Secret du moment


A. LICHUAN WHITELAW
(TROUVÉ)

Finalement, tu as plus de points communs avec Lone que tu ne le prétends.

Alors, vous savez ce que c'est ?
Nouvelles de Legi !
ϟ 02/15 : Mise à jour générale. Venez donner votre avis sur le design ici, et découvrir l'event spécial . Vous pouvez en savoir davantage de façon générale ici et découvrir les autres events

ϟ 09/14 : Nouvelles activités ! Vous pouvez participer à la Gazette ici et profiter de la radio de Legilimens.

ϟ WANTED : Nous recherchons actuellement des membres de l'Ordre de tous les âges !

ϟ Et surtout, n'oubliez pas de participer à la vie du forum de n'importe quelle façon ♥


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  


Partagez|


avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Lost in my mountain.
MessageSujet : Lost in my mountain. Lun 20 Jan 2014 - 22:03


Anselme Nicolas Alwell



carte d'identité
ϟ ÂGE & DATE DE NAISSANCE : 28 ans, le 14 septembre 1969.
ϟ LIEU DE NAISSANCEA Londres, plus exactement la maison principale à Regent Street dans le quartier de Mayfair.
ϟ ANNÉE & MAISONIl est Médicomage au service des empoisonnements par plantes ou potions. C'est un grand passionné dans son travail. Chaque cas lui fait l'effet d'un défis à relever. Plus le patient arrive avec une maladie originale plus Anselme sera content. Il passe aussi des heures à expérimenter les effets de telle plante ou les possibles antidotes pour telle autre potion. Il a d'ailleurs chipé des instruments de son service pour travailler à son aise chez lui. Ces temps ci il pousse le vice jusqu'à expérimenter ses recherches sur Prosper. Continuant malgré la défense de son colocataire.
C'est un ancien Serdaigle.
ϟ ORIENTATION SEXUELLE : Anselme n'a jamais eu l'occasion d'apprécier une relation « sentimentale ». Sexuellement parlant se n'est pas une vierge farouche, mais très peu de ses aventures ne sont allé au-delà du premier soir. Il serait aussi bon de vous préciser qu'Anselme n'a pas d'attirance pour un sexe en particulier. Il laisse le destin faire. Même s'il n'y croit pas.
ϟ DESCRIPTION DE LA BAGUETTE MAGIQUE : Bois d'acacia et cœur de Licorne, 29,5 cm.

ϟ PATRONUS : Un ours brun.


ϟ AMORTENTIA : L'odeur de l'orange et l'âcreté des produits chimiques.


ϟ ÉPOUVANTARD : Dorothy en train de pleurer. Il essaye de la faire sourire, mais les larmes coulent sans s'arrêter. Elle hoquete, elle suffoque. Elle meurt.
ϟ ALBUS DUMBLEDORE OU BELLATRIX LESTRANGE ? : Il trouve que Albus à une certaine prestance innée, il a d’ailleurs du respect pour lui. Dans un même temps il le trouve un peu dingue cependant, avec d'étranges manies d'après ce que lui raconte Clément. Bellatrix malgré son petit côté sexy n'est qu'une hystérique complètement azimutée qui dirige une secte de fanatiques accros aux vêtements noir et aux cheveux gras. Aucune chance qu'il ne leurs considère le moindre intérêt.
 
ϟ CELUI-QUI-SAIT OU PHILÉAS FOLENGRAIN ? : Il a toujours répété que le premier ministre était un idiot de première classe et que le reste du ministère n'était pas loin de lui arriver à la cheville. Quant à ce petit fanfaron qui se targue de pouvoir connaître tous les secrets, ce n'est effectivement pas quelqu'un à prendre au sérieux. Sa mauvaise habitude à se cacher aux yeux de tout le monde est vraiment pathétique. Qu'il aille se faire soigner celui-là, lui et ses lubies de monsieur-je-suis-le-maître-du-monde !


ϟ SUCRÉ OU SALÉ ? : Il aurait bien aimé dire acide. Autrement c'est sucré.



