Terminé]
» Un beau jour pour la Dame aux corbeaux
» Adoubement, le plus beau jour de sa vie [TERMINER]
» Jour 1 : la vie est tellement injuste. [Terminé]
» Beau papa, ce soir on se la met! [Terminé / Hot]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: Mini RP terminés-