ϟ BUT DANS LA VIE :  Peut être qu'il devrait demander au père- noël de le sociabiliser un peu plus. Non mais sérieusement sa vie lui plait vraiment bien dans l'ensemble. Enfin... il voudrait bien déménager de son placard qui lui fait office de bureau au travail pour quelque chose d'un peu plus spacieux...
ϟ CE QUI COULE DANS VOS VEINES : Il vient d'une famille de sangs-purs.
ϟ VOTRE ANIMAL DE COMPAGNIE : Aucun. Il y a déjà beaucoup à faire avec le crapaud de Clément. Cette bestiole inutile ne sait que croasser, croasser, croasser... N'y a t-il donc aucune once de bon sens ou de captation neuronale à l'intérieur de cette ignoble petite bestiole pustuleuse ?! Depuis peu il lui a bien trouvé une utilité cependant... pauvre Prosper.
ϟ SIGNE PARTICULIER : Être l'homme le plus insociable du monde ne suffit pas ? Dans ce cas on peut aussi citer son sens de l'organisation particulièrement ... bien à lui. Ah, et sinon il sait jouer du violon, depuis tout petit d'ailleurs car c'est sa mère qui lui as offert des leçons.



physionomie

ϟ DESCRIPTION PHYSIQUE ; Peut être que ce que les gens remarquent en premier chez toi ce sont tes yeux bleu très clairs, fascinants à regarder. Ce n'est qu'une supposition car tu ne t'intéresse pas vraiment à ce genres de détails sur toi. Les compliments, le physique ce n'est pas trop ton truc. 
Est-ce que tu aimes ton physique ? Tu répondrais à ton interlocuteur que c'est une drôle de question. Même si intérieurement tu as ta petite idée là dessus. 
Tu trouves que tu ressemble à ton père. Un peu trop même... Ce regard froid et inquisiteur que tu peux avoir intentionnellement (ou pas) par exemple. 
Cette grande taille ainsi qu'un port de tête droit et fier. 
Te pincer les lèvres, croiser et décroiser tes mains quand tu es énervé ou contrarié. Tu ne te rends pas compte du nombre de mimiques venant de ton paternel que tu as pu ingurgiter. Dans un sens c'est plutôt normal d'avoir des ressemblances avec ses parents. Par exemple, ces cheveux bruns et bouclés tu les tiens de ta mère. Tout comme ce visage allongé et ce nez aquilin.
Chez toi tout est question de charme. Certaines personnes dégagent un aura étrange qui fascine les gens. Il est difficile de savoir qui du mental ou du physique joue le plus chez toi... Pour aller au boulot tu revêts des costumes hors de prix sans aucune originalité... Pour ne pas les froisser quand tu rentres (parce que tu as l'habitude de t'affaler sur le premier canapé venu) tu enfile une chemise et un pull s'il fait froid et pour le bas un pantalon en velours. Non, mais excusez-le sa garde-robe est d'une ennui mortel. *chuchote* et puis il n'a aucun goût en terme de couleurs *chuchote*. 
 




psychologie

ϟ AIME : La lecture. Entendre le rire de Dorothy. Le calme. Le thé. Son travail et plus encore un cas jamais vu. Montrer son intelligence. Arriver à ses fins. Passer ses après-midi d'été dans l'orangerie de grand-père Swann. Les gâteaux de Clément. Résoudre un cas épineux. Jouer du violon. Les soirées à l'opéra. Mais aussi les soirées à discuter avec Clément autour d'un bon repas.


ϟ N'AIME PAS : Être dérangé quand il essaye de faire la sieste. Dont les croassements de Prosper sont le dérangement numéro 1. Les morales à deux mornilles de Clément. Les souvenirs de Haworth. Les Mangemorts, le Ministère, Rita Steeker... tous dans le même panier. Clément qui essaye de ranger ses affaires. Les gens bêtes. Ses colères qui ressemblent trop à celle de son père à une certaine époque.

ϟ DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE ; « Tu es impossible, invivable. Personne ne voudra de toi, tu finiras seul et aigri. » Voilà ce que la plupart des personnes disaient de toi, ou en tout cas le pensaient très fort. Tu les croyais. Tu t'en fichais. Seulement la vie t'as fait un pied de nez en te donnant l'occasion de rencontrer Clément. Un des seuls qui ne te considérait pas comme un fou solitaire. Les autres peuvent bien parler maintenant que tu as un vrai... amis. Non tu ne finiras pas seul Anselme, la vie en as décidée autrement.
Pourtant ce n'était pas joué d'avance il faut l'avouer. Tu n'es vraiment pas facile à vivre tous les jours. Alors que Clément est sociable et va facilement vers les autres, toi tu restes en retrait dans ton coin, préférant la solitude et le calme. D'ailleurs tu ne sors pas beaucoup, sauf pour aller à l'opéra écouter tes chanteurs favoris. Par contre pour les courses n'en parlons même pas ! Tu es peut être paresseux et plutôt casanier, mais il faut savoir que tu es aussi un être passionné par ton travail. Un travail qui te bouffe la vie. Une sorte de refuge à ton asociabilité. Mais qui dans un autre sens la favorise encore plus lorsque tu t'enfermes dans un cas passionnant jusqu'à oublier la réalité autour de toi.
Que dire d'autre de dérangeant sur toi ? Ah, tu n'aimes pas ça que l'on montre tes faiblesses ! Ce n'est pas toi qui te confierait facilement, il faudra attendre la bonne personne pour révéler tout ce que tu gardes en toi. Ce trop plein d'émotions refoulées tu le transfert certains jours sur les gens qui t'entourent, sous la forme d'une colère noire accompagnée de remarques acerbes. Ça t’arrive de la déchaîner sur les gens que tu aimes. Mais dans ces cas là tu as du mal à contrôler ton émotion. Toi, pourtant l'homme calme et posé, habituellement maître de lui-même.
Un homme qui sait se jouer des autres en jouant un rôle. Oui, tu es capable de faire n'importe quoi pour arriver à tes fins. Mais attention, rien n'est laissé au hasard dans ta démarche. Celle-ci est calculée pour atteindre directement le but choisi. Toutes ces attitudes que tu te donnes... arrives-tu par la suite à retrouver ton vrai toi ? Ne te perds-tu pas dans tes personnalités imaginaires ? Les gens oui.
Tu es un gros ours mal léché, irrité pour un rien et irritant par la même occasion quand quelque chose ne te plait pas. Par exemple lorsque Clément tente de ranger le bazar sidérale que tu appelle ton « rangement personnel ». Tu sais très bien que derrière la potion de mort vivante se trouve la paire de chaussettes que tu as prévu de mettre demain. Quand Clément demande où se trouve le coupon d'abonnement pour la gazette des sorciers tu dis: à côté des brosses à dents. Tout est logique chez toi... mais pas pour tout le monde.
Et l'amour ? Ah l'amour... c'est une notion assez compliquée dans ta petite tête. Pour toi l'amour ne peut pas durer. Oui tu sais que ça peut paraître d'une morosité atroce, mais c'est ce que tu penses. C'est d'ailleurs sûrement pour cette raison que tu n'as jamais gardé une aventure plus de 24H et que tu as décidé de rester au stade de l'amitié avec Clément... peut  être parce que si tu allais plus loin avec lui tu serais obligé de le perdre. Roh, Anselme tu pourrait être moins compliqué quand même !




histoire

Il est temps de vous conter l'histoire d'Anselme. Sûrement que des questions subsistent à la lecture des précédentes lignes. Entre autre sûrement l'identité de la mystérieuse Dorothy qui semble prendre une place importante dans ses pensées. Peut être que ce qui va suivre répondra à vos interrogations, je le souhaite. Cette histoire n'est pas un conte de fée, voici simplement le récit d'un enfant, d'un adolescent et d'un adulte à qui la vie n'a pas toujours sourit. Comme de nombreuses personnes d'ailleurs. Je m'engage ici à dire toute la vérité et rien que la vérité. N'omettre que les détails de seconds ordres comme le contenu des ses repas ou encore la description formelle de ses passages à la selle. Je m'engage à vous réciter le pourquoi du comment de ce qui fait Anselme aujourd'hui. Je m'engage à rassasier votre curiosité. J'espère qu'il seront entièrement tenus. Je vous laisserais en décider à la fin de votre lecture. 



Anselme est le dernier d'une fratrie composée de cinq charmantes fillettes alors âgées respectivement de 2, 4, 8 et 12 ans. Dorothy, Emma et Lucie (étant jumelles), Bérénice et Solange Alwell. Autant dire qu'il était le garçon tant espéré, l'espoir d'un père vieux jeu sur la conception familiale : Wilfrid Gregory Alwell. Un digne descendant d'une famille de sangs-purs et possédant un patrimoine conséquent tant sur le plan historique que financier.
Du côté de la génitrice : Madelaine Lucie Alwell (anciennement mademoiselle Swann) était elle aussi gâtée par le destin. C'était en effet une jeune fille française de très bonne famille (niveau financier suivant) ayant passée sa scolarité à Beaux-Bâtons.
Une famille qui semblait être préparée à un avenir simple et sans soucis dans l'opulence des héritages. Mais le malheur est un serpent sournois qui se cache dans les recoins les plus surprenants. Cependant, ne soyons pas trop hâtifs à nous diriger dans le dramatique et laissons à Anselme une enfance plutôt heureuse avant que le mauvais sort ne le frappe. Nous lui devons bien, au regard de l'avenir, le temps de la laisser souffler avant la grande plongée dans les eaux profondes et troublées des calamités. 

Des premiers pas dans la gaieté. 

-Du côté de chez Swann-

Nous avons pour tout dire 8 années de joyeux moments à mettre dans le compteur. Ne nous en privons pas...
Et quelles années nous avons là ! Une mère aimante au chevet de son éducation. Des grandes sœurs attentionnées toutes plus joyeuses les unes que les autres. Un père que tu érigeais à cette époque en modèle. Un portrait auquel tu voulais ressembler plus tard disais-tu.
La seule ombre au tableau, bien que pour toi ce n'en était pas réellement encore une : Ton aînée Dorothy. Cette mignonne petite frimousse d'alors 6 ans (lorsque toi tu en avais 4), cette petite donc, inquiétait tes parents. Pourquoi ? Eh bien, la question ce posait à savoir si elle n'était pas CRACMOL. Enfin, rien de bien précis. Ton paternel vous rassurez en disant qu'elle avait un très léger "retard". Rien de grave en sommes. Mais pour toi cette affaire n'était pas à suivre, tu étais trop jeune pour comprendre ce genre de préoccupation de grandes personnes.
Ce qui te préoccupais toi, du haut de tes 4 et demi pommes c'était l'arrivée des vacances d'été. Que signifiaient-elles exactement ? Oh, tant de choses ! Mais ces dernières étaient toutes liées à la demeure de tes grands-parents maternels, les Swann, dans le sud de la France. Tout ce joyeux logis étaient synonyme de bonne humeur, de soleil, des muffins à l'orange de mamie et des après-midi avec grand-père Swann dans le verger ou à la pêche. La famille Swann possédait en effet la meilleure orangerie de la région qui produisait des agrumes qui ravissaient les papilles de petit Anselme. Ce sont, aujourd'hui, des souvenirs que tu chéris par dessus-tout.

Les prémices des Enfers chez les Alwell.

-Dorothy et Haworth-

Dans ta petite tête (âgée alors de 9 ans) le malheur avait frappé à la porte du manoir de Haworth. Cette immenses demeure que vous veniez d'hériter de la part d'un oncle éloigné. 

La première fois que tu avais passé le portail en fer tu avais senti des frissons te parcourir l'échine. Cette maison puait la mort... Encore maintenant tu y repenses avec le même sentiment de dégoût qui t'avais pris alors. Mais enfin, on n'écoute pas les élucubrations d'un enfant. Personne ne t'aurais cru de toute manière. Pourtant... 

Ce malheur avait pour acteur principal ton père et pour victime première ta grande sœur Dorothy. Cette dernière ne pouvait pas rentrer à Poudlard. Pour le plus grand dam de tous. Les pressentiments de Wilfrid avaient vus juste. Jamais elle ne pourrait devenir une sorcière. Jusqu'à ce jour c'était une vérité que l'on acceptait. Difficilement peut être, mais Dorothy n'avait jamais été la cible de représailles personnelles. Ce ne pouvait pas être de sa faute de toute manière. 

Si seulement la famille n'avait pas décidée d'emménager dans le Yorkshire à Haworth. Si seulement ils avaient pût se tenir éloigner de cet endroit et de sa joyeuse communauté de Mangemorts..

Quelques mois après le déménagement, Mr Alwell commençait à fréquenter assidûment cette congrégation. Sûrement avait-il été séduit par leurs arguments en faveur des sangs-purs. Ou bien était-il content d'approcher des personnes de son rang social. Ou encore avait il-été depuis toujours enclin à ce genre de pensée. Anselme ne sut jamais la raison exacte du changement d'état de son père. Il ne retint que les conséquences néfastes qu'elles apportèrent au foyer. Les visites d'été à la résidence des Swann se firent plus rare. Mais les retombées prirent pour victime Dorothy. Ta sœur préférée, celle qui jouait toujours avec toi. La petite fille aux longs cheveux bruns rassemblés en deux charmantes nattes et une frange qui cachait ses adorables yeux bleu. Dorothy honney, duttie comme tu aimais à la surnommer. Désormais Dorothy la folle, la cinglée, la détraquée, la fille qui n'aurait jamais dû naître. Celles qui n'avait pas d'amies pour jouer parce que père l'interdisait de sortir. Juste, un petit frère qui faisait des caricatures de ''papa est en colère'' pour arrêter ses larmes. Alors, l'original Wilfrid venait de la tancer rageusement pour aucune raison apparente. Ensuite Madelaine la câlinait tout en lui chantant des comptines françaises. Anselme n'en voulait pas vraiment à la passivité de sa mère. Depuis toujours il l'avait vu plier à l'autorité de son mari, c'était une chose normale pour elle. Elle n'aurait jamais pensée à se plaindre ou à faire une réprimande envers son comportement.

Anselme s'en voulait à lui-même d'être trop jeune et pas assez fort pour affronter son père. Il ne comprenait pas pourquoi jadis il avait voulu lui ressembler et peu à peu une haine  muette s'installa entre les deux personnes. Wilfrid paraissait surtout déçu de ne pas voir son fils agréer à ses idéaux. 





-Papa, pourquoi tu disputes aussi souvent Dorothy. Elle n'a rien fait pourtant.
-C'est son existence qui est une erreur fils.
-Pourquoi ? Parce qu'elle n'est pas une sorcière. Les moldus aussi n'ont pas de pouvoirs. 
-Exactement... tu ne peux pas savoir la honte pour un père d'avoir une fille sang de bourbe. Il faut exterminer cette vermine. Un jour tu comprendras Anselme, et tu seras d'accord avec moi.
-Non, je ne crois pas... Je ne te comprendrais jamais.


Le fond du fond et la délivrance. 

-La marque des ténèbres-

Ce fut l'anniversaire de tes 11 ans qui venaient de passer ainsi que la réception de la lettre d'admission pour Poudlard. C'est mi-excité et mi-appréhensif que tu l'avais reçu. D'abord, heureux pour la promesse d'études passionnantes et l'idée de retrouver tes sœurs encore là-bas. Pourtant tu ne voulais pas laisser Duttie seule la moitié de l'année désormais.
Ainsi à la rentrée de septembre tu quittais la maison pour la première fois.
Les larmes de ta mère et les chuintements de Dorothy t'accompagnèrent sur le quai de la gare. Ton père étant trop occupé ailleurs pour daigner te dire adieu. Anselme ne lui en voulait absolument pas et préférait plutôt le remercier de ne pas être venu....
Le choixpeau magique t'envoya à Serdaigle. Dans ta maison de Poudlard la compétition régnante te permettais de ne pas tergiverser au sujet de ta soeur. D'ailleurs tu pris assez vite goût et te révéla être le plus doué de ta promotion. Tu te mis corps et âme dans les études, oubliant le reste. Tu n'accordais du temps pour l'extérieur que lorsque tu rentrais à Haworth pour les vacances. Retrouvant une Duttie plus morose et un père encore plus absent. Les sourires forcés de ta mère t'affirmant que tout allait bien ne te trompais pas. Mais que pouvais-tu y faire ? C'est alors plus fermé que tu revenais à Poudlard bien déterminé à oublier ta souffrance dans les traités sur la potion tue-loup ou dans l'apprentissage de tes BUSES. Heureusement tu avais une personne qui pouvait te remonter à la surface : Blanche Duncan. Ton amie depuis ta première année, cette fille dégageait une prestance et un charisme hors du commun. Vous aviez liée une relation privilégié et se fut bien la seule.
Pendant l'hiver de ta cinquième année tu reçus une lettre de ta mère t'informant que Sir Alwell avait pris la décision de revenir à Londres avec toute la famille, dans le Mayfair.
Anselme, tu accueillis la nouvelle avec une immense joie. Et retrouvais enfin le sourire. Intérieurement tu espérais ton paternel avait retrouvé la raison et essayait de prendre des distance avec ses « amis mangemorts ». Un élan de gaieté te parcourrais en pensant aux prochaines vacances de Noël où tu retrouverais une famille unie.
C'est à ce moment-là que tu t'ouvris un peu plus au monde. Avec ta maladresse coutumière certes, mais finalement tu ne t'en sortais pas si mal. Quelques semaines avant décembre le préfet des Serdaigles avait dû être démis de ses fonctions après un mauvais coup de certains Serpentards qui l'avaient amené à ST-Mangouste avec le corps enflé et des pustules rosâtres qui sentaient le choux fleur. Pauvre de lui.
Les inscriptions se rouvrirent donc. En vérité tu suivais de loin le cours des événements, mais Blanche semblait vouloir te pousser à tenter ta chance. Mais rien n'y faisait, tu restais obtus à toutes les propositions. Être préfet ne t'apporterait absolument rien de nouveau et te dérangerait plus qu'autre chose dans tes études. Cependant, il y avait bien une seule chose à laquelle, cher Anselme, tu ne pouvais pas résister : un bon défi.


- Anselme, tu ferais un préfet extraordinaire !
-Non, franchement ça ne m'intéresse pas ce genre de truc...
-Ah là là, tu es un lâche en fait. Tu joues celui que rien ne touche, mais avoue que tu as la frousse. Devant un poste comme ça tu ne saurais pas quoi faire.
Aucune réponse.
-Je parie 10 Gallions que tu n'es pas capable de te présenter. Sale froussard.


Le lendemain Anselme inscrivit son nom sur la liste d'inscription au poste de préfet et fut élu quelques jours plus tard.
Finalement ce n'était pas si mal... la vie semblait enfin te sourire.


En rentrant au Mayfair pour les vacances tu reçus le coup de poing le plus percutant de ta vie. Dans les deux sens. D'abord lorsque tu appris que les Alwell avaient déménagées non pas par repentance de ton père, mais pour l'horrible raison de trouver un asile (il n'y avait pas d'autre mot pour le qualifier) pour Dorothy la cinglée. Le second uppercut tu le reçus littéralement de ton père lorsque tu essayas de t'opposer rageusement à sa décision.


-Tu ne peux pas lui faire ça ! C'est ignoble.. elle n'est pas folle contrairement à ce que tes putains de petits amis mangemorts le pensent. Ce n'est qu'une bande de taré tout comme toi ! Je préférerais ne pas être ton fils. J'AI HONTE !!!


La violence de la nouvelle et du choc était autant psychique que psychologique.
A la rentrée de janvier tu pris la décision de ne plus revenir à Londres. Car tu savais que les visites pour Dorothy à st-mangouste t'étais interdites. A ce moment là tu te renfermas de plus en plus sur toi-même. Tes quelques amis tentèrent de te faire remonter à la surface mais tu coulais à pic sans possibilité apparente de refaire un jour surface.
Les deux dernières années d'écoles s'écoulèrent rapidement. Sans aucune surprise tu reçus tes ASPIC avec les félicitations des professeurs. Tu décidas d'intégrer des études de médicomagie dans l'espoir de te rapprocher de ta sœur.
Puis six ans passèrent à nouveaux sans contact avec ton père. Tu savais par des sources qu'il avait officiellement rejoint les rangs de Bellatrix et qu'il devait accomplir au nom de vous-savez-qui des missions ignobles. Tu venais voir ta mère de temps à autres ainsi que tes sœurs qui avaient elles aussi pris leurs distances. La famille était disloquée.
Tu étais désormais un médicomage, ton métier te passionnais et tu pouvais prendre des nouvelles de Dorothy pour ton plus grand bonheur.
Les années passées à être sans arrêt dévalorisé avait poussé duttie dans ses retranchements et l'avait effectivement rendue malade à la folie.
Quand tu pouvais venir la voir, elle était assise en tailleur sur son lit embrassant l'ours en peluche que tu lui avais offert. Elle lui chantait des comptines le rassurant que papa ne le disputerait plus désormais...
Anselme était toujours mal à l'aise face à cette désormais femme de presque 30 ans.
Chaque fois que ta pensée se portait sur elle, tu éprouvais un sentiment de dégoût envers toi-même. Assez lâche pour laisser gâcher la vie de ta sœur.
C'est après une de tes visite que tu rencontras le changement. Celui ci avait prit les traits de clément Delpech qui te tendais avec sa gentillesse habituelle un parapluie sous la pluie battante...

L'âge adulte, le bonheur retrouvé.

-Clément-





C'était un jour de pluie comme Londres savait si bien les faire. Une fin d’après-midi humide et brumeuse. Anselme avait oublié son parapluie au travail, trop absorbé par les nouvelles du médicomage sur l'état s’aggravant de Dorothy.
Des banalités échangées sur le bord d'un trottoir et le partage d'un même abris avait suffi à rapprocher les deux hommes.
Tu n'avais plus tellement l'habitude de discuter banalités avec quelqu'un. Bien sur tu avais des connaissances, mais essentiellement professionnelles. Les seules aventures amoureuses que tu avais eu ne duraient pas assez longtemps pour passer à ce genre de discussions.
Quoiqu'il en soit, à ce moment précis, là sous les gouttes de pluie qui ruisselaient sur tes chaussures perméables. À cet instant tu te sentais bien.
Au point d'avoir l'audace de proposer à l'inconnu une tasse de thé.
Tu te souviens encore du regard éberlué que Clément avait porté au capharnaüm qui régnait dans ton petit logement.
Dans la conversation Clément t'avait parlé d'un petit papier qu'il avait écrit sur l'utilisation intempestive de la magie au ministère. A vrai dire tu étais amusé par le sujet que tu trouvais plutôt singulier. Tu proposas d'en faire la critique.




-Clément... je trouve que tu as du talent pour l'argumentation. Si j'étais le ministre de la magie je signerais tout de suite en bas de page... non je suis sérieux ! Quel sont tes projets d'avenir ?




Anselme s’intéressait à Clément. Tu voulais lui apporter ton aide.
Au fil de la soirée, le whisky avait remplacé les tasses de thé. Clément semblait plus enclin aux confidences. Il te donnait l'impression de vouloir se délivrer d'un poids, mais en même temps il avait peur de te déranger. Mais toi tu voulais l'entendre. Tu découvris que vous aviez beaucoup en commun. En particulier un passé difficile et marqué par le drame. Mais toi tu avais encore Dorothy malgré son état... Clément lui n'avait plus son père. Tu voulais te prouver que tu pouvais l'aider. Te montrer que tu n'avais pas fichu ta vie en l'air à jouer l'égoïste et donner enfin un sens à ta vie.
Plus tu le regardais et plus il te plaisait. Tu aurais bien voulu l'embrasser là tout de suite. Cependant une petite voix te disait que si tu le faisais tu ne reverrais plus Clément.
Pour Anselme l'amour ne supportait pas le temps. Tu préférais devenir son ami pour rester proche de lui.
Alors, tu te contentas de l'écouter gardant pour toi tes propres problèmes.
Ils se quittèrent à l'aube se promettant de se revoir très vite.




Quelques mois plus tard Clément te proposa d’emménager avec lui. Peut être avait-il pitié de l'état catastrophique de ton actuel logement.
Au début tu reçus la proposition à reculons. Tu avais peur de le décevoir lorsqu'il découvrirait la personnalité que tu caches derrière ta coquille. Peur qu'il prenne peur en te connaissant mieux.
Finalement tu acceptais. Ne faut-il pas prendre des risques dans la vie ?
Tu pus suivre avec assiduité les études d'enseignement de Clément et le félicita pour l'obtention de son diplôme. Même si tu voyais un avenir plus grand pour ton colocataire.
Mais tant que clément était heureux... voilà ce qui comptait réellement.
Ces temps-ci la question de ta relation avec lui refait surface. En fait tu as encore peur de faire un mauvais pas et de tout gâcher. Mais pour la première fois depuis longtemps tu es heureux d’être sur cette terre.




hrp

ϟ COMMENT NOUS AS-TU DÉCOUVERT ? Because D.C.


ϟ LE NOM DE LA PERSONNE SUR TON AVATAR ; Benedict Cumberbatch


ϟ QUE PENSES-TU DU FORUM ? Toujours la même. Et je lance des bisous à tous ses membres géniaux.


ϟ AS-TU LU/VU TOUS LES HARRY POTTER ? Yep.


ϟ SUR COMBIEN D'AUTRES RP ES-TU INSCRIT SANS COMPTER CELUI-CI ? Un autre.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

: Nah. It's not me, I don't know this "Drifloon". What a shitty name, by the way. Me ? I'm just Nessie. Don't mind me.

ϟ ÂGE : 23
ϟ FONCTION : Ancien Serpentard ; Gamin borné et blessé, guidé par ses mauvais choix. Ex-mangemort actuellement en reconversion.
ϟ AVATAR : Alex Pettyfer.
ϟ ABSENCE ? : En Suisse pendant un an ; présence réduite.



ϟ LIENS : Substract love, add anger.


Lost in my mountain.
MessageSujet : Re: Lost in my mountain. Lun 20 Jan 2014 - 22:21


    Je. Je. Je. DILEMME ATROCE, c'est quoi ces styles d'écriture de pro que vous avez là ? Je t'invite à regarder ce que j'ai posté dans la fiche de l'autre Anselme pour votre combat à mort vous départager pour le coeur de Clément.

    Poutoux sur le nez.  luftlove (Comme je l'ai dit, je trouve les débuts de fiche merveilleux pour le moment). °q°

_________________
Kidnap the Sandy Claws, see what we will see. Lock him in a cage and then throw away the key
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Lost in my mountain.
MessageSujet : Re: Lost in my mountain. Mar 21 Jan 2014 - 18:33

Ahah merci beaucoup pour le compliment.  huggiesy 
Finalement pas de combat à mort *ouf*
Et dire que j'avais prévue de sortir le personnage vers le 17 février... tout cela est un peu précipité. Mais je ne suis pas mécontente qu'il soit sorti de son placard *pas de double sens* plus tôt que prévu !
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


Lost in my mountain.
MessageSujet : Re: Lost in my mountain. Sam 25 Jan 2014 - 21:20

J'ai envoyé un mail pour de potentielles mini correction dans l'histoire.
Honnêtement tu as bien su t'approprier le personnage, je sais que tu as bossé en plus et tu as été curieuse au point de me poser des questions et tout.
Je suis contente d'enfin savoir pour Dorothy ! (tu m'auras torturée avec elle).
Et puis je te l'avais pas dit mais les petites allusions à Prosper sont justes magiques ♥

Pour ma part tu as déjà un pied dans la validation, au tour des admins maintenant.

Spoiler:
 
avatar

ϟ ÂGE : 35
ϟ FONCTION : Psychologue scolaire ; Fantôme en déni ; Ex-Serdaigle.
ϟ AVATAR : Hugh Dancy
http://img11.hostingpics.net/pics/256635tumblrmo8pqsLzd81r0jkkko2r1250.gif

ϟ LIENS : You won't like me when I'm psychoanalyzed.
Therapy doesn't work on me.

Lost in my mountain.
MessageSujet : Re: Lost in my mountain. Sam 25 Jan 2014 - 21:26

    Alors, je pousse plein de "Awww" d'admiration. Parce que ta fiche est ultra-complète, et l'histoire très riche. Et malgré sa longueur, sa division en chapitres rend la lecture fluide et agréable, ce qui motive à continuer.

    J'ai vraiment adoré la petite Dorothy (qui restera toujours une femme-enfant à mes yeux), la peur de son père, la description de son caractère avec la vision de Clément qui est le seul à l'accepter, sa relation avec Clément (JOHNLOCK, NOW. è__é) et il y a plein de petits moments trop chous. ♥ Le drama familial est bien dosé, il n'y en a pas trop façon "JesuistropD4rk" mais le juste milieu, et il a quand même eu quelques années de répit et de bonheur - surtout maintenant avec Clément, d'après ce que j'ai compris.

    Je pré-valide donc la fiche d'un point de vue admin, en donnant un droit de véto à Meredith qui doit passer son tampon approbateur ou réprobateur par la suite (comme c'est son personnage, au cas où certains trucs aient été oubliés, ou au cas où des choses ne lui conviennent pas).

    Ah, aussi fais attention lorsque tu utilises le "tu" de narration de ne pas faire des phrases à la troisième personne en plein milieu, ça casse un peu le rythme, et je sais que ce n'est qu'une faute d'inattention qui se règle facilement. ♥

    Bref, en attendant l'avis final de Meredith ! ducktoyzboub

    Edit : En fait, elle a posté pendant que je postais mon message, donc tu es totalement validée !  weheartitbeaucoup  

_________________
Rudolph with your nose so bright,
Won't you guide my sleigh tonight ?

« Rudolph the Red-Nosed Reindeer
Had a very shiny nose
And if you ever saw it
You would even say it glows
•• .unbreakable »
Voir le profil de l'utilisateur http://miettes-petillantes.blogspot.fr/
avatar

: « Cette brume insensée où s'agitent des ombres, comment pourrais-je l'éclaircir ? – Cette brume insensée où s'agitent des ombres, est-ce donc là mon avenir ? » (Raymond Queneau)

ϟ ÂGE : 32
ϟ FONCTION : Médicomage au service d'empoisonnements par plantes et potions.
ϟ AVATAR : Benedict Cumberbatch


ϟ LIENS : I'm fire, I'm death or just a drama queen and I love you.


Lost in my mountain.
MessageSujet : Re: Lost in my mountain. Dim 26 Jan 2014 - 16:03

Clément -> Comme je n'ai pas cours mardi je corrigerai la dernière partie autour de Clément comme tu me l'avais proposé via mp.
Je suis vraiment contente que la fiche te plaise ! C'est quand même ton personnage au départ... :)
Je vais chouchouter Prosper dans les RPs, Elle ne sera pas au bout de ses surprises la pauvre petite bestiole !

Fray ->  Merci pour tes compliments, je me suis vraiment investi dans le personnage. 
Oui, je ne voulais pas rendre l'histoire trop dramatique. Il y a eu plein de moments heureux dans sa vie malgré se qui pouvait se passer entre son père et Dorothy. Et puis comme tu le dis, maintenant il est beaucoup plus heureux.
Je viens de remarquer les phrases dont tu me parles. En fait j'avais d'abord tout écrit à la troisième personne et puis finalement j'ai changé pour le ''tu''...

C'est partie pour le RP !! (cours vers Clément)
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Lost in my mountain.
MessageSujet : Re: Lost in my mountain.

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » ? CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LEGILIMENS ▬ The One who Knows :: La Bible du Forum :: Choixpeau Magique :: Présentation du personnage :: Présentations validées-